MOIS DU SACRÉ-CŒUR DE JÉSUS VINGT-CINQUIÈME JOUR

Quatrième moyen d’honorer le Cœur de Jésus : VÉNÉRER SES IMAGES

Le TABLEAU DE JÉSUS MISÉRICORDIEUX apparu à Sœur Faustine
Le TABLEAU DE JÉSUS MISÉRICORDIEUX – Vilnius – apparu à Sœur Faustine Ce dernier a été béni en janvier 1944 et placé dans la chapelle à Cracovie où il est vénéré

« MON Sauveur, dit la Bienheureuse Marguerite, m’a assuré qu’il prenait une singulière complaisance à voir les sentiments intérieurs de son Cœur et de son amour honorés sous la figure de ce Cœur de chair, tel qu’il m’avait été montré, environné de flammes, couronné d’épines et surmonté d’une croix ; et qu’il voulait que l’Image en fût exposée au public afin, ajouta-t-il, de toucher le cœur insensible des hommes. Il me promit en même temps qu’il répandrait avec abondance sur ceux qui l’honoreraient les trésors de grâces dont son Cœur est rempli, et que partout où cette Image serait exposée pour y être particulièrement honorée, elle y attirerait toutes sortes de bénédictions ».

— La Bienheureuse donna tous ses soins à faire graver cette Image sainte, et à la répandre. Elle aurait voulu la montrer à tous les pécheurs, pour les convertir ; à tous les justes, pour les enflammer d’amour. Elle-même  peignit une de ces images et composa une prière et une consécration admirable, dans laquelle elle se donnait à Jésus sans réserve et sans partage.

Appuyés sur cette solennelle promesse de Notre-Seigneur, les chrétiens dévoués au Sacré-Cœur aiment à vénérer sa sainte Image et la répandre autour d’eux. Sa vue les console et les encourage.

— Il est rapporté que l’ombre même des Apôtres guérissait les malades : faut-il donc s’étonner si non seulement le Cœur de Jésus, mais son Image elle-même est si puissante à guérir les infirmités des âmes ? Sainte Thérèse disait qu’elle aurait voulu la rencontrer dans tous les lieux où elle portait sa vue.

« Étant fort peu habile à me présenter les objets, j’aimais extrêmement les images. Oh ! malheureux ceux qui perdent par leur faute les secours qu’ils en pourraient tirer ! Il paraîtrait assez qu’ils n’aiment pas Notre-Seigneur ; car, s’ils l’aimaient, ils se réjouiraient de voir son portrait, comme dans le monde on est heureux de considérer celui des personnes que l’on chérit. »

Ayez, pour entretenir votre dévotion, quelque Image de ce Cœur adorable, tracée, pour ainsi dire, de la main même du Sauveur ; placez-la dans un endroit où vous puissiez la voir souvent, afin que cette vue excite en vous le feu du divin amour ; embrassez-la avec la même vénération que vous embrasseriez le Cœur de Jésus-Christ.

Ne reculez devant aucun sacrifice pour répandre les saintes Images ; faites-les pénétrer jusqu’au fond de nos campagnes et de nos cités, afin que le soir, à l’heure de la prière, l’humble famille, réunie autour de cette Image, apprenne à connaître les trésors d’amour dont ce Cœur fut rempli pour nous. Plus ces Images se répandront, plus le Cœur de Jésus sera connu, aimé.

PRIÈRE

Divin Jésus, je veux chérir, vénérer l’Image de ton Cœur, qui me rappelle tout l’amour dont il brûle pour moi. Je la donnerai à mes amis, à mes parents, aux malades, aux affligés, comme le plus précieux des souvenirs. Fais qu’elle soit pour tous un gage de bénédictions, durant la vie et à l’heure de la mort. Ainsi soit-il.

+P. Martin BERLIOUX

Texte présenté par l’Association de la Médaille Miraculeuse

la perfection de la vie chrétienne

la perfection de la vie chrétienne

Jésus-Christ, le nom qui est au dessus de tout nom
Jésus-Christ, le nom qui est au dessus de tout nom

Que doit faire celui qui a obtenu de porter le nom magnifique du Christ ? Rien d’autre que d’examiner en détail ses pensées, ses paroles et ses actions : est-ce que chacune d’elles tend vers le Christ, ou bien s’éloigne de lui ? Cet examen se fait de multiples façons.

Les actes, les pensées ou les paroles qui entraînent une passion quelconque, tout cela n’est aucunement en accord avec le Christ, mais porte l’empreinte de l’Adversaire, lui qui plonge les perles de l’âme dans le bourbier des passions, et fait disparaître l’éclat de la pierre précieuse.

