Archives de catégorie : prière

Salut à la Vierge Marie

Vierge Marie
Vierge Marie

Salut donc, ô Mère bénie, élue parmi tant de milliers et de myriades !

Salut, Mère-Vierge, Mère du Verbe éternel, Vierge par un miracle ineffable !

Salut, Épouse bien-aimée de Dieu,
-si belle que, par la douceur de vos yeux, vous avez attiré le Fils de Dieu du ciel en terre ;
-si vénérable que vous avez été digne d’un Ange :
-si féconde que Vierge vous avez engendré un homme sans concours charnel ;
-si heureuse que le Ciel et la terre en admiration se taisent devant votre gloire ;
-si sublime que seule vous avez apporté le salut au monde !

Salut donc, royale Vierge, digne fille de Dieu, très-pure Souveraine des souverains, Reine très-auguste, qui avez merveilleusement engendré le Roi universel !

Salut, admirable Reine que les rois honorent, les princes vénèrent, le peuple entier invoque, les Anges sublimes traitent avec tant de respect !

Salut, splendide temple de la gloire divine, palais sacré du Roi des rois, demeure plus belle que le Ciel, qui avez caché un géant immense dans le lit étroit de votre sein !

Salut, très-glorieuse Souveraine, plus sublime que les cieux, plus splendide que les astres, plus honorée que les Chérubins, plus sainte que les Séraphins, et sans comparaison plus élevée que toutes les autres armées célestes !

Salut, lumière des hommes, gloire et joie des Bienheureux, gloire incomparable du genre humain, brillante couronne de tous les Saints !

Salut, honneur des Chrétiens, gloire des prêtres, gloire des moines, appui des religieux, triomphe de tous vos dévots !

Salut, ô notre égide, notre refuge très sûr dans l’univers, consolation des captifs, allégresse des malades, salut de tous !

Salut, Mère de Dieu, excellent instrument de conciliation entre Dieu et les hommes, qui avez apaisé Dieu irrité contre les hommes !

Salut, porte du Ciel, échelle des bienheureux, beauté des siècles, délices suaves des deux mondes ! Oh ! comment vous louerai-je, ô Vierge ? Je l’avoue, cela dépasse mes forces ; ma parole ne peut suffire à chanter votre dignité, votre félicité, votre sublimité et votre gloire.

Salut donc, salut, ô toute belle ! Priez toujours le Christ pour nous et recevez-moi, malgré mon indignité, parmi vos petits. O douce gloire, gardez ma petite âme qui se dévoue à vous, telle quelle est, malgré sa pauvreté. La petite créature de votre Fils.

JUSTIN DE MJECKOW, OP

GRANDE NEUVAINE DE NOËL 9 Ô Divin Enfant, tu viens et c’est Noël

Vierge dans l'attente de l'enfantement
Vierge dans l’attente de l’enfantement

Aujourd’hui le Seigneur va venir ; demain, vous verrez sa gloire. « Demain sera pour vous le jour du salut », dit le Seigneur, le Dieu de l’univers.

***

Vigile de Noël (court diaporama : cliquer à chaque arrêt)

***

24 décembre –Méditation du Jour – L’amour et l’espérance

L’amour et l’espérance vont toujours de pair avec la foi. C’est pourquoi, dans son hymne à l’amour, Saint Paul nous dit (1 Corinthiens 13:1-7) :

“J’aurais beau parler toutes les langues de la terre et du ciel, si je n’ai pas la charité, s’il me manque l’amour, je ne suis qu’un cuivre qui résonne, une cymbale retentissante. J’aurais beau être prophète, avoir toute la science des mystères et toute la connaissance de Dieu, et toute la foi jusqu’à transporter les montagnes, s’il me manque l’amour, je ne suis rien. J’aurais beau distribuer toute ma fortune aux affamés, j’aurais beau me faire brûler vif, s’il me manque l’amour, cela ne me sert à rien. L’amour prend patience ; l’amour rend service ; l’amour ne jalouse pas ; il ne se vante pas, ne se gonfle pas d’orgueil ; il ne fait rien de malhonnête ; il ne cherche pas son intérêt ; il ne s’emporte pas ; il n’entretient pas de rancune ; il ne se réjouit pas de ce qui est mal, mais il trouve sa joie dans ce qui est vrai ; il supporte tout, il fait confiance en tout, il espère tout, il endure tout.”

Une foi vive, un amour sans limites et une ferme espérance sont l’encens, l’or et la myrrhe qui nous donnent le courage de vivre et le courage de ne pas déchoir. C’est grâce à l’amour que nous rêvons d’idéaux élevés. C’est grâce à l’espérance que nous les atteignons. L’amour et l’espérance sont les ailes qui nous élèvent à la grandeur, malgré les obstacles et les désagréments.

