Archives de catégorie : Informations

sur l’Association, la Chapelle, la vie de l’Église

Emmaüs

Duccio di Buoninsegna. La route d'Emmaus. 1308 sur panneau de bois. Museo dell Opera del Duomo Sienne ItalieNotre Pape Benoît XVI a commenté l’évangile de ce dimanche 6 avril 2008 aux fidèles rassemblés à Rome, place Saint-Pierre à midi, pour la prière mariale du Regina Caeli.

Emmaüs indique la route où tout homme peut rencontrer le Christ. C’est un message d’espérance lorsque « nous nous sentons abandonnés par le Seigneur ».

« Emmaüs représente tout lieu en réalité : la route qui y conduit est le chemin de tout chrétien, et même de tout homme. C’est sur nos routes que Jésus ressuscité se fait compagnon de voyage, pour rallumer dans nos cœurs la chaleur de la foi, et de l’espérance, et rompre le pain de la vie éternelle ».

« Ce drame des disciples d’Emmaüs apparaît comme un reflet de la situation de nombreux chrétiens de notre temps. Il semble que l’espérance de la foi ait échoué. La foi même entre en crise à cause des expériences négatives qui font que nous nous sentons abandonnés par le Seigneur. Mais cette route d’Emmaüs, sur laquelle nous marchons, peut devenir un chemin de purification et de maturation de notre foi en Dieu ».

A la célébration de la messe, il y a « dans la première partie, l’écoute de la Parole par les Saintes Ecritures ; dans la deuxième, la liturgie eucharistique et la communion avec le Christ présent dans le sacrement de son Corps et de son Sang. En se nourrissant à cette double table, l’Église s’édifie sans cesse et se renouvelle de jour en jour dans la foi, dans l’espérance et dans la charité ».

Lire la suite →

Jean-Paul II

Jean_Paul_IIAujourd’hui nous célébrons le troisième anniversaire de la mort de Jean-Paul II. Voici le texte de l’homélie que le pape Benoît XVI a prononcée au cours de la messe qu’il a présidée ce mercredi 2 avril à Rome Place Saint-Pierre à cette occasion.

Chers frères et sœurs,

La date du 2 avril est restée gravée dans la mémoire de l’Eglise comme le jour du départ de ce monde du serviteur de Dieu le Pape Jean-Paul II. Nous revivons avec émotion les heures de ce samedi soir, lorsque la nouvelle de sa mort fut accueillie par une grande foule en prière qui remplissait la Place Saint-Pierre. Pendant plusieurs jours la Basilique vaticane et cette Place ont véritablement été le cœur du monde. Un fleuve ininterrompu de pèlerins rendit hommage à la dépouille mortelle du vénérable Pape et ses funérailles marquèrent un témoignage supplémentaire de l’estime et de l’affection qu’il avait conquises dans l’âme de très nombreux croyants et de personnes de tous les lieux de la terre.

Lire la suite →

Lourdes 150 ans !

Lourdes basilique de l'Immaculée Conception au dessus de la GrotteAssociés de la Médaille Miraculeuse, nous nous réjouissons, car ce lundi marquait le 150ème anniversaire des apparitions de Lourdes.

(source : Radio Vatican)
L’Anniversaire est marqué à Rome en même temps que la journée des malades, célébrée tous les ans le 11 février, mémoire liturgique de Notre Dame de Lourdes. Un reliquaire contenant une côte de Sainte Bernadette Soubirous a été porté en procession jusqu’à la basilique Saint Pierre où le cardinal Barragan a célébré la messe .

70 000 pèlerins ont rejoint le sanctuaire de Lourdes pour commémorer la première apparition de la Vierge Marie, à Bernadette Soubirous c’était il y a 150 ans le 11 février 1858. La procession mariale, dimanche soir a été suivie d’une nuit d’adoration dans la basilique Notre-Dame du Rosaire. Ce lundi, journée mondiale des malade, une messe internationale a été célébrée par Mgr Jacques Perrier, évêque de Tarbes et de Lourdes en présence de 26 évêques et 800 prêtres.

Cette année «jubilaire» est l’occasion de se ressourcer et d’approfondir le sens du service, dans ce lieu de grande liberté où l’Évangile peut être vécu, comme le rappelle Mgr Perrier, tout en revenant sur le sens du message de Lourdes.

(source : Croire)
Quand la Vierge est apparue à Bernadette, elle n’a pas dit son nom tout de suite. Elle a d’abord proposé à la fillette de faire, avec elle, son signe de croix. Et l’enfant, apeurée par cette étrange dame, fut, dès ce moment, c’est elle qui le raconte, « parfaitement tranquille ». Ce signe de croix partagé ensemble n’est pas anodin. Il devient pour Bernadette le signe qui lui permet de rejoindre la dame, de l’écouter, de lui parler et de lui obéir. Et il lui donne la paix. Ce jour là, dans sa grande simplicité, Bernadette nous ouvre ainsi la voie de l’apaisement du coeur.