Savoir faire grandir notre foi

Jean Drouais, Christ et la femme cananéenne (1784)

L’Évangile de ce dimanche 20 août est un point de départ pour comprendre qu’il ne faut jamais se décourager, jamais désespérer face aux dures épreuves de la vie, à l’exemple de la femme Cananéenne, qui implore Jésus de toutes ses forces pour qu’il guérisse sa fille «tourmentée par un démon» (Mt 15, 22).

Aux premiers appels de cette étrangère aux yeux du peuple de Judée, Jésus semble de fait ne pas l’entendre, mais c’est sa persévérance qui finira par l’emporter. Persévérance qui est «un exemple de foi indestructible Persévérance qui doit nous encourager à ne jamais perdre l’espoir.

Le seigneur ne tourne pas le dos devant nos nécessités, et s’il peut paraitre insensible quelquefois à notre appel à l’aide, c’est pour mettre notre foi à l’épreuve et la renforcer.

Cet épisode de l’Évangile de Saint-Mathieu nous aide à comprendre le besoin que nous avons grandir dans la foi, et de renforcer notre confiance en Jésus. Lui peut nous aider à retrouver notre chemin lorsque nous avons perdu la boussole de notre route, lorsqu’il nous devient difficile de rester fidèles à nos engagements.

Il est donc important d’alimenter chaque jour notre foi, par l’écoute de la Parole de Dieu, par la célébration des Sacrements, par la prière personnelle comme un cri vers Dieu, et par des actions concrètes de charité pour aider notre prochain.

Nous portons dans nos cœurs la douleur des actions terroristes qui ont, ces derniers jours, provoqué de nombreuses victimes au Burkina Faso, en Espagne et en Finlande, en Russie. Prions pour tous les défunts, les blessés et pour leurs familles. Supplions le Seigneur, Dieu de Miséricorde et de paix, de libérer le monde de cette violence inhumaine.

Pape François – Angelus – dimanche 20-08-2017 – source : Radio Vatican

***

A Barcelone, une messe a été célébrée dimanche matin dans la basilique de la Sagrada Familia à la mémoire de toutes les victimes du terrorisme, et pas uniquement les victimes espagnoles, selon le souhait du Cardinal Juan José Omella, l’Archevêque de Barcelone.

À la louange de la Vierge Mère

Lippi,_apparition_de_la_vierge_a_saint_bernard,_londresSaint Bernard, abbé de Clairvaux, docteur de l’Église († 1153), a été appelé «chantre de la Vierge Marie». Dans les textes de ce Père cistercien, on peut goûter la richesse de son commentaire, qui convoque toute l’Écriture pour méditer l’Évangile de l’Annonciation.

L’ouvrage de Bernard « À la louange de la Vierge Mère » est un texte divisé en quatre homélies, où Bernard commente, phrase à phrase, voire mot à mot, l’Évangile de l’Annonciation.

Saint Bernard s’adresse à un de ses frères — ou à lui-même? — dans la plus grande partie du texte, le prenant comme témoin de son questionnement de chaque mot. Bernard fait là une méditation qui prend acte du fait que cette Parole est Parole de Dieu, inspirée, et que chaque mot en a été choisi avec soin par l’évangéliste pour faire passer son message, comme il l’explique en commençant son commentaire de Luc 1, 26-27.

Quelle fut l’intention de l’évangéliste en précisant si soigneusement en ce passage tant de noms propres? Il a voulu que nous n’écoutions pas avec négligence ce qu’il a tenu à raconter avec tant de diligence. Il donne en effet : le nom du messager qui est envoyé, du Seigneur par qui il est envoyé, de la vierge à qui il est envoyé, également du fiancé de la vierge; et il désigne par leurs noms propres la famille, la ville et la province de tous les deux.

Pourquoi? Va-t-on croire que l’un ou l’autre détail fut indiqué sans raison? Sûrement pas. Si en effet pas une feuille d’arbre ne tombe à terre sans cause, pas un moineau sans le Père céleste, allons-nous croire qu’une parole superflue ait échappé de la bouche du saint évangéliste, surtout quand il s’agit de l’histoire sacrée de la Parole?

Nous ne le croyons pas. Tout est rempli de divins mystères, chaque mot déborde d’une douceur céleste, à condition toutefois de trouver quelqu’un pour le scruter soigneusement, pour savoir «tirer le miel de la pierre, l’huile du rocher le plus dur ».

Ainsi ce texte de Saint Bernard s’inscrit dans la grande tradition monastique de méditation de la Parole de Dieu, de rumination de cette Parole pour en faire sortir le «miel». Les rapprochements nombreux avec d’autres passages de l’Écriture, depuis la Genèse jusqu’à l’Apocalypse, témoignent de la profonde connaissance de Bernard de la Bible, alors même que ce texte est un écrit de jeunesse, à dater environ de 1125, quand Bernard a 35 ans: il est entré à Cîteaux une douzaine d’années plus tôt. Nul doute qu’il a passé du temps à lire et méditer l’Écriture, pendant ces douze années!

Si l’usage de l’Écriture est parfois très libre, c’est la tradition et le respect des commentaires précédents qui préviennent tout risque d’interprétation abusive. Cette méditation du texte est une lecture attentive à chaque mot, à chaque annonce dans l’Ancien Testament, comme aux enseignements des Évangiles et des Épîtres, et enfin à ce qui est préfiguré du Royaume dans tous ces textes. Cette méditation conduit par moments Bernard à des exhortations morales, et dans d’autres pages à des textes de contemplation, de prière, de louange.

