AVOIR PART À LA DIVINITÉ DU CHRIST

AVOIR PART À LA DIVINITÉ DU CHRIST

Le Fils de Dieu s’est fait homme afin que les hommes puissent avoir part à la vie de Dieu. Tout don de Dieu qui est en relation avec la vie nouvelle que le Christ est venu donner est appelé une « grâce » (ou « faveur »). Le premier de ces dons est celui que Dieu nous fait de Lui-même, la grâce incréée : Dieu Lui-même est en nous pour nous sauver. Dieu nous donne véritablement une vie nouvelle quand II nous justifie.

Le changement au cœur de notre être, le don créé par lequel II nous attache personnellement à Lui et fait de nous ses enfants, héritiers du paradis, est appelé grâce sanctifiante. Ces dons, et les autres dons que Dieu nous fait, sont très réels. Dieu sanctifie réellement ceux qu’il justifie par la foi, le baptême et la vie de l’Esprit. Cependant, même une fois justifié, le chrétien doit lutter contre le péché.

Nous devons croître dans la vie nouvelle. En acceptant l’appel de Dieu et en permettant à ses dons de porter du fruit en nous, nous pouvons devenir plus généreux à garder ses commandements d’amour, à nous approcher de Lui dans la prière, et à nous associer aux mystères vivifiants du Christ par ses sacre­ments, et notre vie peut devenir de plus en plus la vie du Ciel anticipée dans le temps.

d’après « L’enseignement du Christ »

Sainte Marie Majeure

Sainte Marie Majeure façade | DR
Sainte Marie Majeure façade | DR

« Les Romains vont se souvenir de notre Mère, la Salus Populi Romani, « Salut du Peuple Romain » (basilique Sainte Marie Majeure à Rome), à qui « nous demandons de veiller sur nous. » (Pape François)

« Le 5 août, nous allons commémorer la dédicace de la Basilique Sainte Marie Majeure et honorer la Mère de Dieu avec ce titre de Mère de Dieu acclamé au concile d’Éphèse en 431. » (Benoit XVI)

La Basilique Sainte Marie Majeure domine la ville de Rome depuis près de seize siècles : temple marial par excellence, elle représente une référence pour ceux qui arrivent de toutes les parties du globe dans la Ville Éternelle pour y apprécier ce que la Basilique offre à travers sa monumentale grandeur.

Située sur le sommet de l’Esquilin, une des sept collines de Rome, la Basilique Sainte Marie Majeure est une des quatre Basiliques patriarcales de Rome et est la seule qui ait conservée les structures d’origine. La tradition veut que ce fût la Vierge qui indiqua et inspira la construction de sa demeure sur l’Esquilin.

En apparaissant dans un rêve au patricien Jean et au pape Libère, elle demanda la construction d’une église en son honneur, dans un lieu qu’elle aurait miraculeusement indiqué. Le matin du 5 août 356, l’Esquilin apparut couvert de neige.

Le pape traça le périmètre de la nouvelle église et Jean pourvut à son financement. Mais elle ne fut vraiment érigée qu’au lendemain du Concile d’Éphèse (451) comme l’hommage du peuple romain à la sainte Mère de Dieu.

J.-Daniel Planchot, cm

voir: Marie, salut du peuple romain

Lire la suite →

Neuvaine de la Transfiguration 8

Huitième jour de la neuvaine – Jésus seul

Transfiguration du Christ - Rubens - musée des Beaux-Arts Nancy
Transfiguration du Christ – Rubens – musée des Beaux-Arts Nancy

Voir «Jésus, seul», cela signifie encore : concentrer sur Jésus seul notre attention et notre regard, ne pas  nous laisser distraire par les choses du monde, ni par les hommes et les femmes que nous rencontrons, bref, rendre Jésus suprême et unique dans notre vie.

Est-ce à dire qu’il faille fermer les yeux au monde qui nous entoure et qui souvent a besoin de nous ?

Quelques uns sont appelés à rester absolument seuls avec le Maître : qu’ils soient fidèles à cette vocation.

Mais la plupart des disciples de Jésus, vivant au milieu du monde, peuvent donner aux mots «Jésus, seul» encore une autre interprétation.

Sans renoncer à un contact reconnaissant avec les choses créées, à un contact aimant et dévoué avec les hommes, ils peuvent atteindre un degré de foi et de charité, où Jésus deviendra transparent, à travers les hommes et les choses.

Toute beauté naturelle, toute beauté humaine, deviendront la frange de la beauté même du Christ; nous verrons son reflet dans tout ce qui, en d’autres, attire et mérite notre sympathie; bref, nous aurons «transfiguré » le monde, et, dans tous ceux sur lesquels nous ouvrirons les yeux, nous trouverons «Jésus seul». 

L’événement qui a eu lieu sur le mont Thabor est un défi que le Christ nous lance pour que nous continuions à « jouer » à le chercher.

C’est une main tendue à notre faiblesse et à notre incohérence, c’est un rayon d’espérance pour nous dire : « Persévère ! » Persévère, malgré tous les efforts qu’exige un instant décisif, déjà venu ou encore à venir, un instant qui attend de toi que tu reconnaisses le Christ et que tu cries comme l’apôtre Jean sur le lac de Tibériade : « C’est le Seigneur ! » (Jn 21,17).

Tu t’es transfiguré sur la montagne, ô Christ notre Dieu, laissant tes disciples contempler ta gloire autant qu’ils le pouvaient : Fais briller aussi sur les pécheurs que nous sommes, ton éternelle clarté, par les prières de la Mère de Dieu.

Source de lumière, gloire à toi.

Gloire et louange à notre Dieu, éblouissant de sainteté!

Ta transfiguration révèle ta lumière qui veut se donner aux hommes.

Prières quotidiennes  

diffusons-la!