Emmaüs

Duccio di Buoninsegna. La route d'Emmaus. 1308 sur panneau de bois. Museo dell Opera del Duomo Sienne ItalieNotre Pape Benoît XVI a commenté l’évangile de ce dimanche 6 avril 2008 aux fidèles rassemblés à Rome, place Saint-Pierre à midi, pour la prière mariale du Regina Caeli.

Emmaüs indique la route où tout homme peut rencontrer le Christ. C’est un message d’espérance lorsque « nous nous sentons abandonnés par le Seigneur ».

« Emmaüs représente tout lieu en réalité : la route qui y conduit est le chemin de tout chrétien, et même de tout homme. C’est sur nos routes que Jésus ressuscité se fait compagnon de voyage, pour rallumer dans nos cœurs la chaleur de la foi, et de l’espérance, et rompre le pain de la vie éternelle ».

« Ce drame des disciples d’Emmaüs apparaît comme un reflet de la situation de nombreux chrétiens de notre temps. Il semble que l’espérance de la foi ait échoué. La foi même entre en crise à cause des expériences négatives qui font que nous nous sentons abandonnés par le Seigneur. Mais cette route d’Emmaüs, sur laquelle nous marchons, peut devenir un chemin de purification et de maturation de notre foi en Dieu ».

A la célébration de la messe, il y a « dans la première partie, l’écoute de la Parole par les Saintes Ecritures ; dans la deuxième, la liturgie eucharistique et la communion avec le Christ présent dans le sacrement de son Corps et de son Sang. En se nourrissant à cette double table, l’Église s’édifie sans cesse et se renouvelle de jour en jour dans la foi, dans l’espérance et dans la charité ».

Notre source de miséricorde

La vie de Jésus dans les sacrements constitue une source inépuisable pour que les baptisés aient la force d’accomplir les œuvres de miséricorde envers leurs frères, a déclaré en substance Benoît XVI qui a reçu vendredi matin 4 avril 2008 au Vatican quelque 150 membres de la « Fondation papale » des Etats-Unis.

« Puissent vos bonnes œuvres continuer de se multiplier, a dit le pape, et de remplir vos frères et sœurs de cette espérance sûre que Jésus ne cesse jamais de répandre sa vie pour nous dans les sacrements, en sorte que nous puissions pourvoir aux besoins matériels et spirituels de toute la famille humaine (cf. Deus Caritas Est, 25) ».

« la véritable source du service d’amour de l’Eglise, lorsqu’elle s’efforce de soulager les souffrances des pauvres et des faibles, peut être trouvée dans sa foi inébranlable dans le Christ définitivement vainqueur du péché et de la mort ; et qu’en servant ses frères et sœurs elle sert le Seigneur lui-même jusqu’à ce qu’il vienne dans la gloire (cf. Mt 25:31-46; Deus Caritas Est, 19) ».

« Le Christ est ressucité. Telle fut la réponse des Onze, lorsque les disciples d’Emmaüs, qui avaient reconnu Jésus à la fraction du pain se précipitèrent pour les rejoindre à Jérusalem (cf. Luc 24:33-40). Leur rencontre avec le Seigneur ressucité changea leur deuil en joie, leur déception en espérance. Leur témoignage de foi insuffle en nous la ferme conviction que le Christ vit au milieu de nous, nous apportant les dons qui nous permettent de devenir des messagers d’espérance dans le monde d’aujourd’hui ».