LE COEUR DE JOSEPH

Ce 10 mars, nous sommes au premier  jour de la neuvaine préparatoire à la fête de Saint Joseph.
(N’oublions pas que c’est le prénom de baptême  de notre Saint Père, Benoît XVI)

***

LE COEUR DE JOSEPH
FORMÉ PAR LE COEUR DE JÉSUS

Qui nous dira avec quelle attention toute palpitante
d’une émotion sacrée, avec quel cœur tout
brûlant des plus pures ardeurs Joseph devait
aspirer les flots qui s’échappaient du divin Cœur
de son Fils ? Il apprenait ainsi le prix inestimable
des âmes et le devoir de les aimer toutes puisque,
pour toutes, Jésus était venu, allait
souffrir et mourir.

A nous aussi de nous efforcer sans cesse de
réaliser avec Jésus une intimité d’âme qui devra
se faire toujours plus étroite et plus profonde;
à nous d’entretenir avec le divin Maître cette
conversation très douce qui nous livrera le secret
de son amour et l’objet de sa volonté
à notre égard.

Une méditation dont les éléments seraient
empruntés à l’Évangile et vivifiés par la prière
nous permettra de nous approcher de plus en
plus du Coeur de Jésus, qui ne demande qu’à
se livrer à nous.

Tout le cycle liturgique n’a pas d’autre objet
que de nous présenter Jésus dans les divins
mystères de son Incarnation et de sa Rédemption.
Vivons-nous de la liturgie, sachant mettre à profit
tout ce qui est fait de nos jours pour nous permettre
d’en goûter toute la saveur et de profiter
de toutes les richesses qu’elle renferme ?

Les saints, également, n’ont grandi en perfection
que parce qu’ils ont admirablement reproduit
en eux les vertus de Jésus. A leur école aussi
nous pouvons apprendre à entrer dans l’intimité
du Christ, à entendre sa voix et à contempler
ses vertus comme le faisait saint Joseph.

Ch. Adrien GARNIER