Archives de catégorie : Informations

sur l’Association, la Chapelle, la vie de l’Église

messes en Italie à nouveau célébrées dans les églises

Les messes en Italie sont à nouveau  célébrées dans les églises, les fidèles portant gants et masques.
Des célébrations eucharistiques ont lieu depuis hier, après le protocole entre la CEI (Conférence des Évêques d’Italie) et le gouvernement pour la phase 2 de la pandémie. L’accord prévoit que l’accès aux lieux de culte est effectué afin d’éviter les rassemblements. Du Nord au Sud, beaucoup sont allés dans les églises pour recevoir l’Eucharistie.

Ensemble avec Saint Pierre, les églises de toute l’Italie ont ouvert hier pour les premières messes. Espacement, masques et désinfectants pour les mains. Dans la phase 2, les célébrations après l’explosion de la pandémie de coronavirus sont caractérisées par la prudence.

La situation dans les paroisses

A Rome, dès le matin, les fidèles ont commencé à affluer dans les paroisses, mais les célébrations les plus populaires ont été celles de la soirée. Dans les semaines du confinement, il y avait de nombreuses paroisses qui permettaient de suivre les messes sur Facebook ou sur le web, mais de nombreux fidèles ressentaient le manque de pouvoir recevoir directement l’Eucharistie.

Des portes ouvrent également sur la cathédrale de Milan. « Chers fidèles, nous vous attendons depuis longtemps », a déclaré l’archiprêtre de la cathédrale, en les accueillant pour leur première messe après les restrictions pour le coronavirus. A Naples, lors de la première messe dans l’église de San Nicola alla Carità, des fidèles se sont présentés hier matin, d’autres se sont arrêtés pour prier avant d’aller travailler.

A Bolzano, le curé de Don Bosco a déclaré que « nous vivons à une époque particulière et le problème est de vivre notre foi dans les circonstances dans lesquelles le Seigneur nous place. »

Le protocole entre la CEI et le gouvernement

Le protocole de la phase 2 prévoit que l’accès aux lieux de culte soit effectué afin d’éviter les rassemblements; que la distance entre les personnes doit être d’au moins un mètre latéralement et frontalement, que ceux qui accèdent aux lieux de culte doivent porter un masque pour couvrir le nez et la bouche.

Sont également de réglementés l’accès et le respect des règles par le biais de bénévoles, et il est rappelé aux fidèles qu’il n’est pas autorisé d’entrer dans l’église s’il y a des symptômes de grippe ou une température corporelle égale ou supérieure à 37,5 ° C ou, encore une fois, si vous ont été en contact avec des patients de Covid-19.

Quant à la célébration proprement dite, il est demandé de réduire au minimum la présence des célébrants et de ministrants pour éviter trop de présence dans le chœur et l’échange de paix.

La communion est livrée au banc, sans que personne n’ait à se lever de son siège; le prêtre et tout ministre extraordinaire doivent porter un masque et des gants et se désinfecter les mains; l’hostie doit être offerte seulement sur les mains des fidèles et en prenant soin de ne pas les toucher.

Saint Célestin V, 192e pape en 1294, qui abdiqua.

Saint Célestin V, 192e pape en 1294, qui abdiqua.

Célestin V par Niccolò di Tommaso (+1376), Castel Nuovo Naples
Célestin V par Niccolò di Tommaso (+1376), Castel Nuovo Naples

Au château de Fumone, près d’Alatri dans le Latium, en 1296, la naissance au ciel de saint Pierre Célestin. Alors qu’il menait une vie d’ermite dans les Abruzzes, la renommée de sa simplicité et de ses miracles le firent élire comme pontife romain à l’âge de quatre-vingts ans. Il prit le nom de Célestin V, mais il abdiqua la même année, préférant revenir à sa solitude. Il termina sa vie, enfermé, entièrement isolé du monde. (Martyrologe romain)

Pierre Angelerio naquit à Isernia dans les Abruzzes, en l’Italie méridionale, en 1215, de parents simples et craignant Dieu. Il était le onzième d’une famille de douze enfants. Sa mère demandait sans cesse à Dieu que sur les douze, il y en eût au moins un qui se consacrât à son service.

