Catéchèse sur la bénédiction

Le Pape François a poursuivi ce mercredi 2 décembre son cycle de catéchèse sur la prière, en s’arrêtant cette fois sur la bénédiction. Dès le début de la Genèse, Dieu ne cesse de bénir et cette bénédiction trouve son accomplissement dans Jésus-Christ. Dieu montre ainsi qu’il agit envers les hommes comme un père envers ses enfants.

PAPE FRANÇOIS

AUDIENCE GÉNÉRALE

Bibliothèque du palais apostolique
Mercredi 2 décembre 2020


Catéchèse – 17. La bénédiction

Résumé

Frères et sœurs, nous portons aujourd’hui notre attention sur la bénédiction qui est une dimension essentielle de la prière. Dans les premières pages de la Bible, Dieu ne cesse de bénir la vie. La bénédiction possède une force spéciale qui accompagne toute la vie de celui qui la reçoit et elle dispose le cœur de l’homme à se laisser changer par Dieu.

L’espérance du monde réside entièrement dans la bénédiction de Dieu, qui trouve son accomplissement en Jésus Christ, sa parole faite chair et offerte pour nous sur la croix. Dieu se comporte envers nous comme un bon père et comme une bonne mère qui ne cessent jamais d’aimer leur enfant malgré ses erreurs. Pour Dieu, même les détenus sont toujours ses enfants dont sa grâce peut changer la vie.

Car il nous prend comme nous sommes mais ne nous laisse pas comme nous sommes. C’est pourquoi Jésus voyait dans les personnes rejetées et refusées, l’indéfectible bénédiction du Père. Notre réponse à la bénédiction de Dieu se concrétise à travers la prière, qui est joie et reconnaissance. Ainsi, nous ne pouvons que bénir ce Dieu qui nous bénit et apprendre de lui à ne maudire personne mais plutôt à bénir.

Je salue cordialement les personnes de langue française. Frères et sœurs, en ce temps de l’Avent, apprenons de la Vierge Marie, à être porteurs d’une parole de bénédiction pour ceux qui souffrent et qui ont perdu toute espérance. Que Dieu vous bénisse !

***
Chers frères et sœurs, bonjour!

Aujourd’hui, nous nous concentrons sur une dimension essentielle de la prière: la bénédiction. Nous continuons les réflexions sur la prière. Dans les histoires de la création (cf. Gn 1-2), Dieu bénit continuellement la vie, toujours. Il bénit les animaux (1.22), il bénit l’homme et la femme (1.28), enfin il bénit le sabbat, le jour de repos et de jouissance de toute la création (2.3). C’est Dieu qui bénit.

Dans les premières pages de la Bible, il y a une répétition constante des bénédictions. Dieu bénit, mais les hommes bénissent aussi, et bientôt on découvre que la bénédiction possède une force particulière, qui accompagne la personne qui la reçoit tout au long de sa vie, et dispose le cœur de l’homme à se laisser changer par Dieu (Concile œcuménique Vat. II, Const. Sacrosanctum Concilium, 61).

Au commencement du monde, il y a donc Dieu qui « dit-[c’est]bien » (bene-dicere), bien-dit, dit-bien (béné-diction). Il voit que chaque œuvre de ses mains est bonne et belle, et lorsqu’elle atteint l’homme et que la création s’accomplit, il reconnaît qu’elle est «très bonne» (Gn 1, 31).

Peu de temps après, cette beauté que Dieu a imprimée dans son œuvre changera, et l’être humain deviendra une créature dégénérée, capable de répandre le mal et la mort dans le monde; mais rien ne pourra jamais effacer la première empreinte de Dieu, une empreinte de bonté que Dieu a placée dans le monde, dans la nature humaine, en chacun de nous: la capacité de bénir et le fait d’être béni.

Dieu n’avait pas tort avec la création ou même avec la création de l’homme. L’espérance du monde réside entièrement dans la bénédiction de Dieu: Il continue à nous aimer, Il continue d’abord, comme le dit le poète Péguy, à espérer pour notre bien. (Le porche du mystère de la deuxième vertu, prima ed. 1911)

La grande bénédiction de Dieu est Jésus-Christ, c’est le grand don de Dieu, son Fils. C’est une bénédiction pour toute l’humanité, c’est une bénédiction qui nous a tous sauvés. Il est la Parole éternelle avec laquelle le Père nous a bénis «alors que nous étions encore pécheurs» (Rm 5,8) dit saint Paul: Parole faite chair et offerte pour nous sur la croix.

