Archives de catégorie : Informations

sur l’Association, la Chapelle, la vie de l’Église

Sainte Jeanne-Antide Thouret – Fondatrice des Sœurs de la Charité de Besançon

Sainte Jeanne-Antide Thouret
Fondatrice des Sœurs de la Charité de Besançon

Sainte Jeanne-Antide Thouret
Sainte Jeanne-Antide Thouret

Elle naquit à Sancey-le-Long au dio­cèse de Besançon, le 27 novembre 1765. En 1787, elle entra dans la Compagnie des Filles de la Charité où elle resta jusqu’en 1793, moment où la Compagnie fut dispersée par la Révolution française ayant supprimé les Congrégations religieuses. Jeanne retourne dans sa famille.

Là, même pendant la persécution, elle ne cessa d’exercer la charité dans l’assistance des pauvres et des malades, comme dans le maintien vivant de la foi dans sa paroisse, suppléant le curé expulsé.

Ne pouvant rejoindre la Compagnie des Filles de la Charité qui, alors, n’existe plus, en 1799, à Besançon, elle fonda la Congrégation des Sœurs de la Charité sous le patronage de saint Vincent de Paul, dont l’esprit et la tradition sont à la source des Règles de l’Institut, comme elle aimait le rappeler.

La Congrégation se développa rapide­ment et après plusieurs fondations en France, en 1810, appelée par le roi, Sœur Jeanne Antide alla à Naples avec quelques Sœurs, commençant ainsi les fondations en Italie.

L’approbation des Règles par Pie VII, en 1819, est le dé­but d’une longue période d’épreuves. Quelques changements secondaires introduits dans le texte suscitèrent des réactions et des oppositions de certains mal disposés, et même de l’arche­vêque de Besançon, qui eurent pour conséquence la division dans l’Institut et la séparation d’avec la Fondatrice, jusqu’à la mettre de côté. Jeanne Antide est rejetée par une grande partie de sa Congrégation.

Mais elle, tout en ayant été obligée de quit­ter Besançon, continua à exhorter la Communauté à persévérer dans le service des pauvres et dans la communion fraternelle. Elle sut conserver une grande sérénité spirituelle et une ferme fidélité au Pape.

Elle mourut à Naples le 24 août 1826. Pie XI la déclara bienheureuse le 23 mai 1926, et la canonisa le 14 janvier 1934. Les notes caractéristiques de sa spiritualité furent la généreuse donation au service des pauvres et des persécutés, la fidélité et la persévérance dans la vocation même dans les épreuves, l’amour et l’obéissance au Pape.

La célébration de sa mémoire dans la famille vincentienne, en plus du souvenir de sa présence chez les Filles de la Charité, veut être comme une approche idéale de la famille spirituelle de sainte Jeanne-Antide dans l’unique esprit de la charité vin­centienne pour le service de l’Église et des pauvres.

PRIÈRE DE SAINTE JEANNE ANTIDE

 Seigneur, en vous  seul toute  ma  confiance !

 Ô mon Dieu, Souverain Seigneur du Ciel et de la terre, Seul grand, Seul Saint et Seul tout-puissant, devant qui nul ne peut résister, levez-vous, faites éclater votre bonté et vos anciennes miséricordes. Mettez-vous entre moi et mes ennemis. Les voici qui viennent pour me chasser de l’Institut, et de la famille que vous m’avez confiée.

Ils font tous leurs efforts pour la diviser et pour la rendre rebelle à moi et à votre Sainte Église. Ils sont agités contre moi, parce que j’ai soumis à votre Vicaire, le Saint Pontife, cet Institut et la Règle que vous m’aviez dictée pour diriger saintement toutes les filles que vous m’avez associées.

Vous avez inspiré à votre représentant sur terre de l’approu­ver ; il est dirigé par votre Esprit qui lui a fait aussi ap­prouver les modifications qu’il a cru être selon la justice et l’équité. C’est en vous seul, mon Dieu et mon Seigneur, que j’ai mis toute ma confiance et ma parfaite espérance : qui espère en Vous ne sera pas confondu.

Ne considérez pas, je Vous prie, mon indignité. Ô Père Éternel, considé­rez plutôt, je vous en prie, les mérites infinis, les souf­frances et la mort de Jésus Christ. C’est au nom et par les mérites de Jésus Christ crucifié que je vous en supplie. Vous l’avez promis que tout ce que l’on vous demanderait en son Saint Nom serait accordé.

Ô mon Dieu, ayez pitié de moi, conduisez-moi et dirigez-moi par votre Esprit Saint. Je pardonne à mes ennemis le mal qu’ils me font, pour l’amour de Vous ; et je suis disposée à souffrir tout ce qu’il vous plaira, avec le secours de votre grâce, désirant que ce soit pour votre plus grande gloire et pour ma sanctification.

Vous avez daigné vous servir de moi pour établir cet Ins­titut ; je ne me décourage pas de toutes ces contradictions : ce ne sont pas les premières. Vous savez toutes celles que j’ai souffertes du passé ; vous m’avez aidée de votre toute-puissance, et je suis dans la ferme confiance que vous m’aiderez encore dans les présentes.

