LES ROIS MAGES

Epiphanie  (pps)

Issu du grec, « Épiphanie » signifie « apparition ou avènement ». Célébrée le 6 janvier (ou le dimanche proche), cette fête correspond à la présentation de Jésus enfant aux Rois Mages. Longtemps, le 6 janvier fut plus important que le jour de Noël. Dès le Ve siècle, l’Église donna une importance considérable à cet événement.

Pendant des siècles les chrétiens d’Orient célébrèrent la Nativité le jour de l’Épiphanie. Cette fête de Noël commémorait à la fois la manifestation de la naissance du Christ aux bergers et aux mages et la manifestation du Christ à son baptême comme solennité de la manifestation de Dieu. Elle marquait aussi le retour de la lumière divine.

L’Épiphanie s’appelle aussi le jour des rois en l’honneur des rois mages qui, selon l’Évangile de saint Matthieu, sont venus offrir des cadeaux à Jésus lors de sa naissance. Dans l’Évangile de Matthieu 2, 1-12, qui ne mentionne pas leurs noms, ils sont présentés comme d’importants personnages ayant visité l’enfant Jésus à Bethléem en Judée au temps du roi Hérode.

Selon la tradition, les rois mages étaient au nombre de trois : Melchior, Gaspard et Balthazar. Venus d’Orient, ces trois rois se mirent en route en suivant la lumière de l’étoile qui les guida jusqu’à Bethléem. L’Épiphanie commémore donc la visite des trois rois mages, venus porter les présents à l’enfant Jésus, qu’ils appelèrent le « Nouveau Roi des Juifs ».

« En entrant dans la maison, ils virent l’enfant avec Marie sa mère ; et, tombant à genoux, ils se prosternèrent devant lui. Ils ouvrirent leurs coffrets, et lui offrirent leurs présents : de l’or, de l’encens et de la myrrhe. »
(Saint Matthieu 2, 11)

– de l’or, symbole royal,
– de la myrrhe, symbole sacerdotal, sorte de gomme produite d’un arbre en Arabie,
le balsamier, utilisée dans la préparation cosmétique et en pharmacie,
– et de l’encens, symbole prophétique, résine dégageant un parfum lorsqu’on la fait brûler.

Dans beaucoup de villages, on allume encore les « feux des rois » rappelant ceux qui, selon la tradition, brûlèrent cette nuit-là à Bethléem pour cacher l’Étoile au roi Hérode.

L’épiphanie est le jour de la galette des rois, une tradition typiquement française qui avait déjà cours au XIVe siècle. La galette était partagée en autant de portions que de convives, plus une. Cette portion en plus, appelée « part du Bon Dieu » ou « part de la Vierge », était destinée au premier pauvre venu.

***

« Jésus est le soleil apparu à l’horizon de l’humanité pour éclairer l’existence personnelle de chacun de nous, et pour nous conduire tous ensemble vers le but de notre pèlerinage, vers la terre de la liberté et de la paix où nous vivrons pour toujours en pleine communion avec Dieu et entre nous…

En ce jour de l’Épiphanie, avec les Mages, nous sommes tous invités à marcher pleins de confiance vers le Christ, Lumière des nations. Comme eux laissons-nous guider par l’étoile lumineuse de la Parole qui sauve. En adorant le Seigneur n’ayons pas peur de lui offrir cette nouvelle année, afin qu’elle soit remplie de Foi, d’Espérance et de Charité. En ce jour, j’adresse aussi mes vœux cordiaux à nos frères et à nos sœurs des Églises d’Orient qui célèbrent le Saint Noël ! Avec ma Bénédiction Apostolique !  »

Extrait de la méditation de Benoît XVI lors de l’angélus du 6 janvier 2012, place Saint-Pierre.
© Copyright 2012 du texte original plurilingue : Libreria Editrice Vaticana