Saint Paul proclame avec émotion le plan d’amour de Dieu et dit ainsi: «Béni soit Dieu, Père de notre Seigneur Jésus-Christ, qui nous a bénis de toute bénédiction spirituelle dans le ciel en Christ. En lui, il nous a choisis avant la création du monde pour être saints et immaculés devant lui dans la charité, nous prédestinant à être des enfants adoptés pour lui par Jésus-Christ, selon le plan d’amour de sa volonté, pour louer la splendeur de sa grâce. , dont il nous a gratifiés dans le Fils bien-aimé »(Ep 1, 3-6).

Il n’y a pas de péché qui puisse effacer complètement l’image du Christ présente en chacun de nous. Aucun péché ne peut effacer cette image que Dieu nous a donnée. L’image du Christ. Il peut le dégrader, mais il ne peut pas le retirer de la miséricorde de Dieu Un pécheur peut rester longtemps dans ses erreurs, mais Dieu est patient jusqu’au dernier, espérant qu’à la fin ce cœur s’ouvrira et changera.

Dieu est comme un bon père et comme une bonne mère, Lui aussi est une bonne mère: ils ne cessent jamais d’aimer leur fils, aussi mal qu’il soit, toujours. Je me souviens de ces nombreuses fois où j’ai vu des gens faire la queue pour entrer dans la prison. Beaucoup de mères font la queue pour entrer et voir leur fils en prison: elles ne cessent jamais d’aimer leur fils et elles savent que les gens qui passent dans le bus se disent «Ah, c’est la mère du prisonnier».

Pourtant, ils n’ont pas honte de cela, ou plutôt, ils ont honte mais ils continuent, parce que l’enfant de la honte est plus important. Nous sommes donc plus importants pour Dieu que tous les péchés que nous pouvons faire, parce qu’Il est père, mère, amour pur, Il nous a bénis pour toujours. Et cela ne cessera jamais de nous bénir.

Une expérience forte est de lire ces textes bibliques de bénédiction dans une prison, ou dans une communauté de rétablissement. Faites en sorte que les personnes qui restent bénies malgré leurs graves erreurs sentent que notre Père céleste continue de vouloir leur bien et espèrent qu’elles s’ouvriront enfin au bien.

Si même leurs plus proches parents les ont abandonnés parce qu’ils les considèrent désormais irrécupérables, pour Dieu, ce sont toujours des enfants. Dieu ne peut effacer l’image d’un fils en nous, chacun de nous est un fils, une fille.

Parfois, des miracles se produisent: des hommes et des femmes renaissent. Parce qu’ils trouvent cette bénédiction qui les a oints comme enfants. Parce que la grâce de Dieu change la vie: elle nous prend tels que nous sommes, mais ne nous laisse jamais tels que nous sommes.

Pensons à ce que Jésus a fait avec Zachée (cf. Lc 19, 1-10) par exemple. Tout le monde a vu du mal en lui; Au lieu de cela, Jésus y voit une lueur de bien, et à partir de là, de sa curiosité de voir Jésus, il laisse passer la miséricorde qui sauve. Ainsi, d’abord le cœur de Zachée, puis la vie ont changé. Chez les gens rejetés, Jésus a vu la bénédiction indéfectible du Père.

Zachée est un pécheur public, il a fait beaucoup de mauvaises choses, mais Jésus a vu ce signe indéfectible de la bénédiction du Père et de sa compassion. Cette phrase si répétée dans l’Évangile, «il avait de la compassion pour lui», et cette compassion le conduit à l’aider et à changer son cœur. De plus, il en est venu à s’identifier à toute personne dans le besoin (cf. Mt 25, 31-46).

Dans le passage du « protocole » final d’après lequel nous serons tous jugés, Matthieu 25, Jésus dit: « J’avais faim, j’étais nu, j’étais en prison, j’étais à l’hôpital, j’étais là … »

A Dieu qui bénit, nous répondons aussi par la bénédiction – Dieu nous a appris à bénir et nous devons bénir – : c’est la prière de louange, d’adoration, d’action de grâce. Le Catéchisme écrit: «La prière de bénédiction est la réponse de l’homme aux dons de Dieu: puisque Dieu bénit, le cœur de l’homme peut répondre en bénissant Celui qui est la source de toutes les bénédictions» (n. 2626). La prière est joie et gratitude.

Dieu n’a pas attendu que nous nous convertissions pour commencer à nous aimer, mais il l’a fait beaucoup plus tôt, alors que nous étions encore dans le péché.

Nous ne pouvons pas seulement bénir ce Dieu qui nous bénit, nous devons tout bénir en Lui, tout le peuple, bénir Dieu et bénir les frères, bénir le monde: telle est la racine de la douceur chrétienne, la capacité de se sentir béni et la capacité de bénir. Si nous faisions tous cela, les guerres n’existeraient certainement pas. Ce monde a besoin de bénédiction et nous pouvons donner la bénédiction et recevoir la bénédiction.