Aussi, quand Pierre manifesta le désir de quitter le monde pour servir le Seigneur, sa mère, malgré l’opposition de ses amis et de ses autres enfants, persista à favoriser son dessein, et prit sur son nécessaire pour le faire instruire.

Dès son jeune âge, Pierre manifesta une grande inclination pour la solitude. A vingt ans il résolut de suivre cet attrait et se retira sur une haute montagne où seules quelques personnes vertueuses venaient le visiter ; elles lui conseillèrent de recevoir le sacerdoce. Il suivit leur conseil, et alla se faire ordonner à Rome.

Après son ordination Pierre se fit admettre dans l’Ordre de St Benoît, obtint l’autorisation de se fixer sur le mont Morron, et y passa cinq années, au milieu de privations de toute sorte. Il se retira ensuite sur le mont Majella ; sa sainte vie y attira bientôt de nombreux disciples désireux de partager son genre de vie et d’imiter ses vertus. Ils habitaient des cabanes dans une solitude sauvage.

On sentait partout la présence de Dieu dans ce lieu ainsi sanctifié. Dieu accorda au saint fondateur le don des miracles : à plusieurs reprises il renouvela dans le monastère les provisions épuisées, et aurait changé l’eau en vin pour per­mettre la célébration de la messe. L’Ordre prit plus tard le nom de « Célestins », du nom de Pierre devenu Pape sous ce nom.

Le pape Nicolas IV était mort en avril 1292, et par suite des intri­gues et des ambitions qui agitaient les cardinaux, après deux ans de vacance le siège pontifical restait encore sans titulaire. Les factions romaines et les cardinaux soumis à l’empereur germanique n’arrivaient pas à s’entendre sur un nom. Pierre reçut du ciel l’inspiration d’écrire aux membres du Sacré Collège une lettre pour leur reprocher cette conduite.

A la lecture de la lettre du saint solitaire l’union se fit immédiatement sur son nom, et le 5 juillet 1294, les cardi­naux réunis à Pérouse l’élurent Pape à l’unanimité. Tiré de sa cellule monastique, il arriva à Aquila monté sur un âne. Le couronnement y eut lieu le 29 août suivant : Pierre prit le nom de Célestin V et fixa sa résidence à Naples, sous la protection du roi Charles II.

Sans expérience des affaires et étant octogénaire, Célestin V se vit bientôt dans l’impossibilité de maîtriser les ambitions et les compéti­tions qui s’agitaient autour de lui, et par suite de  remplir sa charge de chef de l’Église. Après un règne de cinq mois il prit le parti d’abdiquer ; il l’exécuta en plein Consistoire le 13 décembre 1294.

Déjà avant ce fils spirituel de saint Benoît, plusieurs autres papes, saint Pontien par exemple, saint Martin, Jean XVIII et Benoît IX, en des circonstances qui leur rendaient personnellement des plus difficiles le gouvernement de l’Église, avaient abdiqué le suprême pontificat.

Au XIIIe siècle, ces cas avaient été presque oubliés, et les canonistes discutaient pour savoir si une telle renonciation fut jamais permise au pape. Célestin V, en une constitution solennelle, résolut la question dans le sens de la tradition romaine primitive, après quoi, invoquant en sa faveur un semblable droit, il déposa les vêtements pontificaux et retourna aux anciens exercices de sa vie monastique.

Onze jours après l’abdication de Célestin V, le cardinal Gaétani fut élu sous le nom de Boniface VIII. Craignant que Pierre Célestin ne de­vint entre les mains d’un parti séditieux un instrument de schisme, le nouveau pape le retint sous bonne garde dans le château de Fumone près d’Agnani.

