la prière du Rosaire

Giordano notre-dame-du-rosaireL’Église nous propose Marie comme maîtresse de vie spirituelle. L’Église, qui nous invite à nous mettre à l’école de la Vierge pour avancer sur le chemin de la sainteté, nous propose un moyen privilégié : la prière du Rosaire.

Les origines de cette prière remontent au Moyen Âge. Peu nombreux alors étaient les fidèles capables de lire pour participer à la prière des Psaumes qui constituaient le fond de la prière liturgique de l’Église. Les humbles ont néanmoins trouvé un moyen de s’unir à cette prière en remplaçant les Psaumes par la répétition de Pater et d’Ave Maria.

Ceux-ci, reprenant la salutation de l’Ange Gabriel à l’Annonciation, font communier au mystère de l’Incarnation, point de départ de l’œuvre de salut accomplie en Jésus-Christ. Par la répétition de la salutation angélique, nous pouvons contempler avec le regard de Marie les mystères du Christ et de notre Rédemption.

Au fil des siècles, cette prière des pauvres s’est structurée, approfondie, enrichie.

Le Rosaire s’est d’abord déployé en trois séries de cinq mystères : les mystères joyeux, les mystères douloureux et les mystères glorieux. En 2002, pour faire véritablement du Rosaire un « résumé de l’Évangile », le Pape Jean-Paul Il leur a ajouté la série des mystères lumineux centrés sur la vie publique de Jésus.

Quel que soit notre état d’âme, ferveur ou lassitude, attention ou distraction, le Rosaire nous permet d’entrer en prière, en intériorité, en réceptivité. Ce qui fut à l’origine la prière des illettrés est devenu aujourd’hui la prière des Papes ! Le Rosaire est la prière de tous.

voir aussi la page : prieres-mariales/rosaire

Voici, pour aider à la mise en œuvre du Rosaire, un canevas qui, après l’énoncé du mystère, indique le passage de l’Écriture auquel il se réfère et le fruit qu’on peut en retirer. –> page 2