L’Immaculée Conception fêtée

Ce 8 décembre nous avons fêté l’Immaculée Conception (voir aussi l’Angélus de Benoît XVI).
A la Chapelle de la rue du Bac, au nom des Associés de la Médaille Miraculeuse, nous  avons célébré la messe la veille au soir à 18h30. (Premier mardi du mois !)

Foule dense, priante et chantante, qui honore notre Sainte Mère ! C’est vraiment un jour béni et nous sentons la grâce de Dieu qui nous envahit par les mains de Marie. Que de visages épanouis en quittant le lieu ! Que de gens de tous milieux touchés par cette grâce qui rend, permettez de le dire, gracieux !

Souhaitons la même chose à tous les Associés de la Médaille Miraculeuse qui liront ce billet en cette quinzaine nous séparant de la merveilleuse célébration de la Nativité, c’est- à-dire de NOËL.

Et pour ceux qui se demandent ce que peut bien être l’Immaculée Conception, il est bon de retranscrire tout simplement ce qui a été prononcé par le Pape Pie IX le 8 décembre 1854 :

Nous déclarons, prononçons et définissons que la doctrine selon laquelle la bienheureuse Vierge Marie fut dès le premier instant de sa Conception, par une grâce et un privilège spécial de Dieu tout-puissant, en vue des mérites de Jésus-Christ, Sauveur du genre humain, préservée et exempte de toute souillure de la faute originelle, est révélée de Dieu, et que par conséquent elle doit être crue formellement et constamment par tous les fidèles.

Action de grâces :

Nos lèvres s’ouvrent dans la joie et notre langue parle dans l’allégresse ! Nous rendons et Nous ne cesserons jamais de rendre les plus humbles et les plus ardentes actions de grâces au Christ Jésus Notre Seigneur, qui, malgré notre indignité, nous a fait la faveur singulière d’offrir et de décerner cet honneur, cette gloire et cette louange à sa très sainte Mère, et nous reposons avec une confiance entière et absolue dans la certitude de nos espérances.

La bienheureuse Vierge, qui, toute belle et immaculée, a brisé la tête venimeuse du cruel serpent et a apporté le salut au monde ; qui est la louange des Prophètes et des Apôtres, l’honneur des Martyrs, la joie et la couronne de tous les Saints, qui, refuge assuré et auxiliatrice invincible de quiconque est en péril, médiatrice et conciliatrice toute-puissante de la terre auprès de son Fils unique, gloire, splendeur et sauvegarde de la sainte Eglise, a toujours détruit les hérésies ; qui a arraché aux calamités les plus grandes et aux maux de toute espèce les peuples fidèles et les nations, et qui nous a délivrés nous-même des périls sans nombre dont nous étions assaillis, la bienheureuse Vierge fera par son puissant patronage que, tous les obstacles étant écartés, toutes les erreurs vaincues, la sainte Eglise catholique, notre Mère, se fortifie et fleurisse chaque jour davantage chez tous les peuples et dans toutes les contrées ; qu’elle règne d’une mer à l’autre, des rives du fleuve aux extrémités de la terre ; qu’elle jouisse pleinement de la paix, de la tranquillité, de la liberté, afin que les coupables obtiennent le pardon, les malades le remède, les faibles la force de l’âme, les affligés la consolation, ceux qui sont en péril le secours ; afin que tous ceux qui errent, voyant se dissiper les ténèbres de leur esprit, reviennent au sentier de la vérité et de la justice, et qu’il n’y ait qu’un troupeau et qu’un pasteur.

Il n’y a rien à craindre. Que tous Nos bien-aimés fils de l’Eglise catholique entendent nos paroles ; qu’ils persévèrent, et avec une ardeur encore plus vive de piété, de religion et d’amour, à honorer, invoquer et prier la bienheureuse Vierge Marie, Mère de Dieu, conçue sans tache originelle, et qu’ils aient recours avec une entière confiance à cette douce Mère de grâce et de miséricorde dans tous leurs dangers, leurs angoisses, leurs nécessités, leurs craintes et leurs frayeurs. Il n’y a rien à craindre, il n’y a jamais lieu de désespérer, quand on marche sons la conduite, sous le patronage et sous la protection de Celle qui, ayant pour nous un cœur de mère, et se chargeant de l’affaire de notre salut, étend sa sollicitude dans tout le genre humain.

Etablie par le Seigneur Reine du ciel et de la terre, exaltée au-dessus de tous les choeurs des anges et de tous les ordres des Saints, assise à la droite de son fils unique Notre Seigneur Jésus-Christ, ses prières maternelles ont une force très puissante ; ce qu’elle veut elle l’obtient ; elle ne peut demander en vain.

PIE IX, PAPE