Si nous aimons Dieu, nous nous aimons nous-mêmes et nous aimons les autres. Nous pouvons réussir ce que conseille Saint Pierre dans sa première lettre (3:15–16):

“Mes enfants : C’est le Seigneur, le Christ, que vous devez reconnaître dans vos cœurs comme le seul saint. Vous devez toujours être prêts à vous expliquer devant tous ceux qui vous demandent de rendre compte de l’espérance qui est en vous ; mais faites-le avec douceur et respect. Ayez une conscience droite, pour faire honte à vos adversaires au moment même où ils calomnient la vie droite que vous menez dans le Christ”

Si nous allumons la flamme de l’espérance et le feu de l’amour, leur lumière rayonnante brillera durant la nouvelle année après que se seront éteintes les lumières de Noël.

(Réciter la prière finale pour chaque jour de cette Neuvaine de Noël)

Prière à l’Enfant Dieu

Seigneur, Noël est le rappel de ta naissance parmi nous, c’est la présence de ton amour en notre famille et en notre société. Noël est la confirmation que le Dieu du ciel et de la terre est notre Père, que Toi, Divin Enfant, tu es notre frère. Que cette réunion autour de ta crèche augmente notre foi en ta bonté, nous engage à vivre véritablement comme frères et sœurs, nous donne le courage de chasser la haine et de semer la justice et la paix. Ô Divin Enfant, fais-nous comprendre que là où il y a l’amour et la justice, Tu es là, et là aussi c’est Noël. Amen.
Gloria…

Cantique à l’Enfant-Jésus

Jésus,
Enfant-Dieu que j’adore,
Viens en nos cœurs ! Viens, ne tarde plus !
Enfant-Jésus de la crèche, notre Dieu et notre Frère,
Tu connais et Tu comprends la douleur humaine;
quand nous souffrons douleurs et angoisses,
fais-nous nous rappeler toujours que tu nous as sauvés.

***

Nous venons de vivre la « Semaine Préparatoire à Noël » qui va du 17 au 24 décembre et qui correspond à une sorte de récapitulation de toute la dynamique du temps de l’avent. Ce temps liturgique est caractérisé par ce verbe litanique « Veni » ! « Viens » ! Mais après tout, pourquoi Jésus-Christ doit-il venir ? Pour quels motifs devons-nous lui demander sa venue ? Et puis qui est-il ce Jésus ?

Face à cette question essentielle du « qui est Jésus ? » il est permis de dire que cette Semaine Préparatoire à Noël est une présentation solide à cette réponse. Car comme le dit déjà la 2ème préface du temps de l’avent. Nous sommes déjà entrés dans le mystère de Noël. On peut dire que cette Semaine, nous fait complètement tourner notre regard vers la réalité concrète de la crèche, mais en permettant d’y voir ses « reflets divins». La réalité historique de la crèche, est comme un « miroir » où se « reflète », se « dévoile », se « révèle » la réalité divine de Celui qui y est né ! Tout n’est que DON dans la pleine lumière…

Toute cette Semaine Préparatoire est construite comme un « miroir » et il y a 2 cycles d’une cohérence parfaitement autonome qui y sont  proposés pour « réfléchir »…

Nous avons déjà entendu à Vêpres, le cycle des célèbres «grandes antiennes de l’avent», les 7 « O » :

L’initiale du premier mot de ces sept antiennes de la dernière à la première donne en inversé, en latin les 7 titres entendus du 17 au 23 décembre forment un acrostiche, mais un acrostiche en « miroir », c’est-à-dire qu’il faut le lire à reculons ! C’est à reculons qu’il faut associer les premières lettres des 7 titres de Jésus-Christ pour y voir apparaitre E.R.O.[Je serai] C.R.A.S.[demain], « Demain je serai là » présent dans l’Office de la Nuit de Noël :

17 décembre  O Sapientia quæ ex ore Altissimi prodisti
Ô Sagesse,  sortie de la bouche du Très-Haut
18 décembre  O Adonaï, et Dux domus Israel
Ô Adonaï, guide du peuple d’Israël,
19 décembre  O Radix Iesse
Ô {Fils de la] racine de Jessé
20 décembre  O Clavis David, et sceptrum domus Israel
Ô Clef de la cité de David, sceptre de la maison d’Israël

21 décembre  O Oriens, splendor lucis æternæ, et sol iustitiæ
Ô Orient, splendeur de la Lumière éternelle, Soleil de justice
22 décembre  O Rex gentium
Ô Roi des nations
23 décembre  O Emmanuel , Rex et legifer noster
Ô Emmanuel, notre roi et législateur

C’est Lui…. C’est déjà entièrement Lui, même si son nom est complètement voilé, qui est présent à travers ces antiennes et qui fixe notre regard contemplatif durant cette semaine préparatoire. Tout comme la problématique du livre de Benoît XVI « l’Enfance du Christ » du 21 novembre 2012, ces antiennes nous aident à répondre à cette question « Qui est Jésus ? ».

