Le Pape est arrivé en Israël

25-05-2014 source : Radio Vatican

Le Pape accueilli par le Président israélien et le Premier ministreAprès la Jordanie et Bethléem, voici le Pape en Israël, ultime étape de son pèlerinage en Terre Sainte.

Le Pape François est arrivé à Tel-Aviv, par hélicoptère depuis Bethléem. Il a été accueilli par le président israélien Shimon Peres et le Premier ministre Benjamin Netanyahu. Etaient également présentes les autorités politiques, civiles et religieuses du pays, ainsi que les Ordinaires catholiques de Terre Sainte. Comme en Jordanie et en Palestine, les honneurs militaires ont été rendus au Pape. Les hymnes du Vatican et d’Israël ont été joués.

Peres et Netanyahu souhaitent la bienvenue au pape

Shimon Peres et Benjamin Netanyahu, qui l’avaient déjà rencontré au Vatican, lui ont souhaité tour à tour la bienvenue en Israël. Le président israélien s’est attaché, devant le Pape, à rappeler que l’Etat hébreu était un Etat démocratique, respectueux de la liberté religieuse. « Nous ne permettrons à quiconque de mettre en question ces valeurs », a-t-il assuré, avant d’affirmer que les Israéliens étaient heureux de la venue du Pape, y voyant un signe d’espoir et de paix pour le futur. « Vous êtes notre frère, bienvenue! », a-t-il conclu.

Le Premier ministre est quant à lui revenu sur la rencontre qu’il avait eue avec le Pape, récemment, au Vatican. « Je suis resté impressionné par votre personnalité spirituelle, votre relation sincère au peuple juif. Nous avions parlé de votre volonté de nous réconcilier avec les Palestiniens : notre main est tendue vers tous ceux qui veulent cohabiter avec nous, en paix», a-t-il encore déclaré.

Nouvel appel à la paix

Le Pape s’est ensuite adressé à ses hôtes, se présentant en pèlerin, exprimant sa joie de fouler la Terre Sainte, berceau d’une histoire plurimillénaire et creuset des grands monothéismes, judaïsme, christianisme et islam. Et le Pape de souhaiter que « cette Terre bénie soit un lieu où il n’y ait aucune place pour celui qui, en instrumentalisant et en exacerbant la valeur de sa propre appartenance religieuse, devient intolérant et violent envers celle d’autrui ».

Comme il l’avait fait devant les autorités palestiniennes ce matin, François a renouvelé son appel à la paix entre Israéliens et Palestiniens, plaidant pour que la solution à deux Etats « devienne réalité et ne demeure pas un rêve », encourageant les parties à poursuivre leurs efforts en vue de la réconciliation entre les deux peuples.

« Pas de place pour l’antisémitisme »

Le Pape a évoqué sa visite au mémorial Yad Vashem, prévue lundi matin, un moment qui, pour François, s’annonce « particulièrement touchant ». « Nous souvenant toujours du passé, promouvons une éducation où l’exclusion et l’affrontement laissent place à l’inclusion et à la rencontre, où il n’y ait pas de place pour l’antisémitisme, quelle que soit la forme sous laquelle il se manifeste, ni pour une quelconque expression d’hostilité, de discrimination ou d’intolérance envers des personnes et des peuples» .

Le Pape a également eu une pensée pour les victimes de la fusillade de Bruxelles, survenue samedi soir au musée juif de la capitale belge.Selon un dernier bilan, quatre morts sont à déplorer, parmi lesquels un couple d’Israéliens. Le Pape a exprimé son « profond chagrin » devant ce drame et « cet acte criminel de haine antisémite » ; « je confie l’âme des victimes à la miséricorde de Dieu, et je prie pour la guérison des blessés ».

Il a tourné également ses pensées vers Nazareth et la Galilée, où les chrétiens ont exprimé une grande frustration que le Saint-Père ne trouve pas le temps, dans son voyage de trois jours en Terre sainte, de les visiter, alors que Paul VI, Jean Paul II et Benoît XVI l’avaient fait. Au cours du regina Cœli, le Pape a assuré qu’il espérait pouvoir s’y rendre, au cours d’un prochain voyage.

Le Pale François a enfin réitéré personnellement au président Shimon Peres, l’invitation lancée au regina Cœli ce matin, de se rencontrer avec le président palestinien au Vatican afin de prier pour la paix.
Le Pape s’est ensuite envolé pour Jérusalem, la Ville Sainte, à bord d’un hélicoptère israélien.