L’ESPÉRANCE DE MARIE

«Que le Dieu de l’espérance vous remplisse de toute joie et toute paix en votre foi, pour que vous soyez riches d’espérance par la puissance de l’Esprit Saint» (Romains 15, 13).

Parmi les grands patients de l’Ancien Testament affermis dans l’espérance, c’est à la Vierge Marie que revient le premier rang. À mesure que se fait proche la naissance de son enfant, le désir qui la porte vers le Sauveur du monde va croissant.

Nous pouvons emprunter ses paroles et son cœur pour glorifier le Dieu qui fait de grandes choses. Dans le Magnificat, nous trouvons une expression révélatrice de l’attitude intérieure de Marie : « Mon âme glorifie le Seigneur, car il a regardé la bassesse de sa servante » (Luc 1, 46-48). Ces mots expriment le mouvement constant de son cœur qui se lance en Dieu avec l’espérance la plus entière en son secours.

La mission reçue du Très-Haut lui sert de point d’appui et Dieu qui « renvoie les riches les mains vides et comble de biens les affamés » (Luc 1, 53), exauce son espérance en se donnant à elle dans toute sa plénitude.

L’espérance de Marie a été absolue. Ainsi, lorsque Joseph « veut la renvoyer secrètement » (Matthieu 1, 19), elle se tait parce qu’elle est pleine d’espérance en Dieu et en son secours. Nous espérons en Dieu, nous aussi, mais notre espérance n’est pas absolue comme celle de Marie : « En toi, Seigneur, j’ai espéré et je ne serai jamais confondu. » Dieu ne trompe jamais notre espérance, et de même qu’il envoie un Ange pour révéler à Joseph le mystère de la maternité de Marie, ainsi trouve-t-il toujours moyen d’aider et de soutenir quelqu’un qui s’est confié en Lui.

Ô Mère, rappelez-vous ce que Jésus a fait et souffert : sa naissance dans l’étable, son voyage en Égypte, son sang répandu, sa pauvreté, ses sueurs, ses tristesses, la mort par amour pour nous, et vous qui avez, après son Ascension, attendu son Esprit au Cénacle, par amour pour Jésus, venez à notre secours.

Jean-Daniel Planchot