Archives de catégorie : Editorial

Editorial de la lettre aux associés de la Médaille miraculeuse

LE SOLEIL DE DIEU

Présent au rendez-vous cet été, le soleil éclaire nos visages. Le 6 août, nous  célébrons le Christ rayonnant en sa Transfiguration devant Pierre, Jacques et Jean. Nous aussi nous avons besoin de ce soleil de Dieu, qui réchauffe et qui éclaire, aujourd’hui comme dans la bienheureuse éternité où à la suite de son Fils la Vierge Marie nous précède en son Assomption, célébrée le 15 août.

Contemplons donc le 6 août, avec Pierre, Jacques et Jean, apôtres du Seigneur, contemplons le Christ transfiguré, qui revêt sur son visage d’homme la gloire de Dieu. Cette gloire, il va n’y entrer vraiment qu’après sa résurrection et son ascension, et nous y sommes tous appelés. En témoigne la présence d’Élie et de Moïse qui représentent la Loi et les Prophètes.

Le couronnement de la Vierge - Raphaël - Pinacothèque Vaticane
Le couronnement de la Vierge – Raphaël – Pinacothèque Vaticane

Et c’est le début de quarante jours en été qui correspondent aux quarante jours du carême en hiver. II s’agit du temps entre la Transfiguration et l’exaltation de la Sainte Croix du 14 septembre. Cette dernière fête nous invite à retrouver le sens du signe de la croix dont nous avons été marqué le jour de notre baptême.

Le lendemain, inséparable de cette fête, dans l’été finissant, la fête de Notre-Dame des Douleurs. Cette Piéta nous la retrouvons sur la Médaille Miraculeuse avec le M de Marie surmonté de la Croix. Mais, un mois avant jour pour jour, au centre de ce petit carême d’été culmine au mois d’août son Assomption. Réjouissons-nous avec l’Église entière de ce que Dieu a pleinement assumé la vie de Marie, entrée dans la gloire du ciel avec son corps, à la suite de son Fils.

Et nous, comme elle,
si nous le désirons profondément,
si nous le vivons déjà intensément,
nous sommes appelés à ressusciter
et à entrer par la puissance de l’Esprit de Jésus
dans cette gloire sans fin du Père des cieux,
celle de ses véritables enfants. ■

Jean-Daniel Planchot, cm

Nous pouvons poursuivre notre méditation avec cet autre éditorial :

https://www.medaille-miraculeuse.fr/editorial/la-lumiere-du-thabor.html Lire la suite →

Avec Marie, prenons soin de l’Église

Vierge à l’Enfant et anges musiciens, Vers 1920 - Chine - Jérôme Mondière D.R.
Vierge à l’Enfant et anges musiciens, Vers 1920 – Chine – Jérôme Mondière D.R.

Quelle joie de pouvoir saluer Notre Sainte Mère. Quel que soit le pays dont nous provenons, près d’elle, nous sommes présents dans ce monde qui est le nôtre comme famille de Dieu, comme disciples du Christ, confirmés par son Esprit pour être les témoins de son amour et de sa vérité devant tous.

Connaissant toutes les souffrances et les injustices que supporte notre terre, profondément émus de nous y trouver, soyons conscients aussi du redressement et de l’espérance possible. Image vibrante de l’Église universelle, la diversité des nations et des cultures montre que véritablement la Bonne Nouvelle du Christ est pour tous et pour chacun ; elle a atteint les extrémités de la terre.

Et cependant, nombreux sont encore à la recherche d’une patrie spirituelle. Quelques-uns ne sont ni catholiques ni chrétiens. D’autres, peut-être, se tiennent aux frontières de la vie de leur paroisse et de l’Église.

Offrons-leur nos encouragements : comme Marie, approchons-nous, les bras pleins d’amour du Christ pour qu’ils reconnaissent en l’Église leur maison ! Personne n’est obligé de rester à l’extérieur, car depuis  le jour de la Pentecôte, l’Église est une et universelle.

Par ses sanctuaires notamment, comme la Rue du Bac ou Lourdes, la Sainte Mère de Dieu nous rappelle aussi d’associer ceux qui ne sont pas présents au milieu de nous, spécialement les malades ou les handicapés mentaux, les jeunes qui sont en prison, ceux qui connaissent des situations difficiles en marge de nos sociétés et ceux qui, pour une raison ou une autre, se sentent loin de l’Église.

Marie dit à chacun : Jésus est proche de toi ! Fais l’expérience de son étreinte qui guérit, de sa compassion et de sa miséricorde ! ■

P. Jean-Daniel Planchot, cm

Patiente Marie

Toute la vie de Marie ne fut qu’un constant exercice de patience. La compassion qu’elle éprouva des souffrances du Rédempteur, dès l’instant où elle devint sa Mère, suffit à faire de Marie un modèle de patience.

La Sainte Famille-Vitrail de l’église Notre-Dame des Airs Saint-Cloud - L et A Alleaume vers 1937
La Sainte Famille-Vitrail de l’église Notre-Dame des Airs Saint-Cloud – L et A Alleaume vers 1937

Que n’endura-t-elle pas patiemment dans ses voyages à Bethléem, en Égypte, et durant tout le temps qu’elle vécut avec son Fils, d’abord en présence, puis en l’absence de Joseph, dans l’humble maison de Nazareth, cette maison que nous retrouvons à Lorette !

Pour saint François de Sales, aux noces de Cana, Jésus n’adressa à sa sainte Mère une réponse où il semblait peu tenir compte de ses prières qu’afin de nous proposer un exemple de sa patience.

Sa présence au Calvaire, près de Jésus expirant sur la croix, nous fait assez comprendre combien grande et sublime fut aussi la patience de la sainte Vierge. “Ce fut précisément alors, dit Albert le Grand, que par les mérites de sa patience, elle devint notre Mère, en nous enfantant à la vie de la grâce.”

La vertu de patience qui porte Marie à agir dans l’amour et non à se résigner et à subir les événements passivement, a quelque chose à voir avec l’espérance. “Ayez beaucoup d’humilité, de douceur et de patience” , dit saint Paul (Éphésiens 4, 2) et encore “l’amour prend !patience.” (1 Corinthiens 13, 4)

Au sein de notre société de l’immédiateté, il nous faut réapprendre à patienter : nous avons besoin de temps pour nous accomplir, pour réaliser de belles choses, pour nous découvrir. Nous avons besoin de temps dans l’amour.

Ô Marie, vous avez souffert avec tant de patience, vous qui étiez exempte de toute faute ! Ô notre Mère, la grâce que nous vous demandons aujourd’hui, ce n’est pas tant d’être délivrés des croix que de les porter avec patience. Nous vous en prions, pour l’amour de Jésus, obtenez que Dieu nous accorde cette grâce. ■

Jean-Daniel Planchot, cm