In memoriam*

P. Henrion

Le Père Jean HENRION,
PRÊTRE DE LA MISSION, 1910-1963

Directeur de l’Association de la Médaille Miraculeuse
Fondateur et Directeur de la revue de la Médaille Miraculeuse en 1957.

Epitaphe

Tous ceux qu’il a tant aidés et soutenus garderont de lui un enseignement qui ne peut mourir. Il a semé magnifiquement dans les cœurs et son souvenir restera pour nous un bien précieux soutien.

Sa brillante intelligence mettait un peu dans l’ombre le côté affectif de sa personnalité. Mais quand se présentait une détresse, son cœur d’or se révélait, Il se donnait, au besoin jusqu’à se laisser exploiter.

Quel que fût son interlocuteur, malheureux ou haute personnalisé, quel que fût son auditoire, enfants de Marie, prêtres retraitants, fidèles de la Neuvaine, il avait le don de se mettre exactement à la même longueur d’onde et de trouver ce qu’il fallait dire et la manière de le dire. Cela explique l’ampleur de son influence bienfaisante et l’efficacité de son action sacerdotale.

Sa piété n’était pas démonstrative, mais il en a donné la preuve la plus tangible en se consacrant, jusqu’à l’épuisement, à l’œuvre de l’Association et de la Neuvaine de la Médaille Miraculeuse.

Son bréviaire, qu’il avait à la main en mourant, permet de penser que sa dernière prière a été : « IN MANUS TUAS, DOMINE… » « Entre tes mains, Seigneur, je remets mon esprit. »

« Ô Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous. »

(son invocation préférée, tant de fois dite à la Chapelle, rue du Bac)


* Dans l’expression latine In memoriam, l’accusatif est le cas qui va de pair avec un verbe de mouvement. Il ne s’agit pas seulement de célébrer un être disparu. Il faut faire vivre son souvenir, lui donner une force de fécondation, un visage tourné vers l’avenir.

(Max Milner, extrait d’un carnet de travail)