Sainte Marie Mère de Dieu prie avec nous pour la paix

Après la messe solennelle célébrée en la Basilique Saint-Pierre, le Pape François a prié l’Angélus du 1er janvier 2018 sur la Place Saint Pierre, malgré une pluie persistante. Il a formulé des vœux pour la nouvelle année : « une année de sérénité et de paix, illuminée par la constante bénédiction de Dieu. »

SOLENNITÉ DE SAINTE MARIE, MÈRE DE DIEU
JOURNÉE MONDIALE DE LA PAIX

PAPE FRANÇOIS

ANGÉLUS

Place Saint-Pierre
Dimanche 1er janvier 2017

Entre Jésus et les hommes, Marie intercède – Angélus du 1/01/2018 © Vatican Media

Sur la première page du calendrier du Nouvel An que le Seigneur nous donne, l’Église pose, comme une enluminure magnifique, la solennité liturgique de sainte Marie Mère de Dieu. En ce premier jour de l’année civile, fixons les yeux sur elle, pour reprendre, sous sa protection maternelle, le chemin au long des sentiers du temps.

L’Évangile d’aujourd’hui (cf. Lc 2,16-21) nous reconduit à l’étable de Bethléem. Les pasteurs arrivent en hâte et trouvent Marie, Joseph et l’Enfant ; et ils rapportent l’annonce que leur ont donnée les anges, c’est-à-dire que ce Nouveau-né est le Sauveur. Tous s’étonnent, tandis que « Marie, cependant, retenait tous ces événements et les méditait dans son cœur » (v. 19).

La Vierge nous fait comprendre comment doit être accueilli l’événement de Noël : non pas superficiellement mais dans le cœur. Elle nous indique la véritable façon de recevoir le don de Dieu  : le garder dans le cœur et le méditer. C’est une invitation adressée à chacun de nous à prier en contemplant et en goûtant ce don qu’est Jésus même.

C’est par Marie que le Fils de Dieu assume la corporéité. Mais la maternité de Marie ne se réduit pas à cela : grâce à sa foi, elle est aussi la première disciple de Jésus et cela “dilata” sa maternité. Ce sera la foi de Marie qui provoquera à Cana le premier “signe” miraculeux, qui contribue à susciter la foi des disciples.

Avec la même foi, Marie est présente au pied de la croix et reçoit comme fils l’apôtre Jean ; et enfin, après la Résurrection, elle devient mère priante de l’Église sur laquelle descend l’Esprit Saint avec puissance, à la Pentecôte.

Comme mère, Marie a une fonction très spéciale : elle se pose entre son Fils Jésus et les hommes dans la réalité de leurs privations, de leurs indigences et de leurs souffrances. Elle intercède, consciente qu’en tant que mère elle peut, ou plutôt elle doit rendre présent au Fils les besoins des hommes, spécialement des plus faibles et des plus nécessiteux.

C’est à ces personnes qu’est dédié le thème de la 51e Journée mondiale de la paix que nous célébrons aujourd’hui : “ Les migrants et les réfugiés: des hommes et des femmes en quête de paix”. C’est la devise du jour. Je désire, encore une fois, me faire la voix de nos frères et sœurs qui invoquent pour leur avenir un horizon de paix.

Pour cette paix, qui est droit de tous, nombre d’entre eux sont prêts à risquer leur vie dans un voyage qui dans la plupart des cas est long et dangereux, à affronter des peines et des souffrances (cf. Message pour la Journée mondiale de la paix 2018, 1).

N’éteignons pas l’espérance dans leurs cœurs ; n’étouffons pas leurs attentes de paix ! Il est important que de la part de tous, institutions civiles, réalités éducatives, d’assistance et ecclésiales, il y ait un engagement pour assurer aux réfugiés, aux migrants, à tous, un avenir de paix. Que le Seigneur nous accorde d’œuvrer avec générosité en cette nouvelle année pour réaliser un monde plus solidaire et plus accueillant.

Je vous invite à prier pour cela, tandis qu’avec vous je confie à Marie, Mère de Dieu et notre mère, l’année 2018 à peine commencée. Les vieux moines russes, mystiques, disaient qu’en temps de turbulences spirituelles il fallait se rassembler sous le manteau de la Sainte Mère de Dieu.

En pensant à de nombreuses turbulences d’aujourd’hui, et surtout aux migrants et aux réfugiés, prions comme eux nous ont enseigné à prier : « Sous ta protection nous cherchons refuge, sainte Mère de Dieu. Ne rejette pas nos prières dans nos besoins, mais sauve-nous de tout danger, Vierge glorieuse et bénie. »

*

Je désire, une fois encore, me faire la voix de nos frères et sœurs qui invoquent pour leur avenir un horizon de paix. Pour cette paix, à laquelle tous ont droit, beaucoup parmi eux sont prêts à risquer leur vie dans un voyage souvent long et périlleux, à affronter les épreuves et les souffrances… N’éteignons pas l’espérance dans leurs cœurs, n’étouffons pas leurs attentes de paix !