Archives de catégorie : Editorial

Editorial de la lettre aux associés de la Médaille miraculeuse

Pourquoi saluer Marie ?

Pourquoi saluer Marie ?

Annonciation Tempera sur bois XVIe Siècle Florence DR
Annonciation Tempera sur bois XVIe Siècle Florence DR

Surtout en ce mois de mars, nous aimons la prière du «Je vous salue, Marie». Ce sont les premières paroles de l’Annonciation, célébrée le 25. Elles reprenent la salutation pleine de délicatesse de l’Ange Gabriel, «envoyé par Dieu dans une ville de Galilée du nom de Nazareth à une jeune fille qui s’appelait Marie : ‘Je vous salue, pleine de grâce, le Seigneur est avec vous’» (Luc 1, 28).

Dès le Concile d’Éphèse en 431 où Marie a été proclamée «Mère de Dieu», les chrétiens se sont adressés à elle pour demander son aide, puisqu’au moment de mourir sur la croix, Jésus a confié tous les croyants à sa mère en la personne de l’apôtre Jean. «Voyant sa mère et près d’elle le disciple qu’il aimait, Jésus dit à sa mère : ‘Femme, voici ton fils’. Il dit au disciple : ‘ Voici ta mère’» (Jean 19, 26-27).

Que veut dire «pleine de grâce» ? Que Marie est pleine de la présence de Dieu. «Et si elle est entièrement habitée par Dieu, il n’y a pas de place en elle pour le péché… Marie est l’unique ‘oasis toujours verte’ de l’humanité, créée immaculée pour accueillir pleinement par son ‘oui’ Dieu qui venait  dans le monde et commencer ainsi une histoire nouvelle.» (Pape François)

Nous continuons notre prière avec celle d’Élisabeth, «remplie de l’Esprit Saint» (Luc 1, 41), qui accueille Marie au moment de la Visitation. En effet, elle est «bénie entre toutes les femmes» parce qu’elle a cru en l’accomplissement de la parole du Seigneur. Elle est devenue, par sa foi, la mère des croyants, recevant celui qui est la bénédiction même de Dieu.

Il faut attendre le XIVe siècle pour voir la deuxième partie sous forme de supplication : «Priez pour nous, pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort.» Déjà on ne manquait pas de s’adresser à la Vierge Marie en disant : «Sainte Marie, Mère de Dieu». Et c’est le plus beau nom qu’on puisse lui donner. ■

P. Jean-Daniel Planchot, cm
LETTRE aux associés de la Médaille Miraculeuse – mars-avril 2020

LE CHEMIN DE DAMAS

Saint Paul converti sur le chemin de Damas Église Saint Paul Lyon
Saint Paul converti sur le chemin de Damas Église Saint Paul Lyon

EN ce 25 janvier, on célèbre la conversion de saint Paul. Comment la rencontre a-t-elle pu se faire un jour entre le judaïsme passionné de Saul de Tarse et le message libérateur de Jésus ?

Car quand Saul, – son nom avant sa conversion – entendit parler de Jésus de Nazareth et de ses disciples, ce fut pour s’y opposer violemment de tout son zèle de juif fervent et pour persécuter… jusqu’au jour où sa vie fut soudain retournée par un évènement et une expérience inoubliable dont nous avons trois récits dans les Actes des Apôtres (9,3 ; 22,6 ; 26,13).

C’est au terme d’un voyage de Jérusalem à Damas. Il est midi. Or, voici que soudain une lumière plus lumineuse que le soleil, qui est pourtant dans tout son éclat, enveloppe Saul et sa troupe. Tous sont terrassés et tombent à terre. Saul entend une voix lui parler : «Saul, Saul, pourquoi me persécutes-tu ?» Il lui répond : «Qui es-tu, Seigneur ?» La voix reprend : «Je suis Jésus que tu persécutes.» Et Saul, de nouveau : «Seigneur, que veux-tu que je fasse ?» La voix répond : «Relève-toi, va à Damas ; là, on te dira tout ce qu’il t’est prescrit de faire.»

La conversion de saint Paul sur le chemin de Damas - Hans Speckaert XVIe siècle | DR
____________________________________________________________________________________ Hans Speckaert XVIe siècle – La conversion de saint Paul sur le chemin de Damas | DR

Saul se relève mais, bien qu’il ait les yeux grands ouverts, le voici devenu aveugle. Il restera ainsi trois jours dans la nuit complète. Il est conduit par la main jusqu’à Damas, et là il logera chez un certain Jude qui habite la rue Droite, la grande rue de Damas.

C’est lui-même qui nous donne la vérité sur cette conversion lorsqu’il déclare : «J’ai été empoigné par Jésus Christ» (Philippiens 3,12). Cette emprise personnelle du Christ sur sa vie, à partir de ce moment-là, sera radicale. Il dira plus tard : «Ce n’est plus moi qui vis, c’est le Christ qui vit en moi.»

Le Ressuscité s’est manifesté à Saul comme Messie glorifié en Dieu et vivant dans ses disciples avec lesquels il ne fait qu’un. ■

P. Jean-Daniel Planchot, cm

***

SAINT PAUL :
COURTE BIOGRAPHIELire la suite →

les vrais enfants de Marie

Ainsi font les vrais enfants de Marie.

Sainte Famille, James Willkinson (1937) église de Dieulefit (Drôme) - D.R.
Sainte Famille, James Willkinson (1937) église de Dieulefit (Drôme) – D.R.

Ils se plaisent à rester près d’Elle, dans sa maison. C’est-à-dire qu’ils aiment la retraite, la vie intérieure, l’oraison, ne cherchant pas à paraître au-dehors, préférant à tous les vains éclats du monde, la solitude avec leur Mère, la vie obscure et cachée de Nazareth, le silence et l’oubli.

Ils l’honorent comme leur très bonne et très aimante Mère et l’aiment d’un amour tendre et fort qui ne recule pas devant le sacrifice.

Ils lui obéissent avec fidélité, suivant en tout ses conseils, évitant avec un soin jaloux, ce qui pourrait lui déplaire et pratiquent, à son imitation, toutes les vertus, celles surtout qu’ils savent lui être plus agréables : la charité, l’humilité, l’obéissance, la pureté.

Ils ont en elle une confiance sans borne, réclamant sans cesse son secours, lui découvrant leurs difficultés avec une grande ouverture de coeur et s’attachant à sa miséricorde et à sa douceur pour avoir le pardon de leurs péchés par son intercession ou pour goûter ses douceurs maternelles dans leurs peines ou leurs ennuis.

Ils se jettent enfin, et se perdent d’une manière admirable en son sein virginal pour y être embrasés du pur amour et purifiés des moindres taches, et pour y trouver pleinement Jésus qui y réside comme sur un trône de gloire.

Vous le voyez, la vie avec Marie prend l’activité entière de l’âme.

C’est une imitation continuelle de ses vertus, qui transforme l’enfant à la ressemblance de sa Mère, et, par suite, de son divin Frère Jésus ; c’est une union intime de notre âme à son âme, de notre coeur à son coeur, de nos actions aux siennes.

Sans doute, ce n’est pas en un jour que nous parviendrons à la perfection de cette union, mais il dépend de nous de nous y exercer. ■

Jean-Daniel Planchot, cm