Dieu nous sauve, petit, proche et concret

28-07-2016 source : Radio Vatican
Le Pape devant l'icône de la Vierge Noire à Jasna GoraDeuxième journée ce jeudi 28 juillet de la visite apostolique du Pape François en Pologne. Une journée marquée par une visite à Czestochowa qui avait accueilli, en 1991, les Journées mondiales de la jeunesse, juste après la sortie du communisme. Le Saint-Père s’est rendu ce matin au sanctuaire marial de Jasna Góra «la montagne lumineuse», située sur les hauteurs de la ville qui accueille chaque année 4 millions de visiteurs venus du monde entier. Devant des milliers de fidèles, le Pape a présidé la messe à l’occasion du 1050 anniversaire du baptême de la Pologne. Après un long parcours en papamobile parmi les fidèles, particulièrement nombreux, le Saint-Père s’était tout d’abord recueilli devant l’icône de la Vierge noire « Reine de Pologne », symbole de l’unité du peuple polonais.

Au son des tambours et trompettes, une plaque de métal doré se lève lentement laissant apparaitre l’icône de la Vierge Noire. Le Pape, visiblement ému, se recueille en silence, entouré des pères Paulins, gardiens des lieux. Devant le sanctuaire, des milliers de fidèles attendent le Pape qui a rendez-vous avec la nation polonaise en ce site emblématique, poumon spirituel du pays. Un pays « riche de foi » que le pape a salué dans son homélie. Sur ces terres où plus de 90 % des habitants se déclarent catholiques, le Saint-Père a fait référence à l’Histoire. Une Histoire « pétrie de l’Évangile, de la Croix et de la fidélité à l’Église. Elle a vu la contagion positive d’une foi authentique, transmise de famille en famille, de père en fils, et surtout par les mamans et les grand-mères. Il est beau de remercier Dieu qui a cheminé avec votre peuple, en le prenant par la main et en l’accompagnant dans de nombreuses situations ».

Le Pape a rendu hommage aux martyrs polonais « qui ont fait resplendir la force sans défense de l’Évangile », « aux gens simples mais extraordinaires qui ont su témoigner de l’amour du Seigneur au sein de grandes épreuves ; aux annonciateurs doux et forts de la Miséricorde, tels que saint Jean-Paul II e sainte Faustine ». Et il a exhorté le peuple polonais « qui a surmonté, dans l’unité, tant de moments difficiles » à créer, avec le soutien de la Vierge Marie, « la communion avec tous, sans jamais céder à la tentation de s’isoler et de s’imposer », à « aller au-delà des torts et des blessures du passé ».

Juste auparavant le Pape avait proposé une méditation sur l’entrée du Seigneur dans l’Histoire rappelant que « le Royaume de Dieu vient dans la petitesse, dans l’humilité ». « Dieu nous sauve en se faisant petit, proche et concret.  Il aime à se faire contenir dans ce qui est petit, contrairement à l’homme, qui tend à vouloir posséder quelque chose de toujours plus grand. Être attiré par la puissance, par la grandeur et par la visibilité est tragiquement humain, et constitue une grande tentation qui cherche à s’introduire partout ; se donner aux autres, supprimer les distances, en demeurant dans la petitesse et en habitant concrètement le quotidien, est typiquement divin. »