le pardon d’Assise

le Pape a passé la porte sainte de la PortionculeLe Pape, seul, en prière silencieuse dans la Portioncule : c’est l’image marquante de cette deuxième visite du Saint-Père à Assise  jeudi 4 août, à l’occasion des 800 ans du Pardon d’Assise. Près de trois ans après un déplacement très dense, le 4 octobre 2013, le Pape a cette fois effectué une visite brève et symbolique, de deux heures seulement, sur les pas de saint François, dans cette modeste chapelle de pierre où le «Poverello» a reçu sa conversion, fondé l’Ordre des Frères Mineurs, et choisi de mourir, pauvre parmi les pauvres.

Accueilli par un tapis de fleurs rappelant « François, témoin d’humilité, exemple de paix et d’accueil », le Saint-Père est entré seul, dans la grande basilique déjà pleine de Sainte-Marie-des-Anges dans la plaine d’Assise. C’est devant ces 3000 pèlerins, fidèles et Franciscains que le Pape a commenté l’Évangile de saint Matthieu. il a invité chacun à pardonner comme Dieu miséricordieux nous l’a enseigné.

Le Pape a passé, seul, la porte sainte de la Portioncule cet après-midi.

«Je désire vous envoyer tous au paradis !» Devant les nombreux fidèles, le Pape a rappelé ces paroles prononcées par saint François à la Portioncule il y a 800 ans. Et pour «rejoindre cette place au Paradis», «le chemin du pardon est certainement le chemin principal à suivre» explique le Saint-Père. Commentant la parabole racontée par Jésus à Pierre, il interroge : «pourquoi devrions-nous pardonner à une personne qui nous a fait du mal ?»

Dans ce récit, un serviteur dont la grande dette est annulée par son roi par pitié, ira pourtant s’en prendre à celui qui lui doit une somme d’argent. «Il se jeta sur lui pour l’étrangler, en disant : ‘‘Rembourse ta dette’’»«Dans cette scène, nous trouvons tout le drame de nos relations humaines», déplore le Pape. «Quand nous sommes, nous, en dette avec les autres, nous voulons la miséricorde ; quand, au contraire, nous sommes créanciers nous invoquons la justice ! Acceptons-le, cela nous le faisons toujours, mais ça ne peut être le style de vie des chrétiens» insiste le Saint-Père. Car quand «Jésus nous enseigne à pardonner», c’est pour le faire sans limites.

«Parce qu’en premier nous avons reçu le pardon, et infiniment plus.» «C’est la caresse du pardon», et la parabole nous dit exactement cela : comme Dieu est patient, «comme il nous pardonne, de même nous devons nous aussi pardonner à qui nous fait du mal».

«Nous savons bien, que nous sommes pleins de défauts et que nous retombons souvent dans les mêmes péchés.» Mais «Dieu ne se lasse pas d’offrir toujours son pardon chaque fois que nous le demandons. C’est un pardon plein, total.» Une indulgence plénière comme saint François l’avait demandé au pape Honorius III en 1216 à la Portioncule d’Assise. En cette Année de la miséricorde, ce «pardon peut vraiment renouveler l’Église et le monde», car aujourd’hui encore, «trop de personnes vivent enfermées dans la rancœur et couvent la haine, parce qu’incapables de pardon, ils ruinent leur propre vie et celle des autres au lieu de trouver la joie de la sérénité et de la paix.» «Le monde a besoin de pardon.»

Le Pape conclut en répétant deux fois cette phrase :«Offrir le témoignage de la miséricorde dans le monde d’aujourd’hui est une tâche à laquelle personne d’entre nous ne peut se soustraire.»

Et il s’est ensuite rendu à l’infirmerie, pour rencontrer les frères anciens. Malades ou vieillissants, ils sont pris en charges et soignés par d’autres Franciscains, plus jeunes. Avec eux, le Saint-Père devait prendre une thé à la cafétéria dans un bâtiment accolé à la Basilique Sainte-Marie-des-Anges.

Pendant son déplacement, le Pape François a confessé 19 personnes dont plusieurs jeunes scouts. Il a aussi rencontré l’imam de Pérouse, qui était présent cet après-midi à Assise.

Il a enfin remercié les fidèles pour son accueil, leur rappelant de ne pas oublier de toujours pardonner, d’exprimer un pardon du cœur. «Est-ce que quelqu’un n’a pas besoin de pardon ici ? Non, tout le monde veut le pardon» a-t-il interpellé les fidèles avant de prier la Madone ensemble.