Fais de moi ton Corps

Et je fête aujourd’hui le jour anniversaire
Où tu as ouvert mon esprit
A l’hypothèse de l’invisible:
« Ceci est mon corps livré en mémorial »
Et depuis ce jour tu fais de moi ton Corps
Quand tu me donnes le tien
A manger, «à mâcher» dit l’Évangile.
Dieu, mon Dieu, Père…, Fils…, Esprit Saint..
Que pourrais-je de Toi recevoir davantage
Que ces trois mots?
Ton mystère le plus intérieur m’est donné.
Et pourtant, fidèle à l’Évangile du Royaume,
Tu as ajouté le «surcroît» innombrable
De la communion des saints.

Aujourd’hui dans le mystère de ta Présence
Une parole se fait plus insistante:
« Qui mange ma chair
Moi je le ressusciterai au dernier jour. »

A ce lendemain aussi invisible
Que ton Corps consacré,
Fais-moi la grâce de répondre:
«Sur ta Parole, Seigneur, je crois. »
Au-delà de toute apparence
Je crois que tu me feras franchir la mort.
L’exode d’Israël passant la mer Rouge,
Ton exode à toi, Jésus, le troisième jour
« Te relevant d’entre les morts
Selon les Écritures»,
Sont la tête de pont
De mon personnel exode.
Et tous les dogmes et les sacrements
Et la Bible et Marie,
Ces étoiles de ma vie,
Sont en orbite autour de ce point central :
Tu nous fais passer la mort.
Tu viendras me chercher dans la tombe,
Tu me ressusciteras.
C’est pourquoi on te nomme Sauveur.

Jacques Loew