C’est là, que Célestin V, après dix mois de réclusion, rendit son âme à Dieu en disant  « Omnis spiritus laudet Dominum : Que toute créature loue le Seigneur ! » C’était le 6 mai 1296. Sa mort fut rendue plus glorieuse encore par l’apparition d’une croix lumineuse que l’on vit briller dans les airs devant la porte de sa retraite.

Pendant sa vie et après sa mort il fit d’éclatants miracles : ils furent examinés suivant les règles. Inscrit au nombre des Saints onze ans après, il fut canonisé par Clément V à Avignon le 5 mai 1313 ; et ce fut le roi Philippe le Bel qui voulut payer les frais de la canonisation.

Dans la Divine Comédie, Dante, emporté par sa haine de partisan, met dans l’enfer … l’ombra di celui che fece per viltade il gran rifiuto : l’ombre de celui qui a fait par lâcheté le grand rejet.

L’Église, au contraire, loua l’humilité du pape Célestin et le proposa même à l’imitation des fidèles, car il est plus prudent et plus sûr de servir le Seigneur dans la simplicité du cœur, que d’ambitionner des places élevées et de graves responsabilités, auxquelles peut-être nos pauvres épaules ne sont ni préparées ni proportionnées.

Benoît XVI remet le pallium à Célestin V
Benoît XVI remet le pallium à Célestin V

À l’Aquila, après le tremblement de terre en 2009 qui détruisit Collemagio, la basilique où est vénérée Saint Pierre Célestin, le pape Benoît XVI a remis son pallium à son prédécesseur qui ne l’avait jamais reçu.

Le 5 juillet 2014, en Molise, le pape François a rendu hommage à Célestin V, le premier pape ‘renonciateur’: Fra Pietro da Morrone, ermite devenu pape.

« Il y a une idée forte qui m’a frappé, en pensant à l’héritage de saint Célestin V. Lui, comme saint François d’Assise, avait un sens très fort de la miséricorde de Dieu, et du fait que la miséricorde de Dieu renouvelle le monde.

Pietro del Morrone, comme François d’Assise, connaissait bien la société de son temps, avec sa grande pauvreté. Ils étaient très proches du peuple. Ils avaient la même compassion de Jésus envers tant de gens fatigués et opprimés ; mais ils ne se bornaient pas à dispenser de bons conseils ou de pitoyables consolations.

Ils ont d’abord fait un choix de vie à contre-courant, ils ont choisi de s’appuyer sur la Providence du Père, non seulement comme ascèse personnelle, mais comme témoignage prophétique d’une paternité et d’une fraternité, qui sont le message de l’Évangile de Jésus-Christ…

Voici donc le sentiment d’une nouvelle citoyenneté, que nous ressentons fortement ici, sur cette place en face de la cathédrale, d’où la mémoire de Saint Pierre de Morrone Célestin V parle, que dès cet instant je déclare ouverte, et pendant laquelle la porte de la miséricorde divine sera ouverte à tous.

Ce n’est pas une évasion, ce n’est pas une évasion de la réalité et de ses problèmes, c’est la réponse qui vient de l’Évangile : l’amour comme force de purification des consciences, force de renouvellement des relations sociales, force de conception pour une économie différente , qui se concentre sur la personne, le travail, la famille, plutôt que sur l’argent et le profit.

Nous sommes tous conscients que ce chemin n’est pas celui du monde; nous ne sommes pas des rêveurs, des illusions, nous ne voulons pas non plus créer des oasis à partir de ce monde. Nous pensons plutôt que cette route est la bonne pour tout le monde, c’est la route qui nous rapproche vraiment de la justice et de la paix.

Mais nous savons aussi que nous sommes pécheurs, que nous sommes d’abord toujours tentés de ne pas suivre cette voie et de nous conformer à la mentalité du monde, à la mentalité du pouvoir, à la mentalité de la richesse. C’est pourquoi nous nous confions à la miséricorde de Dieu et nous nous engageons à réaliser avec sa grâce des fruits de conversion et des œuvres de miséricorde. Ces deux choses : convertir et faire des œuvres de miséricorde.

