Tous les articles par P. Jean-Daniel Planchot

La vie chrétienne est de servir le Seigneur en se confiant à Marie

Avant la prière de l’angélus, place saint-Pierre, dimanche 20 janvier 2019, le Pape François est revenu sur le premier des «signes» opérés par Jésus au cours de son existence.

La nouvelle Alliance est scellée

Grandes heures de Jean de Berry (1409 Les Noces de Cana
Grandes heures de Jean de Berry (1409 Les Noces de Cana

Le premier de ces «signes prodigieux» a lieu  dans le village de Cana, en Galilée, lors de la fête d’un mariage, «car Dieu a épousé l’humanité».

Tout le mystère du signe de Cana est fondé «sur la présence de cet époux divin qui commence à se révéler, Jésus se manifeste en tant qu’époux du peuple de Dieu, annoncé par les prophètes, et nous révèle la profondeur de la relation qui nous unit à lui: c’est une nouvelle Alliance d’amour».

Le symbole du vin

Dans le contexte de cette Alliance, le sens du symbole du vin, qui est au centre de ce miracle, est parfaitement compris. Au moment où la fête est à son apogée, que le vin est fini, La mère de Jésus le remarque et lui dit: «Ils n’ont pas de vin» (v. 3). Les Écritures, en particulier les prophètes, désignaient le vin comme «élément typique du festin messianique» (cf. Am 9,13-14; Gl 2,24; Is 25,6).

«Tout ce qu’il vous dira, faites-le»

En transformant ainsi en vin l’eau des jarres utilisées «pour les purifications rituelles des Juifs» (v. 6), Jésus fait un signe éloquent: «Il transforme la loi de Moïse en Évangile, porteur de joie.» C’est alors que les paroles de Marie prennent tout leur sens: «Tout ce qu’il vous dira, faites-le» (v. 5).

Mettre les paroles en pratique

De cette manière, durant ces noces, «une nouvelle alliance est vraiment scellée et la nouvelle mission est confiée à toute l’Église.» «Servir le Seigneur signifie écouter et mettre en pratique sa parole : recommandation simple et essentielle de la Mère de Jésus, le programme de la vie du chrétien.» «Que la Sainte Vierge nous aide à suivre son invitation : « Tout ce qu’elle te dira, fais-le, afin que nous puissions nous ouvrir pleinement à Jésus, en reconnaissant dans la vie quotidienne les signes de sa présence vivifiante.»

Après l’angélus

Après avoir récité la prière de l’angélus, le Pape François a évoqué les JMJ de Panama, qui s’ouvriront mardi 22 janvier 2019. Il a demandé  de prier pour «ce très bel et important événement sur le chemin de l’Église».

Il a aussi fait allusion au message pour la Journée mondiale des communications sociales 2019. «Cette année, il contient une réflexion sur les communautés connectées et humaine. Internet et les réseaux sociaux sont une ressource de notre temps, une opportunité pour rester en contact avec autrui, pour partager valeurs et projets, et exprimer le désir de créer une communauté. Le réseau peut également nous aider à prier en communauté, à prier ensemble.»

Le Pape François a encouragé les efforts de l’UNESCO à l’occasion de la première journée internationale de l’éducation qui aura lieu le 24 janvier prochain.

Le Pape François ému par le naufrage de migrants en Méditerranée

Il s’est exprimé sur le naufrage en mer Méditerranée de 170 migrants ces derniers jours. Ces hommes, femmes et enfants se trouvaient à bord de deux bateaux.

Il a confié «avoir deux douleurs dans le cœur»: la Colombie et le naufrage en Méditerranée. «Je pense aux 170 victimes du naufrage en Méditerranée. Ils cherchaient un avenir, ils ont été victimes, peut-être, de trafiquants. Nous prions pour eux et pour les responsables de ce qu’il s’est passé.». «Il y donc 117 personnes portées disparues, dont 10 femmes et deux enfants – dont un était âgé d’à peine deux mois».

