Archives de catégorie : Informations

sur l’Association, la Chapelle, la vie de l’Église

La vie est don de Dieu, prions pour Vincent Lambert

Le Pape François a fait diffuser, ce lundi 20 mai 2019, un tweet faisant allusion à l’affaire Vincent Lambert, le  jour de l’arrêt de  son hydratation et de son alimentation : «Prions pour ceux qui vivent dans un état de grave handicap. Protégeons toujours la vie, don de Dieu, du début à la fin naturelle. Ne cédons pas à la culture du déchet.»

 

couloir d'hôpital
couloir d’hôpital

Cet appel s’inscrit en cohérence avec ses autres interventions sur ce dossier complexe. Le 15 avril 2018, lors de la prière du Regina Cœli, le Pape avait ainsi qualifié l’affaire Vincent Lambert de «situation douloureuse et complexe». Il avait aussi demandé que «chaque malade soit respecté dans sa dignité et soigné d’une façon adaptée à son état de santé».

Samedi, don Roberto Colombo, professeur à la faculté de médecine et de chirurgie de l’Université catholique du Sacré-Cœur, à Milan, s’exprimait sur le cas complexe de ce patient français tétraplégique depuis 2008.

Il a rappelé que «l’accueil, le respect et la protection de toute vie humaine, dans quelque condition qu’elle se trouve, est aujourd’hui le point le plus faible (et pourtant décisif) de la société, de la politique et de l’État. Ne pas accueillir tous revient à écarter quelqu’un», à l’exclure moralement, juridiquement ou physiquement.

Il dénonce la «conjuration du silence» qui entourent cette question du droit à la vie des personnes lourdement handicapées, comme c’est le cas de Vincent Lambert, hospitalisé depuis 2008 au CHU de Reims.

La simple définition médicale de son cas ne fait pas consensus : l’état de conscience minimale plus, ou encore l’état végétatif chronique qui lui sont attribués selon les différentes sources, ne répondent pas aux mêmes définitions.

Dans son cas, l’arrêt des soins, ou plus précisément l’arrêt de l’alimentation et de l’hydratation a été mis en pratique ce lundi 20 mai, une décision du corps médical soutenue par son épouse mais à laquelle s’opposent ses parents.

Le Comité international des droits des personnes handicapées, qui dépend de l’ONU, a demandé un maintien provisoire des soins, mais le gouvernement a fait savoir que la France n’était pas légalement contrainte par ce comité.

Vincent Lambert ne faisait pas l’objet d’un acharnement thérapeutique

Don Roberto Colombo fait savoir que Vincent Lambert, bien que se trouvant dans une condition de grave incapacité relationnelle avec le monde extérieur et les personnes qui lui sont proches (personne toutefois ne pouvant s’avancer avec certitude sur l’éventuelle réduction ou absence de sa “conscience interne” ou “profonde”), ne se situe pas dans un état de fin de vie, puisque sa respiration est restée autonome et n’est donc pas soumise à une assistance respiratoire, qu’il n’a pas de stimulateur cardiaque, et qu’il n’est pas traité en soins intensifs.

Le tribunal administratif de Châlons-en-Champagne avait considéré en 2018 qu’il ne faisait l’objet ni d’un «acharnement thérapeutique» ni d’une «obstination déraisonnable». L’an dernier, un autre rapport rédigé par 70 médecins et spécialistes avait mis en avant la stabilité de ses conditions cliniques. Il n’est donc pas dans une situation désespérée et terminale qui pourrait rendre éthiquement acceptable l’arrêt des soins.

Pour les malades chroniques, l’hydratation et l’alimentation sont considérées par l’Église catholique comme «un moyen ordinaire et proportionné de conservation de la vie», avait rappelé en 2007 la Congrégation pour la Doctrine de la Foi. Y renoncer reviendrait donc à ouvrir la voie à une euthanasie.

Récemment, l’archevêque de Reims, Mgr Éric de Moulins-Beaufort, et son évêque auxiliaire, Mgr Bruno Feillet, ont rappelé que «la grandeur de l’humanité consiste dans le fait de considérer comme inaliénable et inviolable la dignité de ses membres, spécialement les plus fragiles».

Le Pape François lui-même, prenant la parole sur la situation de Vincent Lambert, avait déclaré que «l’unique maître de la vie, du début à la fin naturelle, est Dieu. Notre devoir est de tout faire pour prendre soin de la vie», y compris des malades en état végétatif ou de conscience minimale, comme il y en a des dizaines de milliers en Europe.

Cet arrêt des soins est donc une attaque «contre la vie et la dignité de la personne. Même si une loi ou une décision de justice permettent cette action, elle reste inacceptable et indigne d’une société fondée sur le respect et l’accueil de la vie de tous», conclut don Roberto Colombo.

Nouvel assassinat d’un prêtre au Burkina Faso

Nouvel assassinat d’un prêtre au Burkina Faso

Cathédrale Notre-Dame de Kaya Burkina Faso
Cathédrale Notre-Dame de Kaya Burkina Faso
Un salésien espagnol a été poignardé ce vendredi 17 mai 2019 dans la ville de Bobo Dioulasso, au sud-ouest du pays. L’Église catholique du Burkina Faso fait face à une nouvelle épreuve, au terme d’une semaine particulièrement dramatique, déjà marquée par deux attentats, qui avaient coûté la vie à 10 personnes.

