Tous les articles par P. Jean-Daniel Planchot

NEUVAINE À LA DIVINE MISÉRICORDE 6

SIXIÈME JOUR

neuvaine Miséricorde Divine
neuvaine Miséricorde Divine

[Mot du Seigneur Jésus]
« Aujourd’hui, amène-Moi les âmes douces et humbles, ainsi que celles des petits enfants et immerge-les dans Ma miséricorde. Ces âmes sont les plus semblables à Mon cœur. Ce sont elles qui m’ont réconforté dans mon amère agonie. Je les voyais comme des anges terrestres qui veilleraient devant mes autels ; je déverse sur elles des torrents de grâces. Seule une âme humble est capable de recevoir ma grâce ; aux âmes humbles j’accorde ma confiance. »

[Prière de Sœur Faustine]
Très miséricordieux Jésus, Toi qui as dit : « Apprenez de moi que Je suis doux et humble de cœur « , reçois dans la demeure de Ton Cœur très compatissant les âmes douces et humbles, ainsi que celles des petits enfants. Ces âmes ravissent le ciel tout entier ; elles ont la préférence du Père céleste, elles sont un bouquet de fleurs au pied du trône divin ; Dieu Lui-même se délecte de leur parfum. Ces âmes demeurent pour toujours dans le Cœur très compatissant de Jésus et chantent sans cesse l’hymne de l’amour et de la miséricorde pour les siècles des siècles.

Père Éternel, regarde avec miséricorde les âmes douces et humbles, et les âmes des petits enfants, qui demeurent dans le Cœur très compatissant de Jésus. Ces âmes ressemblent le plus à Ton Fils et leur parfum s’élève de la terre jusqu’à Ton trône. Père de miséricorde et de toute bonté, je T’en supplie, par l’amour et la préférence que Tu as pour elles, bénis le monde entier, afin que toutes les âmes puissent chanter ensemble la gloire de Ta miséricorde pour les siècles des siècles. Amen.

[Chapelet à la Miséricorde Divine]

QUATRE-VINGTIÈME LECTURE : Du sacrement de Pénitence

QUATRE-VINGTIÈME LECTURE : Du sacrement de Pénitence

Abbe-Charles-Francois-LHOMOND-1727-1794
Abbe-Charles-Francois-LHOMOND-1727-1794

Quorum remiseritis peccata, remittuntur eis.

Les péchés seront remis à ceux à qui vous les remettrez. Jean 20. 23.

Hélas ! Seigneur, que nous serions malheureux si, après avoir perdu l’innocence du baptême, il n’y avait plus de moyen pour la recouvrer ! Vous pouviez ne nous délivrer qu’une fois de l’esclavage du démon, et nous abandonner si nous venions à perdre cette première grâce par notre faute ; nous n’aurions pas eu à nous plaindre.

Et ce malheur irréparable, nous n’aurions pu l’imputer qu’à nous-mêmes, mais vous connaissez notre fragilité, et vous êtes riche en miséricorde ; vous nous ouvrez une voie pour notre retour à la grâce, vous avez institué un sacrement qui a la force de remettre tous nos péchés et de nous rétablir dans notre première innocence.

Ô bonté ! Ô miséricorde de mon Dieu ! que vous revient-il donc du salut de la créature, pour sacrifier ainsi en sa faveur les droits de votre justice ? Il est vrai que, pour accorder cette seconde réconciliation, vous exigez de grands gémissements et des exercices pénibles.

Mais n’est-il pas juste qu’un ingrat qui a abusé de vos bienfaits, soit traité plus sévèrement que celui qui n’a pas encore reçu la grâce du baptême ? Ah, Seigneur ! rien ne me paraîtra difficile pour réparer la perte que j’ai faite ; je me soumets volontiers à toutes les rigueurs de la pénitence, trop heureux qu’à ce prix je puisse rentrer en grâce avec vous.

