Le salut vient d’un cœur humble…

… qui fait confiance à Dieu

OSSROM14407_LancioGrande2014-12-16 Radio Vatican

Dieu sauve « le cœur repenti » alors que celui qui ne lui fait pas confiance attire sur soi la « condamnation » : voilà ce qu’a affirmé le Pape François lors de son homélie prononcée ce mardi matin en la chapelle de la maison Sainte-Marthe.

« L’humilité sauve l’homme aux yeux de Dieu, l’orgueil le perd. La clef se trouve dans le cœur, celui de l’homme humble est ouvert, il sait se repentir, accepter la correction et faire confiance à Dieu. Celui de l’homme orgueilleux est à l’opposé : arrogant, fermé, qui ne connaît pas la honte et qui est imperméable à la voix de Dieu ». Le passage du prophète Sophonie et celui de l’Évangile suscitent une réflexion en parallèle : « les deux textes parlent d’un « jugement » dont dépend le salut et la condamnation. »

L’humilité est l’unique voie

La situation décrite par le prophète Sophonie est celle d’une ville rebelle où réside cependant un groupe repenti de ses propres péchés : le Pape souligne qu’il constitue le « peuple de Dieu » qui a en lui « trois caractéristiques » : l’humilité, la pauvreté et la confiance dans le Seigneur.

Mais dans la ville, il y a aussi ceux qui « n’ont pas accepté de correction et ne font pas confiance au Seigneur ». Ceux-ci seront frappés par la condamnation selon le Saint-Père. En revanche, le Seigneur dit : « Je laisserai subsister au milieu de toi, un peuple petit et pauvre : il fera confiance dans le nom du Seigneur pour toute la vie », « saint peuple de Dieu qui est humble, dont les richesses sont dans la foi et la confiance portée au Seigneur, ce peuple humble et pauvre est sauvé. Et l’Église doit emprunter ce même chemin, (…) pas l’autre chemin qui ne considère pas la voix du Seigneur, qui n’accepte pas les corrections et qui ne fait pas confiance au Seigneur. »

Sincèrement repentis

Le Pape s’appuie ensuite sur l’Évangile du jour, avec la parabole du père qui envoie ses deux fils travailler à la vigne. Le premier refuse mais ensuite, se repent et s’y rend. Le second dit oui au père mais en réalité, il lui ment et n’y va pas. Cet épisode est encore valable aujourd’hui : la situation est identique à celle de tant de chrétiens qui se sentent « purs » seulement parce qu’ils se rendent à la Messe et qu’ils communient. Mais Dieu a besoin d’autre chose : « si ton cœur n’est pas repenti, si tu n’écoutes pas le Seigneur, si tu n’acceptes pas la correction et que tu ne lui fais pas confiance, tu n’as pas un cœur repenti. »

Ce jugement « nous donne l’espérance, pourvu que nous ayons le courage d’ouvrir notre cœur à Dieu sans réserve », «  lorsque nous serons en mesure de reconnaître nos péchés et de les offrir au Seigneur, alors nous serons ce beau peuple, ce peuple petit et pauvre, qui fait confiance dans le nom du Seigneur. Que le Seigneur nous concède cette grâce. »