Archives de catégorie : Méditation

sur un aspect de spiritualité : Christ, Vierge Marie, Église dans le monde…

MOIS DU SACRÉ-CŒUR DE JÉSUS DIX-NEUVIÈME JOUR

Troisième épine du Cœur de Jésus : L’ÂME SACRILÈGE.

eucharistie
eucharistie

CONSIDÉREZ que de tous les Sacrements sortis du Cœur de Jésus, il n’en est aucun où la charité
se montre davantage que dans la sainte Eucharistie, si bien nommée le sacrement de l’amour. Pourquoi faut-il que ce soit le mystère, où il reçoit le plus d’outrages de la part de ceux qu’il a aimés jusqu’à l’excès ?

Une douloureuse expérience ne nous apprend- elle pas que les sacrilèges deviennent de plus en plus nombreux, dans ces jours mauvais où la charité est si refroidie, la piété si faible et si rare ? Cette nouvelle passion du Sauveur, quoique plus secrète et moins connue, est cependant cruelle pour son divin Cœur comme  celle qu’il souffrit à Jérusalem, au Calvaire.

O Jésus ! te crucifier de nouveau, profaner ton corps adorable, unir ton Cœur sans tache à un cœur plein de corruption, fouler aux pieds ton sang précieux, renouveler la trahison de Judas et l’attentat de tes opposants, quelle  horreur ! O ignominie de mon Dieu ! ô triomphe de l’enfer !

Je me représente avec effroi le moment fatal où le Dieu eucharistique entre dans une âme souillée, dans un sépulcre plein d’ossements. Quelle humiliation pour le Cœur de Jésus ! Il me semble que la scène de la nuit où il fut flagellé, et du jour où il fut trahi par Judas, doit se renouveler alors !

Âme fidèle, âme dévouée au Sacré-Cœur, ne néglige rien pour dédommager ce Cœur adorable des outrages et des injures auxquels il a voulu s’exposer pour pouvoir se donner à toi de la manière la plus intime.

Sois sa douce consolatrice, multiplie tes visites, prie, pleure, expie pour les coupables. Mais surtout aime, car les plaies de l’amour ne se guérissent que par l’amour. Fais une communion fervente en esprit de réparation, et offre, pour suppléer à ton insuffisance, les dispositions de Marie, recevant la sainte Hostie de la main de saint Jean, d’après la Tradition.

Puissent la ferveur de tes prières, l’ardeur de ton amour, la pureté de ton cœur, l’abondance de tes larmes, consoler le Cœur de Jésus de tant de sacrilèges et de profanations ! Puisse le doux Sauveur changer de langage et tes dire : « J’ai cherché quelqu’un qui me consolât et je l’ai trouvé ! »

Aimé et consolé soit partout le Sacré-Cœur de Jésus dans la sainte Eucharistie I

PRIÈRE

O Jésus ! Que jamais je n’approche indignement mes lèvres du Calice du salut. Toujours, avant d’aller m’asseoir au banquet des Anges, je m’éprouverai et me purifierai de toutes mes souillures. Alors tu descendras, Seigneur, dans mon âme pour y régner avec joie, et y faire tes délices. Ainsi soit-il.

+P. Martin BERLIOUX

Texte présenté par l’Association de la Médaille Miraculeuse

MOIS DU SACRÉ-CŒUR DE JÉSUS DIX-HUITIÈME JOUR

Deuxième épine du Cœur de Jésus : L’ÂME TIÈDE.

 

Christ couronné d'épines
Christ couronné d’épines

N’être ni froid ni chaud pour le Cœur de Jésus qui mérite tant d’amour et s’est révélé au monde pour exciter les âmes languissantes ; se traîner nonchalamment dans le service d’un si bon maître, craignant peu de l’offenser, désirant peu de lui plaire, sans reconnaissance pour ses bienfaits, sans ardeur pour sa gloire, sans zèle pour ses intérêts, c’est être tiède.

Quel désordre, surtout dans une âme qui fait profession d’honorer le Sacré- Cœur ! quelle coupable apathie ! Et que lui dit Jésus ? « Parce que tu es tiède, je vais te bannir de mon Cœur, te vomir de ma bouche. »

— L’entends-tu cette terrible menace ? Ne te donne-t-elle pas une effrayante idée du dégoût que tu inspires à Jésus et de la difficulté de ton retour dans le Cœur adorable dont tu as provoqué le soulèvement ? Oui, celui qui court au-devant des plus grands pécheurs et qui reçoit l’enfant prodigue avec tendresse, celui-là même ne peut plus te supporter ; tu surcharges les entrailles de sa miséricorde, tu fais bondir son Cœur divin, comme fait en l’homme une eau tiède et insipide.

Bientôt, si tu ne changes, tu ressembleras à ces restes dégoûtants que que la bouche rejette, et dont la seule vue, la pensée seule, est un objet d’horreur. Qu’a-t-elle donc fait, ô Jésus ! cette pauvre âme, pour exciter à ce point ton indignation ? S’est-elle rendue coupable de scandale, de sacrilège !

— Non, mais elle est sans ardeur pour mon service, sans amour généreux pour mon Cœur qui l’a tant aimée, elle est tiède. Oh ! j’aimerais mieux un grand pécheur, capable d’une résolution généreuse, que cette âme plongée, dans la léthargie de la tiédeur. Je ne puis plus la souffrir ; elle soulève mon Cœur, elle le dégoûte, je vais la vomir.

O malheur ! ô destinée mille fois plus triste, en un sens, que celle du pécheur ! Si malheureusement vous étiez atteints de cette maladie si souvent mortelle et cependant si commune, je vais vous indiquer deux remèdes infaillibles.