Texte présenté par l’Association de la Médaille Miraculeuse

NB : à ceux qui le demanderont – par contact -, je donnerai gratuitement la version de ces prières, mise en EPUB.
P. J.-Daniel Planchot, cm

Catéchèse sur la prière – 29. L’Église, maîtresse de prière

Catéchèse sur la prière – 29. L’Église, maîtresse de prière

La lampe de la foi doit être maintenue allumée par «l’huile de la prière»

L’audience générale de ce mercredi 14 avril, donnée depuis la bibliothèque du Palais apostolique, portait sur l’Église comme «école de prière». Le Saint-Père, montrant combien la prière est centrale dans la vie du croyant, a dit qu’elle nous est enseignée par l’Église à travers ses membres, en particulier les familles et les communautés. Le souffle de la foi est prière, nous grandissons dans la foi autant que nous apprenons à prier.

PAPE FRANÇOIS

AUDIENCE GÉNÉRALE

Bibliothèque du palais apostolique
Mercredi 14 avril 2021

Résumé

Chers frères et sœurs,

L’Église est une grande école de prière. Bon nombre d’entre nous ont appris les premières prières sur les genoux de leurs parents ou de leurs grands-parents. Ce don que nous avons reçu dans l’enfance avec simplicité est un patrimoine très riche, et l’expérience de la prière mérite d’être approfondie toujours plus.

La prière est la respiration de la foi et nous y grandissons tant que nous apprenons à prier, elle est notre force. Ainsi, fleurissent dans l’Église des communautés et des groupes consacrés à la prière. Ce sont des cellules vitales, pour le tissu ecclésial et pour la société, car prier et travailler en communauté fait avancer le monde. Tout dans l’Église naît dans la prière, et tout grandit grâce à la prière.

Les saints ont trouvé leur force dans la prière qu’ils puisent dans le « puits » inépuisable de la mère Église. Ils la soutiennent avec les armes de la prière. A cet effet, la lampe de la foi sera toujours allumée sur la terre tant qu’il y aura l’huile de la prière.

Le devoir essentiel de l’Église est de prier et d’éduquer à prier, de transmettre de génération en génération la lampe de la foi avec l’huile de la prière. Sans la foi, tout s’écroule ; et sans la prière, la foi s’éteint. C’est pourquoi l’Église, qui est maison et école de communion, est maison et école de prière.

AUDIENCE

Chers frères et sœurs, bonjour!

L’Église est une grande école de prière. Beaucoup d’entre nous ont appris à épeler les premières prières en se tenant debout sur les genoux de nos parents ou grands-parents. Peut-être chérissons-nous le souvenir de maman et papa qui nous ont appris à faire des prières avant de nous endormir.

Ces moments de recueillement sont souvent ceux où les parents entendent une certaine confiance intime de leurs enfants et peuvent donner leurs conseils inspirés par l’Évangile. Puis, sur le chemin de la croissance, d’autres rencontres ont lieu, avec d’autres témoins et maîtres de prière (cf. Catéchisme de l’Église catholique, 2686-2687). Il est bon de s’en souvenir.

La vie d’une paroisse et de chaque communauté chrétienne est marquée par les temps de la liturgie et de la prière communautaire. Ce don que nous avons reçu dans l’enfance avec simplicité, nous nous rendons compte que c’est un grand patrimoine, un patrimoine très riche, et que l’expérience de la prière mérite d’être de plus en plus approfondie (cf. ibid., 2688).

L’habitude de la foi n’est pas amidonnée, elle se développe avec nous; elle n’est pas rigide, elle grandit, même à travers des moments de crise et de résurrections; en effet, on ne peut pas grandir sans moments de crise, car la crise fait grandir: c’est un moyen nécessaire de grandir pour entrer en crise. Et le souffle de la foi est la prière: nous grandissons dans la foi autant que nous apprenons à prier.

Après certains passages de la vie, nous nous rendons compte que sans la foi nous n’aurions pas pu le faire et que la prière a été notre force. Non seulement la prière personnelle, mais aussi celle des frères et sœurs, et de la communauté qui nous a accompagnés et soutenus, des personnes qui nous connaissent, des personnes que nous demandons de prier pour nous.

