Ô Divin Enfant, tu viens et c’est Noël

Vierge dans l'attente de l'enfantementAujourd’hui le Seigneur va venir ; demain, vous verrez sa gloire. « Demain sera pour vous le jour du salut », dit le Seigneur, le Dieu de l’univers.

***

Vigile de Noël (court diaporama : cliquer à chaque arrêt)

***

24 décembre

Méditation du Jour – L’amour et l’espérance

L’amour et l’espérance vont toujours de pair avec la foi. C’est pourquoi, dans son hymne à l’amour, Saint Paul nous dit (1 Corinthiens 13:1-7) :

“J’aurais beau parler toutes les langues de la terre et du ciel, si je n’ai pas la charité, s’il me manque l’amour, je ne suis qu’un cuivre qui résonne, une cymbale retentissante. J’aurais beau être prophète, avoir toute la science des mystères et toute la connaissance de Dieu, et toute la foi jusqu’à transporter les montagnes, s’il me manque l’amour, je ne suis rien. J’aurais beau distribuer toute ma fortune aux affamés, j’aurais beau me faire brûler vif, s’il me manque l’amour, cela ne me sert à rien. L’amour prend patience ; l’amour rend service ; l’amour ne jalouse pas ; il ne se vante pas, ne se gonfle pas d’orgueil ; il ne fait rien de malhonnête ; il ne cherche pas son intérêt ; il ne s’emporte pas ; il n’entretient pas de rancune ; il ne se réjouit pas de ce qui est mal, mais il trouve sa joie dans ce qui est vrai ; il supporte tout, il fait confiance en tout, il espère tout, il endure tout.”

Une foi vive, un amour sans limites et une ferme espérance sont l’encens, l’or et la myrrhe qui nous donnent le courage de vivre et le courage de ne pas déchoir. C’est grâce à l’amour que nous rêvons d’idéaux élevés. C’est grâce à l’espérance que nous les atteignons. L’amour et l’espérance sont les ailes qui nous élèvent à la grandeur, malgré les obstacles et les désagréments.

Si nous aimons Dieu, nous nous aimons nous-mêmes et nous aimons les autres. Nous pouvons réussir ce que conseille Saint Pierre dans sa première lettre (3:15–16):

“Mes enfants : C’est le Seigneur, le Christ, que vous devez reconnaître dans vos cœurs comme le seul saint. Vous devez toujours être prêts à vous expliquer devant tous ceux qui vous demandent de rendre compte de l’espérance qui est en vous ; mais faites-le avec douceur et respect. Ayez une conscience droite, pour faire honte à vos adversaires au moment même où ils calomnient la vie droite que vous menez dans le Christ”

Si nous allumons la flamme de l’espérance et le feu de l’amour, leur lumière rayonnante brillera durant la nouvelle année après que se seront éteintes les lumières de Noël.

(Réciter la prière finale pour chaque jour de cette Neuvaine de Noël)

PRIÈRE FINALE

Prière à l’Enfant Dieu

Seigneur, Noël est le rappel de ta naissance parmi nous, c’est la présence de ton amour en notre famille et en notre société. Noël est la confirmation que le Dieu du ciel et de la terre est notre Père, que Toi, Divin Enfant, tu es notre frère. Que cette réunion autour de ta crèche augmente notre foi en ta bonté, nous engage à vivre véritablement comme frères et sœurs, nous donne le courage de chasser la haine et de semer la justice et la paix. Ô Divin Enfant, fais-nous comprendre que là où il y a l’amour et la justice, Tu es là, et là aussi c’est Noël. Amen.
Gloria…

Nous venons de vivre la « Semaine Préparatoire à Noël » qui va du 17 au 24 décembre et qui correspond à une sorte de récapitulation de toute la dynamique du temps de l’avent. Ce temps liturgique est caractérisé par ce verbe litanique « Veni » ! « Viens » ! Mais après tout, pourquoi Jésus-Christ doit-il venir ? Pour quels motifs devons-nous lui demander sa venue ? Et puis qui est-il ce Jésus ?

Face à cette question essentielle du « qui est Jésus ? » il est permis de dire que cette Semaine Préparatoire à Noël est une présentation solide à cette réponse. Car comme le dit déjà la 2ème préface du temps de l’avent. Nous sommes déjà entrés dans le mystère de Noël. On peut dire que cette Semaine, nous fait complètement tourner notre regard vers la réalité concrète de la crèche, mais en permettant d’y voir ses « reflets divins». La réalité historique de la crèche, est comme un « miroir » où se « reflète », se « dévoile », se « révèle » la réalité divine de Celui qui y est né ! Tout n’est que DON dans la pleine lumière…

Toute cette Semaine Préparatoire est construite comme un « miroir » et il y a 2 cycles d’une cohérence parfaitement autonome qui y sont  proposés pour « réfléchir »…

Nous avons déjà entendu à Vêpres, le cycle des célèbres «grandes antiennes de l’avent», les 7 « O » :

L’initiale du premier mot de ces sept antiennes de la dernière à la première donne en inversé, en latin les 7 titres entendus du 17 au 23 décembre forment un acrostiche, mais un acrostiche en « miroir », c’est-à-dire qu’il faut le lire à reculons ! C’est à reculons qu’il faut associer les premières lettres des 7 titres de Jésus-Christ pour y voir apparaitre E.R.O.[Je serai] C.R.A.S.[demain], « Demain je serai là » présent dans l’Office de la Nuit de Noël :

17 décembre  O Sapientia quæ ex ore Altissimi prodisti
Ô Sagesse,  sortie de la bouche du Très-Haut
18 décembre  O Adonaï, et Dux domus Israel
Ô Adonaï, guide du peuple d’Israël,
19 décembre  O Radix Iesse
Ô {Fils de la] racine de Jessé
20 décembre  O Clavis David, et sceptrum domus Israel
Ô Clef de la cité de David, sceptre de la maison d’Israël

21 décembre  O Oriens, splendor lucis æternæ, et sol iustitiæ
Ô Orient, splendeur de la Lumière éternelle, Soleil de justice
22 décembre  O Rex gentium
Ô Roi des nations
23 décembre  O Emmanuel , Rex et legifer noster
Ô Emmanuel, notre roi et législateur

C’est Lui…. C’est déjà entièrement Lui, même si son nom est complètement voilé, qui est présent à travers ces antiennes et qui fixe notre regard contemplatif durant cette semaine préparatoire. Tout comme la problématique du livre de Benoît XVI « l’Enfance du Christ » du 21 novembre 2012, ces antiennes nous aident à répondre à cette question « Qui est Jésus ? ».

Les 7 titres que l’on confère à Jésus au sein de cette Semaine Préparatoire, sont comme les clefs pour mieux comprendre et saisir son humanité. Car c’est dans sa Sainte Humanité et sa vie historique que nous y trouvons l’accomplissement de l’Écriture et de toutes les Promesses de l’Ancien Testament.

« ERO CRAS » ou « je serai (là) demain », est lui aussi une belle « récapitulation » de toute cette semaine préparatoire nous conduisant au 24 décembre… Surtout lorsque l’antienne d’ouverture de la Liturgie des Heures au matin du 24 décembre dit ceci : «Aujourd’hui le seigneur va venir, demain vous verrez sa Gloire »…

Pendant une semaine, il y a eu comme un dévoilement progressif du mystère caché depuis les origines ! ce que l’on avait jamais vu, ni contemplé, va se donner complètement à notre regard…

Vraiment avec le cycle des antiennes, on s’est préparé à VOIR et à COMPRENDRE qui est Jésus !