saint Maximilien Kolbe

Maximilien KolbeAujourd’hui 14 août, veille de l’Assomption, nous faisons mémoire de saint Maximilien Kolbe. En plus d’une Lettre de lui (cliquer sur la photo), laissons le Pape Jean-Paul II nous en parler :

Durant les épreuves les plus tragiques qui ensanglantèrent notre époque, le Bienheureux Kolbe s’offrit spontanément à la mort pour sauver un frère, pour lui un inconnu (François Gajownicek), un innocent condamné à mort à titre de représailles à la suite de l’évasion d’un prisonnier du camp de concentration d’Osviecim (Auschwitz). L’héroïque martyr fut condamné à mourir de faim; le 14 août 1941, il rendit sa belle âme à Dieu, après avoir assisté et réconforté ses compagnons de malheur.

Humble et doux fils de Saint François et Chevalier amoureux de Marie Immaculée, il parcourut les voies du monde, de la Pologne à l’Italie et au Japon, faisant du bien à tous, à l’exemple du Christ qui « a passé en faisant le bien » (Ac 10, 38). Jésus, Marie et François furent ses trois grands amours, c’est-à-dire le secret de sa charité: « Seul l’amour est créateur répétait-il à tous ceux qui 1’abordaient. C’est cette expression qui, comme une lampe, illumina toute sa vie. Ce fut cet idéal supérieur, ce devoir primordial de tout chrétien authentique, qui lui fit surmonter le caractère cruel et violent de sa terrible épreuve, et donner le merveilleux témoignage de son amour fraternel et du pardon accordé à ses persécuteurs.

Puissent l’exemple et l’aide du Bienheureux Maximilien Kolbe nous mener nous aussi au véritable amour désintéressé, chrétien, envers tous les frères, dans un monde où la haine et la vengeance ne cessent de morceler la coexistence humaine.

Jean-Paul II, dans la chapelle consacrée à Maximilien Kolbe, le 18 février 1979

Poursuivons avec Benoît XVI :

« Ave Maria! »: ce fut la dernière invocation sur les lèvres de saint Maximilien Marie Kolbe tandis qu’il tendait le bras à celui qui le tuait par une injection d’acide phénique. Il est émouvant de constater comment le recours humble et confiant à la Vierge est toujours une source de courage et de sérénité. Alors que nous nous préparons à célébrer la solennité de l’Assomption, qui est l’une des célébrations mariales les plus chères à la tradition chrétienne, nous renouvelons notre consécration à Celle qui depuis le Ciel veille à tout instant sur nous avec un amour maternel. Tel est en effet ce que nous disons dans la prière familière du « Je vous salue Marie », en lui demandant de prier pour nous « aujourd’hui et à l’heure de notre mort ».

Lors de son pèlerinage de prière et de douleur au camp d’Auschwitz le vendredi 29 juillet 2016, Le Pape François s’est arrêté dans la cellule où fut enfermé le père Maximilien Kolbe.

Benoît XVI – Audience Générale, 13 août 2008