Invocation pour la paix, son déroulement

06-06-2014 Radio Vaticanjardins du Vatican

L’évènement s’annonce déjà historique. Dimanche après-midi, dans les jardins du Vatican, les présidents israélien et palestinien, Shimon Peres et Mahmoud Abbas prieront pour la paix, en présence du Pape François, hôte de cette rencontre, et du Patriarche de Constantinople Bartholomée.

L’invitation, on se souvient, avait été lancée par le pape, le 25 mai dernier, depuis Bethléem.

Invocation pour la paix, et non pas prière interreligieuse

Une précision d’importance : cette invocation pour la paix n’est pas une prière interreligieuse, ni une liturgie. C’est la prière de deux peuples, israélien et palestinien, peuples composés de juifs, chrétiens et musulmans. Pour résumer, « on ne prie pas ensemble, on se retrouve ensemble pour prier. »

Le but est de poser un geste fort, d’interpeller les opinions publiques. Cette prière se veut être une pause dans ce conflit israélo-palestinien, une respiration qui invite à lever les yeux, à aller au-delà du politique, à créer à nouveau un désir de paix.

Déroulement de l’évènement

Plus concrètement, comment cette rencontre se déroulera-t-elle ? Par l’arrivée des chefs d’Etat d’abord. Shimon Peres arrivera le premier au Vatican vers 18h15, suivi un quart d’heure plus tard par Mahmoud Abbas, qui arrivera d’Egypte. Ils seront accueillis, à la Maison Ste Marthe, par le Pape qui s’entretiendra un court instant avec chacun. Ils seront ensuite rejoints par le Patriarche de Constantinople Bartholomée, et tous les 4 iront ensuite au lieu prévu pour la prière, un pré triangulaire, au cœur des jardins du Vatican, entre l’Académie pontificale des Sciences Sociales et les Musées du Vatican.

Les représentants des trois religions, -dans l’ordre, juive, chrétienne, et musulmane- auront ensuite un temps de prière distinct, pendant lequel ils prieront sur chacun des trois thèmes retenus d’un commun accord: celui de la « création » qui les rend tous frères, celui du « pardon », où ils se reconnaissent pécheurs, et celui, proprement dit de « invocation pour la paix »… Les prières seront en hébreu pour les Juifs, en italien, arabe et anglais pour les chrétiens, et arabe pour les musulmans.

Un olivier sera planté, arbre de paix

Ensuite, le Pape, Shimon Peres et Mahmoud Abbas feront chacun leur propre invocation pour la paix. La rencontre se conclura par des gestes symboliques de paix : les trois hommes devraient se serrer la main, et planteront un olivier, avant de se retirer pour un entretien privé.

La composition des délégations israéliennes et palestiniennes n’a pas été révélée. Elles devraient être composées de 15 à 20 personnes, représentant les religions présentes dans chaque pays. Chaque délégation a choisi ses textes. Tous savent tout de tous : il y a une transparence absolue sur les prières, et pas de surprises attendues.