Vous êtes le Dieu fort, et c’est sur vous seul que je m’appuie. Vous ne vous retirerez pas de moi, vous serez Vous-même ma force et mon soutien. Si vous daignez être pour moi, je n’ai rien à craindre de mes ennemis, vous en serez victorieux.

Ô mon miséricordieux Jésus, Vous avez tout pouvoir sur les cœurs; vous pouvez les convertir. Je vous en supplie et je l’espère. Faites-moi connaître vos volontés, vos des­seins, et tout ce que vous voulez que je fasse ; je le ferai, parce que je crois fermement que je puis tout avec vous et avec votre grâce.

Et je crois aussi que je ne puis rien sans Vous, que je ne suis que faiblesse, que péché et qu’ignorance. Je remets le tout à votre bonté paternelle, à laquelle je me confie parfaitement et pour toujours. Ainsi soit-il !

Cascia, la fête de Sainte Rita et sa foi inébranlable

Cascia, la fête de Sainte Rita et sa foi inébranlable

L’église célèbre la mémoire de Sainte Rita da Cascia le 22 mai. Cette année, dans la ville de l’Ombrie, la sainte des cas impossibles a été célébrée d’une toute nouvelle manière, conformément aux dispositions pour le confinement du coronavirus.

Reliques de Sainte Rita - basilique de Cascia
Reliques de Sainte Rita – basilique de Cascia

Les milliers de roses au ciel pour demander à Sainte Rita des intercessions et des grâces, cette année,  ne viennent pas à Cascia de diverses parties du monde. L’urgence de Covid-19 a rendu nécessaire la réorganisation des célébrations pour se souvenir de la religieuse augustinienne. Un nombre limité de fidèles est admis dans la ville de l’Ombrie.

Mais la diffusion en continu sur les canaux sociaux du monastère de Sainte Rita da Cascia et sur le site Web www.santaritadacascia.org, exceptionnellement la bénédiction des fleurs symbole de la thaumaturgie, s’appliquent à tous les fidèles connectés.

Les rendez-vous

La journée s’est  ouverte à 10 heures avec les salutations des religieuses à tous les fidèles. À 10 h 30, la messe solennelle  a été présidée par Mgr Renato Boccardo, archevêque de Spoleto-Norcia. A 11h30, la traditionnelle bénédiction des roses avec une nouveauté: 45 d’entre elles ont été ensuite envoyées dans toute l’Italie.

20 pour les présidents des régions, une au président de la conférence épiscopale italienne, 16 aux présidents des conférences épiscopales régionales, une au président de la république, Sergio Mattarella, et une au président du Conseil des ministres Giuseppe Conte. Une autre remise au maire de Cascia, et 5, symbole des continents,  envoyées au pape François, en tant que gardien du peuple chrétien dans le monde.

A midi, la supplication à la Sainte et enfin, à 17 heures, la messe pour les bienfaiteurs du sanctuaire de Sainte Rita a été présidée par le Père Bernardino Pinciaroli, recteur de la Basilique. Une fois terminé, les roses ont été à nouveau bénies.

La vraie forteresse est la foi en Jésus

L’urgence sanitaire n’a pas créé d’obstacles à la foi, mais a donné lieu à de nouvelles façons de l’exprimer. C’est ce que fait remarquer l’abbesse du monastère de Santa Rita à Cascia, sœur Maria Rosa Bernardinis :

R. – La foi n’a jamais trouvé d’obstacles. La foi est ce saut qui nous fait dépasser l’obstacle. Et cela dans la vie de sainte Rita, nous pouvons aussi le voir. Pour pouvoir agir comme elle l’a fait, c’est parce qu’elle a toujours été soutenue par cette foi inébranlable en Jésus crucifié, mais ressuscité.

Dans la réalité d’aujourd’hui, qu’enseigne encore Sainte Rita et quelles vertus, en particulier, faut-il imiter?

R. – Sainte Rita est une fidèle disciple du Christ. Jésus nous a dit que la seule chose que nous devons apprendre de lui est d’être doux et humble. Aujourd’hui encore, il y a un besoin d’humilité et de douceur. Car face aux provocations, parfois, nous oublions que nous sommes chrétiens, que nous devons agir face au mal avec le bien.

Sainte Rita nous a montré sa vie: si nous voulons vaincre le mal, le Seigneur nous a donné les moyens, il nous a donné les outils pour le faire. Il a été le premier exemple et nous devons donc le suivre. C’est ce que nous dit aujourd’hui Sainte Rita, comme elle l’a dit hier, comme elle le dira demain: si vous voulez vraiment être fort, vous devez vous fortifier avec cette foi en Jésus-Christ.