— Le premier, c’est la prière au Cœur de Jésus. Il l’a promis ; il guérira, il sauvera tous ceux qui l’invoqueront avec confiance, même les âmes tièdes : il laissera tomber sur vous une étincelle d’amour, et vous reviendrez à la ferveur, à la vie. Dites- lui donc souvent : O Jésus, celui que tu aimes est malade, guéris-le, et il vous rendra la force des années de votre première ferveur. Ayez confiance, jetez-vous dans ce Cœur divin.

— Le second remède, c’est de ne laisser passer aucun jour de ce beau Mois sans offrir à Jésus un  sacrifice, un effort sur vous-même ; il  vous en récompensera aussitôt par la paix et la joie de son amour. Oui, faites cela, et je vous assure que non seulement vous serez guéris, mais vous vivrez pour ne plus mourir.

PRIÈRE

Cœur de Jésus, je voudrais t’aimer et te servir toujours avec ardeur et générosité ; mais ma ferveur et ma piété se ralentissent rapidement, et alors je me trouve sans amour, sans vie. Que de jours passés dans la tiédeur et la routine ! Cœur généreux, sois ma force et mon soutien, et fais qu’à l’avenir, avec ta grâce, toujours je travaille à mon salut avec énergie, courage et persévérance ! Ainsi soit-il.

+P. Martin BERLIOUX

Texte présenté par l’Association de la Médaille Miraculeuse

Marie, modèle par excellence de l’ouverture du cœur à l’Esprit Saint

La Vierge Marie n’est-elle pas le modèle par excellence de l’ouverture du cœur à l’Esprit Saint?

Selon une heureuse tradition dans l’Église catholique, l’Angélus rappelle chaque jour l’aurore de notre salut: l’annonce faite à Marie, la réponse de Marie – son Fiat -, et l’Incarnation du Fils de Dieu en son sein.

Son “Fiat” joyeux de Nazareth témoigne de sa liberté intérieure, toute de confiance et de sérénité. Elle ne savait pas comment se déroulerait le service du Seigneur, ni quelle serait la vie de son Fils. Mais, loin de la crainte et de l’angoisse, elle apparaît souverainement libre et disponible.

Elle réagit déjà selon la grâce du Christ qui “nous enseigne que le meilleur usage de la liberté est la charité qui se réalise dans le don et le service” (Saint Jean Paul II, Redemptor Hominis, 21). “Voici la servante du Seigneur”. C’est la volonté du Seigneur qui sera la lumière de sa vie, sa paix dans la souffrance, et sa joie. C’est d’un même cœur qu’elle est servante du Seigneur et attentive à ses frères.

Ainsi, en se donnant au service de ses frères, avec une attention toute particulière aux plus pauvres d’entre eux, l’homme ne contribue pas seulement à rendre notre terre plus hospitalière et plus juste, mais il parvient à dépasser les angoisses et les peurs, issues du mauvais usage de la liberté.

Au milieu de tant d’hommes qui se servent eux-mêmes au lieu de servir leur prochain, le chrétien contemple dans le Christ celui qui s’est fait homme pour servir, et dans sa Mère la servante du Seigneur.

La disponibilité de Marie, son ouverture de cœur, est l’œuvre de l’Esprit Saint. “L’Esprit Saint viendra sur toi”. Elle a comme “épousé” l’Esprit Saint. Dès les premiers instants de l’Incarnation, sous l’inspiration de l’Esprit Saint, elle chante le Seigneur dans le “Magnificat”, qui exprime l’élan d’un cœur nouveau.

En elle se réalise magnifiquement la prophétie d’Ézéchiel : “Je vous donnerai un cœur nouveau. Je mettrai en vous un esprit nouveau” (Ez. 36. 26). Avec elle, chers Frères et Sœurs, nous devons sans cesse demander à l’Esprit Saint un cœur nouveau, dont la transparence laisse pénétrer la Vérité qui rend libre et accueille l’Amour de Dieu pour le répandre dans le monde vers tous les hommes dont Dieu veut le salut.

Cette ouverture du cœur permet à chacun de respecter, de considérer, d’aimer et de servir tous ses frères et sœurs, de toutes les nations; et les aimer au point de tout faire pour qu’ils bénéficient aussi de l’Évangile de Jésus-Christ. Là encore, Marie est notre modèle et notre mère.

“Au matin de la Pentecôte, elle a présidé dans la prière au début de l’évangélisation sous l’action de l’Esprit Saint: qu’elle soit l’étoile de l’évangélisation!” (Pauli VI, Evangelii Nuntiandi, 82).

Une telle dévotion à la Vierge Marie toute orientée vers le Christ doit avoir sa place dans la vie de chacun, par exemple à la prière de chaque soir, et si possible dans chaque foyer. L’heure est venue, au milieu de cette journée de dimanche, de saluer et de supplier ensemble cette Mère très sainte.

Qu’elle intercède pour les prêtres ordonnés ce matin, pour tous les ministres du Christ et ceux qui se préparent à l’être! Pour tous ceux et celles qui consacrent radicalement leur vie au Seigneur et à son Église! Pour toutes les familles, afin que l’amour de Dieu les habite et qu’elles transmettent la foi! Pour les jeunes générations!

Pour ceux qui cherchent l’espérance dans la détresse! Pour tous ceux qui œuvrent pour une vie plus digne de leurs frères! Pour que tous les chrétiens cherchent l’unité dans la vérité du Seigneur! Pour les hommes de bonne volonté qui cherchent le sens de leur propre vie et la paix pour le monde!

SAINT JEAN-PAUL II – ANGÉLUS  – dimanche 17 juin 1984
VISITE PASTORALE EN SUISSE (11-17 JUIN 1984)

© Copyright – Libreria Editrice Vaticana