Hôpital de Bangkok: le Pape remercie ceux qui portent l’amour du Christ

Hôpital de Bangkok: le Pape remercie ceux qui portent l’amour du Christ

En s’exprimant devant le personnel de l’hôpital catholique Saint-Louis à Bangkok, le Pape François a salué «une piété spéciale qui naît du respect et de l’amour pour la dignité de tous les hommes» et exhorté à mettre en place une véritable pastorale de la santé.

Pour sa troisième étape à Bangkok, le Pape François a visité l’hôpital Saint-Louis, une structure, fondée en 1898 et dépendant de l’archidiocèse de la ville. Un établissement confié à l’origine à la communauté des Filles de Saint Paul de Chartres. Dans l’auditorium de cet établissement médical très réputé, outre les 700 personnes qui avaient pris place, 40 malades, pris en charge par l’hôpital Saint-Louis ou dans d’autres structures médicales gérées par l’Église catholique étaient également présent.

Le directeur de l’hôpital a rendu hommage au Pape, «un homme de parole, qui vit ce qu’il prêche». L’amour est le meilleur remède, pour le corps comme pour l’esprit, a encore souligné le chef de l’établissement, rappelant que «là où il y a la charité est là où Dieu est».

Saint-Louis a en effet la particularité de prêter une grande attention à la formation de son personnel, développant la notion de bonheur pour ses employés comme pour ses patients. Une notion très ancrée dans la culture thaïe.

Un témoignage vivant de charité

Dans son discours, le Pape a souligné que «l’exercice de la charité est précisément le lieu où nous, chrétiens, sommes appelés non seulement à témoigner que nous sommes des disciples missionnaires, mais aussi à confronter notre témoignage avec celui de nos institutions». «Vous réalisez l’une des plus grandes œuvres de miséricorde, parce que votre engagement en matière de santé va bien au-delà du simple et louable exercice de la médecine.»

l a salué le sens de l’engagement de l’ensemble du personnel hospitalier. Sa tâche dépasse la simple expertise médicale. Cet engagement se concrétise «avec une piété spéciale qui naît du respect et de l’amour pour la dignité de tous les hommes.»

Des disciples missionnaires

«Vous tous, membres de cette communauté de soins, vous êtes disciples missionnaires quand, en regardant un patient, vous apprenez à l’appeler par son nom.» L’importance de ce service, souvent marqué par de lourdes responsabilités et la gestion parfois de situations d’urgences nécessite ainsi la mise en place d’une véritable pastorale de la santé, «où non seulement les patients, mais aussi tous les membres de cette communauté puissent se sentir accompagnés et soutenus dans leur mission». 

Ces efforts déployés quotidiennement à l’hôpital Saint-Louis «sont le témoignage vivant du soin et de l’attention que nous sommes appelés à montrer à toute personne, spécialement aux anciens, aux jeunes et aux personnes les plus vulnérables.»

Porter à ceux qui souffrent l’amour du Christ qui guérit

François a ainsi exhorté les membres de cet hôpital «à faire toujours davantage de cet apostolat, et de tout autre semblable, un signe et un symbole de l’Église en sortie qui, souhaitant vivre sa mission, est décidée à porter à ceux qui souffrent l’amour du Christ qui guérit».

Face à la douleur de la souffrance et de la maladie, nous expérimentons le cri de Jésus qui a souffert : «par la prière, nous voulons nous aussi nous unir à son cri.». A l’issue de ce discours, le Pape est ensuite allé rencontrer en privé des malades et des personnes handicapées pris en charge par différentes structures catholiques de Bangkok.