Défendre la vie, et celle des pauvres

défense de la vieLe Pape François encourage la défense de la vie, de sa conception jusqu’à sa fin naturelle, mais il exhorte les chrétiens à faire également preuve de sensibilité personnelle et sociale face aux situations de pauvreté et d’exploitation qui affectent les plus faibles et les plus défavorisés.

Le Saint-Père l’a souligné en recevant vendredi 6 novembre 2015 les membres du réseau italien des centres d’aide à la vie. Il les a encouragés à poursuivre leur mission importante, mais en tenant compte aussi des conditions difficiles que tant de personnes doivent affronter et parfois subir.

Le Souverain Pontife a ainsi voulu plaider aussi bien en faveur de ceux qui ont le droit de naître que de ceux qui aspirent à une existence plus saine et plus digne. Le chômage en particulier rend les familles vulnérables, tout comme la pauvreté, la maladie et le manque de logement.

Aider la vie humaine blessée, cela veut dire aussi aller vers les personnes qui sont dans le besoin, prendre en charge leur fragilité et leur douleur pour qu’elles puissent se relever: les personnes âgées, souffrantes et seules; les jeunes désorientés, menacés par les addictions et autres esclavages et qui attendent de retrouver confiance dans la vie; les nombreuses personnes qui vivent dans la gêne et qui ont besoin de notre attention et de notre engagement solidaire.

Les Centres d’aide à la vie sont ainsi invités à agir en faveur de la promotion de la famille et de la dignité des femmes et à prendre le parti des laissés-pour-compte. De nombreuses femmes immigrées, de différentes religions et nationalités, frappent à la porte de ces centres. Cela montre que si on leur offre un soutien concret, toute femme en dépit de ses problèmes et des conditionnements, est capable de faire triompher en elle-même le sens de l’amour, de la vie et de la maternité.

Et le Souverain Pontife a tenu à rappeler que pour les disciples du Christ, aider les vies humaines blessées n’est pas seulement un service social. Ils doivent imiter le Bon Samaritain et aider les nombreuses victimes des brigands d’aujourd’hui qui délestent les personnes non seulement de leurs biens mais aussi de leur dignité. La vie humaine est un don qui doit être protégé contre les différentes formes de dégradation et menaces qui pèsent sur elle.