recevoir un autre Paraclet

PAPE FRANÇOIS

REGINA COELI

Piacce saint Pierre
Dimanche 21 mai 2017

L’Évangile (Jn 14,15 à 21) d’aujourd’hui, suite de celui de dimanche dernier, nous ramène à ce moment poignant et dramatique qu’est le dernier repas de Jésus avec ses disciples. l’Évangéliste Jean recueille de la bouche et du cœur du Seigneur ses derniers enseignements avant sa passion et sa mort.

Jésus promet à ses amis, à ce triste moment, obscur, qu’après lui, ils recevront « un autre Paraclet » (v. 16). Ce mot signifie un autre « avocat », un autre défenseur, un autre Consolateur, « l’Esprit de vérité » (v 17.); et il ajoute: « Je ne vous laisserai pas orphelins, je viendrai à vous » (v 18.).

Ces mots traduisent la joie d’une nouvelle venue du Christ: Lui, ressuscité et glorifié, demeure dans le Père et, en même temps, vient à nous dans l’Esprit Saint. Et en cette nouvelle venue, il révèle notre union avec Lui et avec le Père: « Vous savez que je suis en mon Père, et vous en moi et moi en vous » (v 20).

Méditant sur ces paroles de Jésus, nous percevons maintenant par le sens de la foi être le peuple de Dieu en communion avec le Père et avec Jésus par l’Esprit Saint. Dans ce mystère de communion, l’Église est la source inépuisable de sa mission, qui est réalisé par l’amour.

Jésus dit dans l’Évangile d’aujourd’hui: « Celui qui acceuille mes commandements et qui les observe est celui qui m’aime. Celui qui m’aime sera aimé de mon Père, et je l’aimerai et je me manifesterai à lui « (v. 21). Et l’amour qui nous mène à la connaissance de Jésus, à travers l’action de cet « avocat » que Jésus a envoyé, le Saint-Esprit. L’amour pour Dieu et le prochain est le plus grand commandement de l’Évangile.

Aujourd’hui, le Seigneur nous appelle à répondre généreusement à l’appel de l’Évangile à aimer, à mettre Dieu au centre de notre vie età nous consacrer au service des frères, en particulier ceux qui ont le plus besoin de soutien et de consolation.

S’il y a une attitude qui n’est jamais facile, jamais accordé même pour une communauté chrétienne, c’est jle propre de savoir aimer, d’aimer selon l’exemple du Seigneur et par sa grâce. Parfois, les contrastes, l’orgueil, l’envie, les divisions laissent leur marque sur le beau visage de l’Église.

Une communauté de chrétiens devrait vivre dans l’amour du Christ, et pourtant celui qui est où le Malin nous « prend la main » et nous nous laissons parfois berner. Et ceux qui ne font pas le poids sont spirituellement faible. Combien d’entre eux – et vous savez que quelques-uns – combien d’entre eux se sont éloignés parce qu’ils ne se sentent pas acceptés, – ne se sentent pas compris, ne se sentent pas aimés.

Combien de personnes se sont éloignés, par exemple, d’une paroisse ou communauté pour le bavardage ambiant, la jalousie, l’envie qu’ils s’y trouvent. Même pour un chrétien, savoir aimer n’est jamais une donnée acquise une fois pour toutes; tous les jours, vous devez recommencer, vous devez vous exercer parce que notre amour pour nos frères et sœurs que nous rencontrons, devient mature et purifié à partir de ses limites ou des péchés qui en font partie, égoïsme, stérilité et infidélité.

Chaque jour, vous devez apprendre l’art d’aimer. Écoutez ceci: tous les jours, vous devez apprendre l’art de l’amour, tous les jours, vous devez suivre patiemment l’école du Christ, chaque jour, vous devez pardonner et regarder Jésus, et cela, avec l’aide de cet « avocat », de ce Consolateur que Jésus nous a envoyé, le Saint-Esprit.

Que La Vierge Marie, parfaite disciple de son Fils et Seigneur, nous aide à être toujours plus docile au Paraclet, l’Esprit de vérité, à apprendre chaque jour à aimer les uns les autres comme Jésus nous a aimés.


© Copyright – Libreria Editrice Vaticana