Prière de Saint Louis, roi de France

O DIEU, l’Être des êtres qui êtes mon DIEU, prosterné devant Votre divine Majesté, je Vous adore et je Vous aime. Daignez accepter l’offrande que je Vous fais de toutes mes pensées, de toutes mes paroles et de toutes mes actions.

Je me propose d’agir aujourd’hui et toujours pour Votre amour, pour Votre gloire, pour accomplir Votre sainte volonté, pour Vous servir, Vous louer et vous bénir, pour satisfaire à Votre justice, pour le soulagement des âmes du Purgatoire, pour obtenir aux pécheurs la grâce d’une véritable conversion.

Je désire faire tout en union, aux intentions et aux dispositions qu’ont eues sur la terre tous les Saints du Ciel, l’auguste Vierge Marie et Jésus-Christ, mon Sauveur. Je voudrais pouvoir signer de mon sang la protestation que je Vous fais en ce jour et la réitérer à tous les moments jusqu’à mon dernier soupir.

Recevez, ô mon Dieu, l’hommage de mon cœur et de toutes ses affections et daignez m’accorder la grâce de ne commettre aucun péché mortel au cours de ma vie, surtout en ce jour pendant lequel je désire gagner toutes les indulgences dont je serai capable.

Je Vous prie de me faire participant des fruits de toutes les messes qu’on célèbrera et que toutes les bonnes œuvres qu’on fera servent à la conversion des pécheurs.

Tout dans l’amour de DIEU, Pour l’amour de DIEU, Par amour pour DIEU.

Louis IX, roi de France

Prière ancienne à Saint Louis :

Sire le Roi,
qui envoyiez Vos plus beaux chevaliers
en escoutes à la pointe de l’armée chrétienne,
daignez Vous souvenir d’un fils de France
qui voudrait se hausser jusqu’à Vous
pour mieux servir Sire Dieu et dame Sainte Église.

Donnez-moi du péché mortel
plus d’horreur que n’en eut Joinville qui pourtant fut bon chrétien,
et gardez-moi pur comme les lys de Votre blason.
Vous qui teniez Votre parole, même donnée à un infidèle,
faites que jamais mensonge ne passe ma gorge,
dût franchise me coûter la vie.
Preux inhabile aux reculades,
coupez les ponts à mes feintises,
et que je marche toujours au plus dru.
Ô le plus fier des barons français,
inspirez-moi de mépriser les pensées des hommes
et donnez-moi le goût de me compromettre
et de me croiser pour l’honneur du Christ.
Enfin, Prince, Prince au grand Cœur,
ne permettez pas
que je sois jamais médiocre, mesquin ou vulgaire,
mais partagez-moi votre Cœur Royal
et faites qu’à Votre exemple, je serve à la française, royalement.
Ainsi soit-il.