Archives de catégorie : Billet

sur la Médaille Miraculeuse, l’Église dans le monde

Saint Thomas d’Aquin, grand dévot de la Vierge

Saint Thomas d’Aquin, grand dévot de la Vierge

Thomas d’Aquin par Gentile di Fabriano

Saint Thomas d’Aquin a été, comme tous les saints, un grand dévot de la Vierge.

Il l’a appelée d’un nom formidable : Triclinium totius Trinitatis*, triclinium, c’est-à-dire lieu où la Trinité trouve son repos, parce qu’en raison de l’Incarnation, en aucune créature comme en elle, les trois Personnes divines habitent et éprouvent délice et joie à vivre dans son âme pleine de Grâce.

Par son intercession nous pouvons obtenir tous les secours.

Avec une prière qui est traditionnellement attribuée à saint Thomas et qui reflète les éléments de sa profonde dévotion mariale, nous disons nous aussi :

« O bienheureuse et très douce Vierge Marie, Mère de Dieu…,
je confie à ton cœur miséricordieux toute ma vie…
Obtiens-moi, ô ma très douce Dame, la véritable charité,
avec laquelle je puisse aimer de tout mon cœur
ton très saint Fils et toi, après lui, par dessus toute chose,
et mon prochain en Dieu et pour Dieu ».

Benoît XVI – Audience du 23 juin 2010, place Saint Pierre à Rome
© Copyright du texte original : Libreria Editrice Vaticana

Salve, Mater Pietatis, et totius Trinitatis nobile Triclinium. »
Salut, Mère de Piété, et de la Trinité toute entière noble « Reposoir ».

La saveur latine de ce vers d’Adam de Saint Victor (XIIe siècle) utilisé par Thomas d’Aquin est incomparable : elle est aussi difficilement traduisible… « Triclinium », dans un dictionnaire latin-français, c’est « un lit de table pour trois personnes », occupant trois côtés de la salle à manger, le quatrième étant pour le service.

Pouvait-on trouver meilleure expression pour rappeler que la Vierge Marie a été cet espace intérieur où les Trois Personnes Divines, dès le premier instant, sont entrées en familiarité avec la créature humaine et où le Verbe est devenu, à la plénitude des temps, notre « commensal » (cf. Lauda Sion) pour partager un jour, avec nous, si nous l’accueillons, le repas du soir (Apoc. 3, 20), le repas des Noces éternelles (Mt 22, 2) ?

Texte présenté par l’Association de la Médaille Miraculeuse

SAINT RÉMI

SAINT RÉMI

Baptême de Clovis Asnières-sur-Oise 95 église Saint-Rémi Pierre Poschadel
Baptême de Clovis Asnières-sur-Oise 95 église Saint-Rémi Pierre Poschadel

Grégoire de Tours affirme que saint Rémi fut évêque de Reims pendant soixante-dix ans ou plus, ce qui doit constituer un record. Rémi mourut vers 530, le 15 janvier.

Dans son testament, le vieil évêque fait allusion au « roi Clovis d’illustre mémoire, que j’ai tenu, dit-il, sur les fonts du baptême ». C’est la gloire de Rémi d’avoir baptisé Clovis et introduit, de ce fait, le peuple des Francs dans l’Église catholique.

Mais si l’évêque de Reims fut appelé à baptiser Clovis, c’est qu’il avait exercé de longue date une influence déterminante dans le cheminement du chef franc vers la foi.

Dès l’avènement de Clovis (481), Rémi lui avait adressé un véritable programme de gouvernement, dans lequel il lui disait : « L’important est que la justice de Dieu ne chancelle pas chez vous. Que votre prétoire soit acces­sible à tous, et que personne n’en sorte triste. »

Conseiller du roi, Rémi ne se refusait pas non plus à rappeler ses collègues, les évêques, à leurs devoir : « Le Seigneur ne nous a pas établis pour dominer sur le peuple, mais pour le conduire avec douceur. »

P. Jounel

Texte présenté par l’Association de la Médaille Miraculeuse

LES ROIS MAGES

LES ROIS MAGES

Fra Angelico - L'adoration des Mages - Museo di San Marco Florence
Fra Angelico – adoration des Mages 1433-35 – Museo San Marco Florence

Issu du grec, « Épiphanie » signifie « apparition ou avènement ». Célébrée le 6 janvier (ou en France le premier dimanche de janvier), cette fête correspond à la présentation de Jésus enfant aux Rois Mages. Longtemps, le 6 janvier fut plus important que le jour de Noël. Dès le Ve siècle, l’Église donna une importance considérable à cet événement.

Pendant des siècles les chrétiens d’Orient célébrèrent la Nativité le jour de l’Épiphanie. Cette fête de Noël commémorait à la fois la manifestation de la naissance du Christ aux bergers et aux mages et la manifestation du Christ à son baptême comme solennité de la manifestation de Dieu. Elle marquait aussi le retour de la lumière divine.

L’Épiphanie s’appelle aussi le jour des rois en l’honneur des rois mages qui, selon l’Évangile de saint Matthieu, sont venus offrir des cadeaux à Jésus lors de sa naissance. Dans l’Évangile de Matthieu 2, 1-12, qui ne mentionne pas leurs noms, ils sont présentés comme d’importants personnages ayant visité l’enfant Jésus à Bethléem en Judée au temps du roi Hérode.

Selon la tradition, les rois mages étaient au nombre de trois : Melchior, Gaspard et Balthazar. Venus d’Orient, ces trois rois se mirent en route en suivant la lumière de l’étoile qui les guida jusqu’à Bethléem. L’Épiphanie commémore donc la visite des trois rois mages, venus porter les présents à l’enfant Jésus, qu’ils appelèrent le « Nouveau Roi des Juifs ».

« En entrant dans la maison, ils virent l’enfant avec Marie sa mère ; et, tombant à genoux, ils se prosternèrent devant lui. Ils ouvrirent leurs coffrets, et lui offrirent leurs présents : de l’or, de l’encens et de la myrrhe. »
(Saint Matthieu 2, 11)

– de l’or, symbole royal,
– de la myrrhe, symbole sacerdotal, sorte de gomme produite d’un arbre en Arabie,
le balsamier, utilisée dans la préparation cosmétique et en pharmacie,
– et de l’encens, symbole prophétique, résine dégageant un parfum lorsqu’on la fait brûler.

Dans beaucoup de villages, on allume encore les « feux des rois » rappelant ceux qui, selon la tradition, brûlèrent cette nuit-là à Bethléem pour cacher l’Étoile au roi Hérode.

L’épiphanie est le jour de la galette des rois, une tradition typiquement française qui avait déjà cours au XIVe siècle. La galette était partagée en autant de portions que de convives, plus une. Cette portion en plus, appelée « part du Bon Dieu » ou « part de la Vierge », était destinée au premier pauvre venu.

***

Lire la suite →