l’idéal qui doit nous orienter

Sincérité, courage, honnêteté des mœurs

Ceci nous amène à une autre observation. La conception du parfait chrétien doit faire grand cas des vertus morales propres à la nature humaine, considérée intégralement (cf. Décret De Instit. sacerdotali n. 11). Citons la première de ces vertus: la sincérité, la véracité « Que votre parole soit: oui, oui; non, non » (Matthieu 5, 37; Jacques 5, 12).

Nous devons délivrer le chrétien de la fausse et déshonorante opinion qu’il lui est permis de jouer sur sa parole; qu’il y a en lui duplicité entre la pensée et la parole; qu’il peut, en vue d’un bien, tromper son prochain. Le manteau de la religion n’est pas pour protéger l’hypocrisie (cf. Bernanos, L’imposture).

Il en est de même du sens de la justice. Et d’abord de la justice commutative, celle qui regarde le mien et le tien, c’est-à-dire l’honnêteté des rapports économiques, les affaires, la rectitude administrative, spécialement dans les offices publics.

Ensuite, de la justice sociale (que les anciens appelaient légale, « dans ce sens que, par là, l’homme se conforme à la loi qui ordonne les actes de toute l’œuvre humaine au bien commun » — cf. S. Th. II-II, 58, 6; c’est pourquoi saint Thomas l’appelle « vertu architectonique » — (cf. ibid. 60, 1 ad 4).

Nous disons de même du sens du devoir, du courage, de la magnanimité, de l’honnêteté des mœurs, et ainsi de suite (cf. Gillet, La valeur éducative de la morale catholique).

Nous devons hautement apprécier ces vertus naturelles, même si nous n’oublions pas qu’en dehors de l’ordre de la grâce elles sont incomplètes, et souvent associées aux faiblesses humaines les plus déplorables (cf. St Augustin, De la cité de Dieu, V, 19; P.M. 41, 166); et souvenons-nous combien elles sont stériles par elles-mêmes, en valeur surnaturelle (ibid. XX, 25; P.L. 41, 656; et XXI, 16; P.L. 41, 730).

Enseignements dépassés? Non. Le Concile nous les rappelle lorsque, par exemple, il dit: « Un grand nombre de nos contemporains semblent redouter un lien trop étroit entre l’activité concrète et la religion: ils y voient un danger pour l’autonomie des hommes, des sociétés et des sciences ». Et il défend ainsi la légitime autonomie dans la gestion des réalités terrestres (Gaudium et Spes, n. 36).

suite page 5