avec l’amour de Jésus, s’aimer les uns les autres

avec l’amour de Jésus, s’aimer les uns les autres

Paroles de Jésus dans son discours avant la passion, dans l’Évangile selon saint Jean, et commandement alors prononcé: «que vous vous aimiez les uns les autres», c’est ce qui a fait le sujet du message prononcé par le Pape François, depuis la fenêtre du Palais apostolique, place Saint-Pierre, ce dimanche 19 mai.

le commandement nouveau

Jésus et ses apôtres
Jésus et ses apôtres

En ce 5e dimanche du Temps pascal, il est donc question du commandement donné par Jésus dans son «discours d’adieu» avant sa passion. Après avoir lavé les pieds des Douze Apôtres, Jésus leur a dit: «Je vous donne un commandement nouveau : que vous vous aimiez les uns les autres. Comme je vous ai aimés, vous aussi vous devez vous aimer les uns les autres».

« L’amour qui se manifeste dans la croix de Christ et qui nous appelle à vivre est la seule force qui transforme notre cœur de pierre en un cœur de chair; la seule force capable de transformer notre cœur est l’amour de Jésus, si nous aimons aussi de cet amour. Et cet amour nous rend capables d’aimer nos ennemis et de pardonner à ceux qui nous ont offensés. »

« Je vais vous poser une question, tout le monde répondra dans son cœur. Suis-je capable d’aimer mes ennemis? Nous avons tous des gens, je ne sais pas s’ils sont ennemis, mais cela ne nous convient pas, nous qui sommes ‘de l’autre côté’; ou est-ce que quelqu’un a des gens qui le blessent … Suis-je capable d’aimer ces gens? » « Cet homme, cette femme qui m’a fait mal, qui m’a offensé? Suis-je capable de lui pardonner? »

«L’ancien commandement de l’amour est devenu nouveau parce qu’il a été complété par cet ajout : « comme je vous ai aimés ».». La nouveauté réside alors dans l’amour de Jésus-Christ, «l’amour avec lequel il a donné sa vie pour nous». «En repensant à la passion et à l’agonie du Christ, les disciples ont compris le sens de ses paroles: ‘Comme je vous ai aimés, aimez-vous aussi les uns les autres’

Un amour sans conditions

Jésus, «c‘est Lui qui nous a rendus dignes de Son amour, qui ne connaît pas de limites et ne finit jamais.»

Amour «qui nous rend capable d’aimer nos ennemis et de pardonner à ceux qui nous ont offensés, qui nous fait voir l’autre comme un membre présent ou futur de la communauté des amis de Jésus ; qui nous encourage au dialogue et nous aide à nous écouter et à nous connaître les uns les autres».

 » L’amour de Jésus nous fait voir l’autre comme un membre présent ou futur de la communauté des amis de Jésus; cela nous stimule à dialoguer et nous aide à nous écouter et à nous connaître. L’amour nous ouvre à l’autre, devenant la base des relations humaines. Cela nous permet de surmonter les barrières de nos faiblesses et de nos préjugés. »

« L’amour de Jésus en nous crée des ponts, enseigne de nouvelles manières, déclenche le dynamisme de la fraternité. Que la Vierge Marie nous aide, avec son intercession maternelle, à accueillir de son Fils Jésus le don de son commandement et de la part du Saint-Esprit la force de le pratiquer dans la vie quotidienne. »

LES LEÇONS QUE NOUS DONNE SAINTE CATHERINE : la vie cachée

19 MAI

LES LEÇONS QUE NOUS DONNE SAINTE CATHERINE suite

La vie cachée

Sœur Catherine a toujours mené la vie cachée, elle a exercé les emplois les plus communs. En effet, elle doit disparaître. Comme une de ses compagnes disait un jour : « Il est probable que la Sœur qui a vu la Sainte Vierge est aujourd’hui supérieure », la servante de Dieu répondit : « Non, non, il faut qu’elle mène la vie cachée. »

La vie cachée de Catherine Labouré
La vie cachée de Catherine Labouré

Pendant quarante-six ans, elle eut la passion de se cacher, comme d’autres ont la passion de parler. Elle trouve naturel d’être ignorée et mise de côté. Or, la vertu qui s’ignore est le comble de la véritable vertu.

