L’Octave de la Chandeleur

Voilà huit jours, nous célébrions la Chandeleur, la présentation de Jésus au Temple par Marie et Joseph. Dans Église à Marseille, le mensuel du diocèse de Marseille n° 2 de  Février 2010, Mgr Georges Pontier vient de publier un éditorial qui nous a touchés et que nous reproduisons sur notre site.

***

Ancienne et belle tradition de notre Église diocésaine !

Son déroulement commence le 2 février
à 5 heures du matin, au Vieux-Port,
par l’accueil du livre de la Parole de Dieu porté
par les jeunes de l’aumônerie de la Mission de la mer.
Nous commémorons l’arrivée de l’Évangile en
Provence, à Marseille. Nous ne le faisons pas
à la lumière nécessaire des historiens, mais
comme des croyants qui savent que l’Évangile
n’est pas de la plume de Jésus mais de celle
des hommes qui se sont laissés saisir par sa
personne, son message, sa vie, sa mort et sa
résurrection.

L’Évangile n’arrive pas comme un livre
contraignant, mais comme la source à laquelle
des hommes et des femmes ont étanché leur
soif de vivre et d’être heureux et veulent en
témoigner.

De là, nous montons à Saint-Victor pour
célébrer l’Eucharistie de ce jour de la fête de
la Présentation de Jésus au Temple. Nous voilà
profondément unis à ces premiers témoins,
proches d’eux par le dynamisme que donnent
la foi, l’espérance chrétienne et la charité
vécue. Nous venons à notre tour présenter
nos vies au Maître de la vie, les soumettre
à la lumière de son amour et nous lier à Lui
de manière si forte que toute notre existence
en soit éclairée. Nous portons fortement en
nous la conscience d’être très proches de
ces premiers témoins. Certes, les conditions
matérielles de la vie du monde n’ont rien à voir
avec celles qu’ils ont connues. Mais le même
message nous comble : l’univers et chaque être
humain sont aimés de Dieu. Nous sommes fils
de ce Dieu qui aime tout homme comme un
Père et qui nous invite à une vie fraternelle.
Oui, l’Octave est un temps fort : on va se
succéder à Saint-Victor pour célébrer et prier.
Mais, en venant comme en partant, nous
contemplons le Lacydon, le Vieux-Port, le
Panier et ces quartiers qui se serrent les uns
contre les autres sans qu’on puisse en désigner
les frontières !

Et c’est là, aujourd’hui, que nous voulons
projeter à notre tour la lumière de l’Évangile,
celle du fils de Marie et celle du fils de Dieu
fait homme, celle des Béatitudes et celle du
Jugement dernier ; celle du pardon et celle de
la conversion ; celle de l’amour des ennemis et
celle du don de sa vie pour les autres ; celle de
la fraternité universelle et celle de l’accueil des
étrangers ; celle de la pauvreté choisie et celle
de la lutte en faveur des plus pauvres ; celle
du refus de la violence et celle du respect de la
vie ; celle de la rencontre du Dieu d’amour et
celle de l’espérance ; celle de la place première
faite à l’homme et celle de la fraternité vécue.

Cette lumière nous vient de Celui qui nous dit
et nous redit : « N’ayez pas peur, confiance, lève-toi
et marche, c’est Moi, Celui qui est toujours
prêt à saisir votre main, Celui qui un jour vous
dira :  » Lève-toi d’entre les morts, le jour brille
pour toi, entre dans la joie de ton Maître ! « 
».
C’est par la conversion et les engagements de
nos vies que nous en sommes témoins !

+ Georges Pontier
Archevêque de Marseille