les tentations du Prince de ce monde

La Première Tentation du Christ au désert – Psautier enluminé, vers 1222, Copenhague Det kongelige Bibliote
La Première Tentation du Christ au désert – Psautier enluminé, vers 1222, Copenhague Det kongelige Bibliote

1. Mercredi dernier, nous avons entrepris l’itinéraire pénitentiel du Carême, avec le rite de l’imposition des cendres, rite hautement symbolique, enraciné dans la tradition biblique et très cher à la dévotion populaire.

Les cendres nous rappellent la fragilité de l’existence terrestre et nous conduisent à tourner notre regard vers le Christ, qui, à travers sa mort et sa résurrection, l’a rachetée de l’esclavage du péché et de la mort. C’est dans ces dispositions intérieures que nous nous mettons en chemin vers Pâques, en gardant notre cœur ouvert à l’invitation insistante du Seigneur : « Convertissez-vous et croyez à l’Évangile » (Mc 1, 15).

2. Le premier dimanche du Carême, la liturgie nous repropose l’impressionnante page évangélique des tentations de Jésus : « Alors Jésus fut emmené au désert par l’Esprit pour être tenté par le diable » (Mt 4, 1). La mission du Rédempteur commence précisément par sa victoire sur le triple piège du prince du mal.

« Retire-toi, Satan ! » (Ibid., 4, 10). Le comportement décidé du Messie constitue pour nous un exemple et une invitation à le suivre avec une détermination courageuse. Le démon, « le Prince de ce monde » (Jn 12, 31), poursuit aujourd’hui encore son action insidieuse.

Chaque homme, est non seulement tenté par sa propre concupiscence et par le mauvais exemple des autres, mais également par le démon et il l’est encore plus lorsqu’il s’en rend le moins compte. Combien de fois cède-t-il avec légèreté aux fausses promesses de la chair et du malin, et connaît-il ensuite d’amères déceptions ! Il faut rester vigilants pour réagir avec promptitude à tous les assauts de la tentation.

3. L’Église, maîtresse et experte en humanité et en sainteté, nous indique des moyens anciens et toujours nouveaux pour le combat quotidien contre les incitations du mal : ce sont la prière, les sacrements, la pénitence, l’écoute attentive de la Parole de Dieu, la vigilance et le jeûne.

Nous entreprenons ainsi avec un engagement plus profond le chemin pénitentiel du Carême pour être prêts à vaincre toute séduction de Satan et arriver à la Pâque dans la joie de l’esprit (cf. Collecte).

Que Marie, Mère de la divine Miséricorde, nous accompagne. C’est à Elle que je voudrais confier, en particulier, les Exercices spirituels que j’inaugurerai ce dimanche soir au Vatican avec mes collaborateurs de la Curie Romaine. À vous tous, très chers frères et sœurs, je demande de nous accompagner par la prière, afin que ces jours soient fructueux non seulement pour tous ceux qui y prennent part, mais pour toute l’Église.

JEAN-PAUL II – ANGÉLUS – dimanche 17 février 2002

© Copyright 2002 – Libreria Editrice Vaticana

jeûner, mais en aidant vraiment les autres

aider les autres
aider les autres

Le Pape a mis en garde contre le risque de jeûner avec incohérence, c’est-à-dire en méprisant les autres, lors de la messe matinale à la Maison Sainte-Marthe du Vatican, ce jeudi 16 février. Le jeûne, au contraire, est destiné à aider les autres.

Jeûner avec cohérence, non pas pour se faire voir, en méprisant les autres, ou dans les disputes et les querelles… Lors de son homélie de la messe matinale à la Maison Sainte-Marthe, le Pape François a mis en garde contre le jeûne incohérent, en exhortant à nous demander comment nous nous comportons avec les autres.