Au contraire, ce qui est exempt de toute disposition due à la passion regarde vers le chef de la paix spirituelle, qui est le Christ. C’est en lui, comme à une source pure et incorruptible, que l’on puise les connaissances qui conduisent à ressembler au modèle primordial ; ressemblance pareille à celle qui existe entre l’eau et l’eau, entre l’eau qui jaillît de la source et celle qui de là est venue dans l’amphore.

En effet, c’est par nature la même pureté que l’on voit dans le Christ, et chez celui qui participe au Christ. Mais chez le Christ elle jaillit de la source, et celui qui participe du Christ puise à cette source et fait passer dans la vie la beauté de telles connaissances. C’est ainsi que l’on voit l’homme caché concorder avec l’homme apparent, et qu’un bel équilibre de vie s’établit chez ceux que dirigent les pensées qui poussent à ressembler au Christ.

À mon avis, c’est en cela que consiste la perfection de la vie chrétienne : obtenir en partage tous les noms qui détaillent la signification du nom du Christ, par notre âme, notre parole et les activités de notre vie.

TRAITÉ DE SAINT GRÉGOIRE DE NYSSE SUR LA PERFECTION CHRÉTIENNE

Saint Jean-Baptiste

Saint Jean-Baptiste

Saint Jean-Baptiste vitrail du choeur Chatellerault
Saint Jean-Baptiste vitrail du choeur Chatellerault

Saint Jean-Baptiste est le seul saint, avec la Vierge Marie, dont on célèbre la naissance terrestre, cette naissance toute illuminée par la vie divine reçue au jour de la Visitation. La liturgie chante le mystère d’une vocation personnelle en même temps qu’elle célèbre dans la naissance du Précurseur l’aurore de la Rédemption : vocation, Avent, joie, n’est-ce pas toute l’atmosphère de la vie de Jean ?

Malgré les différences que Jésus et Jean lui-même ont marquées, il convient de souligner la ressemblance profonde de la vie du Précurseur avec celle du Christ : annonciation, longue préparation, court ministère couronné par le témoignage suprême. Mais ce qui les rapproche plus encore, c’est la transparence de Jean : tout est vrai dans sa façon de prêcher la pénitence plus encore par sa vie que par ses paroles, vrai dans son détachement à l’arrivée du Christ, vrai dans son effacement et dans la qualité de son témoignage qu’il scelle dans son sang.

Voir aussi sur le site les billets : 

nativité de saint Jean-Baptiste

et le martyre de saint Jean-Baptiste

Les méditations :

comme Jean-Baptiste annoncer l’Évangile avec humilité.

annoncer le Seigneur comme Jean-Baptiste

célébrer la nativité de saint Jean-Baptiste

et la nuit obscure de Jean-Baptiste

Chanteurs et musiciens peuvent se rappeler que les notes de la gamme ont été empruntées aux premières syllabes de l’hymne des vêpres de la fête de la Naissance de saint Jean-Baptiste : Au XI e siècle en effet, le moine Guido d’Arezzo a l’idée, pour nommer les notes de la gamme, d’utiliser les syllabes de cet hymne liturgique fameux, composé par Paul Diacre (720-799), moine à l’Abbaye Bénédictine du Mont-Cassin en Italie qui fut chargé par Charlemagne de choisir dans les ouvrages des Saints Pères des morceaux dignes d’être priés par les fidèles à l’Office divin.

UT queant laxis
REsonare fibris
MIra gestorum
FAmuli tuorum,
SOLve pollluti
LAbii reatum,
Sancte Ioannes.

Pour nous permettre
de bien faire entendre
toute l’histoire
de tes grands prodiges,
Lave les fautes
qui souillent nos lèvres,
Saint Jean[-Baptiste.

Núntius celso véniens Olympo Te patri magnum fore nascitúrum, Nomen, et vitæ sériem geréndæ Ordine promit. –  Un messager venu du haut du ciel dévoile à ton père ta naissance, ta grandeur future,
ton nom, et tout le déroulement de ta vie.

Ille, promíssi dubius supérni, Pérdidit promptæ módulos loquélæ : Sed reformásti génitus perémptæ Organa vocis. –  Mais lui, doutant des promesses célestes, perdit le libre usage de sa langue ; par ta naissance, tu lui rendis la voix qu’il avait perdue.

Ventris obstrúso pósitus cubíli, Sénseras Regem thálamo manéntem : Hinc parens nati méritis utérque Abdita pandit.   Enfermé dans le sein de ta mère, tu avais reconnu la présence du Roi dans sa chambre nuptiale ; aussi tes parents ont-ils tous deux, par les mérites de leur fils, révélé des mystères cachés.

Láudibus cives célébrent supérni Te Deus simplex, paritérque trine : Súpplices et nos véniam precámur : Parce redémptis. Amen ! – Les habitants du Ciel te célèbrent par leurs louanges, toi Dieu un et trine à la fois. Nous aussi nous venons prier et te supplions d’avoir pitié de ceux que tu as rachetés. Ainsi soit-il !

site officiel en France