Le Père nous aime. Et nous n’avons que la joie de le bénir et la joie de le remercier, et d’apprendre de lui non pas à maudire, mais à bénir. Et voici juste un mot pour les gens qui ont l’habitude de maudire, les gens qui ont toujours un mot laid, une malédiction dans leur bouche, même dans leur cœur.

APPEL

Chacun de nous peut penser: est-ce que j’ai cette habitude de maudire comme ça? Et demandez au Seigneur la grâce de changer cette habitude parce que nous avons un cœur béni et d’un cœur béni la malédiction ne peut pas sortir. Que le Seigneur nous apprenne à ne jamais maudire mais à bénir.

Je tiens à assurer mes prières pour le Nigéria, malheureusement encore ensanglanté par un massacre terroriste. Samedi dernier, dans le nord-est du pays, plus d’une centaine d’agriculteurs ont été brutalement tués. Que Dieu les accueille dans sa paix et réconforte leurs familles; et convertissez le cœur de ceux qui commettent de telles horreurs, qui offensent gravement son nom.

C’est aujourd’hui le quarantième anniversaire de la mort de quatre missionnaires nord-américains tués au Salvador: les sœurs de Maryknoll Ita Ford et Maura Clarke, la religieuse ursuline Dorothy Kazel et le bénévole Jean Donovan. Le 2 décembre 1980, ils ont été enlevés, violés et assassinés par un groupe de paramilitaires. Ils ont servi au Salvador dans le contexte de la guerre civile.

Avec un engagement évangélique et en prenant de grands risques, ils ont apporté de la nourriture et des médicaments aux déplacés et ont aidé les familles les plus pauvres. Ces femmes ont vécu leur foi avec une grande générosité. J’y vois un exemple pour tous pour devenir de fidèles disciples missionnaires.

* * *

Enfin, comme d’habitude, mes pensées vont aux personnes âgées, aux jeunes, aux malades et aux jeunes mariés. J’exhorte chacun à vivre cette période de préparation de Noël dans une attitude de vigilance et une recherche généreuse de la volonté de Dieu.


© Copyright – Libreria Editrice Vaticana

Avent – le Prophète Isaïe

 Le Prophète Isaie-Pietro Perugino
Le Prophète Isaie-Pietro Perugino

ISAÏE est beaucoup plus que le «5e évangélist » qu’on a parfois voulu faire de lui… et le Temps de l’Avent est bien autre chose qu’une simple méditation sur le thème de la fête de Noël si proche.

L’actualité du prophète vient surtout de ce qu’à travers l’histoire agitée de son époque — celle de la disparition d’Israël sous les coups des Assyriens, laissant au minuscule royaume de Juda la responsabilité écrasante d’être le seul témoin du vrai Dieu dans un monde déchiré par les conflits, mais cent fois plus puissant que lui — il a su être pour les hommes la voix infiniment variée, mais revenant toujours au même message fondamental : Dieu est juste et saint, il hait le péché de l’homme, et il prépare, et déjà inaugure dans l’histoire, un jugement auquel personne n’échappera: ni l’ennemi dont il s’est servi pour châtier son peuple, ni ceux qui, à des degrés divers, participent au péché de ce peuple…

Seul un reste échappera : ceux qui, contre vents et marées, se seront attachés indéfectiblement à la foi et auront vécu l’Alliance divine en toutes circonstances. Et ce passage, c’est celui même de l’Avent.

Rendu plus vivant encore par tout le cours de l’histoire sainte avec ses purifications et concentrations successives du petit reste, il nous apprend qu’en définitive seule une créature trouve grâce pleinement aux yeux de Dieu : son Fils, antérieur au monde, mais qui a pris chair dans le monde pour devenir le Premier-Né d’une multitude de frères. Tel est, pour un univers qui se cherche et doute de son destin, la seule promesse de salut.

La Liturgie des Heures

GRANDE NEUVAINE DE L’IMMACULÉE CONCEPTION 2020 – TROISIÈME JOUR

GRANDE NEUVAINE DE L’IMMACULÉE CONCEPTION 2020
TROISIÈME JOUR

Bénie et encouragée par Sa Sainteté le Pape François

Marie, comblée de l’Esprit Saint

Statue de la Vierge du pilier de Notre Dame de Paris
Statue de la Vierge du pilier de Notre Dame de Paris

Esprit Saint, tu es Esprit d’amour et d’unité. A Lourdes, par Bernadette, Marie a demandé De bâtir une chapelle et de venir en procession.

Inspire l’Église que le Christ construit sur la foi de Pierre, rassemble-la dans l’unité.
Guide le pèlerinage de l’Église. Qu’elle soit fidèle et audacieuse!

