Saint Yves

Saint Yves

saint Yves - église saint Clair de Saillé - DR
saint Yves – église saint Clair de Saillé – DR

Juge intègre, Yves Hélori, prêtre du diocèse de Tréguier en Bretagne, a assumé ses fonctions dans un esprit de conciliation et de justice et, gratuitement, s’est fait le conseiller ou le défenseur des plaideurs démunis.

Avocat des pauvres, des veuves et des orphelins, providence de tous les nécessiteux, avec qui il se décide à partager ses ressources, il fut aussi le modèle des pasteurs : prédicateur infatigable, il parcourut les campagnes, bouleversant les foules par le feu de sa parole et le rayonnement de sa vie.

A sa mort, le 19 mai 1303, son tombeau ne tarda pas à devenir un véritable centre de pèlerinage. Il n’est guère de paroisse en Bretagne où le culte de saint Yves ne soit rappelé par une statue ou un vitrail.

À Tréguier, la basilique-cathédrale garde son tombeau et ses reliques.

Texte présenté par l’Association de la Médaille Miraculeuse

LES LEÇONS QUE NOUS DONNE SAINTE CATHERINE : la vie cachée

19 MAI

LES LEÇONS QUE NOUS DONNE SAINTE CATHERINE suite

La vie cachée

Sœur Catherine a toujours mené la vie cachée, elle a exercé les emplois les plus communs. En effet, elle doit disparaître. Comme une de ses compagnes disait un jour : « Il est probable que la Sœur qui a vu la Sainte Vierge est aujourd’hui supérieure », la servante de Dieu répondit : « Non, non, il faut qu’elle mène la vie cachée. »

La vie cachée de Catherine Labouré
La vie cachée de Catherine Labouré

Pendant quarante-six ans, elle eut la passion de se cacher, comme d’autres ont la passion de parler. Elle trouve naturel d’être ignorée et mise de côté. Or, la vertu qui s’ignore est le comble de la véritable vertu.

N’imaginons pas la Voyante de la rue du Bac comme une Catherine de Sienne, en communication habituelle avec Notre-Seigneur. Son Thabor fut d’un moment, sa fidélité au devoir d’état de tous les jours.

Tous les matins, elle recevait sa tâche. Le champ d’action d’une Fille de la Charité est très circonscrit ; elle est clôturée dans son devoir d’état. Lumière des plus modestes, à la flamme pure, chaude, sans éclat, sans sursaut, Sœur Catherine se consumera jour et nuit, pendant quarante années, dans sa maison de Reuilly, comme en une chapelle close et recueillie.

PRIÈRE

Ô mon Dieu, tu as voulu que ton Fils unique vécût trente ans de vie cachée sur les trente-trois années que dura sa vie terrestre ; tu as voulu aussi que la Très Sainte Vierge Marie menât une vie obscure, uniforme, sans aucune action d’éclat. C’est assez nous montrer quel prix tu attaches aux actions humbles, connues de toi seul et accomplies pour ton seul amour.

Fais qu’à l’exemple de ta Servante, Catherine Labouré, nous sachions trouver notre joie à remplir parfaitement notre devoir d’état, expression certaine de ta volonté divine, à nous contenter souvent de tâches humbles et monotones avec lesquelles nous pouvons si facilement nous remplir de ton bonheur éternel. Ainsi soit-il !

Ô MARIE CONÇUE SANS PÉCHÉ, PRIEZ POUR NOUS QUI AVONS RECOURS À VOUS !

+P. BAETEMAN

derrière le silence, Dieu manifeste sa tendresse

derrière le silence, Dieu manifeste sa tendresse

Le Saint-Père s’est entretenu de la foi vécue dans les épreuves, au cours de l’audience du mercredi 18 mai. À l’exemple de Job qui crie sa protestation face au mal, jusqu’à ce que Dieu lui réponde, le temps du silence et de l’attente dans l’épreuve peut être une bénédiction.

PAPE FRANÇOIS

AUDIENCE GÉNÉRALE

Place Saint-Pierre
Mercredi 18 mai 2022

_____________________________

Catéchèse sur la vieillesse – 10.
Job. L’épreuve de la foi, la bénédiction de l’attente

résumé

Chers frères et sœurs,
alors que nous poursuivons notre réflexion sur la vieillesse, nous rencontrons la figure de Job. Ce témoin de la foi n’accepte pas la caricature d’un Dieu vengeur que ses amis, plein de piétisme hypocrite et présomptueux, lui présentent ; Dieu les condamne pour cela. Venus le consoler, ils en finissent même par le juger responsable de son malheur. Job crie à Dieu sa protestation face au mal.

