Aujourd’hui est un temps de miséricorde

Messe de conclusion du Synode sur la famille*

Ce dimanche matin, le Pape a présidé la messe solennelle qui a conclu la quatorzième Assemblée ordinaire du Synode des évêques sur la vocation et la mission de la famille dans l’Église et dans le monde.

 « Aujourd’hui est un temps de miséricorde ». A l’issue du Synode et à quelques semaines du Jubilé de la Miséricorde qui sera lancé le 8 décembre prochain, le Pape met en garde contre « une foi qui ne s’enracine pas dans la vie des gens », « au lieu d’oasis, elle crée d’autres déserts. » Dans son homélie, François a invité les pères synodaux à poursuivre « le chemin que le Seigneur désire », « sans nous laisser jamais offusquer par le pessimisme et par le péché ».

Placer l’homme au contact de la miséricorde compatissante qui sauve

Dans l’Évangile de ce dimanche, Jésus s’arrête pour répondre au cri de l’aveugle Bartimée. Il s’arrête « pour le rencontrer en personne », et lui demande : « que veux-tu que je fasse pour toi ? ». La réponse semble évidente, mais Jésus la pose « en tête à tête »  de  manière « directe mais respectueuse ». Il montre qu’il « veut écouter nos besoins. » « Il désire avec chacun de nous un échange fait de vie, de situations réelles que rien n’exclut devant Dieu (…) Il croit en nous, beaucoup plus que nous croyons en nous-même. »

Détails « intéressant », Jésus demande à ses disciples d’aller vers Bartimée : « Courage ! », « Lève-toi », disent-ils à l’aveugle répétant les paroles « encourageantes et libératrices de Jésus », le conduisant à lui « sans sermon ». « Les disciples de Jésus sont appelés à cela, aujourd’hui aussi, spécialement aujourd’hui : placer l’homme au contact de la miséricorde compatissante qui sauve. Quand le cri de l’humanité devient, comme en Bartimée, encore plus fort, il n’y a pas d’autre réponse que de faire nôtres les paroles de Jésus et surtout d’imiter son cœur. Les situations de misère et de conflit sont pour Dieu des occasions de miséricorde. Aujourd’hui est un temps de miséricorde ! »

Attention à la « spiritualité du mirage » et à la « foi programmée »

Le Pape met en garde contre deux tentations mises en exergue par l’Évangile de ce dimanche. La première : se montrer sourds aux problèmes d’autrui, « aller de l’avant sans nous laisser déranger », comme les disciples qui passent à côté de Bartimée comme si de rien n’était. « Une spiritualité du mirage. »

« Nous pouvons marcher à travers les déserts de l’humanité sans voir ce qu’il y a réellement, mais bien ce que nous voudrions voir, nous ; nous sommes capables de construire des visions du monde, mais nous n’acceptons pas ce que le Seigneur nous met devant les yeux. Une foi qui ne sait pas s’enraciner dans la vie des gens demeure aride et, au lieu d’oasis, elle crée d’autres déserts. »

L’autre risque est celui de tomber dans une « foi programmée ». Marchant avec le peuple de Dieu, mais en ayant « déjà notre plan de marche, où tout rentre » où « nous savons où aller et combien de temps y mettre ; tous doivent respecter nos rythmes et chaque inconvénient nous dérange

Pour une Église miséricordieuse et inclusive

Il faut au contraire nous rappeler que Jésus « veut inclure, surtout celui qui est tenu aux marges et qui crie vers lui ». Miséricorde et inclusion. Il faut « suivre le chemin que le Seigneur désire », « sans nous laisser jamais offusquer par le pessimisme et par le péché, cherchons et voyons la gloire de Dieu qui resplendit dans l’homme vivant. »