Le 22 mai, lors de la traditionnelle bénédiction des roses, les fleurs symboliques de Santa Rita, vous avez pensé à ajouter une initiative spéciale qui implique également le Pape François …

R. – Oui, puisque le Pape François représente l’universalité de l’Église et donc aussi des peuples, nous voulons bénir 5 roses. Elles représentent symboliquement les 5 continents. Nous avons pensé: nous les envoyons au Pape et, en lui, nous avons les 5 continents, car Santa Rita est connue dans le monde entier. Même au Pakistan, en Inde, et bien sûr en Amérique latine …

Sainte Rita est la sainte des cas impossibles auxquels des milliers de fidèles demandent diverses grâces. Au cours de ces mois, comment les demandes d’intercession ont-elles changé?

R. – Ils sont variés et multiples: elles vont d’un besoin spirituel, familial, économique. Ensuite, il y a la solitude que beaucoup de gens ressentent surtout en cette période de pandémie, et en particulier ceux qui sont hospitalisés, isolés. Plusieurs m’ont écrit – quand ils sont sortis de cette situation – que Sainte Rita leur a donné de la force. Même en tenant l’image, simplement une image entre vos mains.

Quel message de Sainte Rita peut nous aider à affronter les mois à venir, où nous devons continuer à respecter les dispositions des autorités civiles pour éviter la propagation du coronavirus? Comment vivre ce temps?

R. – Le message de sainte Rita est toujours d’actualité: Dieu est amour. Et celui qui aime vit en Dieu et Dieu vit en lui. Nous essayons avec nos moyens de pouvoir créer un monastère agrandi, en ce sens que nous partageons quelques instants de prière avec les pèlerins. Tout au long du mois de mai, il y a le Rosaire que nous continuons à transmettre sur Facebook.

Ensuite, nous verrons – si cela est possible – si nous devons continuer à le faire ou non. Cependant, nous essaierons d’être proches de tous ceux qui nous demandent l’intercession de sainte Rita. Cela n’a pas disparu même en ces jours où il y a eu ce blocus quelque peu total.

Je pense que c’était sympathique de partager ces moments avec les gens et de savoir que l’on peut, en réorganisant la vie, redécouvrir aussi les moments où il y a une présence de Dieu qu’il faut accueillir. Peut-être que nous retrouverons des forces que nous ne pensions peut-être même pas avoir.

Paroles recueilies parTiziana Campisi

La messe de Sainte Marthe a été suivie en Chine également

Des milliers de personnes ont suivi les célébrations quotidiennes du Pape François à travers l’application Wechat et une traduction simultanée au cours des dernières semaines en République populaire de Chine.

La messe de Sainte Martha a été suivie en Chine également
La messe de Sainte Martha a été suivie en Chine également

Dans le monde, les simples liturgies quotidiennes de la chapelle de sa résidence de Sainte Martha ont été suivies par des millions de fidèles, grâce à la diffusion et aux radio-commentaires en plusieurs langues. Et ce cadeau, que l’évêque de Rome voulait chaque jour offrir à de nombreuses personnes incapables de rentrer chez eux dans des moments difficiles, a également atteint les fidèles catholiques chinois.

L’émission en direct a commencé le 27 mars, lorsque le Pape François a mené un moment spécial de prière sur la place vide de Saint Pierre et sous la pluie pour demander à Dieu la fin de la pandémie. Le 30 mars, les transmissions de la messe de Sainte Marthe ont également commencé en Chine, via les réseaux sociaux. L

a première célébration en direct avait 280 vues, puis le nombre augmentait de jour en jour. Ces derniers jours, les personnes connectées en temps réel quotidiennement ont atteint environ 7 ou 8 000, et plus de 10 000 vues. Les messes ont été suivies de plusieurs fidèles connectés à un seul média informatique, notamment le dimanche.

Prière avec le Pape en Chine

Les célébrations ont été diffusées via smartphone, via Wechat, l’application la plus populaire en Chine, qui est également couramment utilisée par les personnes âgées.

Dans certains cas, les enfants les plus jeunes et les plus capables avec les nouvelles technologies ont pu transmettre les images aussi à l’ordinateur ou à l’écran de télévision afin de les rendre plus faciles à partager avec toute la famille et plus visibles surtout pour les personnes âgées. Une traduction simultanée a permis à toutes les personnes connectées de comprendre l’homélie du Pape.

Ainsi, les hommes et les femmes, les enfants et les jeunes, ainsi que leurs grands-parents – tous contraints de rester à la maison pour éviter l’infection par le coronavirus – ont pu suivre les messes du matin du Pape, ce qui est important aussi parce que pendant plus de trois mois en raison de l’urgence non ils ont pu participer personnellement aux liturgies célébrées dans les églises chinoises.

La nouvelle de la fin de la diffusion en direct de la messe de Sainte Marthe a été reçue avec un peu de souffrance et même avec quelques larmes, car, surtout pour les personnes âgées et les malades, la célébration u Pape était devenue un rendez-vous et un accompagnement quotidien.

Et c’était aussi un moyen pour le peuple des fidèles de Chine de se sentir unis dans la prière au Successeur de Pierre et à l’Église universelle à travers la liturgie transmise chaque jour à 13 heures (7 heures à Rome).

François Liang