N’imaginons pas la Voyante de la rue du Bac comme une Catherine de Sienne, en communication habituelle avec Notre-Seigneur. Son Thabor fut d’un moment, sa fidélité au devoir d’état de tous les jours.

Tous les matins, elle recevait sa tâche. Le champ d’action d’une Fille de la Charité est très circonscrit ; elle est clôturée dans son devoir d’état. Lumière des plus modestes, à la flamme pure, chaude, sans éclat, sans sursaut, Sœur Catherine se consumera jour et nuit, pendant quarante années, dans sa maison de Reuilly, comme en une chapelle close et recueillie.

PRIÈRE

Ô mon Dieu, tu as voulu que ton Fils unique vécût trente ans de vie cachée sur les trente-trois années que dura sa vie terrestre ; tu as voulu aussi que la Très Sainte Vierge Marie menât une vie obscure, uniforme, sans aucune action d’éclat. C’est assez nous montrer quel prix tu attaches aux actions humbles, connues de toi seul et accomplies pour ton seul amour.

Fais qu’à l’exemple de ta Servante, Catherine Labouré, nous sachions trouver notre joie à remplir parfaitement notre devoir d’état, expression certaine de ta volonté divine, à nous contenter souvent de tâches humbles et monotones avec lesquelles nous pouvons si facilement nous remplir de ton bonheur éternel. Ainsi soit-il !

Ô MARIE CONÇUE SANS PÉCHÉ, PRIEZ POUR NOUS QUI AVONS RECOURS À VOUS !

+P. BAETEMAN

Nouvel assassinat d’un prêtre au Burkina Faso

Nouvel assassinat d’un prêtre au Burkina Faso

Cathédrale Notre-Dame de Kaya Burkina Faso
Cathédrale Notre-Dame de Kaya Burkina Faso
Un salésien espagnol a été poignardé ce vendredi 17 mai 2019 dans la ville de Bobo Dioulasso, au sud-ouest du pays. L’Église catholique du Burkina Faso fait face à une nouvelle épreuve, au terme d’une semaine particulièrement dramatique, déjà marquée par deux attentats, qui avaient coûté la vie à 10 personnes.

 

Le père Fernando Fernández, un prêtre salésien de nationalité espagnole, a été poignardé vers midi, dans le centre salésien de Don Bosco dans la ville de Bobo Dioulasso, au sud-ouest du Burkina Faso. L’information a été confirmée par l’archevêché.

Durant le déjeuner, un ancien cuisinier qui avait travaillé durant sept ans dans cette structure, s’est jeté avec un couteau sur le religieux espagnol, en le tuant. Un autre prêtre, de nationalité togolaise, le père Germain Plakoo-Mlapa, directeur des études, a été blessé, mais il a été hospitalisé et il est maintenant hors de danger.

Le père Fernández était l’économe du centre Don Bosco de Bobo-Dioulasso, la deuxième ville du Burkina Faso, au sud-ouest du pays, dans la province de Houet, à environ 300 kms de la capitale Ouagadougou. Les salésiens ont développé trois institutions dans cette ville : un centre d’aide pour les enfants des rues, un centre d’alphabétisation, et un centre de formation professionnelle avec plus de 300 étudiants.

C’est le dernier épisode en date d’une série de violences à l’encontre des communautés religieuses du pays. Le 15 février dernier, un autre prêtre salésien espagnol, le père Antonio César Fernández Fernández, avait été tué dans un attaque djihadiste perpétrée à 40 kilomètres de la frontière sud du Burkina Faso.

Et cette semaine, le dimanche 12 mai, un groupe armé a attaqué la paroisse de Dablo, tuant le prêtre Siméon Yampa ainsi que cinq fidèles. Le lendemain, lundi 13 mai, c’est une procession mariale qui était visée à Singa. Quatre fidèles ont été exécutés par des agresseurs qui ont détruit la statue de la Vierge.

diffusons-la!