les deux extrémités de l’existence

18-10-2013 source : Radio Vatican

Messe du 18 octobre 2013Moïse, Jean-Baptiste, Saint Paul. Lors de la messe célébrée ce vendredi matin en la Chapelle de la Maison Saint Marthe, le Pape François a axé son homélie sur trois personnages, en soulignant qu’aucun n’a été épargné par les angoisses mais que le Seigneur ne les a jamais abandonnés. En pensant ensuite à tant de prêtres et de sœurs qui vivent dans les maisons de repos, il a invité les fidèles à leur rendre visite car ils sont de vrais « sanctuaires de sainteté et d’apostolicité ».

Le début de la vie apostolique et le crépuscule de l’Apôtre Paul. Le Pape François s’est inspiré des lectures du jour pour s’attarder sur ces deux extrémités de l’existence du chrétien. Au début de la vie apostolique,  les disciples étaient « jeunes » et « forts » et même « les démons s’en allaient face à leur prédication ». La Première Lecture nous montre par contre Saint Paul à la fin de sa vie. Et le crépuscule de l’Apôtre :

« L’apôtre connaît un début joyeux, enthousiaste avec Dieu en lui, n’est-ce pas ? Mais le crépuscule ne lui a pas été épargné. Et ça me fait penser au crépuscule de l’Apôtre…trois icônes me viennent à l’esprit : Moïse, Jean-Baptiste et Paul. Moïse est le chef du Peuple de Dieu, courageux, il luttait contre les ennemis et il luttait avec Dieu pour sauver le peuple : C’est grandiose! Et puis à la fin, c’est seulement sur le Mont Nébo, il regarde la terre promise mais il ne pouvait pas y entrer. Jean-Baptiste : dans les derniers moments, il n’a pas été épargné par les angoisses ».

Les extrémités de l’existence


Jean-Baptiste doit également affronter « l’angoisse du doute qui le tourmentait » et « finit sous le pouvoir d’un gouvernant faible, buveur et corrompu, sous le pouvoir de la jalousie d’un homme adultère et du caprice d’une danseuse ». L’Apôtre Paul également, dans une Première Lecture, nous parle de ceux qui l’ont abandonné, de ceux qui lui ont procuré des blessures en s’acharnant contre sa prédication. Il raconte qu’au tribunal personne ne l’a assisté. Tous l’ont abandonné. Pourtant, dit Saint Paul, « Le Seigneur était près de moi. Il m’a donné la force pour que je puisse porter à terme l’annonce de l’Évangile » :
« C’est la grandeur de l’Apôtre, qui fait de sa vie ce que Jean-Baptiste disait : Il est nécessaire qu’Il grandisse et que moi je me diminue. L’Apôtre est celui qui donne sa vie pour que le Seigneur grandisse. Et à la fin son crépuscule est ainsi. Et Pierre aussi avec la promesse: “ Quand tu seras vieux, ils te porteront là où tu ne veux pas aller. »

N’oublions pas les prêtres et les religieuses âgées

« Et quand je pense au crépuscule de l’Apôtre, j’ai dans mon cœur le souvenir de ces sanctuaires d’apostolicité et de sainteté que sont les maisons de repos des prêtres et des sœurs : de bons prêtres, de bonnes religieuses, qui ont vieilli avec le poids de la solitude, en attendant que le Seigneur vienne toquer à la porte de leur cœur. Ce sont les vrais sanctuaires d’apostolicité et de sainteté que nous avons dans l’Église. Ne les oublions pas ! » Si nous regardons « au plus profond », ces lieux sont « très beaux ». « J’entends souvent que l’on fait un pèlerinage au Sanctuaire de la Vierge, de Saint François, de Saint Benoît », « tant de pèlerinages » :
« Mais je me demande si nous les chrétiens, nous avons l’envie de faire une visite- qui sera un vrai pèlerinage ! – à ces sanctuaires de sainteté et d’apostolicité que sont les maisons de repos des prêtres et des religieuses? L’un d’entre vous me disait, il y a quelques jours, que lorsqu’il s’est rendu dans un pays de mission, il est allé au cimetière et a vu toutes les tombes des vieux missionnaires, prêtres et sœurs, là depuis 50, 100, 200 ans, inconnus. Et il me disait : ‘Mais ils peuvent tous être canonisés car à la fin c’est ça qui compte, cette sainteté quotidienne, cette sainteté de tous les jours’. Dans les maisons de repos, ces sœurs et ces prêtres attendent le Seigneur un peu comme Paul : un peu tristes, vraiment, mais également avec une certaine paix, avec le visage joyeux ».

« Cela nous fera tous du bien de penser à cette étape de la vie qu’est le crépuscule de l’Apôtre et de prier le Seigneur : Garde ceux qui sont dans ce moment du dépouillement final, pour pouvoir dire une autre fois seulement ‘Oui, Seigneur, je veux te suivre !’ »