le jour des morts

Un mois avec les âmes du purgatoireLa prière pour les morts est profondément enraciné dans notre tradition catholique, car elle est profondément enracinée dans la Bible, à partir de l’Ancien Testament. Le Second Livre des Macchabées (12:45-46) déclare que « c’est une sainte et salutaire pensée de prier pour les morts afin qu’ils soient délivrés de leur péchés ». Ce passage montre que les juifs au cours des deux siècles avant Jésus-Christ priaient pour les morts. Les apôtres et les premiers chrétiens ont pris cela pour acquis.

La croyance au purgatoire découle de cette pratique. Si le ciel et l’enfer étaient les seules possibilités après la mort, il n’y aurait aucune raison de prier pour les morts. Ceux des cieux n’ont pas besoin de prières et ceux de l’enfer sont au-delà de la portée de notre prière. En conséquence, l’Église croit à l’existence du purgatoire, un état intermédiaire où les gens peuvent être aidés par la prière.

De nombreux passages du Nouveau Testament montrent l’importance de la prière pour les morts. Par exemple, la deuxième lettre de Saint Paul à Timothée contient une prière pour celui qui était vraisemblablement mort : Paul dit de son ami, Onésiphore : « Que le Seigneur lui donne d’obtenir miséricorde auprès du Seigneur en ce jour-là. » Onésiphore était peut-être mort avant que cette lettre ait été écrite, et les paroles de Paul seraient alors une prière pour son ami décédé (2 Timothée 1:16-18) .

Les chrétiens ont prié pour les morts à l’époque du Nouveau Testament, comme en témoignent les inscriptions dans les catacombes romaines. Au quatrième siècle, Sainte Monique a fait cette demande sur son lit de mort à son fils saint Augustin, « Une seule chose que je te demande : que tu te souviennes de moi à l’autel du Seigneur où que tu sois. »

En tant que membres de l’Association de la Médaille Miraculeuse, nous nous tournons instinctivement vers notre Sainte Mère et nous la prions pour nos morts bien-aimés. Marie était présente à la mort de Saint Joseph. Elle se tenait près de la croix de Jésus. Nous lui demandons de prier pour nous « à l’heure de notre mort », et nous lui confions nos défunts bien-aimés.

Au Sanctuaire, nous prions pour vos parents et amis décédés toute la journée du 2 Novembre, et nous continuons à le faire pendant tout le mois de Novembre. A la Toussaint, nous avons célébré la messe au Sanctuaire  pour ceux dont vous souhaitiez faire mémoire.

Vous pouvez être dans le sanctuaire en esprit tout au long du mois de Novembre. Nous vous servirons d’intermédiaire lors de vos prières pour eux. Et nous inclurons dans nos prières d’autres intentions que vous pourriez vouloir ajouter.

Nous avons à promouvoir la dévotion à Notre-Dame de la Médaille Miraculeuse et à soutenir les ministères de la communauté vincentienne, en particulier son travail parmi les pauvres. Ce ministère n’est rendu possible que grâce à la générosité de nos membres.

Le mois de Novembre nous rappelle de prier pour les âmes du purgatoire, et de témoigner de notre confiance dans la communion des saints. Par la prière, nous sommes proches de nos proches du purgatoire et du paradis. Ils veillent sur nous et prient pour nous. Vous et vos proches, vous êtes dans mes prières quotidiennes et les messes au Sanctuaire. S’il vous plaît, priez pour les membres décédés et vivants de l’Association Notre-Dame de la Médaille Miraculeuse, et priez pour moi aussi.

Dans l’amour de Jésus et de Marie,

Père J.-Daniel Planchot, cm