Le passage sans doute le plus connu de cette œuvre est l’invitation à regarder Marie, dont le nom signifie «Étoile de la mer» :

Ô qui que tu sois, qui te vois,
dans les fluctuations de ce monde,
balloté au milieu des bourrasques et des tempêtes
plutôt que marcher sur la terre ferme,
ne détourne pas les yeux de l’éclat de cet astre
si tu ne veux pas être submergé par les flots.

Si se lèvent les vents des tentations,
si tu cours aux écueils des épreuves,
regarde l’étoile, appelle Marie.
[…]

Ta main dans la sienne, pas de chute;
sous sa protection, pas de crainte;
sous sa conduite, pas de fatigue;
avec son appui, tu touches au but.

Et ainsi, en toi-même, tu expérimenteras
comme est juste cette parole:
Et le nom de la Vierge était Marie.

Difficile de rendre toute la richesse de ce commentaire de Saint Bernard. Un aspect frappant de ce texte est que Marie n’est jamais honorée seule, et qu’elle est toujours celle qui nous donne le Christ, qui nous conduit à Lui. Bernard invite à se tourner vers Marie, à contempler sa participation éminente au mystère de l’Incarnation, pour recevoir de l’expérience de Marie un éclairage unique sur le mystère du Christ.

(Source : d’après Anne Robadey)

NOS ACTIONS DE GRÂCES REMONTENT A DIEU PAR MARIE Lire la suite →

la mère Teresa du Pakistan

Soeur Ruth Pfau et des femmes affectées par les inondations de 2010 au Pakistan

Soeur Ruth Pfau, une religieuse allemande des “Filles du cœur de Marie”, considérée comme la “Mère Teresa du Pakistan”, s’est éteinte jeudi à Karachi à l’âge de 87 ans.

Peu après la fin de ses études de médecine à la fin des années 1950, sœur Pfau avait été contrainte à séjourner dans cette ville pakistanaise en raison d’un problème administratif alors qu’elle était censée en chemin vers l’Inde.  Elle y restera finalement toute sa vie, trouvant une raison de vivre dans la lutte contre la lèpre, une maladie à laquelle personne alors ne savait comment remédier.

«Le premier patient qui m’avait convaincu à commencer ma bataille fut un jeune Afghan. Il rampait en utilisant ses mains et ses pieds dans le dispensaire où nous nous trouvions, et il se comportait comme s’il était normal qu’un être humain se traîne de cette façon, dans la boue», racontera-t-elle quelques décennies plus tard.

Guidée par une extraordinaire détermination, la religieuse allemande déploiera de nombreuses initiatives concrètes pour soustraire des milliers de personnes souffrantes et pauvres au syndrome de Hansen : son action a joué un rôle décisif dans l’ouverture de centaine d’hôpitaux dans le pays, avec la collaboration des gouvernements provinciaux.

Interrogée par Radio Vatican il y a quelques années, elle avait expliqué comment elle était parvenue à remporter ce combat contre la lèpre :

«Nous avons travaillé sur tout le territoire, et à la fin nous avons réussi à mener à son terme un objectif qu’aucun projet n’avait réussi à obtenir : nous avons pris le contrôle de la maladie. Et nous sommes plus que satisfaites. »

« Dans tout ce que nous avons fait, il y a une très grande partie qui nous a été donnée. Dans mes rêves les plus fous, je n’avais jamais pensé que nous arriverions à contrôler la lèpre, personne de nous n’y avait pensé… Il n’est même pas nécessaire de venir jusqu’à Karachi. Il faut vouloir fermer les yeux et se boucher les oreilles pour ne pas se poser justement cette question : il suffit d’allumer la télévision. »

« Et nous, qui sommes la génération de la guerre, nous le savions déjà depuis 1945, donc bien avant. En réalité, il existe une seule alternative : continuer ou se suicider, mais abandonner est encore plus absurde, parce que peut-être on pourrait arriver à faire quelque chose…»

Sœur Pfau avait reçu la citoyenneté pakistanaise en 1988, en signe de remerciement pour ses services et ses efforts qui avaient mené l’OMS à déclarer en 1996 que le Pakistan était l’un des premiers pays d’Asie à avoir vaincu la lèpre. L’activité de la religieuse se déployait aussi dans le domaine de la formation des médecins pakistanais et dans le soutien plus global des situations de crise et d’urgence humanitaire, comme en 2010, avec les inondations dévastatrices dans le sud-ouest du pays.

Ses funérailles d’État sont célébrées le 19 août dans la cathédrale Saint-Patrick, et elle sera enterré dans le cimetière chrétien de Gora Qabristan. Le Premier ministre pakistanais Shahid Khaqan Abbasi a souligné que sœur Pfau«a donné une nouvelle espérance à d’innombrables personnes et a démontré, à travers son illustre et dur travail, que servir l’humanité ne connaît pas de frontières. Nous sommes fiers de ses services exemplaires et elle restera dans nos cœurs comme un symbole resplendissant dans les temps à venir.»

Source : Radio Vatican

la Vierge Marie et sa sainte médaille miraculeuse