Mais derrière le silence de Dieu se manifeste le mystère de sa tendresse. Il se révèlera à lui de manière inattendue en lui montrant sa gloire. Dieu nous donne le droit de protester contre l’injustice et le mal, Job refuse la rationalité du mal et que Dieu soit un persécuteur : son désir incessant de la justice suprême sera comblé dans le face à face avec le Seigneur.

Encore aujourd’hui, comme Job, nous voyons des personnes, des familles, des peuples souffrir de maux injustes, nous sommes impressionnés par leur cris et émerveillés par la constance de leur foi et de leur amour.

Les personnes âgées affligées de maux, portent en elles fragilité et pertes progressives. Par leurs prières et leurs souffrances unies au Christ, elles sont un témoignage crédible et un rempart de la communauté dans sa lutte contre le mal.

Catéchèse

Chers frères et sœurs, bonjour !

Le passage biblique que nous avons entendu clôt le Livre de Job, sommet de la littérature universelle. Nous rencontrons Job sur notre chemin de catéchèse sur la vieillesse : nous le rencontrons comme un témoin de la foi qui n’accepte pas une « caricature » de Dieu, mais crie sa protestation face au mal, jusqu’à ce que Dieu réponde et révèle son visage.

Et à la fin Dieu répond, comme toujours de manière surprenante : il montre à Job sa gloire mais sans l’écraser, en effet, avec une tendresse souveraine, comme Dieu le fait toujours avec tendresse. Il faut lire attentivement les pages de ce livre, sans préjugés, sans clichés, pour saisir la puissance du cri de Job.

Cela nous fera du bien d’aller à son école, de vaincre la tentation du moralisme face à l’exaspération et au découragement de la douleur d’avoir tout perdu.

*

Dans ce passage conclusif du livre – on se souvient de l’histoire, Job qui perd tout dans la vie, perd sa richesse, perd sa famille, perd son fils et perd aussi la santé et reste là, blessé, en dialogue avec trois amis, puis un quatrième, qui viennent le saluer.

C’est l’histoire – et dans ce passage d’aujourd’hui, le passage conclusif du livre, quand Dieu parle enfin (et ce dialogue de Job avec ses amis est comme une manière d’arriver au moment où Dieu donne sa parole, Job est loué pour avoir compris le mystère de la tendresse de Dieu caché derrière son silence.

Dieu réprimande les amis de Job qui prétendaient tout savoir, tout savoir sur Dieu et sur la douleur, et, venus consoler Job, ils ont fini par le juger avec leurs schémas préétablis. Dieu nous préserve de ce piétisme hypocrite et présomptueux ! Que Dieu nous préserve de cette religiosité moraliste et de cette religiosité des préceptes qui nous donne une certaine présomption et conduit au pharisaïsme et à l’hypocrisie.

C’est ainsi que le Seigneur leur parle. Ainsi parle le Seigneur : « Ma colère s’est enflammée contre [toi] […], parce que tu n’as pas dit de bonnes choses à mon sujet comme mon serviteur Job. […] » : C’est ce que dit le Seigneur aux amis de Job. « Mon serviteur Job priera pour toi, afin que moi, par considération pour lui, je ne punisse pas ta folie, parce que tu n’as pas dit de bonnes choses à mon sujet comme mon serviteur Job » (42,7-8).

La déclaration de Dieu nous surprend, car nous avons lu les pages brûlantes de la protestation de Job, qui nous ont consternés. Pourtant – dit le Seigneur – Job a bien parlé, même quand il était en colère et même en colère contre Dieu, mais il a bien parlé, parce qu’il a refusé d’accepter que Dieu soit un « Persécuteur », Dieu est autre chose. Et comme récompense, Dieu rend à Job le double de tous ses biens, après lui avoir demandé de prier pour ses mauvais amis.

*

Le tournant de la conversion de la foi se situe précisément au plus fort de l’explosion de Job, où il dit : « Je sais que mon rédempteur est vivant / et qu’à la fin, il ressuscitera ! / Après que cette peau qui m’est arrachée, / sans ma chair, je verrai Dieu. / Je le verrai, moi, / mes yeux le contempleront et pas un autre ». (19.25-27). Cette étape est magnifique.

Je me souviens de la fin de ce brillant oratorio de Haendel, le Messie, après cette fête d’Alléluia, la soprano chante lentement ce passage : « Je sais que mon Rédempteur vit », avec paix. Et ainsi, après toute cette chose de douleur et de joie de Job, la voix du Seigneur est une autre chose. « Je sais que mon Rédempteur vit » : c’est une belle chose.

On peut l’interpréter ainsi : « Mon Dieu, je sais que tu n’es pas le persécuteur. Mon Dieu viendra me rendre justice ». C’est la simple foi en la résurrection de Dieu, la simple foi en Jésus-Christ, la simple foi que le Seigneur nous attend toujours et viendra.

