Tous les articles par P. Jean-Daniel Planchot

Saint Christophe et Saint Jacques le Majeur

Saint Christophe portant l’enfant Jésus – Jérome Bosch – 1480-1490

Saint Christophe fut martyr en Lycie, au IIIe siècle son culte est attesté dès le Ve siècle, en Bithynie, où une basilique lui fut dédiée. Christophe de Lycie était un géant qui s’était libéré du pouvoir du diable et mis au service de Dieu.

Une belle légende le fait passeur de voyageurs à travers un torrent impétueux.  Un jour, arrive un petit enfant. S’appuyant sur son bâton, Christophe le prend sur ses épaules pour lui faire traverser le torrent et son danger mortel. Il s’étonne de son lourd poids mais l’enfant lui répond: ‘en me portant, c’est le monde entier que tu as porté‘. Christophe découvrit qu’il s’agissait de Jésus, celui qui a créé le monde.

Son nom qui signifie « porte-Christ » l’a désigné comme protecteur de tous ceux qui utilisent des moyens de transport.

Saint Jacques

Saint Jacques le majeur était fils de Zébédée et frère de saint Jean. Tous deux étaient pêcheurs sur le lac de Tibériade et compagnons de Simon et d’André. Ils étaient dans la barque de leur père et réparaient les filets quand Jésus, passant sur le rivage, leur dit : « Suivez-moi. »  Et ils le suivirent. Jacques et Jean seront avec Pierre les plus proches des apôtres de Jésus.

Ils sont à la Transfiguration avec Pierre, ils entrent avec Jésus près de la petite fille de Jaïre. Ils sont au jardin des Oliviers. Jacques et Jean désirent la première place auprès du Maître (Marc 10. 37).  Ils y gagneront l’annonce de leur martyre: « Ma coupe, vous la boirez. » De même quand Jacques veut faire tomber le feu du ciel sur un village inhospitalier, ce fils du tonnerre s’attire une réprimande.

Jacques but la coupe du Seigneur en l’an 43, lors de la persécution d’Hérode. Étienne avait eu la place de premier martyr. Jacques le suivit de peu,  décapité par ordre du roi Hérode Agrippa, aux environs de la Pâque en 42.

A la fin du 7ème siècle, une tradition fit de Jacques l’évangélisateur de l’Espagne, avant sa mort ou par ses reliques. Son corps aurait été découvert dans un champ grâce à une étoile : le campus stellae, devenu Compostelle. Après Jérusalem et Rome, ce fut le lieu d’un des plus célèbres pèlerinages de la chrétienté au Moyen Age et de nos jours encore.

Donne-nous bonne route et beau temps.
Fais qu’en compagnie de ton saint ange,
nous puissions parvenir heureusement
au lieu que nous voulons atteindre
et, à la fin au port du salut éternel…
Fais que parmi toutes les vicissitudes
de ce voyage qu’est cette vie,
nous soyons toujours
sous ta protection et ton assistance.

Prière au Seigneur du Pape François

PAPE FRANÇOIS

Prière au Seigneur*

Seigneur, tu as laissé ta Mère au milieu de nous pour qu’elle nous accompagne.

Qu’elle ait soin de nous et nous protège sur notre chemin, dans notre cœur, dans notre foi.

Qu’elle fasse de nous des disciples comme elle l’a été, et des missionnaires comme elle aussi l’a été.

Qu’elle nous enseigne à sortir par les routes.

Qu’elle nous enseigne à sortir de nous-mêmes.

Nous bénissons cette image, Seigneur, elle parcourra le pays.

Que, par sa mansuétude, par sa paix, Marie nous indique le chemin.

Seigneur. Tu es un scandale. Tu es un scandale : le scandale de la Croix. Une Croix qui est humilité, mansuétude ; une Croix qui nous parle de la proximité de Dieu. Nous bénissons aussi cette image de la Croix qui parcourra le pays.

Merci beaucoup, nous nous reverrons ces jours-ci. Que Dieu vous bénisse. Priez pour moi. Ne l’oubliez pas !

*Prière au terme de la rencontre avec les jeunes argentins dans la cathédrale Saint-Sébastien (25 juillet 2013)


© Copyright – Libreria Editrice Vaticana

Texte présenté par l’Association de la Médaille Miraculeuse

Huitième jour de la neuvaine – Sainte Anne, âme consacrée 

Huitième jour de la neuvaine – Sainte Anne, âme consacrée 

Chapelle de La Turballe 44 - vitrail de Sainte Anne et de la Vierge Marie
Chapelle de La Turballe 44 – vitrail de Sainte Anne et de la Vierge Marie

Je vous salue, ambassadrice de notre paix, et avec vous, je me réjouis de l’excellence de votre dignité de Mère qui vous a donné d’éduquer ici-bas à la Reine des anges, et de voir vous obéir celle en qui tout l’univers vénère sa glorieuse Dame.

O Bonne sainte Anne, grand-maman du « Prince-de-la-Paix », nous vous prions pour notre monde, nos familles et nous-mêmes.

Les enfants, les femmes et les hommes de notre temps ont besoin de vivre dans la paix. Plusieurs sont des victimes innocentes de la haine, des divisions et des violences.

Avec vous et Marie, nous nous tournons vers le Seigneur. Nous le supplions d’envoyer son Esprit dans le cœur de tous les humains.

Que le Seigneur donne la paix à notre temps.

O Bonne sainte Anne, faites que nous soyons des « artisans de paix ».

Sainte Anne, par le grand sacrifice que vous avez fait en consacrant, dès ses plus tendres années, votre fille bien-aimée au service du Seigneur, intercédez pour nous, afin que nous puissions faire pour le Seigneur, avec un grand courage, tous les sacrifices qu’Il désire de nous, pour obtenir les bienfaits les plus souhaités. Amen.

Sainte Anne, Dieu veut que vous soyez ici honorée, donnez-moi de vous servir dans la joie, de vous glorifier dans l’humilité, de vous plaire dans la sainteté. Et je vous prie : dans mes égarements, soyez sur ma route ; dans mes faiblesses, soyez ma force ; dans mes angoisses soyez ma paix ; dans mes ténèbres, soyez ma lumière ; dans ma nuit, soyez mon étoile.  Amen !

Sainte Anne, Mère de la très sainte Vierge Marie Mère de Dieu, priez pour nous, secourez nous !

Notre Père, je Vous salue Marie, Gloire au Père

Oraison :
Seigneur, Toi qui es le Dieu de nos Pères, Tu as donné à Sainte Anne et à Saint Joachim de mettre au monde celle qui deviendrait la Mère de Ton Fils : accorde-nous, à leur commune prière, le Salut que Tu as promis à Ton Peuple. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen.

Prières quotidiennes