Notre Dame de Quinche

Notre-Dame de Quinche patronne de l'EquateurDans les montagnes du sud de l’Équateur, à soixante-dix kilomètres de la ville de Loja, se trouve la ville d’El Cisne, le site d’un sanctuaire marial très vénéré. Le basilique de El Cisne a été construite en 1742 et calquée sur une basilique similaire, celle d’Harlungenberg, en Allemagne. En 1594, les habitants de la région El Cisne avaient désiré avoir leur propre relique, similaire à la Vierge de Guadalupe au Mexique. Les représentants de la population locale se sont rendus à la capitale Quito, où ils ont demandé au sculpteur Don Diego de Robles de créer la Statue de la Vierge d’El Cisne. Ceux qui avaient commandé l’image ne pouvaient pas ou ne voulait pas payer le sculpteur pour cela, et il l’a échangée aux Indiens « Oyacachi » pour de grandes planches de cèdre dont il avait besoin.

Plus tard, selon la légende, la Vierge serait apparue auparavant pour les Indiens dans une grotte et aurait promis de leur livrer des ours dangereux qui mangeaient les enfants. Notre-Dame de Quinche est totalement une ‘Madone du peuple’, une protectrice des Indiens. L’image est une fine sculpture en bois de cèdre, mesurant 62 centimètres de hauteur. La belle sculpture est cachée par de grands vêtements de brocart, couverts de bijoux et brodés d’or et de fils d’argent, qui permettent seulement de voir son serein visage noir. La Vierge tient un sceptre dans la main droite et de la gauche elle tient l’enfant, qui lève une main en signe de bénédiction et montre de l’autre main un globe d’or surmonté d’une croix. Le piédestal à leurs pieds et la grande demi-lune, à la fois de pur argent , et les lourdes couronnes en or et pierres précieuses qui ornent les têtes de Jésus et de Marie, sont la preuve de la générosité de la population de l’Équateur qui aiment voir leur resplendissante patronne, habillée avec les plus beaux atours.

L’image a été couronné en 1943 et sa fête est célébrée chaque année le 21 Novembre. Le sanctuaire actuel a été déclaré Parc national en 1985. Les visiteurs de Notre Dame de Quinche sont captivés par les caractéristiques uniques de cette image. Il a un charme personnel indéfinissable très similaire en apparence au peuple indien des Andes. Les autres madones équatoriennes sont plus du type de patronne stylisée, austère ou élégante dans l’expression. Mais les Indiens parlent de la Dame de Quinche comme si elle était l’une de leur peuple. Quand ils examinent les différents cortèges ils sont enclins à dire: «La pequenita (la Petite) va dormir à Calderon ce soir. » Ou bien la ‘Petite’ se repose de la chaleur et de la fatigue du voyage avant qu’elle soit habillée pour les cérémonies à San-Domingo ». Tout le monde qui lui rend visite, qui vient pour prier devant elle, souhaite participer de la manière la plus personnelle dans le service. Les pèlerins achètent des pièces de coton sur des petits bâtons, vendu en dehors des églises; puis l’enfant de chœur les applique sur le manteau de velours bleu de voyage de la Madone, qui est sur le porte-manteau dans le sanctuaire. Et le bâton avec le coton est restituée à son propriétaire qui le chérit.

La Vierge de Quinche est créditée de nombreux miracles et les Indiens demandent des faveurs variées par son intercession . Mais leurs relations envers elle sont d’une extraordinaire intimité. On a vu beaucoup de cas de personnes demander protection à Marie. Les Indiens de Quinche ne sont pas exception, mais à leur tour affichent une rare sensibilité d’émotion. Dans les hauteurs de le Cordillère des Andes, ces Indiens offrent leur protection à « la Petite » qui est leur ‘délicate bien-aimée’. À la fin de Novembre de chaque année, des milliers de personnes marchent dans la vallée de Quito pour visiter le sanctuaire de Notre-Dame de Quinche. Ils portent des torches ou des lampes de poche et se racontent des guérisons miraculeuses. Tout le long de l’Équateur il y a beaucoup d’autres sanctuaires où les gens viennent prier pour une personne malade ou rendre grâce pour la santé et la prospérité.