Un documentaire sur le père Pedro Opeka projeté au Vatican

Père Pedro Opeka avec des-pauvres sur les décharges à Antananarivo|DR
Père Pedro Opeka avec des-pauvres sur les décharges à Antananarivo|DR

Un projection du film “Pedro Opeka, bon ami”, de Joze Mozina, est organisée ce vendredi 15 novembre au Vatican par l’ambassade de Slovénie près le Saint-Siège et le ministère slovène de la Culture, le père Pedro étant d’origine slovène.

Le père Pedro est devenue l’une des grandes voix du peuple malgache depuis son arrivée sur l’île en 1975. Ce missionnaire lazariste est né en Argentine en 1948, de parents qui avaient fui le régime du maréchal Tito en Yougoslavie et venaient tout juste de s’installer en Amérique latine. Le père Pedro, qui avait connu dans sa jeunesse le père Bergoglio, futur Pape François, et avait été bouleversé par la misère de Malgaches vivant dans de gigantesques décharges à ciel ouvert.

Depuis sa création en 1989, son association Akasamoa, un terme qui signifie «bon ami» en langue malgache et qui a donné son nom à ce documentaire, a permis à 23 000 personnes de sortir de la misère et de vivre dans des villages dignes, avec des maisons en dur, des écoles, des soins médicaux, des parcs…

Ce documentaire projeté au Vatican ce vendredi, réalisé par un journaliste de la télévision nationale slovène, vise donc à montrer la dignité et la renaissance vécues par ces personnes.

l’Église grandit dans le silence, sans se donner en spectacle

L'église Notre-Dame du Vieux Pouzauges 85
L’église Notre-Dame du Vieux Pouzauges 85

L’Église se manifeste «dans l’eucharistie et dans les bonnes œuvres». C’est ce qu’a dit le Pape, durant la messe à la la chapelle de Maison Sainte-Marthe, en commentant un passage de l’Évangile selon saint Luc.

 

L’Église grandit «dans la simplicité, dans le silence, dans la louange, dans le sacrifice eucharistique, dans la communauté fraternelle, où tous s’aiment et ne se blessent pas». Le Royaume de Dieu «n’est pas spectaculaire» et grandit dans le silence.

Les bonnes œuvres ne font pas la une

L’Église, donc, se manifeste «dans l’eucharistie et dans les bonnes œuvres», même si apparemment «elles ne font pas la une». L’Épouse du Christ a un tempérament silencieux, elle génère du fruit «sans faire de bruit», sans «faire sonner la trompette comme les pharisiens».

«Le Seigneur nous a expliqué comment grandit l’Église avec la parabole du semeur. Le semeur sème et la semence grandit de jour comme de nuit… Dieu donne la croissance, et ensuite on voit les fruits. Mais ce qui est important, c’est ceci : d’abord, l’Église grandit en silence, en étant cachée ; c’est le style ecclésial. Et comment se manifeste-t-il dans l’Église ? Par les fruits des bonnes œuvres, pour que les gens voient et glorifient le Père qui est dans la cieux, a dit Jésus, et dans la célébration, la louange et le sacrifice du Seigneur, c’est-à-dire dans l’eucharistie. Là se manifeste l’Église, dans l’eucharistie et dans les bonnes œuvres.»

La tentation de la séduction

«L’Église grandit par le témoignage, par la prière, par l’attraction de l’Esprit qui est à l’intérieur, et non pas pour les évènements.». Bien sûr, ceux-ci aident, mais «la propre croissance de l’Église, celle qui donne du fruit, est en silence, en cachette, avec les bonnes œuvres et la célébration de la Pâque du Seigneur, la louange de Dieu».

Le Seigneur nous aide à ne pas tomber dans la tentation de la séduction. «Nous voudrions que l’Église soit plus visible ; que pouvons-nous faire pour qu’elle se voie ? Souvent, on tombe dans une Église des évènements, qui n’est pas capable de grandir en silence avec les bonnes œuvres, en cachette.»

L’esprit du monde ne tolère pas le martyre

Dans un monde où trop souvent on cède à la tentation du spectaculaire, de la mondanité, de l’apparence,  Jésus lui-même a été tenté par la séduction du spectacle, avec tous ceux qui voulaient voir des beaux miracles… Mais en fait, Jésus a choisi «la voie de la prédication, de la prière, des bonnes œuvres», «de la croix» et «de la souffrance».

«La croix et la souffrance. L’Église grandit aussi avec le sang des martyrs, des hommes et des femmes qui donnent la vie. Aujourd’hui il y en a beaucoup. Curieusement, cela ne fait pas la une, le monde cache cela. L’esprit du monde ne tolère pas le martyre, il le cache.»

pas de faux témoignage

PAPE FRANÇOIS

AUDIENCE GÉNÉRALE

Mercredi 14 novembre 2018


Frères et sœurs, nous abordons aujourd’hui le 8ème Commandement, « tu ne porteras pas de faux témoignage contre ton prochain ». Une personne parle avec tout ce qu’elle est et tout ce qu’elle fait. Ainsi, nous vivons en communiquant ; mais nous sommes continuellement tiraillés entre la vérité et le mensonge.

Or dire la vérité ne signifie pas seulement être sincères ou exacts : combien de bavardages détruisent la communion par manque d’opportunité ou de délicatesse ! Mais alors qu’est-ce que la vérité ? Elle trouve sa pleine réalisation dans la personne même de Jésus, dans sa manière de vivre et de mourir, fruit de sa relation avec son Père.

Et cette vie d’enfants de Dieu, lui, le Ressuscité, il nous l’offre en envoyant l’Esprit de vérité qui atteste à notre cœur que Dieu est notre Père. Ainsi, la vérité est la révélation merveilleuse de Dieu, de son visage de Père et de son amour infini. Et c’est cette vérité que nous sommes appelés comme chrétiens à rendre visible et à manifester par notre manière de vivre et dans chacun de nos actes.

Demandons à l’Esprit de vérité de nous aider à ne pas faire de faux témoignage et à vivre comme des enfants de Dieu. Et, unis à Jésus-Christ, manifestons dans chacun de nos actes que Dieu est Père et que nous pouvons lui faire confiance ! Que Dieu vous bénisse !


© Copyright – Libreria Editrice Vaticana

diffusons-la!