Notre Dame du Mont Carmel

Le Carmel, dont la Bible chante la beauté (Isaïe 35, 2) a été de tout temps un lieu sacré. Cette hauteur de Terre Sainte, couverte de bois et de cultures est à la fois montagne et verger, sommet escarpé et lieu de délices, difficile d’accès et riche en fruits. Le Mont Carmel domine la plaine de Galilée et est assez proche de Nazareth, où la sainte Famille a vécu.

La fête de Notre-Dame du Mont-Carmel a pour but de rappeler une grâce insigne accordée par Marie à l’Ordre du Carmel et par lui à toute l’Église. Dans la nuit du 16 juillet, Simon Stock, devenu en 1245 supérieur général des Carmes, demandait, avec une ferveur toute spéciale, la protection de la Sainte Vierge sur son Institut.

Au lever de l’aurore, Marie lui apparut, accompagnée d’une multitude d’anges, environnée de lumière et vêtue de l’habit du Carmel. Son visage était souriant; dans ses mains elle tenait le scapulaire de l’Ordre. Devant Simon, elle s’en revêtit elle-même, en disant: « Ceci est un privilège pour toi et pour tous les Carmes. Quiconque mourra en portant cet habit ne souffrira pas le feu éternel. » Ce fut l’origine de la Confrérie de Notre-Dame du Mont-Carmel, pour les chrétiens qui, ne pouvant embrasser la Règle, veulent attirer sur eux les bénédictions promises au scapulaire.

Le Carmel est devenu la figure spirituelle de la vie contemplative, telle qu’elle fleurit sous la douce protection de la Mère de Dieu dans l’Ordre religieux qui porte son nom. Sainte Thérèse d’Avila et saint Jean de la Croix ont fait de la montée du Carmel le symbole de l’itinéraire vers Dieu. C’est pourquoi nous demandons au Seigneur de parvenir, grâce à la prière de Marie, à la montagne véritable, qui est le Christ.

« Invoquons la Sainte Vierge Marie, que nous célébrons comme la Vierge du Mont Carmel, afin qu’elle nous aide à répondre généreusement à l’appel du Seigneur, pour annoncer son Évangile de salut en paroles, et avant tout par notre vie. À l’exemple de la Vierge Marie, soyons des porteurs de la Bonne Nouvelle! » – Benoît XVI lors de l’Angélus du 15 juillet 2012