Tous les articles par P. Jean-Daniel Planchot

Samedi 23 janvier – Accueillir l‘autre

Samedi 23 janvier

Accueillir l‘autre

Jean 15,16 « Que vous portiez du fruit et que votre fruit demeure. »

——— Méditation

Semaine de prière pour l'unité des chrétiens
Semaine de prière pour l’unité des chrétiens

Quand nous nous laissons transformer par le Christ, son amour en nous grandit et porte des fruits. L‘accueil de l‘autre est une manière concrète de partager l‘amour qui nous habite.

Lorsque nous offrons à Jésus nos pauvres possibilités, lui-même les multiplie de façon surprenante.

« Dans un hôte c’est le Christ Lui-même que nous avons à recevoir. »

« Ceux que nous accueillons jour après jour trouveront-ils en nous des hommes, (des femmes) qui rayonnent le Christ, notre paix ? » Taizé

——— Prière

Jésus le Christ, tu connais notre désir d’accueillir pleinement les frères et sœurs qui  se trouvent  à nos côté. Tu sais combien souvent nous nous sentons démunis face à leur souffrance.  Toi le premier bien avant nous, tu les as déjà accueillis dans ta compassion. Parle-leur à travers nos mots, soutiens-les à travers nos gestes, et que ta bénédiction repose sur nous tous.

© 2021 Association pour l’unité des chrétiens

Texte présenté par l’Association de la Médaille Miraculeuse

Voici ta Mère!

« Voici ta Mère! » (Jn 19, 27).

Roger van den Weyden La Crucifixion vers 1460 Escorial Palace Madrid.
Roger van den Weyden La Crucifixion vers 1460 Escorial Palace Madrid.C’est Jésus, ô Vierge Marie, qui, de la croix,

C’est Jésus, ô Vierge Marie, qui, de la croix,
a voulu nous confier à Toi,
non pour atténuer, mais pour confirmer
son rôle exclusif de Sauveur du monde.
Si à travers le disciple Jean
tous les fils de l’Église t’ont été confiés,
j’ai d’autant plus plaisir à Te voir confiés, ô Marie,
les jeunes du monde.
A toi, douce Mère, dont j’ai toujours ressenti la protection,
je les confie à nouveau ce soir.
Sous ton manteau, sous ta protection,
ils cherchent refuge.
Toi, Mère de la grâce divine,
fais-les resplendir de la beauté du Christ!

Ce sont les jeunes de ce siècle,
qui à l’aube du nouveau millénaire,
vivent encore les tourments dérivant du péché,
de la haine, de la violence,
du terrorisme et de la guerre.
Mais ce sont également les jeunes
vers lesquels l’Église se tourne avec confiance consciente que,
avec l’aide de la grâce de Dieu ils réussiront à croire et à vivre
en témoins de l’Évangile dans l’aujourd’hui de l’histoire.

O Marie,
aide-les à répondre à leur vocation.
Guide-les vers la connaissance de l’amour véritable
et bénis ceux qu’ils aiment.
Soutiens-les dans les moments de souffrance.
Fais d’eux des annonciateurs courageux du salut du Christ
le jour de Pâques:  Paix à vous!
Avec eux, je me confie moi aussi encore une fois à Toi
et avec une affection pleine de confiance je te répète:
Totus tuus ego sum! Je suis tout à toi!

Et chacun d’eux s’exclame également avec moi:
Totus tuus!
Totus tuus!

Amen.

Le saint Pape Jean-Paul II confie les jeunes à la Vierge ( jeudi 10 avril 2003)


© Copyright – Libreria Editrice Vaticana

Texte présenté par l’Association de la Médaille Miraculeuse

12 Promesse d’un Sauveur – Lhomond

DOUZIÈME LECTURE : Promesse d’un Sauveur.

Quae repromissio ad patres nostros facta est, hanc Deus adimplevit.

abbé Charles François LHOMOND 1727-1794
abbé Charles François LHOMOND 1727-1794

Dieu a accompli la promesse qu’il avait faite à nos pères. Actes 13.

Qu’elle était profonde, ô mon Dieu, cette plaie que le péché avait faite à l’homme. Mais quelque grands que soient nos maux, vous pouvez les guérir ; il n’y a point de maladie incurable pour un médecin tout-puissant.

Si les effets de votre justice sont incompréhensibles, ceux de votre miséricorde ne le sont pas moins. Vous exigez, à la vérité, une réparation égale à l’offense, mais vous vous chargez de nous fournir la victime.

Vous exigez le paiement d’une dette immense, mais vous nous mettez vous-même entre les mains le prix qui doit nous acquitter envers vous. Vous avez consolé l’homme pécheur par l’espérance d’un Sauveur qui viendrait le délivrer de ses misères, et le réconcilier avec vous.

Ce vainqueur du démon, que vous aviez promis à Adam, vous l’aviez annoncé ensuite à Abraham, comme celui qui répandrait la bénédiction sur tous les peuples de la terre ; vous l’avez encore montré à Jacob, comme votre envoyé par excellence, comme l’objet des désirs et de l’attente des nations.

Vous avez alors marqué l’époque de sa venue ; vous avez entretenu et fortifié cette précieuse espérance, en le désignant à Moïse sous de nouveaux traits ; vous le lui avez montré comme le prophète par excellence, comme le libérateur de ses frères, le médiateur d’une nouvelle alliance, et vous nous avez ordonné de l’écouter.

Nous sommes, ô mon Dieu, dociles à sa voix, nous faisons profession de suivre sa doctrine. Nous sommes donc les enfants de la promesse, puisque nous croyons en lui. Vous avez dit à Abraham que vous seriez son Dieu et le Dieu de sa postérité. Vous comptez parmi ses enfants tous ceux qui imitent sa foi.

Nous sommes donc votre peuple ; c’est sur nous que s’est répandue la bénédiction qui devait faire le bonheur des nations. Nous ne cesserons jamais de célébrer votre miséricorde, qui a préparé à nos maux un remède si puissant et si admirable.

Charles François LHOMOND – DOCTRINE CHRÉTIENNE EXPLIQUÉE (1783)

Texte présenté par l’Association de la Médaille Miraculeuse

NB : à ceux qui le demanderont – par contact -, je donnerai gratuitement la version de ces prières, mise en EPUB.
P. J.-Daniel Planchot, cm