Une embarcation pneumatique transportant 120 personnes a fait naufrage vendredi 18 janvier au large de la Libye. Trois personnes seulement ont survécu.  Environ 53 autres personnes sont décédées en mer d’Alboran, la partie la plus occidentale de la mer Méditerranée.

UNITÉ 2019 : 3 LE SEIGNEUR EST BIENVEILLANT ET MISÉRICORDIEUX

20 JANVIER

LE SEIGNEUR EST BIENVEILLANT ET MISÉRICORDIEUX

Lectures bibliques

Psaume 145,8-13 : Le Seigneur est tendresse et pitié, lent à la colère et plein d’amour ; la bonté du Seigneur est pour tous, sa tendresse, pour toutes ses œuvres. Que tes œuvres, Seigneur, te rendent grâce et que tes fidèles te bénissent ! Ils diront la gloire de ton règne, ils parleront de tes exploits, annonçant aux hommes tes exploits, la gloire et l’éclat de ton règne : ton règne, un règne éternel, ton empire, pour les âges des âges. Le Seigneur est vrai en tout ce qu’il dit, fidèle en tout ce qu’il fait.

Matthieu 1,1-17 : GÉNÉALOGIE DE JÉSUS, CHRIST, fils de David, fils d’Abraham. Abraham engendra Isaac, Isaac engendra Jacob, Jacob engendra Juda et ses frères, Juda, de son union avec Thamar, engendra Pharès et Zara, Pharès engendra Esrom, Esrom engendra Aram, Aram engendra Aminadab, Aminadab engendra Naassone, Naassone engendra Salmone, Salmone, de son union avec Rahab, engendra Booz, Booz, de son union avec Ruth, engendra Jobed, Jobed engendra Jessé, Jessé engendra le roi David. David, de son union avec la femme d’Ourias, engendra Salomon, Salomon engendra Roboam, Roboam engendra Abia, Abia engendra Asa, Asa engendra Josaphat, Josaphat engendra Joram, Joram engendra Ozias, Ozias engendra Joatham, Joatham engendra Acaz, Acaz engendra Ézékias, Ézékias engendra Manassé, Manassé engendra Amone, Amone engendra Josias, Josias engendra Jékonias et ses frères à l’époque de l’exil à Babylone. Après l’exil à Babylone, Jékonias engendra Salathiel, Salathiel engendra Zorobabel, Zorobabel engendra Abioud, Abioud engendra Éliakim, Éliakim engendra Azor, Azor engendra Sadok, Sadok engendra Akim, Akim engendra Élioud, Élioud engendra Éléazar, Éléazar engendra Mattane, Mattane engendra Jacob,
Jacob engendra Joseph, l’époux de Marie, de laquelle fut engendré Jésus, que l’on appelle Christ. Le nombre total des générations est donc : depuis Abraham jusqu’à David, quatorze générations ; depuis David jusqu’à l’exil à Babylone, quatorze générations ; depuis l’exil à Babylone jusqu’au Christ, quatorze générations.

Prière

Dieu unique, Père, Fils et Saint-Esprit, nous te louons pour ton immense gloire manifestée dans toute la création. Aide-nous à grandir dans l’amour, dépassant les préjugés et les injustices et respectant le caractère unique de toute personne. Accorde-nous la grâce de vivre l’unité dans notre diversité. Nous te le demandons par ton Nom très saint. Amen.

Marie et la pérégrination de la foi

Marie et la pérégrination de la foi

Anton Raphael MENGS Aussig (Bohême), 1728 - Rome, 1779. L'Immaculée Conception - vers 1770 - 1779.
Anton Raphael MENGS Aussig (Bohême), 1728 – Rome, 1779. L’Immaculée Conception – vers 1770 – 1779.