La parabole du livre de Job représente de manière dramatique et exemplaire ce qui se passe réellement dans la vie. Autrement dit, des épreuves trop lourdes, des épreuves disproportionnées par rapport à la petitesse et à la fragilité humaines, s’abattent sur une personne, une famille ou un peuple.

Dans la vie souvent, comme on dit, « il pleut sur le mouillé ». Et certaines personnes sont accablées par une somme de maux qui apparaît vraiment excessive et injuste. Et tant de gens sont comme ça.

*

Nous avons tous connu des gens comme ça. Nous avons été impressionnés par leur cri, mais nous avons aussi souvent été étonnés de la fermeté de leur foi et de leur amour dans leur silence. Je pense aux parents d’enfants gravement handicapés ou vivant avec une maladie permanente ou au membre de la famille qui leur est proche… Des situations souvent aggravées par la rareté des ressources économiques.

Dans certaines conjonctures de l’histoire, ces tas de poids semblent se donner comme un rendez-vous collectif. C’est ce qui s’est passé ces dernières années avec la pandémie de Covid-19 et ce qui se passe actuellement avec la guerre en Ukraine.

Peut-on justifier ces « excès » comme une rationalité supérieure de la nature et de l’histoire ? Pouvons-nous religieusement les bénir comme une réponse justifiée aux péchés des victimes, qui les méritaient ? Non, nous ne pouvons pas. Il y a une sorte de droit de la victime à protester contre le mystère du mal, un droit que Dieu accorde à quiconque, en effet, que c’est lui-même qui, après tout, inspire.

Parfois je trouve des gens qui s’approchent de moi et me disent : « Mais, Père, j’ai protesté contre Dieu parce que j’ai tel problème, tel autre… ». Mais, tu sais, ma chère, cette protestation est une manière de prier, quand c’est fait comme ça. Quand des enfants, des jeunes protestent contre leurs parents, c’est une façon d’attirer l’attention et de demander qu’ils prennent soin d’eux.

Si vous avez des blessures au cœur, des douleurs et que vous avez envie de protester, protester même contre Dieu, Dieu vous écoute, Dieu est Père, Dieu n’a pas peur de notre prière de protestation, non ! Dieu comprend. Mais soyez libre, soyez libre dans votre prière, n’emprisonnez pas votre prière dans des schémas préconçus !

La prière doit être tellement spontanée, comme celle d’un fils avec son père, qui lui dit tout ce qui lui passe par la bouche parce qu’il sait que son père le comprend. Le « silence » de Dieu, au premier moment du drame, signifie cela. Dieu ne reculera pas devant la confrontation, mais au début, il laisse à Job l’exutoire de sa protestation, et Dieu écoute.

Peut-être devrions-nous parfois apprendre ce respect et cette tendresse de Dieu. Et Dieu n’aime pas cette encyclopédie – appelons-la ainsi – d’explications, de réflexion que font les amis de Job. C’est le jus de la langue, qui n’est pas juste : c’est cette religiosité qui explique tout, mais le cœur reste froid. Dieu n’aime pas ça. Plus comme la protestation de Job ou le silence de Job.

*

La profession de foi de Job – qui découle précisément de son appel incessant à Dieu, à la justice suprême – s’achève finalement par une expérience presque mystique, dirais-je, qui lui fait dire : « Je ne t’ai connu que par ouï-dire, mais maintenant mon yeux vous ont vu » (42,5). Combien de personnes, combien d’entre nous après une expérience un peu laide, un peu obscure, cèdent et connaissent Dieu mieux qu’avant !

Et nous pouvons dire, comme Job : « Je t’ai connu par ouï-dire, mais maintenant je t’ai vu, parce que je t’ai rencontré. Ce témoignage est particulièrement crédible si la vieillesse l’assume, dans sa fragilité et sa perte progressives. Les personnes âgées en ont vu tellement dans leur vie !

Et ils ont aussi vu l’incohérence des promesses des hommes. Hommes de loi, hommes de science, voire hommes de religion, qui confondent le persécuteur avec la victime, attribuant à cette dernière l’entière responsabilité de leur propre douleur. Ils ont tort!

Les personnes âgées qui trouvent la voie de ce témoignage, qui convertit le ressentiment de la perte en ténacité à attendre la promesse de Dieu – il y a un changement, du ressentiment de la perte à une ténacité à suivre la promesse de Dieu – ces personnes âgées sont une garnison irremplaçable pour le communauté face à l’excès du mal. Le regard des croyants qui se tourne vers le Crucifix l’apprend.

Que nous aussi nous pouvons l’apprendre, de tant de grands-parents et de grands-mères, de tant de personnes âgées qui, comme Marie, unissent leur prière, parfois déchirante, à celle du Fils de Dieu qui s’abandonne au Père sur la croix. Nous regardons les personnes âgées, nous regardons les vieillards, les vieilles femmes, les vieilles dames ; regardons-les avec amour, regardons leur expérience personnelle.

