Archives de catégorie : Editorial

Editorial de la lettre aux associés de la Médaille miraculeuse

1617 Mission naissante en sol Picard

Sermon de Folleville, aquarelle - J. Bernal
Sermon de Folleville, aquarelle – J. Bernal

S’approcher de ses 36 ans et se voir confirmer enfin sa véritable vocation à travers un événement conséquent, c’est ce qui est arrivé à ce prêtre dans la force de l’âge qu’était Vincent de Paul, alors précepteur dans la famille  noble des Gondi.

Mais que s’est-il donc passé à Gannes en Picardie ? “Un jour, on m’appela pour aller confesser un pauvre homme dangereusement malade, qui était réputation d’être le plus homme de bien, ou au moins un des plus hommes de bien de son village. Il se trouva néanmoins qu’il était chargé de péchés qu’il n’avait jamais osé déclarer en confession, ainsi qu’il le déclara lui-même tout haut par après en présence de feu madame la générale des galères lui disant : ‘Madame, j’étais damné, si je n’eusse fait une confession générale, à raison des gros péchés que je n’avais osé confesser.’ Cet homme mourut ensuite, et madite dame, ayant reconnu par là la nécessité des confessions générales désira que je fisse le lendemain une prédication sur ce sujet.”
                                                                                                                                             (Entretiens aux missionnaires du 17 mai 1658)

Vincent, le 25 janvier 1617, jour de la conversion de saint Paul, à Folleville, va prêcher sur la confession générale pour réconcilier avec Dieu, avec soi-même et avec son prochain. C’est un vrai succès et beaucoup désirent recevoir le sacrement de réconciliation. Madame de Gondi lui demandera d’en faire autant en plusieurs autres endroits sur ses terres. Toujours avec le même succès.

En 1625, avec la collaboration de quelques prêtres, il va instituer la Congrégation de la Mission dont le but premier est de porter l’évangile aux pauvres gens des champs. Ainsi donc voilà 400 ans a débuté la Mission en sol picard, étendue ensuite en France, en Europe et dans des contrées lointaines, Vincent confiant souvent cette Mission à l’intercession de la première missionnaire qu’est la Sainte Mère de Dieu. ■

P. Jean-Daniel Planchot, cm

LE CHEMIN DE DAMAS

banners_s-pablo-FR_1

EN ce 25 janvier, on célèbre la conversion de saint Paul. Comment la rencontre a-t-elle pu se faire un jour entre le judaïsme passionné de Saul de Tarse et le message libérateur de Jésus ?

Car quand Saul, – son nom avant sa conversion – entendit parler de Jésus de Nazareth et de ses disciples, ce fut pour s’y opposer violemment de tout son zèle de juif fervent et pour persécuter… jusqu’au jour où sa vie fut soudain retournée par un évènement et une expérience inoubliable dont nous avons trois récits dans les Actes des Apôtres (9,3 ; 22,6 ; 26,13).

C’est au terme d’un voyage de Jérusalem à Damas. Il est midi. Or, voici que soudain une lumière plus lumineuse que le soleil, qui est pourtant dans tout son éclat, enveloppe Saul et sa troupe. Tous sont terrassés et tombent à terre. Saul entend une voix lui parler : «Saul, Saul, pourquoi me persécutes-tu ?» Il lui répond : «Qui es-tu, Seigneur ?» La voix reprend : «Je suis Jésus que tu persécutes.» Et Saul, de nouveau : «Seigneur, que veux-tu que je fasse ?» La voix répond : «Relève-toi, va à Damas ; là, on te dira tout ce qu’il t’est prescrit de faire.»

La conversion de saint Paul sur le chemin de Damas Hans Speckaert XVIe siècle | DR
La conversion de saint Paul sur le chemin de Damas Hans Speckaert XVIe siècle | DR

Saul se relève mais, bien qu’il ait les yeux grands ouverts, le voici devenu aveugle. Il restera ainsi trois jours dans la nuit complète. Il est conduit par la main jusqu’à Damas, et là il logera chez un certain Jude qui habite la rue Droite, la grande rue de Damas.

C’est lui-même qui nous donne la vérité sur cette conversion lorsqu’il déclare : «J’ai été empoigné par Jésus Christ» (Philippiens 3,12). Cette emprise personnelle du Christ sur sa vie, à partir de ce moment-là, sera radicale. Il dira plus tard : «Ce n’est plus moi qui vis, c’est le Christ qui vit en moi.»

Le Ressuscité s’est manifesté à Saul comme Messie glorifié en Dieu et vivant dans ses disciples avec lesquels il ne fait qu’un. ■

P. Jean-Daniel Planchot, cm

***

SAINT PAUL : COURTE BIOGRAPHIELire la suite →

Marie et le trésor de notre foi !

La Sainte Mère veillant sur son enfant endormi - abbatiale Sainte Croix de Bordeaux
La Sainte Mère veillant sur son enfant endormi – abbatiale Sainte Croix de Bordeaux

Accueillons-nous en Église pour nous encourager dans notre vie chrétienne et, selon la consigne de Notre-Seigneur, nous « affermir » dans la foi (Luc 22, 32).

Certes, nous le savons, la foi chrétienne est bien perturbée dans nos familles, dans les lieux où nous résidons. Que notre dévotion à Marie, modèle des croyants, nous aide à enraciner en nous cette foi qui est le plus beau trésor reçu de nos pères !

Sollicitons la grâce d’un attachement profond au Christ et à son œuvre, pour être capables de dire avec lui : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant » (Matthieu 16, 16). « Où irions-nous ? Tu as les paroles de la Vie éternelle » (Jean 6, 68).

Écoutons comme les premiers chrétiens ces paroles de saint Pierre : « Ce Jésus, vous l’aimez sans l’avoir vu, vous croyez en lui sans le voir encore, et vous tressaillez d’une joie ineffable et toute céleste, sûrs de remporter la fin de votre foi, le salut de vos âmes » (1 Pierre 1, 8-9).

Mais aujourd’hui, comme à l’aube de l’Église, il faut scruter ce mystère : que signifie le salut de Jésus pour nous ? Comment l’accueillons-nous personnellement et dans nos communautés chrétiennes ? Quelle collaboration y apportons-nous ? Savons-nous devenir apôtres à notre tour ? Comment aidons-nous les autres à se relier à ce mystère d’amour, à en vivre ?

Comme le disait le pape Paul VI il y a cinquante ans lors de l’année de la Foi, le monde a un si grand besoin du levain et de la lumière évangéliques pour son pèlerinage terrestre et sa destinée éternelle !

C’est là une mission splendide, que nous ne devons pas cesser de nous rappeler. Puissions-nous vivre réconfortés, heureux de notre vocation chrétienne, insérés dans cette immense chaîne des témoins du Christ, ceux d’hier et ceux d’aujourd’hui !

Dans cette espérance, invoquons sur nos personnes, nos familles et nos communautés d’Église, les grâces de l’Esprit Saint et demandons pour ce faire l’intercession de notre Sainte Mère, la Vierge Marie.■

P. Jean-Daniel Planchot, cm