contempler la Vierge blessée au pied de la Croix

Ce vendredi 15 septembre 2017, le Pape invite à contempler la Mère de Jésus au pied de la Croix, lors de sa messe quotidienne dans la chapelle de la Maison Sainte-Marthe, en la solennité de Notre Dame des Sept Douleurs.

Marie sous la croix de Jésus est une icône à «contempler»: peu de mots sont nécessaires pour reconnaître l’essence du témoignage d’«une femme» qui est «notre mère à tous».

Contempler la Mère de Jésus, c’est contempler le signe d’une contradiction, car Jésus est triomphant, mais sur la Croix. «Incompréhensible», dit le Pape pour qui «il faut la foi pour comprendre ou au moins se faire proche de ce mystère». Marie savait et «toute sa vie, elle a vécu avec une âme blessée».

Elle suivait Jésus en entendant les commentaires des personnes, parfois favorables et parfois pas. Mais elle était toujours derrière son Fils. C’est pour cela que «nous disons qu’elle est sa première disciple».

Ce «signe de contradiction» provoquait de l’inquiétude dans son cœur. Mais à la fin, elle était là, en silence, sous la Croix regardant son Fils. «Peut-être entendait-elle des commentaires du type : ‘Regarde, c’est la mère d’un de ces délinquants’».

Mais elle montra son visage, pour son Fils. «Ce que je vais dire maintenant, ce sont de petites paroles pour aider à contempler en silence ce mystère. À ce moment-là,  elle a accouché de nous tous, de l’Église. Le Fils lui dit : ‘voilà tes fils’. Il ne lui dit pas ‘mère’, mais ‘femme’. Femme forte et courageuse, femme qui était là pour dire : ‘c’est mon Fils, je ne le renie pas’. »

Ainsi, il ne faut pas réfléchir à l’Évangile de ce jour, mais le contempler. «Que ce soit à l’Esprit Saint de dire à chacun de nous ce dont il a besoin».