Ils ont tant souffert dans la vie, ils ont tant appris dans la vie, ils ont traversé beaucoup de choses, mais à la fin ils ont cette paix, une paix – je dirais – presque mystique, c’est-à-dire la paix de la rencontre avec Dieu, à tel point qu’ils peuvent dire « Je le savais par ouï-dire, mais maintenant mes yeux t’ont vu ». Ces vieillards ressemblent à cette paix du fils de Dieu sur la croix qui s’abandonne au Père.

Salutations

Je salue cordialement les personnes de langue française, en particulier les collégiens venus de France ainsi que les pèlerins du Diocèse de Besançon et la Mission Catholique Vietnamienne de Lyon.

Le Seigneur a mis sur notre route des frères et sœurs souffrant qui témoignent d’une grande foi et d’un grand amour. Gardons à cœur leurs témoignages et demandons au Dieu la force de persévérer dans l’espérance au milieu des épreuves de la vie. Que Dieu vous bénisse.

Je salue les pèlerins et visiteurs anglophones qui participent à l’Audience d’aujourd’hui, en particulier ceux du Royaume-Uni, du Danemark, d’Israël et du Moyen-Orient, du Canada et des États-Unis d’Amérique. Dans la joie du Christ ressuscité, j’invoque sur vous et sur vos familles la miséricorde aimante de Dieu notre Père. Que Dieu vous bénisse!

Chers fidèles germanophones, je vous invite à venir en aide aux nombreuses personnes qui souffrent, qu’elles soient éloignées ou proches. Nous faisons tout ce que nous pouvons, confiants que chacune de nos bonnes actions est toujours accompagnée et soutenue par la grâce du Seigneur.

Je salue cordialement les pèlerins hispanophones. Je vous invite à relire le livre de Job, et à nous laisser interpeller par son témoignage. Bien qu’il ait dû traverser de nombreuses épreuves et souffrances, il n’a jamais cessé d’élever sa prière vers le Père. Joignons-nous également à cette supplication et demandons au Seigneur d’accroître et de renforcer notre foi. Que Dieu vous bénisse. Merci beaucoup.

Je salue les pèlerins lusophones, en particulier les fidèles de Cascavel, Jundiaí, São Paulo et Fátima ; les Sœurs de la Présentation de Marie et le groupe sportif et culturel du Portugal. Frères et sœurs, lorsque nous nous trouvons face au mal, nous devons apprendre – à l’exemple de nombreuses personnes âgées – à joindre notre prière à celle de Jésus qui, sur la croix, s’abandonne au Père. Que Dieu vous bénisse!

Je salue les fidèles arabophones. Job est l’homme souffrant qui a protesté contre la gravité de sa douleur, mais est resté solide dans la foi, c’est pourquoi Dieu l’a rempli de tendresse et l’a accompagné sur un chemin spirituel pour arriver à la vérité et découvrir que Dieu est bon. Que le Seigneur vous bénisse tous et vous protège toujours de tout mal !

Je salue cordialement les pèlerins polonais. Il y a deux jours, vous vous êtes souvenu de Sant’Andrea Bobola, martyr jésuite, saint patron de votre patrie. Que son engagement pour l’unité de l’Église, sa force d’esprit et sa fermeté dans la défense de la foi au Christ vous donnent le courage de professer les valeurs évangéliques, en particulier face aux tentations de la mondanité. Je vous bénis de tout mon cœur.

* * *

Je souhaite une cordiale bienvenue aux pèlerins de langue italienne. En particulier, je salue les prêtres du diocèse de Milan et les diacres proches du sacerdoce de Padoue : je vous exhorte à renouveler jour après jour votre disponibilité à répondre fidèlement à l’appel du Seigneur pour un service généreux au peuple saint de Dieu.

Je salue l’Association « Familles pour l’accueil » qui se consacre à l’adoption, à la prise en charge des enfants et des personnes âgées en difficulté : persévérez dans la foi et la culture de l’accueil, offrant ainsi un beau témoignage chrétien et un service social important. Merci, merci pour ce que vous faites.

Enfin, comme d’habitude, mes pensées vont aux personnes âgées, aux malades, aux jeunes et aux jeunes mariés. Chers jeunes, n’ayez pas peur de mettre vos énergies au service de l’Évangile, avec l’enthousiasme typique de votre époque ; et vous, chers vieillards et chers malades, sachez que vous apportez une contribution précieuse à la société, grâce à votre sagesse ; et vous, chers jeunes mariés, faites grandir vos familles comme des lieux où vous apprenez à aimer Dieu et le prochain dans la sérénité et la joie.


Copyright © Dicastero per la Comunicazione – Libreria Editrice Vaticana

Texte traduit et présenté par l’Association de la Médaille Miraculeuse

site officiel en France