Les 7 titres que l’on confère à Jésus au sein de cette Semaine Préparatoire, sont comme les clefs pour mieux comprendre et saisir son humanité. Car c’est dans sa Sainte Humanité et sa vie historique que nous y trouvons l’accomplissement de l’Écriture et de toutes les Promesses de l’Ancien Testament.

« ERO CRAS » ou « je serai (là) demain », est lui aussi une belle « récapitulation » de toute cette semaine préparatoire nous conduisant au 24 décembre… Surtout lorsque l’antienne d’ouverture de la Liturgie des Heures au matin du 24 décembre dit ceci : «Aujourd’hui le seigneur va venir, demain vous verrez sa Gloire»…

Pendant une semaine, il y a eu comme un dévoilement progressif du mystère caché depuis les origines ! ce que l’on avait jamais vu, ni contemplé, va se donner complètement à notre regard…

Vraiment avec le cycle des antiennes, on s’est préparé à VOIR et à COMPRENDRE qui est Jésus !

GRANDE NEUVAINE DE NOËL 8 O Emmanuel

O EmmanuelÔ Emmanuel, notre Législateur et notre Roi, espérance et salut des nations, viens, Seigneur, viens nous sauver.

***
O Emmanuel (court diaporama : cliquer à chaque arrêt)

23 décembre – Méditation du Jour – La foi

Une foi est ferme quand naît une relation d’amitié avec le Seigneur. Une foi authentique est confirmée par les bonnes œuvres, de sorte que la religion ne soit pas seulement prières, rites et traditions. Il nous faut cultiver la foi par la Bible, par la prière et par la pratique religieuse, car la foi est notre meilleur appui lors d’une crise. Il nous faut une grande foi en nous-mêmes, en Dieu et dans les autres. Une foi sans hésitation, comme le voulait Jésus (Saint Marc 11:12-14, 20-25):

“Le lendemain, quand ils quittèrent Béthanie, il eut faim. Voyant de loin un figuier qui avait des feuilles, il alla voir s’il y trouverait quelque chose ; mais, en s’approchant, il ne trouva que des feuilles, car ce n’était pas la saison des figues. Alors il dit au figuier : « Que jamais plus personne ne mange de tes fruits ! » Et ses disciples écoutaient. Le lendemain matin, en passant, ils virent le figuier qui était desséché jusqu’aux racines. Pierre, se rappelant ce qui s’était passé, dit à Jésus : « Rabbi, regarde : le figuier que tu as maudit est desséché. »

Alors Jésus leur déclare : « Ayez foi en Dieu. Amen, je vous le dis : tout homme qui dira à cette montagne : ‘Enlève-toi de là, et va te jeter dans la mer’, s’il ne doute pas dans son cœur, mais croit que ce qu’il dit va arriver, cela lui sera accordé ! C’est pourquoi, je vous le dis : tout ce que vous demandez dans la prière, croyez que vous l’avez déjà reçu, cela vous sera accordé. Et quand vous êtes là, en train de prier, si vous avez quelque chose contre quelqu’un, pardonnez-lui, pour que votre Père qui est aux cieux vous pardonne aussi vos fautes. »

Une foi qui illumine l’amour avec la force de la confiance, car “l’amour croit tout” (1 Corinthiens 13:7). La foi est la force de la vie. Sans elle, nous allons à la dérive : « Qui a perdu la foi n’a plus rien à perdre. »

Qu’il est bon que nous prenions soin de notre foi comme d’un trésor! Qu’il est bon qu’on puisse nous saluer comme la Vierge a été saluée! : “Bienheureuse Toi qui as cru!” (Saint Luc 1: 45).

Réciter la prière finale pour chaque jour de cette Neuvaine de Noël)

Prière à l’Enfant Dieu

Seigneur, Noël est le rappel de ta naissance parmi nous, c’est la présence de ton amour en notre famille et en notre société. Noël est la confirmation que le Dieu du ciel et de la terre est notre Père, que Toi, Divin Enfant, tu es notre frère. Que cette réunion autour de ta crèche augmente notre foi en ta bonté, nous engage à vivre véritablement comme frères et sœurs, nous donne le courage de chasser la haine et de semer la justice et la paix. Ô Divin Enfant, fais-nous comprendre que là où il y a l’amour et la justice, Tu es là, et là aussi c’est Noël. Amen.
Gloria…

Cantique à l’Enfant-Jésus

Jésus,
Enfant-Dieu que j’adore,
Viens en nos cœurs ! Viens, ne tarde plus !
Roi des nations, illustre Emmanuel d’Israël,
zélé pasteur du troupeau.
Enfant-Jésus qui fais paître d’une souple houlette,
tantôt la brebis revêche, tantôt le doux agneau.