La Première Lecture, tirée du Livre du Prophète Isaïe, a mis en évidence quel est le jeûne que veut le Seigneur : «faire tomber les chaînes injustes, délier les attaches du joug, rendre la liberté aux opprimés». Le jeûne est l’un des devoirs du Carême : «Si tu ne peux pas faire un jeûne total, celui qui fait sentir la faim jusqu’aux os, fais un jeûne humble, mais vrai».

Isaïe met en évidence les incohérences dans la pratique de la vertu : par exemple, prendre soin de ses propres affaires, de l’argent, alors que le jeûne est «un peu se dépouiller», ou tourmenter les ouvriers, en remerciant le Seigneur de pouvoir jeûner tout en les méprisant. Il faut faire pénitence en paix. «Tu ne peux pas d’un côté, parler avec Dieu, et, de l’autre, parler avec le diable.»

«Ne jeûnez plus comme vous le faites aujourd’hui, de façon à faire entendre votre vacarme», mais «jeûnez avec cohérence», sans vous préoccuper du fait que les gens disent : «Oh mais quelle personne juste, quel homme juste, quelle femme juste …» Rechercher cet honneur reviendrait à «maquiller la vertu».

Il ne faut pas se maquiller mais faire les choses sérieusement, avec le sourire, pour ne pas faire voir que l’on est en train de faire pénitence. «Cherche la faim pour aider les autres, mais toujours avec le sourire».

«Je pense à tant de domestiques qui gagnent leur pain avec leur travail : humiliées, méprisées. Je n’ai jamais pu oublier la fois où, enfant, j’étais allé à la maison d’un ami. J’ai vu la maman donner une claque à la domestique. 81 ans… Je n’ai pas oublié cela. “Non, mon père, moi je ne donne jamais de claque”. “Mais, comment tu les traites? Comme des personnes ou comme des esclaves? Tu les paies une juste rétribution, tu leur donnes des vacances, c’est une personne ou c’est un animal qui t’aide à ta maison ?”. Pensez seulement à cela. Dans nos maisons, dans nos institutions, il y en a. Comment est-ce que je me comporte, moi, avec les domestiques qui sont à la maison ?»

Le Pape a évoqué un autre exemple tiré de son expérience personnelle. En parlant avec un homme très cultivé qui abusait des domestiques, le Pape lui a fait comprendre qu’il s’agissait d’un péché grave parce qu’elles sont «comme nous, image de Dieu», alors que, lui, il soutenait que c’était des «gens inférieurs».

Le jeûne que veut le Seigneur, comme il est rappelé dans la Première Lecture, consiste aussi dans le fait de «partager le pain avec l’affamé, faire entrer les miséreux sans toit dans la maison, revêtir celui qui est nu, sans négliger tes parents». «Aujourd’hui on discute de donner le toit ou non à ceux qui viennent le demander».

En conclusion, le Saint-Père a exhorté à «faire pénitence», à «ressentir un peu la faim», à prier plus pendant le Carême et à se demander comment on se comporte avec les autres.

«Mon jeûne arrive pour aider les autres ? S’il n’arrive pas, il est feint, il est incohérent et il te mène sur la route d’un double-vie. Je fais semblant d’être chrétien, juste… comme les pharisiens, comme les sadducéens. Mais, à l’intérieur, je ne le suis pas. Demander humblement la grâce de la cohérence. La cohérence. Si je ne peux pas faire une chose, je ne la fais pas. Mais ne pas la faire d’une manière incohérente. Faire seulement ce que moi je peux faire, mais avec une cohérence chrétienne. Que le Seigneur nous donne cette grâce.»

Comment vivre concrètement le Carême ?

Pour nous préparer à la fête de Pâques durant le temps du Carême, nous sommes invités nous aussi, comme Associés de la Médaille Miraculeuse, à entrer dans le combat spirituel à la suite de Jésus : prier avec lui, jeûner avec lui, partager avec nos frères avec lui.

