Le Pape Paul VI béatifié dimanche

Le Pape Paul VIAu cours de la Journée missionnaire mondiale de cette année 2014, dimanche matin aura lieu la messe de clôture du Synode extraordinaire des évêques sur la famille et la béatification du Pape Paul VI (1897-1978). Francophone et francophile, Giovanni Battista Montini fut un proche collaborateur de Pie XII, avant d’être nommé archevêque de Milan et d’être élu en 1963 sur le trône de Pierre.

De lui, on retient notamment la première accolade fraternelle avec le patriarche orthodoxe de Constantinople Athénagoras, à Jérusalem ; son plaidoyer pour la paix à la tribune des Nations unies ; ou encore sa défense de la vie et du développement des peuples.

Paul VI fut également le Pape qui mena le Concile à son terme, et la date de sa béatification, dimanche, en clôture du Synode sur la famille, n’a pas été choisie au hasard par le Pape François. 

Au cours de ses quinze années de pontificat (21 juin 1963 – 6 août 1978), Paul VI a aussi apporté un élan important à la conscience missionnaire de l’Église, à l’animation et à la coopération missionnaire.

« L’amour pour les Missions est amour pour l’Église, est amour pour le Christ ! Aucun chrétien ne peut se refermer sur lui-même, mais il doit s’ouvrir aux besoins spirituels de ceux qui ne connaissent pas encore le Christ, et ils sont des centaines de millions ! » (exhortation du Pape Paul VI adressée aux Directeurs diocésains des Œuvres pontificales missionnaires d’Italie, reçus en audience le 28 juin 1978, quelques semaines avant sa mort).

De l’encyclique Christi Matri du Pape Paul VI (1966 non traduite en français)
–>

Au cours du mois d’octobre, le peuple chrétien a l’habitude de tisser des guirlandes mystiques pour la Mère du Christ par la prière du Rosaire. Et nous qui, à l’instar de nos prédécesseurs, nous l’approuvons de tout cœur, nous demandons à tous les fils de l’Église de rendre hommage à la Sainte Vierge avec une particulier témoignage de piété.

Que la très miséricordieuse Mère du Seigneur soit plus instamment invoquée pendant le mois d’octobre avec la pieuse pratique du Rosaire ! Cette prière, bien adaptée à la mentalité des gens, est très agréable à la Vierge et efficace pour gagner les dons célestes. Et le Concile œcuménique Vatican II avec indication claire a frappé l’âme de tous les enfants de l’église en recommandant par le Rosaire «d’estimer grandement les pratiques et les exercices de piété envers elle (Marie), comme elles ont été recommandés par le Magistère dans le cours des temps. » (CONC. VAT. II, Constitution  dogmatique sur l’Église Lumen Gentium, n. 67, 1965)

Une telle prière fructueuse a non seulement une grande efficacité pour détourner les maux et conjurer les catastrophes, aussi clairement démontrée par l’histoire de l’Église, mais aussi par une grande vie chrétienne, en premier lieu ce qui nourrit la foi catholique fleurit facilement à travers la prise en compte appropriée des mystères divins, et relance l’esprit de la vérité révélée.

C’est pourquoi, en ce mois d’octobre, dédié à la Vierge du Rosaire, augmente la prière, se multiplient les implorations, afin que, par son intercession, puisse briller pour les hommes l’aube de la vraie paix. Que la Mère de Dieu et de l’Église soit invoquée avec une unanime ferveur par les prêtres, les religieux et les fidèles, en particulier par les enfants, ornés de la fleur d’innocence, les malades et les souffrants ! Nous avons également dans la Basilique vaticane, près de la tombe de Pierre, à offrir des prières spéciales à la Vierge Mère de Dieu, pour protéger les chrétiens et les intermédiaires de la paix.

Dans le doux espoir que la Mère de Dieu entende favorablement notre humble prière.