LA TERRE EN TRAVAIL D’ENFANTEMENT

vision de la femme et du dragon - Apocalypse de St Jean, manuscrit sur parchemin, 3e quart du XVème siècleVision de la Femme et du Dragon dans l’apocalypse de St Jean, manuscrit sur parchemin, 3e quart du XVème siècle Coll. Bibliothèque des Fontaines Chantilly.
La miniature illustre le début du chapitre 12 de l’Apocalypse : «Un signe grandiose apparut au ciel : une femme ! Le soleil l’enveloppe, la lune est sous ses pieds et douze étoiles couronnent sa tête ; elle est enceinte et crie dans les douleurs et le travail de l’enfantement. Puis un second signe apparut au ciel ; un énorme dragon rouge feu, à sept têtes et dix cornes, chaque tête surmontée d’un diadème… En arrêt devant la femme en travail, le dragon s’apprête à dévorer son enfant aussitôt né.»

POURQUOI donc, homme de peu de foi, craindre ou bouder les progrès du Monde? Pourquoi multiplier imprudemment les prophéties et les défenses: «N’allez pas… n’essayez pas… tout est connu ; la Terre est vide et vieille ; il n’y a rien à trouver… »

Tout essayer pour le Christ! Tout espérer pour le Christ! «Nihil intentatum» [rien de non tenté]!

Voilà, juste le contraire, la véritable attitude chrétienne.

Diviniser n’est pas détruire, mais surcréer.

Nous ne saurons jamais tout ce que l’Incarnation attend encore des puissances du monde. Nous n’espérerons jamais assez de l’unité humaine croissante.

Les prodigieuses durées qui précèdent le premier Noël ne sont pas vides du Christ, mais pénétrées de son influx puissant. C’est l’agitation de sa conception qui remue les masses cosmiques et dirige les premiers courants de la biosphère. C’est la préparation de son enfantement qui accélère les progrès de l’instinct et l’éclosion de la pensée sur terre. Ne nous scandalisons plus sottement des attentes interminables que nous a imposées le Messie.

Il ne fallait rien moins que les labeurs effrayants et anonymes de l’Homme primitif, et la longue beauté égyptienne, et l’attente inquiète d’Israël et le parfum lentement distillé des mystiques orientales, et la sagesse cent fois raffinée des Grecs pour que sur la tige de Jessé et de l’Humanité la Fleur pût éclore.

Toutes ces préparations étaient cosmiquement, biologiquement, nécessaires pour que le Christ prît pied sur la scène humaine. Et tout ce travail était mû par l’éveil actif et créateur de son âme en tant que cette âme humaine était élue pour animer l’univers.

Quand le Christ apparut entre les bras de Marie, il venait de soulever le monde.

(Pierre TEILHARD DE CHARDIN, Hymne de l’univers, pp.121, 80, 81, Seuil)

***

Non, je ne me scandalise pas de ces attentes interminables et de ces longues préparations. Je les contemple encore au cœur des hommes d’aujourd’hui qui, de lumière en lumière, cheminent lentement vers celui qui est la lumière, marchent vers cette parole qui a été dite, mais pas encore entendue, un peu comme l’éclat des étoiles qui met tant d’années à atteindre nos yeux.

PRIÈRE

Nous t’en prions, Dieu tout-puissant,
nous qui ployons sous le joug du péché
à cause du vieil homme et de son esclavage:
Accorde-nous la délivrance
grâce au renouveau que nous attendons
de la naissance incomparable de ton Fils bien-aimé.
Lui qui règne avec toi et le Saint-Esprit,
maintenant et pour les siècles des siècles.