Archives de catégorie : Editorial

Editorial de la lettre aux associés de la Médaille miraculeuse

La Médaille, signe d’espérance

La Médaille, signe d’espérance

Sœur Catherine Labouré au milieu des révolutionnaires
Sœur Catherine Labouré au milieu des révolutionnaires

Le 27 novembre 1830, notre Sainte Mère est apparue à sainte Catherine Labouré et lui a donné la Médaille Miraculeuse. Lors de sa première apparition le 18 juillet, Marie lui dit : “Les temps sont très mauvais. Des douleurs viendront sur la France…. Le monde entier va être bouleversé par des misères de toutes sortes.” Marie parlait des révolutions de 1830 et 1832. (photo D.R.)

L’Église catholique a souffert de ces décennies de chaos plus que toute autre institution. La France et  ’Europe avaient déjà souffert d’une des époques les plus horribles de l’histoire. La Révolution française et son “règne de la terreur” dans les années 1790 avaient amené le massacre de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants.

Pas étonnant que Catherine Labouré vit des larmes dans les yeux de Marie quand elle a parlé des souffrances du peuple de Dieu. La situation semblait désespérée. Mais aucune situation n’est désespérée lorsque Marie, la mère de Jésus, prend les choses en main !

La Médaille Miraculeuse qu’elle a donnée à Catherine se propagea à travers l’Europe, puis en Amérique et partout dans le monde. Des dizaines de millions de médailles ont été distribuées déjà entre 1832 et 1840, et l’espoir se mit à briller comme le soleil après une tempête.

Nous faisons toujours face à de véritables défis. Raison de plus de nous tourner vers Marie Immaculée, de porter sa Médaille Miraculeuse et de propager la dévotion à Notre-Dame, qui apporte Jésus Christ, notre Seigneur et notre Dieu, au monde.

Depuis que la Médaille Miraculeuse a été révélée, Marie a touché la vie de centaines de millions de personnes qui l’ont  portée et ont eu recours en son intercession. Prions avec confiance. Profitons de la puissance de son intercession. Notre Sainte Mère attend nos prières et a promis d’intercéder pour tous ceux qui se confient à elle

Prions avec l’invocation que Notre-Dame donna à Catherine Labouré : “ Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous.” Et que Dieu vous bénisse toujours.■

P. Jean-Daniel Planchot, cm

Marie, d’une vie cachée à la gloire du Ciel

Marie, d’une vie cachée à la gloire du Ciel

La sainte Mère du Rédempteur
La sainte Mère du Rédempteur

La Vierge Marie, l’auguste mère du Sauveur Jésus, nous apparaît-elle plus belle et plus aimable lorsque nous la représentons entourée ici-bas d’une auréole éclatante, plutôt que lorsque nous la contemplons telle qu’elle fut toujours : humble, modeste et cachée.

Pendant sa vie mortelle, elle ne porte pas encore le diadème de la reine du ciel et de la terre ; mais elle n’en est pas moins grande, moins admirable et moins aimable lorsque nous la voyons remplissant, depuis le commencement jusqu’à la fin, son ministère de «servante de Dieu : ancilla Domini».

Telle fut donc la pieuse, la douce, l’incomparable personne qui a vécu ici-bas dans le travail et dans la douleur, en attendant de recevoir dans le ciel son éternelle récompense. C’est elle que nous considérons en nous basant sur les passages de l’Évangile qui la concernent, commentés par les paroles de la liturgie et par les traditions locales qui ont gardé sur la terre la trace de ses pas.

Ainsi la contemplons-nous telle qu’elle paraissait aux yeux de ses contemporains, dans le cadre merveilleux de la région où elle passa toute sa vie mortelle. En cela d’ailleurs, ce qui nous confirme dans ce sentiment, c’est la parole écrite par la main de sainte Thérèse de Lisieux : «La Sainte Vierge ! Oh ! comme il me semble que sa vie devait être simple !»

Évidemment, cette histoire réelle de la Vierge Marie est bien incomplète. Qu’importe ! Il en est dit assez pour que nous puissions l’aimer et la vénérer plus que toutes les autres simples créatures.

Et ceux qui ont noté miracles et merveilles autour de la sainte Mère du Rédempteur ont voulu lui rendre un hommage filial et dévoué et lui procurer ainsi un surcroit de gloire et d’honneur. Soyons aussi inspirés par ces témoignages dictés par la plus filiale et la plus délicate affection. ■

P. Jean-Daniel Planchot, cm

LE BIENHEUREUX SAINT JEAN-PAUL II

Saint Jean-Paul II

Saint Jean-Paul II - Vatican - DR
Saint Jean-Paul II – Vatican – DR

Aujourd’hui nous faisons mémoire de saint Jean-Paul II.

Santo subito ! Saint, tout de suite !’,
telle est l’acclamation entendue aux funérailles
de Jean-Paul II, le 8 avril 2005,
six jours après sa mort.

Benoît XVI ouvrait le procès de béatification
de son prédécesseur, fort d’une grande
reconnaissance populaire dans l’Église,
dès le 13 mai 2005, fête de Notre-Dame de Fatima.

Et six ans plus tard à Rome, le dimanche 1er mai 2011,
était béatifié le premier pape polonais,
globe-trotter, défenseur des droits de l’homme,
pourfendeur du communisme,
mais aussi pasteur proche des enfants,
des jeunes, des malades, des pauvres,
homme de prière, de foi et de confiance.

A peine trois ans plus tard, le Pape François  procédait à sa canonisation le 27 avril de l’année 2014.

Né le 18 mai 1920, orphelin de mère à 9 ans, Karol Wojtyla, voit son frère aîné emporté par la maladie trois ans plus tard. Son père décède au début de la Seconde Guerre mondiale. Le jeune étudiant, seul à l’âge de 20 ans, est d’abord ouvrier dans une carrière de pierre, puis dans une usine chimique. Il débute son séminaire clandestinement.

Après la guerre, jeune prêtre, il part étudier à Rome. Vicaire, aumônier d’étudiants, professeur de philosophie, on le retrouve auxiliaire de l’archevêque de Cracovie à 38 ans en 1958. Archevêque lui-même cinq ans plus tard, il participe aux premiers travaux du concile Vatican II. Homme d’Église reconnu, cardinal en 1967, il est préoccupé par les souffrances du peuple polonais.

Son élection comme pape, le 16 octobre 1978, va aider à la chute du mur de Berlin, en 1989, puis du bloc de l’Est. « N’ayez pas peur ! » lance-t-il le 22 octobre 1978. Jean-Paul II a donné un nouveau souffle à l’Église catholique durant son long pontificat de vingt-sept ans. En dépit d’un attentat en 1981 et de la maladie les dernières années, il a vécu jusqu’à 85 ans.

Pape marial, le 31 mai 1980, jour de la Visitation, lors de son voyage à Paris, Jean-Paul II est venu prier dans la Chapelle de Notre-Dame la Médaille Miraculeuse. Il y a notamment contemplé l’envers de la Médaille,  sur lequel se trouve la Croix et le M de Marie, inscrits aussi sur son blason pontifical. ■

P. Jean-Daniel Planchot, cm