Du saint Pape Jean-Paul II:

J’ai écrit dans Novo millennio ineunte qu' »on ne parvient véritablement à Jésus que par la voie de la foi » (n. 19). Ce fut précisément la voie suivie par Marie au cours de toute sa vie terrestre, et c’est la voie de l’Église en pèlerinage jusqu’à la fin des temps.

Le Concile Vatican II a beaucoup insisté sur la foi de Marie, mystérieusement partagée par l’Église, en mettant en lumière l’itinéraire de la Madone à partir du moment de l’Annonciation jusqu’au moment de la Passion rédemptrice (cf. Const. Lumen gentium, n. 57 et 67; Lettre enc. Redemptoris Mater, nn. 25-27).

Dans les écrits de saint Louis-Marie Grignon de Montfort, nous trouvons le même accent sur la foi vécue par la Mère de Jésus sur un chemin qui se déroule de l’Incarnation à la Croix, une foi dans laquelle Marie est le modèle et le type de l’Église. Saint Louis-Marie l’exprime avec une grande richesse de nuances lorsqu’il expose à son lecteur les « effets merveilleux » de la parfaite dévotion mariale:

« Plus donc vous gagnerez la bienveillance de cette auguste Princesse et Vierge fidèle, plus vous aurez de pure foi dans toute votre conduite:
une foi pure, qui fera que vous ne vous soucierez guère du sensible et de l’extraordinaire;
une foi vive et animée par la charité, qui fera que vous ne ferez vos actions que par le motif du pur amour;
une foi ferme et inébranlable comme un rocher, qui fera que vous demeurerez fermes et constants au milieu des orages et des tourmentes;
une foi agissante et perçante, qui, comme un mystérieux passe-partout, vous donnera entrée dans tous les mystères de Jésus Christ, dans les fins dernières de l’homme et dans le cœur de Dieu même;
une foi courageuse, qui vous fera entreprendre et venir à bout de grandes choses pour Dieu et le salut des âmes, sans hésiter;
enfin, une foi qui sera votre flambeau enflammé, votre vie divine, votre trésor caché de la divine Sagesse, et votre arme toute-puissante dont vous vous servirez
pour éclairer ceux qui sont dans les ténèbres et l’ombre de la mort,
pour embraser ceux qui sont tièdes et qui ont besoin de l’or embrasé de la charité,
pour donner la vie à ceux qui sont morts par le péché,
pour toucher et renverser, par vos paroles douces et puissantes, les cœurs de marbre et les cèdres du Liban,
et enfin pour résister au diable et à tous les ennemis du salut » (Traité de la vraie dévotion, n. 214).

Comme saint Jean de la Croix, saint Louis-Marie insiste surtout sur la pureté de la foi et sur son obscurité essentielle et souvent douloureuse (cf. Secret de Marie, nn. 51-52). C’est la foi contemplative qui, renonçant aux choses sensibles ou extraordinaires, pénètre dans les profondeurs mystérieuses du Christ.

Ainsi,  dans  sa  prière, saint Louis-Marie s’adresse à la Mère du Seigneur en disant:  « Je ne vous demande ni visions, ni révélations, ni goûts, ni plaisirs même spirituels… Pour ma part, ici bas, je n’en veux point d’autre que celle que vous avez eue, savoir:  de croire purement, sans rien goûter ni voir » (ibid., n. 69).

La Croix est le moment culminant de la foi de Marie, comme je l’ai écrit dans l’Encyclique Redemptoris Mater:  « Par une telle foi Marie est unie parfaitement au Christ dans son dépouillement… C’est là sans doute, la kénose de la foi la plus profonde dans l’histoire de l’humanité » (n. 18).

LETTRE DU PAPE JEAN-PAUL II AUX RELIGIEUX ET AUX RELIGIEUSES DES FAMILLES MONFORTAINES
du Vatican, le 8 décembre 2003, Solennité de l’Immaculée Conception de la Bienheureuse Vierge Marie.


© Copyright – Libreria Editrice Vaticana