Comme Jésus au désert a résisté par trois fois à Satan, nous aussi nous pouvons être vainqueurs des trois tentations de la parole, du pouvoir et de nier nos limites humaines, en écoutant et méditant la Parole de Dieu de chaque jour, qui est très riche en ce temps liturgique du Carême.

Jeûner, prier, partager
Jeûner, prier, partager

La prière

Nous devons prendre le temps, dans une vie agitée, de nous recueillir. Prier à l’image de Jésus qui savait prendre du temps, échappant à la foule pour la mieux retrouver après son dialogue avec le Père.

En méditant la Parole dans le silence, en éteignant la télévision ou la radio, en évitant d’être trop dépendant des smartphones, nous acceptons chaque jour de nous mettre quelques minutes devant le Seigneur pour nous laisser saisir par Lui. Essayons donc de faire silence en nos vies, de sortir de la superficialité de certains emplois du temps pour donner priorité à l’Essentiel.

Le jeûne

L’ascèse est une réalité qui nous fait peur. Nous n’avons pas l’habitude de nous priver même si, aujourd’hui chez nous, beaucoup de nos concitoyens vivent dans des conditions précaires et connaissent l’inquiétude du lendemain. Certes, l’Église nous rappelle certains actes pénitentiels significatifs : manger moins chaque vendredi ; jeûner  le mercredi des Cendres et le Vendredi Saint ; maîtriser nos instincts.

Mais surtout, elle attire notre attention sur l’importance de notre style de vie. S’inspire-t-il du Christ et des encouragements de l’Église ou bien, sous prétexte de modernité, s’inspire-t-il des complicités subtiles avec la mode, les mondanités et le péché ?

Avec tous nos frères chrétiens, mais aussi avec tous ceux qui souffrent de la faim, d’un manque de liberté ou de dignité, avec tous ceux pour qui la vie quotidienne est une ascèse imposée, entrons dans ce jeûne du Carême comme dans le bain d’une nouvelle naissance.

Le partage

Le but du jeûne n’est pas seulement la privation, mais le partage, l’aumône : ce que nous avons économisé, nous sommes invités à le donner à ceux qui jeûnent tous les jours, car ils n’ont pas de quoi s’acheter à manger. Ils sont des millions dans le monde et des milliers en France !

Arrachons de nos vies l’individualisme et l’inertie pour nous engager au service des plus déshérités que soi. Développons la solidarité à l’intérieur de nos communautés ou à travers des associations ou des mouvements qui s’emploient à rejoindre et à servir les personnes diversement fragilisées.

N’oublions pas tous ceux et celles qui, dans le Tiers-monde, vivent dans des situations encore plus tragiques que chez nous, marqués par la malnutrition, le manque de soins médicaux, l’extrême pauvreté, quand ce n’est pas la violence aveugle ou le regroupement dans des camps de réfugiés où règnent misère et promiscuité.

La pénitence et la réconciliation

Ce temps du Carême ne sera véritablement conversion que si nous allons jusqu’à l’accueil du pardon du Seigneur dans le Sacrement de réconciliation. Ce sacrement reçu personnellement témoigne, pour la communauté chrétienne et pour tous les hommes marqués par l’échec et le péché, que le Dieu de Jésus-Christ ouvre largement Son pardon à tout homme de bonne volonté, qu’il n’y a pas d’échec définitif et que Dieu est plus grand que notre cœur.

Engageons-nous sur la longue route du Carême, résolument et avec foi. Après avoir accompagné Jésus dans son entrée à Jérusalem aux Rameaux, participé à la Cène le Jeudi Saint, monté avec Lui au Golgotha le Vendredi Saint, dans la nuit de Pâques, avec tous les nouveaux baptisés, nous renouvellerons les engagements de notre baptême et nous chanterons l’Alleluia Pascal, en tenant nos cierges allumés par lesquels Jésus ressuscité illuminera nos visages.

Source : © Copyright CEF

diffusons-la!