Vierge Marie, lys de pureté immaculée, ce que Dieu désire, vous le désirez ardemment. Ce que Dieu demande, vous le Lui accordez entièrement, immédiatement, sans restriction, sans hésitation, généreusement, de tout votre cœur et de toute votre âme.

Dès le premier instant de votre Conception, vous avez été comblée de grâces et douée du parfait usage de votre raison. Je remercie et j’adore la Très Sainte Trinité qui vous a enrichie de dons si précieux.

Le Seigneur est avec vous, le Seigneur est en vous et demeurera toujours en vous car vous êtes et serez toujours uniquement à Lui.

Il vous a accompagnée tout au long de votre vie terrestre.
Il vous a appelée à vivre avec Lui en corps et en âme dans sa Gloire pour l’Éternité.

Marie, vous êtes comblée de l’Esprit Saint.
Vous êtes l’épouse et la servante ; le modèle des chrétiens et le visage maternel de l’Église, nous vous prions.

Je crois et confesse votre Immaculée Conception.

 

prière du jour

Ô Marie, rose mystique de pureté, je me réjouis avec vous de ce que, dans votre Immaculée Conception, vous avez glorieusement triomphé du serpent infernal, en étant conçue sans la tache du péché originel. Je remercie et je loue de tout mon cœur la Très Sainte Trinité qui vous a accordé un si grand privilège. Je vous supplie de m’accorder la force nécessaire pour surmonter les embûches du démon et ne plus souiller mon âme par le péché. Ne me refusez jamais votre puissant secours, et faites que je triomphe toujours sous votre protection, de tous les ennemis de mon Salut éternel !

Viens, Esprit-Saint, remplis les cœurs de tes fidèles, et allume en eux le feu de ton divin amour.

Envoie ton Esprit et tout sera créé
Et tu renouvelleras la face de la terre

Prions : O Dieu qui as instruit et éclairé les cœurs de tes fidèles par les lumières de ton Esprit-Saint, envoie-nous ce même Esprit, qui nous fasse connaître et aimer le bien, et qui répande toujours sur nous la joie de ses divines consolations. Par Jésus-Christ Notre-Seigneur. Ainsi soit-il.

LA PRIÈRE DE L’ANNÉE 2020

 Ô Mère de miséricorde, nous confions à Ton cœur et à Ton amour le peuple entier et l’Église de cette terre.
Garde-nous de toute injustice, de toute division, de toute violence et de toute guerre.
Garde-nous de la tentation et de l’esclavage du péché et du mal. Sois avec nous !

Aide-nous à vaincre le doute par la foi, l’égoïsme par le service, l’orgueil par la mansuétude, la haine par l’amour.
Aide-nous à vivre l’Évangile et la folie de la Croix afin de pouvoir ressusciter avec ton Fils à la vraie vie, avec le Père, dans l’unité de l’Esprit Saint.

Ô Mère du Christ, sois notre réconfort et donne force à tous ceux qui souffrent : aux pauvres, à ceux qui sont seuls, aux malades, aux non-aimés, aux abandonnés.
Donne la paix à notre terre divisée ; et à tous, la lumière de l’espérance. Ainsi soit-il.

Saint Jean-Paul II (1920-2005)

Chaque jour de la neuvaine : 1 Notre Père, 10 Je Vous Salue Marie, 1 Gloire au Père et 3 fois l’invocation suivante : « O Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous »

L’Immaculée désire nous donner des grâces en nous confessant au cours de la Neuvaine et recevant la communion lors de la Messe du 8 décembre de préférence. Ornons le coin prière personnel ou de famille et le bord de nos fenêtres le soir du 8 décembre. Pour dire MERCI et  toute notre affection à l’Immaculée qui veille sur chaque personne et pour demander que du Ciel, Dieu bénisse nos familles.

***

Tota Pulchra es – Vous êtes toute belle, ô Marie

Tota pulchra es, Maria, et macula originalis non est in te.
Vous êtes toute belle, Marie, et la faute originelle n’est point en vous.

Vestimentum tuum candidum quasi nix, et facies tua sicut sol.
Votre vêtement est blanc comme neige, et votre visage pareil au soleil.

Tota pulchra es, Maria, et macula originalis non est in te.
Vous êtes toute belle, Marie, et la faute originelle n’est point en vous.

Tu gloria Jerusalem, tu laetitia Israel, tu honorificentia populi nostri.
Vous, la gloire de Jérusalem, Vous la joie d’Israël, Vous qui êtes l’honneur de notre peuple.

Tota pulchra es, Maria.
Vous êtes toute belle, Marie.

Litanies de la Sainte Vierge, dites de Lorette

La Sainte Vierge est pour tous le chemin privilégié et sûr qui conduit au Christ Notre Seigneur !
Participons à cet élan missionnaire en diffusant largement cette neuvaine autour de nous.

 

diffusons-la!