Archives de catégorie : Informations

sur l’Association, la Chapelle, la vie de l’Église

Un documentaire sur le père Pedro Opeka projeté au Vatican

Père Pedro Opeka avec des-pauvres sur les décharges à Antananarivo|DR
Père Pedro Opeka avec des-pauvres sur les décharges à Antananarivo|DR

Un projection du film “Pedro Opeka, bon ami”, de Joze Mozina, est organisée ce vendredi 15 novembre au Vatican par l’ambassade de Slovénie près le Saint-Siège et le ministère slovène de la Culture, le père Pedro étant d’origine slovène.

Le père Pedro est devenue l’une des grandes voix du peuple malgache depuis son arrivée sur l’île en 1975. Ce missionnaire lazariste est né en Argentine en 1948, de parents qui avaient fui le régime du maréchal Tito en Yougoslavie et venaient tout juste de s’installer en Amérique latine. Le père Pedro, qui avait connu dans sa jeunesse le père Bergoglio, futur Pape François, et avait été bouleversé par la misère de Malgaches vivant dans de gigantesques décharges à ciel ouvert.

Depuis sa création en 1989, son association Akasamoa, un terme qui signifie «bon ami» en langue malgache et qui a donné son nom à ce documentaire, a permis à 23 000 personnes de sortir de la misère et de vivre dans des villages dignes, avec des maisons en dur, des écoles, des soins médicaux, des parcs…

Ce documentaire projeté au Vatican ce vendredi, réalisé par un journaliste de la télévision nationale slovène, vise donc à montrer la dignité et la renaissance vécues par ces personnes.

L’hommage du Pape aux victimes de la Première guerre mondiale

Les cloches de Saint Pierre de Rome
Les cloches de Saint Pierre de Rome

Ce 11 novembre marque le centenaire de l’Armistice de 1918. À cette occasion, les cloches de la basilique Saint-Pierre ont sonnées à 13h30 comme en de nombreux endroits du monde. le Pape François a rendu hommage aux victimes et il a invité à investir sur la paix et le partage, en prenant l’exemple de saint Martin de Tours.

 

«La page historique du premier conflit mondial est pour tous un avertissement sévère à rejeter la culture de la guerre et à rechercher tous les moyens légitimes pour mettre fin aux conflits qui ensanglantent encore diverses régions du monde.» «Pendant que nous prions pour toutes les victimes de cette immense tragédie, disons-le avec force : investissons sur la paix, et non pas sur la guerre !»

Saint Martin aux portes d'Amiens
Saint Martin aux portes d’Amiens

Le Pape a donné l’exemple «du grand saint Martin de Tours », dont la mémoire liturgique est justement célébrée ce 11 novembre. «Il a coupé en deux son manteau pour le partager avec un pauvre. Que ce geste de solidarité humaine indiqué à tous la voie pour construire la paix».

Par ailleurs, ce dimanche matin se tenait à Paris une cérémonie de commémoration de l’Armistice, en présence d’environ 70 chefs d’État et de gouvernement du monde entier, rassemblés à l’Arc de Triomphe autour du Président Emmanuel Macron. Le Pape était représenté par le Secrétaire d’État du Saint-Siège, le cardinal Pietro Parolin.

Le manque d’accès à l’eau : une honte pour l’humanité

le verre d'eau de l'Évangile
Matthieu 10,42 : « Et celui qui donnera à boire, même un simple verre d’eau fraîche, à l’un de ces petits en sa qualité de disciple, amen, je vous le dis : non, il ne perdra pas sa récompense. » Cf. Marc 9,22

La gouvernance d’un bien commun: l’accès à l’eau pour tous”, était le thème d’une conférence internationale le 8 novembre à l’université Pontificale Urbanienne de Rome, organisée par le dicastère pour le développement humain intégral en collaboration avec quatre ambassade près le Saint-Siège parmi lesquelles celle de la France. Un message du Pape lu à cette occasion invite à la responsabilité.

Selon ses organisateurs, son objectif était triple:

  •  évaluer les progrès et impasses dans l’accès à l’eau,
  • souligner la conception de l’eau comme bien commun essentiel à la vie
  • et apporter une contribution utile dans les débats et réunions internationales à venir concernant l’eau.

Dans son message, le Pape se désole que dans de nombreux pays la population n’aie pas accès à l’eau alors que les armes ne manquent pas et contribuent à détériorer la situation. «La corruption et les intérêts d’une économie qui exclut et qui tue prévalent trop souvent sur les efforts qui, de manière solidaire devraient garantir l’accès à l’eau.»

L’Église engagée dans l’accès à l’eau

«J’espère que les participants qui interviennent et participent à ce colloque puissent dans leurs environnements respectifs, professionnels et politiques, partager l’urgence, la volonté et la détermination nécessaire.» «Le Saint-Siège et l’Église sont engagés à favoriser l’accès à l’eau potable à tous.»

Les statistiques  de la soif dans le monde sont dramatiques et de nombreuses personnes tombent encore malades en raison d’une eau de mauvaise qualité, «une énorme honte pour l’humanité du XXI ème siècle.»

Les propositions déjà dessinées dans son encyclique Laudato Si saluent également les efforts de nombreux acteurs pour garantir l’accès à l’eau à tous, que ce soit par les infrastructures ou l’éducation.

Dimension symbolique et culturelle de l’eau

Dans son message, il invite également à envisager la question sur un plan anthropologique : le manque d’accès à l’eau est en effet une atteinte à la dignité humaine. Aussi, faut-il voir la question à la lumière de l’Évangile, seul voie pour moyen pour atteindre le bien commun de la famille humaine.

Il encourage enfin les participants du colloque à s’interroger sur la dimension spirituelle et culturelle de l’eau, importante dans les diverses traditions religieuses.

La première session de la conférence était d’ailleurs consacrée au thème «culture et spiritualité» avec des témoignages venus d’Afrique ou encore d’Inde, après un exposé du père Duffé, secrétaire du dicastère pour le développement humain intégral sur «la spiritualité biblique et le symbolisme de l’eau dans les Écritures».