les églises, lieux de services et non supermarchés

église de Saint Sigismond 49

Vigilance, service, gratuité pour purifier le temple de Dieu, profané ou transformé en commerce : trois paroles soulignées par le Pape François dans son homélie de ce 24 novembre lors de la messe à la Maison Sainte-Marthe, en commentant les lectures du Livre des Maccabées et l’Évangile du jour selon saint Luc dont le thème commun est celui de la purification du temple, profané ou transformé en tanière à voleurs.

Le plus important dans le temple de Dieu, c’est ce qui se passe dans notre cœur. Il faut donc apprendre à regarder en soi car «purifier le temple intérieur, c’est veiller dessus» en être vigilant, c’est-à-dire savoir ce qui va et vient à l’intérieur de son cœur, les sentiments, les idées, les échanges avec l’Esprit Saint.

Ce temple, il faut en prendre certes soin. Penser à son embellissement physique c’est bien, mais c’est secondaire. Comme Jésus, il faut avant tout prendre soin de ceux qui y sont présents, les malades, les souffrants, les nécessiteux. «D’abord le service, ensuite les ornementations», car «le temple c’est les autres» et en se faisant proches, aidant, se mettant «au service, on se rapproche de Jésus qui est là à l’intérieur».

Les églises sont gratuites

La troisième attitude c’est la gratuité. En effet, «tant de fois nous entrons dans un temple, une paroisse etc, tristement car nous ne savons pas si nous sommes dans la maison de Dieu ou dans un supermarché». Le Pape François dénonce le manque de gratuité, «les commerces à l’intérieur des églises et la liste des prix pour les sacrements». «Dieu nous a sauvés gratuitement, il ne nous a rien fait payer».

Le Saint-Père reconnaît tout de même la nécessité d’avoir de l’argent pour faire avancer les structures et maintenir les prêtres. Mais pour lui, si «tu donnes la gratuité, Dieu fera le reste et comblera ce qui manque». «Nos églises sont des églises de services, des églises gratuites.»