Pour cette raison aussi, les communautés et les groupes consacrés à la prière fleurissent continuellement dans l’Église. Certains chrétiens ressentent même l’appel à faire de la prière l’action principale de leurs journées. Dans l’Église, il y a des monastères, il y a des couvents, des ermitages, où vivent des personnes consacrées à Dieu et qui deviennent souvent des centres de rayonnement spirituel.

Ce sont des communautés de prière qui rayonnent de spiritualité. Ce sont de petites oasis où se partage une prière intense et une communion fraternelle se construit jour après jour. Ce sont des cellules vitales, non seulement pour le tissu ecclésial mais pour la société elle-même.

Pensons, par exemple, au rôle que le monachisme a joué dans la naissance et la croissance de la civilisation européenne, ainsi que dans d’autres cultures. Prier et travailler en communauté permet au monde de continuer. C’est un moteur.

Tout dans l’Église naît dans la prière et tout grandit grâce à la prière. Quand l’Ennemi, le Malin, veut combattre l’Église, il le fait d’abord en essayant de drainer ses sources, l’empêchant de prier. Par exemple, on le voit dans certains groupes qui acceptent de mener des réformes ecclésiales, des changements dans la vie de l’Église …

Il y a toutes les organisations, il y a les médias qui informent tout le monde … Mais la prière ne se voit pas, nous ne prions pas. « Nous devons changer cela, nous devons prendre cette décision qui est un peu forte … ». La proposition est intéressante, elle est intéressante, uniquement avec la discussion, uniquement avec les médias, mais où est la prière? La prière est ce qui ouvre la porte au Saint-Esprit, ce qui nous inspire à avancer.

Les changements dans l’Église sans prière ne sont pas des changements dans l’Église, ce sont des changements de groupe. Et quand l’Ennemi – comme je l’ai dit – veut combattre l’Église, il le fait d’abord en essayant de drainer ses sources, en l’empêchant de prier, et en [l’incitant à] faire ces autres propositions.

Si la prière cesse, pendant un certain temps, il semble que tout peut continuer comme toujours – par inertie -, mais au bout de peu de temps, l’Église se rend compte qu’elle est devenue comme une coquille vide, qu’elle a perdu l’axe de soutien, qu’elle n’est plus possède la source de chaleur et d’amour.

Les saintes femmes et les saints hommes n’ont pas une vie plus facile que les autres, au contraire, ils ont ils aussi leurs problèmes à affronter et, de plus, ils font souvent l’objet d’opposition. Mais leur force est la prière, qu’ils puisent toujours dans le «puits» inépuisable de l’Église mère. Avec la prière, ils nourrissent la flamme de leur foi, comme cela a été fait avec l’huile des lampes.

Et ainsi ils continuent à marcher dans la foi et l’espérance. Les saints, qui comptent souvent pour peu aux yeux du monde, sont en fait ceux qui le soutiennent, non pas avec les armes de l’argent et du pouvoir, les moyens de communication, etc., mais avec les armes de la prière.

Dans l’Évangile de Luc, Jésus pose une question dramatique qui nous fait toujours réfléchir: « Quand le Fils de l’homme viendra, trouvera-t-il la foi sur terre? » (Lc 18,8), ou trouvera-t-il uniquement des organisations, comme un groupe d ‘«entrepreneurs de la foi», tous bien organisés, qui font beaucoup de choses pour la charité…, ou trouvera-t-il la foi?

« Quand le Fils de l’homme viendra, trouvera-t-il la foi sur terre? » Cette question est à la fin d’une parabole qui montre la nécessité de prier avec persévérance, sans se fatiguer (cf. vv. 1-8). Par conséquent, nous pouvons conclure que la lampe de la foi sera toujours allumée sur terre tant qu’il y aura de l’huile de prière. La lampe de la vraie foi de l’Église sera toujours allumée sur terre tant qu’il y aura de l’huile de prière.

C’est celui qui perpétue la foi et mène notre vie pauvre, faible et pécheresse, mais la prière la fait avancer avec certitude. C’est une question que nous chrétiens devons nous poser: est-ce que vous priez? Prions? Comment est-ce que je prie? Comme les perroquets ou est-ce que je prie avec mon cœur?

