deux saintes femmes disciples du Christ

Nous avons célébré hier la mémoire liturgique de sainte Marie-Madeleine, disciple du Seigneur qui, dans les Évangiles, occupe une place de premier plan. Saint Luc la compte parmi les femmes qui avaient suivi Jésus après avoir été « guéries d’esprits mauvais et de maladies », en précisant que d’elle « étaient sortis sept démons » (Lc 8, 2).

Madeleine sera présente sous la Croix, avec la Mère de Jésus et d’autres femmes. Ce sera elle, au matin du premier jour après le samedi, qui découvrira le tombeau vide, auprès duquel elle restera en pleurs jusqu’à ce que lui apparaisse Jésus ressuscité (cf. Jn 20, 11).

Sainte Brigitte de Suède, Veuve, Fondatrice d’Ordre (1303-1373). Jean Paul II l’a déclarée co-patronne de l’Europe en octobre 1999.

L’histoire de Marie de Magdala rappelle à tous une vérité fondamentale : le disciple du Christ est celui qui, dans l’expérience de la faiblesse humaine, a eu l’humilité de lui demander de l’aide, a été guéri par Lui et s’est mis à le suivre de près, devenant témoin de la puissance de son amour miséricordieux, plus fort que le péché et que la mort.

Nous célébrons aujourd’hui la fête de sainte Brigitte, l’une des saintes proclamées Patronnes d’Europe par le Pape Jean-Paul II. Sainte Brigitte vint de Suède en Italie, elle vécut à Rome et se rendit aussi en pèlerinage en Terre Sainte.

À travers son témoignage, elle nous parle de l’ouverture entre les peuples et les civilisations différentes. Demandons-lui d’aider l’humanité d’aujourd’hui  à  créer de grands espaces de paix. Qu’elle obtienne en particulier du Seigneur la paix dans cette Terre Sainte pour laquelle elle eut une profonde affection et vénération.

Je confie moi aussi l’humanité tout entière à la puissance de l’amour divin, tandis que j’invite chacun à prier afin que les bien-aimées populations du Moyen-Orient soient capables d’abandonner la voie du conflit armé, et de construire, avec l’audace du dialogue, une paix juste et durable. Que Marie, Reine de la paix, prie pour nous !

Dans la beauté de la création, je vous invite à contempler la beauté de Dieu. Qu’en cette période de l’année, chacun puisse se sentir invité à se reposer et à se tourner davantage vers le Christ, qui demeure toujours présent à nos côtés pour nous conduire au chemin de la vie. Que le Seigneur vous bénisse tous, ainsi que vos proches.

BENOÎT XVI – ANGÉLUS – Les Combes (Val d’Aoste) – dimanche 23 juillet 2006


© Copyright – Libreria Editrice Vaticana