 

Le père Fernando Fernández, un prêtre salésien de nationalité espagnole, a été poignardé vers midi, dans le centre salésien de Don Bosco dans la ville de Bobo Dioulasso, au sud-ouest du Burkina Faso. L’information a été confirmée par l’archevêché.

Durant le déjeuner, un ancien cuisinier qui avait travaillé durant sept ans dans cette structure, s’est jeté avec un couteau sur le religieux espagnol, en le tuant. Un autre prêtre, de nationalité togolaise, le père Germain Plakoo-Mlapa, directeur des études, a été blessé, mais il a été hospitalisé et il est maintenant hors de danger.

Le père Fernández était l’économe du centre Don Bosco de Bobo-Dioulasso, la deuxième ville du Burkina Faso, au sud-ouest du pays, dans la province de Houet, à environ 300 kms de la capitale Ouagadougou. Les salésiens ont développé trois institutions dans cette ville : un centre d’aide pour les enfants des rues, un centre d’alphabétisation, et un centre de formation professionnelle avec plus de 300 étudiants.

C’est le dernier épisode en date d’une série de violences à l’encontre des communautés religieuses du pays. Le 15 février dernier, un autre prêtre salésien espagnol, le père Antonio César Fernández Fernández, avait été tué dans un attaque djihadiste perpétrée à 40 kilomètres de la frontière sud du Burkina Faso.

Et cette semaine, le dimanche 12 mai, un groupe armé a attaqué la paroisse de Dablo, tuant le prêtre Siméon Yampa ainsi que cinq fidèles. Le lendemain, lundi 13 mai, c’est une procession mariale qui était visée à Singa. Quatre fidèles ont été exécutés par des agresseurs qui ont détruit la statue de la Vierge.

nouvelle attaque contre l’Église catholique au Burkina Faso

lumière pour la paix
lumière pour la paix

Au lendemain de l’attentat contre une église dans la commune de Dablo, une procession mariale a été attaquée à Zimtenga, dans le nord du Burkina Faso.

Quatre catholiques ont été tués ce lundi 13 mai 2019 lors de cette procession en honneur de la Vierge Marie, au lendemain de l’attaque d’une église à Dablo, ayant fait six morts dont un prêtre. Les assaillants ont stoppé la procession. «Ils ont laissé partir les mineurs, exécuté quatre adultes et détruit la statue de la Vierge», a raconté un habitant.

Ces violences s’inscrivent dans une stratégie de tension où le Burkina est confronté à une multiplication des attaques de groupes islamistes qui ciblent de plus en plus fréquemment les églises.

Les chrétiens visés par une série d’attaques

Les obsèques des six personnes, dont le prêtre célébrant la messe, tuées dimanche lors de l’attaque à Dablo, ont été célébrées lundi, en présence de représentants du gouvernement, et de responsables musulmans et protestants.

L’archevêque de Koupela, Mgr Séraphin Rouamba, a présidé la cérémonie en rappelant que «cela fait des années et des années que nous travaillons ensemble. Musulmans, protestants, catholiques, ceux de religions traditionnelles, nous avons toujours marché main dans la main. Par conséquent, il ne faut pas que des actes aussi tragiques puissent venir nous séparer.»

Le Burkina Faso est confronté depuis quatre ans à des attaques de plus en plus fréquentes et meurtrières, attribuées à des groupes jihadistes, dont Ansarul Islam, le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM) et l’organisation État islamique au grand Sahara (EIGS).

D’abord concentrées dans le Nord, ces attaques ont ensuite visé la capitale Ouagadougou et d’autres régions, notamment l’Est, et fait depuis 2015 près de 400 morts, selon un comptage de l’AFP.

Les attaques djihadistes ciblent régulièrement des responsables religieux, chrétiens et musulmans, principalement dans le Nord du pays où les chrétiens représentent environ 35% de la population, les musulmans quelque 65%.

À la mi-mars, l’abbé Joël Yougbaré, curé de Djibo (Nord) a été enlevé par des individus armés. Le 15 février, le père César Fernandez, missionnaire salésien d’origine espagnole, a été tué dans le Centre-Est.

La déstabilisation du Niger voisin

Le Niger, qui avait lui aussi longtemps fait office de relatif îlot de stabilité dans les vastes étendues du Sahel, difficiles à administrer et à sécuriser, fait également face à une série d’attaques de plus en plus nombreuses.

Un prêtre nigérien a été blessé lundi soir par balle dans l’attaque d’une église catholique dans le village de Dolbel, dans la région de Tillabéri, zone de l’ouest proche du Burkina Faso et du Mali en proie à des attaques jihadistes récurrentes, a indiqué mardi la mission catholique du Niger.

«Deux individus armés, à moto, se sont rendus chez la femme du gardien de l’église (de Dolbel) pour lui demander “où sont les prêtres ?”. Elle a répondu “ils ne sont pas là”, alors les assaillants se sont énervés et ont commencé à tirer des coups de feu. Les prêtres sont sortis et l’un a reçu deux balles au pied et à la main», a déclaré Thomas Codjovi, chargé de la communication de la mission catholique du Niger.

Les assaillants sont ensuite repartis avec «un véhicule de la mission». L’un des deux prêtres en poste à Dolbel a déjà été acheminé dans la capitale pour plus de sécurité. L’église de Dolbel est située à quelques km du Burkina Faso et à une trentaine de km du Mali. C’est la première attaque directe d’une église au Niger par des hommes armés.