la Vierge Marie et la Sagesse éternelle

la Vierge de l'Annonciation Taddeo di BartoloPour connaître la Sagesse éternelle, incréée et incarnée, Grignion de Montfort a constamment invité à se confier à la Très Sainte Vierge Marie, si inséparable de Jésus que l’« on séparerait plutôt la lumière du soleil » [12].

Il demeure un incomparable chantre et disciple de la Mère du Sauveur, en laquelle il célèbre celle qui conduit sûrement vers le Christ: « Si nous établissons la solide dévotion de la Très Sainte Vierge, ce n’est que pour établir plus parfaitement celle de Jésus-Christ, ce n’est que pour donner un moyen aisé et assuré pour trouver Jésus-Christ » [13].

Car Marie est la créature choisie par le Père et totalement donnée à sa mission maternelle. Entrée en union avec le Verbe par son libre consentement, elle se trouve associée de manière privilégiée à l’Incarnation et à la Rédemption, de Nazareth jusqu’au Golgotha et au Cénacle, absolument fidèle à la présence de l’Esprit Saint. Elle « a trouvé grâce devant Dieu pour tout le monde en général et pour chacun en particulier » [14].

Aussi saint Louis-Marie appelle-t-il à se livrer tout entier à Marie pour accueillir sa présence au fond de l’âme. « Marie devient toute chose à cette âme auprès de Jésus-Christ: elle éclaire son esprit par sa pure foi. Elle approfondit son cœur par son humilité, elle l’élargit et l’embrase par sa charité, elle le purifie par sa pureté, elle l’anoblit et l’agrandit par sa maternité » [15].

Le recours à Marie porte toujours à faire à Jésus une plus grande place dans la vie; il est significatif, par exemple, que Montfort invite le fidèle à se tourner vers Marie avant la communion: « Vous supplierez cette bonne Mère de vous prêter son cœur, pour y recevoir son Fils dans ses mêmes dispositions » [16].

En notre temps où la dévotion mariale est vivante mais pas toujours suffisamment éclairée, il serait bon de retrouver la ferveur et le ton juste du Père de Montfort pour donner à la Vierge sa vraie place et apprendre à la prier: « Mère de miséricorde, faites-moi la grâce d’obtenir la vraie sagesse de Dieu et de me mettre pour cela au nombre de ceux que vous aimez, que vous enseignez, que vous conduisez. … Vierge fidèle, rendez-moi en toutes choses un parfait disciple, imitateur et esclave de la Sagesse incarnée, Jésus-Christ votre Fils » [17].

Sans doute certaines transpositions de langage s’imposent-elles, mais la famille montfortaine doit continuer son apostolat marial dans l’esprit de son fondateur, afin d’aider les fidèles à maintenir une relation vivante et intime avec celle que le Concile Vatican II a honorée comme un membre suréminent et absolument unique de l’Église, rappelant que « la Mère de Dieu est, comme l’enseignait déjà saint Ambroise, le modèle de l’Église dans l’ordre de la foi, de la charité et de la parfaite union au Christ » [18].

Message du Saint-Père JEAN-PAUL II à la famille montfortaine à l’occasion du  50eanniversaire de la canonisation de son fondateur le 21 juin 1997 § 4

[12] Traité de la vraie dévotion, 63.
[13] Ibid. 62.
[14] Ibid. 164.
[15] Le Secret de Marie, 57.
[16] Traité de la vraie dévotion, 266.
[17] L’Amour de la Sagesse éternelle, 227.
[18] Lumen Gentium, 63.