LES DEUX CŒURS

Sacré-Cœur de Jésus et Cœur immaculé de Marie : deux cœurs que nous reconnaissons sur le revers de la médaille, juste en dessous du M surmonté de la Croix, l’un avec une couronne d’épines, symbole de sa Passion pour nous et l’autre transpercé d’un glaive, symbole de la Compassion de Marie, sa Mère. Au mois de juin nous  les célébrons.

Mettons donc nos cœurs au diapason de ces deux cœurs ! A l’ombre de la Croix, reprenons courage et retrouvons le sens profond de notre vie. Cheminons ensemble, en Église, jusqu’à notre terme vers le Père des Cieux avec l’Esprit du Ressuscité et l’assistance, le soutien de sa Sainte Mère dans nos passions quotidiennes.

Ainsi nous comprendrons que notre Vérité est dans une personne digne d’être profondément aimée : Jésus. Et que cette personne nous donne dans les signes paisibles qu’elle nous laisse – surtout les sacrements dont l’Eucharistie et la Réconciliation – de larges provisions pour alimenter notre esprit certes, mais surtout notre coeur qui peut ainsi aller jusqu’aux extrémités de nous-mêmes, de notre environnement connu, voire de notre monde entier, pour les plus engagés d’entre nous.

Cette douce, mais forte proposition est plus que jamais nécessaire pour nos contemporains. Regardant la Médaille et ses deux coeurs, il est bon de dire que l’Évangile est Méthode pour le cœur à cœur avec Dieu. Il l’est aussi pour la rencontre avec autrui. Que l’Esprit-Saint, à l’invite de Marie, nous le fasse comprendre et pratiquer pour notre plus grand bien et pour celui de notre Humanité. Car, comme elle, il nous faut aussi engendrer dans la foi ! Il nous faut être porteurs de la Parole de Dieu, proclamer l’Évangile de Jésus à temps et à contre temps et surtout par les temps qui courent, pour favoriser la foi dans le cœur de ceux que Dieu a mis proches de nous, près de nous.

Pour renouveler notre propre engagement, répondons à l’appel de Marie qui nous invite au cœur à cœur avec son Fils. ■

Jean-Daniel Planchot