La paix de Jésus comme le calme d’une mer profonde

La paix est le don de Jésus ressuscité à ses disciples Une paix ne venant donc pas du monde mais de l’Esprit-Saint, qui soutient l’homme dans ses tribulations et lui permet de garder le sens de l’humour. C’est le thème de l’homélie du Pape François, ce mardi matin 21 mai,  lors de la messe célébrée en la chapelle de la Maison Sainte-Marthe.

 

Pour aujourd’hui, d’une part, la lapidation de Paul et les «épreuves» sont mentionnées dans le livre des Actes des Apôtres, au chapitre 14 . D’autre part, Jésus laisse sa «paix» aux disciples avant de monter vers le Père. «Que votre cœur ne soit pas bouleversé ni effrayé», leur demande-t-il, selon saint Jean (Jn 14, 27-31a). Deux aspects apparemment opposés.

Une paix des profondeurs

«La vie de persécutions et d’épreuves semble être une vie sans paix.» Dans les Béatitudes, Jésus promet  : «Heureux êtes-vous si l’on vous insulte, si l’on vous persécute et si l’on dit faussement toute sorte de mal contre vous, à cause de moi» (Mt 5,11).

La paix de Jésus va donc de pair avec «cette vie de persécutions, de tribulations». Elle est «plus profonde que toutes ces choses». C’est une paix «que nul ne peut enlever, une paix qui est un don, comme la mer qui, dans ses profondeurs, est tranquille, et en surface se trouvent les vagues..» «Vivre en paix avec Jésus, c’est avoir cette expérience à l’intérieur, qui dure pendant toutes les épreuves, toutes les difficultés.»

Pas d’anxiolytiques

Tant de saints «n’ont pas perdu la paix», même lors d’une mort douloureuse; des témoins purent parfois dire qu’«ils allaient au martyre comme des invités à une noce».  Le don de la «paix de Jésus» ne peut pas s’obtenir à travers des moyens humains, «en allant par exemple chez le médecin, ou en prenant des anxiolytiques.»

Elle vient «de l’Esprit-Saint à l’intérieur de nous», qui porte avec lui la «force». La paix de Jésus «nous enseigne à aller de l’avant dans la vie. Elle nous enseigne à supporter. Supporter: un mot dont nous ne comprenons pas bien la signification, un mot très chrétien, c’est “porter sur les épaules” (…) la vie, les difficultés, le travail, tout, sans perdre la paix». «Cela se comprend seulement lorsqu’il y a l’Esprit-Saint en nous qui nous donne la paix de Jésus.»

Le sens de l’humour, venant de l’Esprit

Le cœur rempli de ce «don promis par Jésus», nous pouvons alors affronter les pires difficultés. La paix divine est même capable de «faire sourire le cœur.» «La personne qui vit cette paix ne perd jamais le sens de l’humour. Elle sait rire d’elle-même, des autres, et même de sa propre ombre, elle rit de tout…»

«Ce sens de l’humour est si proche de la grâce de Dieu. La paix de Jésus dans la vie quotidienne, la paix de Jésus dans les tribulations et avec cette pointe de sens de l’humour qui nous fait bien respirer. Que le Seigneur nous donne cette paix qui vient de l’Esprit-Saint, cette paix qui est vraiment de Lui et qui nous aide à supporter, à l’emporter sur tant de difficultés de la vie.»

REGARDONS NOTRE MÉDAILLE : la Vierge aux rayons

21 MAI

REGARDONS NOTRE MÉDAILLE

La Vierge aux rayons

Avers et envers de la Médaille Miraculeuse
Avers et envers de la Médaille Miraculeuse

Nous avons dit que lorsque la Sainte Vierge eut offert le globe du monde au Seigneur, Sœur Catherine la vit tout à coup abaisser les mains et les étendre dans un grand geste de miséricorde et d’accueil. Le globe avait disparu, mais des mains de Marie s’échappaient des faisceaux de lumière ruisselant en rayons éblouissants sous lesquels disparaissait tout le bas de son corps.

Les mains de la Vierge semblaient fléchir sous le poids de ces rayons de grâces, dont elle est la dispensatrice. C’est dans cette attitude qu’elle est reproduite sur sa Médaille. Quelle consolation pour nous de la contempler ainsi !

Tout à l’heure, Marie offrait au Seigneur nos prières, nos mérites. Maintenant, tout se transforme entre ses mains. Dieu pourrait-il refuser ce qui monte vers Lui par l’intermédiaire de sa Mère ?

Ces mêmes mains maternelles qui s’étaient chargées de nos offrandes vont nous transmettre les grâces d’En-Haut, mais non pas au hasard. La Sainte Vierge connaît chacun de ses enfants. Elle entend chacune de leurs supplications. Elle voit chacun de leurs besoins. Elle donne à qui lui demande, nous rappelant par-là l’importance de la prière, ce lien qui nous relie par elle à son divin Fils.

En effet, Catherine Labouré s’est bien aperçue que certains anneaux, certaines pierreries ne donnaient aucun rayon. Quel dommage de les laisser pour ainsi dire stériles entre les mains de celle qui est la Toute-Suppliante. Quel dommage aussi de la prier mal, de lui offrir des chapelets médiocrement récités ! Que de grâces dont nous nous privons ainsi !

Rien n’égale les charmes, la grâce, l’expression de tendresse, renfermés dans l’attitude de cette Vierge abaissant avec bonté ses regards et ses mains chargées de bienfaits sur tous ceux qui veulent se confier à son intercession miséricordieuse. Regardons souvent la Vierge aux rayons de notre Médaille ! Apprenons avec elle à bien prier !

