toujours prêt à pardonner

06-03-2016 source : Radio Vatican

Quatre missionnaires de la Charité assassinées au Yémen«Dieu nous laisse libres de faire des erreurs parce qu’il nous a fait le don de la liberté» : le Pape François l’a rappelé en ce quatrième dimanche de Carême, en commentant l’Évangile de Luc, qui contient les trois paraboles de la miséricorde : «celle de la brebis perdue, celle de la pièce d’argent perdue, et puis la grande parabole, du fils prodigue ou mieux encore: du père miséricordieux».

Un père, qui est un homme «tolérant, toujours prêt à pardonner et qui espère contre toute espérance». Un père qui attend, «confiant», le retour de son jeune fils. «C’est ainsi que Dieu agit avec nous. » Comme le père avec son plus jeune fils, «il nous laisse libres, même de faire des erreurs, parce qu’il nous a fait le grand don de la liberté. C’est à nous d’en faire bon usage». Et le Saint-Père reconnait,que «ce don de la liberté que Dieu nous a donné» l’«étonne toujours».

«Fidélité de l’amour de Dieu»

Poursuivant sa réflexion sur l’attitude du père envers ses des deux fils, le plus jeune qui a «décidé de quitter la maison» et le fils aîné «qui est toujours resté chez lui», le Pape met en garde contre la tentation de se croire «juste». «Lorsque quelqu’un se sent pécheur, il se sent vraiment peu de choses», constate le Saint-Père, qui dit avoir entendu de nombreuses personnes lui dire “je suis une saleté”.

Au contraire, «lorsqu’une personne se sent juste et qu’elle dit “moi j’ai toujours bien fait les choses”, dans ce cas là aussi, le père vient à notre rencontre» car «cette attitude de se sentir juste est une mauvaise attitude. C’est l’attitude du diable». «Le père attend ceux qui se reconnaissent pécheurs mais il va aussi chercher ceux qui se sentent justes.»

«Les erreurs que nous commettons, même les plus grandes, n’entament pas la fidélité de l’amour de Dieu.» En conclusion, nous sommes invités à «intensifier le chemin intérieur de conversion» en nous «laissant toucher par le regard plein d’amour de notre Père» et «en rejetant tout compromis avec le péché».

«Dans cette part de Carême qui nous sépare encore de Pâques, nous sommes appelés à intensifier le chemin intérieur de la conversion. Laissons-nous atteindre par le regard plein d’amour de notre Père et retournons à Lui de tout notre cœur, en rejetant toute compromission avec le péché. Que la Vierge Marie nous accompagne jusqu’à l’embrassement régénérant avec la Divine Miséricorde.»

*

«Je tiens à exprimer ma proximité aux Missionnaires de la Charité pour la grande perte qui les a touchées il y a deux jours avec l’assassinat de quatre sœurs à Aden, au Yémen, où elles aident les personnes âgées. Je prie pour elles et pour les autres personnes tuées dans l’attaque, et pour les membres de leur famille. Ce sont les martyres aujourd’hui! Pas de couvertures de journaux, pas nouvelles : elles donnent leur sang pour l’Église. Ces personnes sont victimes de l’attaque de ceux qui les ont tuées et même de l’indifférence, de cette mondialisation de l’indifférence, à qui cela n’importe pas… Que Mère Teresa accompagne dans le ciel ses filles martyres de la charité, et intercède pour la paix et respect sacré de la vie humaine.»