Comment est-ce que je prie? Est-ce que je prie pour que je sois dans l’Église et que je prie avec l’Église, ou est-ce que je prie un peu selon mes idées et que mes idées deviennent prière? C’est une prière païenne, pas chrétienne. Je le répète: nous pouvons conclure que la lampe de la foi sera toujours allumée sur terre tant qu’il y aura de l’huile de prière.

Et c’est une tâche essentielle de l’Église: prier et éduquer à prier. Transmettre la lampe de la foi de génération en génération avec l’huile de prière. La lampe de la foi qui illumine, qui arrange vraiment les choses telles qu’elles sont, mais qui ne peut continuer qu’avec l’huile de prière. Sinon, Elle s’éteint.

Sans la lumière de cette lampe, nous ne pourrions pas voir le chemin pour évangéliser, en effet, nous ne pourrions pas voir le chemin pour bien croire; nous ne pouvions pas voir les visages des frères à approcher et à servir; on ne pouvait pas éclairer la pièce où l’on peut se retrouver en communauté…

Sans la foi, tout s’effondre; et sans prière, la foi s’éteint. Foi et prière, ensemble. Il n’y a pas d’autre moyen. Pour cette raison, l’Église, qui est un foyer et une école de communion, est un foyer et une école de foi et de prière.

Salutations

Je salue cordialement les personnes de langue française. Frères et sœurs, demandons au Seigneur de répandre son Esprit sur les familles chrétiennes afin qu’elles deviennent des églises domestiques où les enfants sont formés par la prière, à un témoignage authentique de vie empreinte de foi, d’espérance et de charité. Que Dieu vous bénisse!

Je salue cordialement les fidèles anglophones. Dans la joie du Christ ressuscité, j’invoque sur vous et vos familles l’amour miséricordieux de Dieu notre Père. Que le Seigneur vous bénisse!

Chers frères et sœurs germanophones, en ce temps de Pâques, inspirons-nous de Marie et des apôtres réunis dans une prière unanime et prêts pour la descente du Saint-Esprit. La paix du Seigneur ressuscité soit avec vous!

Je salue cordialement les pèlerins hispanophones. Demandons au Christ ressuscité de nous aider à garder allumée la lampe de la foi, à la renouveler chaque jour avec l’huile de notre humble et persévérante prière, et à nous envoyer son Esprit pour que nous puissions apporter sa Lumière à tous. Que Dieu vous bénisse.

Je vous salue tous, chers auditeurs lusophones, et j’espère que les nuages ​​sur votre chemin ne vous empêcheront jamais de rayonner et de vanter la gloire et l’espoir que vous avez déposé en vous, toujours en chantant et en louant le Seigneur dans vos cœurs, vous remerciant pour tout Dieu le Père. Alors, que Dieu vous bénisse!

Je salue les fidèles arabophones. Tout comme la lampe a besoin d’huile pour éclairer, notre foi a aussi besoin de prière pour pouvoir voir le chemin pour évangéliser et voir les visages de nos frères dans le besoin. Sans foi tout s’effondre, mais sans prière la foi s’éteint, donc tirons toujours notre prière du «puits» inépuisable de l’Église mère. Le Seigneur vous bénisse tous et vous protège toujours de tout mal!

Je salue cordialement tous les Polonais. Je vous souhaite, en cette période de Pâques, que vos maisons deviennent des écoles de prière, dans lesquelles vous pourrez redécouvrir la présence du Christ ressuscité. Qu’il remplisse vos cœurs de ses cadeaux de Pâques: paix, espérance et joie. Je vous bénis de tout mon cœur.

* * *

J’adresse un salut cordial aux fidèles italophones. J’espère que, dans l’atmosphère de la joie pascale, vous pourrez vous mettre au service de l’Évangile et des frères.

Enfin, mes pensées vont, comme d’habitude, aux personnes âgées, aux jeunes, aux malades et aux jeunes mariés. J’encourage chacun à mener une existence généreuse, bâtie sur la roche, c’est-à-dire sur le Christ, notre seule et inébranlable espérance.

Ma bénédiction à tous!


© Copyright – Libreria Editrice Vaticana

Texte présenté par l’Association de la Médaille Miraculeuse