se lancer dans l’aventure de la Miséricorde

Le Pape en tram à CracovieLe Pape François avait rendez-vous ce jeudi 28 juillet avec les jeunes du monde entier qui participent aux Journées mondiales de la jeunesse. Il les a rencontrés en fin d’après-midi à Cracovie lors de la cérémonie d’accueil. Le Pape est arrivée à Blonia à bord d’un tramway entouré d’une quinzaine d’enfants et d’adolescents handicapés, avec qui il a échangé quelques mots. Il a ensuite traversé le parc à bord de la papamobile sous les applaudissements des jeunes. Le Saint-Père les a invité à «être à l’écoute de ceux que nous ne comprenons pas, de ceux qui viennent d’autres cultures, d’autres peuples, également de ceux que nous craignons parce que nous croyons qu’ils peuvent nous faire du mal.»

Des chants, des danses folkloriques, des drapeaux flottant au vent, aux couleurs de toutes les nations représentés lors de ces JMJ, la joie et l’enthousiasme étaient contagieux ce jeudi soir au parc Blonia. Les jeunes du monde entier, plus d’un million, attendaient ce rendez-vous, première grande rencontre avec le Pape François. Protégés de la pluie par des panchos imperméables bleu, jaune et rouge, arc-en-ciel ajoutant encore au climat de fête qui a envahi toute la ville, ils étaient l’image d’une Église jeune, joyeuse et pleine d’espérance

«Tous ensemble nous ferons de ces journées une vraie fête jubilaire». C’est la promesse du Pape faite aux jeunes, dont il a salué l’engagement, la passion, l’énergie leur proposant un vrai projet de vie : «construire des ponts», «abattre les murs», «secourir le pauvre seul et abandonné». Un projet qui nécessite «un cœur capable de rêver», un cœur ouvert à la «Miséricorde du Père qui a le visage de le jeunesse» car «un cœur miséricordieux sait aller à la rencontre des autres, il sait être un refuge pour celui qui n’a jamais eu de maison ou l’a perdue. Dire miséricorde, c’est dire opportunité, c’est dire demain, engagement, confiance, ouverture, hospitalité, compassion, rêves.»

Le Saint-Père a ensuite exprimé sa douleur «de rencontrer des jeunes qui ont l’air de ‘‘retraités’’ précoces», des jeunes «qui ont ‘‘jeté l’éponge’’ avant de commencer la partie. Qui sont ‘‘résignés’’ sans avoir commencé à jouer. Qui marchent, le visage triste, comme si leur vie n’avait pas de valeur». Le Pape a également  mis en garde contre «les vendeurs de fausses illusions» et il s’est dit «meurtri» «de voir des jeunes qui consacrent leur vie à la recherche du ‘‘vertige’’, ou de cette sensation de se sentir vivants par des chemins obscurs qu’ensuite ils finissent par ‘‘payer’’… payer cher». Ne vous laissez pas voler «le meilleur de vous-mêmes, ne permettez pas que la joie, les rêves vous soient volés par de fausses illusions.»