PRIÈRE

Obtenez-nous, ô Marie, cette vaillante simplicité, et surtout cette paisible confiance en votre Médaille ! La confiance attire toujours votre protection. Jusqu’’ici, la mienne n’a pas été assez forte ; je crois, mais je n’espère pas selon l’étendue de ma foi. On dirait presque que j’hésite, ô Marie, devant votre puissance venue de Dieu et votre bonté.

De vous, comme de Dieu, on obtient tout, autant qu’on en espère. Je veux donc, désormais, moi aussi, porter votre Médaille avec confiance et avec fierté, sûr d’avance que vous m’en bénirez à votre manière, c’est-à-dire en Mère toute-puissante et toute bonne. Ainsi soit-il ! 

Ô MARIE CONÇUE SANS PÉCHÉ, PRIEZ POUR NOUS QUI AVONS RECOURS A VOUS !

+ P. BAETEMAN

La vie est don de Dieu, prions pour Vincent Lambert

Le Pape François a fait diffuser, ce lundi 20 mai 2019, un tweet faisant allusion à l’affaire Vincent Lambert, le  jour de l’arrêt de  son hydratation et de son alimentation : «Prions pour ceux qui vivent dans un état de grave handicap. Protégeons toujours la vie, don de Dieu, du début à la fin naturelle. Ne cédons pas à la culture du déchet.»

 

couloir d'hôpital
couloir d’hôpital

Cet appel s’inscrit en cohérence avec ses autres interventions sur ce dossier complexe. Le 15 avril 2018, lors de la prière du Regina Cœli, le Pape avait ainsi qualifié l’affaire Vincent Lambert de «situation douloureuse et complexe». Il avait aussi demandé que «chaque malade soit respecté dans sa dignité et soigné d’une façon adaptée à son état de santé».

Samedi, don Roberto Colombo, professeur à la faculté de médecine et de chirurgie de l’Université catholique du Sacré-Cœur, à Milan, s’exprimait sur le cas complexe de ce patient français tétraplégique depuis 2008.

Il a rappelé que «l’accueil, le respect et la protection de toute vie humaine, dans quelque condition qu’elle se trouve, est aujourd’hui le point le plus faible (et pourtant décisif) de la société, de la politique et de l’État. Ne pas accueillir tous revient à écarter quelqu’un», à l’exclure moralement, juridiquement ou physiquement.

Il dénonce la «conjuration du silence» qui entourent cette question du droit à la vie des personnes lourdement handicapées, comme c’est le cas de Vincent Lambert, hospitalisé depuis 2008 au CHU de Reims.

La simple définition médicale de son cas ne fait pas consensus : l’état de conscience minimale plus, ou encore l’état végétatif chronique qui lui sont attribués selon les différentes sources, ne répondent pas aux mêmes définitions.

Dans son cas, l’arrêt des soins, ou plus précisément l’arrêt de l’alimentation et de l’hydratation a été mis en pratique ce lundi 20 mai, une décision du corps médical soutenue par son épouse mais à laquelle s’opposent ses parents.

Le Comité international des droits des personnes handicapées, qui dépend de l’ONU, a demandé un maintien provisoire des soins, mais le gouvernement a fait savoir que la France n’était pas légalement contrainte par ce comité.

Vincent Lambert ne faisait pas l’objet d’un acharnement thérapeutique

Don Roberto Colombo fait savoir que Vincent Lambert, bien que se trouvant dans une condition de grave incapacité relationnelle avec le monde extérieur et les personnes qui lui sont proches (personne toutefois ne pouvant s’avancer avec certitude sur l’éventuelle réduction ou absence de sa “conscience interne” ou “profonde”), ne se situe pas dans un état de fin de vie, puisque sa respiration est restée autonome et n’est donc pas soumise à une assistance respiratoire, qu’il n’a pas de stimulateur cardiaque, et qu’il n’est pas traité en soins intensifs.

Le tribunal administratif de Châlons-en-Champagne avait considéré en 2018 qu’il ne faisait l’objet ni d’un «acharnement thérapeutique» ni d’une «obstination déraisonnable». L’an dernier, un autre rapport rédigé par 70 médecins et spécialistes avait mis en avant la stabilité de ses conditions cliniques. Il n’est donc pas dans une situation désespérée et terminale qui pourrait rendre éthiquement acceptable l’arrêt des soins.

Pour les malades chroniques, l’hydratation et l’alimentation sont considérées par l’Église catholique comme «un moyen ordinaire et proportionné de conservation de la vie», avait rappelé en 2007 la Congrégation pour la Doctrine de la Foi. Y renoncer reviendrait donc à ouvrir la voie à une euthanasie.

Récemment, l’archevêque de Reims, Mgr Éric de Moulins-Beaufort, et son évêque auxiliaire, Mgr Bruno Feillet, ont rappelé que «la grandeur de l’humanité consiste dans le fait de considérer comme inaliénable et inviolable la dignité de ses membres, spécialement les plus fragiles».

Le Pape François lui-même, prenant la parole sur la situation de Vincent Lambert, avait déclaré que «l’unique maître de la vie, du début à la fin naturelle, est Dieu. Notre devoir est de tout faire pour prendre soin de la vie», y compris des malades en état végétatif ou de conscience minimale, comme il y en a des dizaines de milliers en Europe.

Cet arrêt des soins est donc une attaque «contre la vie et la dignité de la personne. Même si une loi ou une décision de justice permettent cette action, elle reste inacceptable et indigne d’une société fondée sur le respect et l’accueil de la vie de tous», conclut don Roberto Colombo.

diffusons-la!