C’est la raison principale de cette année, pour cette année jubilaire célestinienne [2014}. Que la Vierge Marie, Mère de la Miséricorde nous accompagne et nous soutienne toujours dans ce voyage. »

 

 

 

La piété mariale, fil conducteur du pontificat de Jean-Paul II

La piété mariale, fil conducteur du pontificat de Jean-Paul II

La Vierge Marie a marqué la vie de Saint Jean-Paul II, de son enfance à la fin de son pontificat. Ce lien qui l’unissait à la Mère de Dieu, il en avait fait sa devise, Totus Tuus. Une dévotion à Marie inscrite sur son blason papal, une dévotion qui a marqué sa vie entière.

Totus tuus
Totus tuus

D’une enfance marquée par les pèlerinages mariaux à son dernier voyage apostolique à Lourdes en 2004, la figure de la Madone fut le fil conducteur du pontificat et de la vie de Jean-Paul II.

Enfance et éducation marquées par la piété mariale

Jean-Paul II a grandi dans une ambiance familiale et sociale très marquée par la piété mariale. N’oublions pas que cette piété était cultivée par sa famille, par son père surtout, sa mère étant morte lorsqu’il était encore petit enfant. Il a vu son père agenouillé devant l’image de la Madone. Il habitait à côté de l’église et là-bas il fréquentait la piété mariale du mois de mai.

À côté de Wadowice se trouve un grand sanctuaire marial tenu par des franciscains, il y a fait beaucoup de pèlerinage avec son père.

Deuxième endroit de son pèlerinage, inoubliable, le pèlerinage au sanctuaire national de Pologne, à Jasna Góra, Częstochowa. Il y a découvert ce visage de la Madone noire de la Mère de Dieu. Plus tard, prêtre ou Pape, il y est revenu très souvent pour contempler le visage de la Vierge Marie. Finalement, toute sa vie a été conçue sur les traces de Marie.

L’appel de sa vocation

Pendant 20 ans, celui qui deviendra Saint Jean-Paul II participe une fois par semaine à une association, un groupe de discussion avec 15 personnes comme les 15 mystères du rosaire, il effectuait des pèlerinages réguliers auprès de la Vierge, finalement sous l’égide de Marie, il ressent l’appel de sa vocation. Il ne s’est jamais distancé du rosaire.

Jeune homme, pendant la guerre, Jean-Paul II travaillait à l’usine Solvay, il portait alors toujours avec lui le Traité sur Marie de Louis-Marie Grignion de Montfort, il était imbibé par cette spiritualité. Il était marial de toute son âme, de tout son cœur, et puis il a exprimé cette foi profonde dans bien des documents qu’il a publiés.

Son message marial 

Les voyages de Jean-Paul II ont souvent revêtu une dimension mariale, de ses premières tournées de 1979 au Mexique et en Pologne, à son dernier, à Lourdes en 2004. Il a passé son message dans une encyclique la plus mariale et fondamentale sur ce sujet, à savoir Redemptoris Mater, publiée en 1987, le jour de l’Assomption.

Jean-Paul II a un regard double : un regard en arrière parce qu’il a voulu consciemment continuer l’enseignement marial du concile Vatican II, il a suivi aussi son prédécesseur, à savoir le saint Pape Paul VI, ses différentes formes de dévotions mariales propagées, liturgique, populaire, ou privée.

Jean-Paul II a continué cette ligne de la piété mariale, de l’enseignement sur Marie. Un regard vers l’avenir également, il a voulu par ce chemin préparer le passage du deuxième au troisième millénaire. Tout son pontificat a été programmé en fonction de ces perspectives futures, de l’avenir, à savoir le début du troisième millénaire.

L’accent marial prophétique

Jean-Paul II a tracé le chemin, le parcours, l’itinéraire accompli par Marie dans sa foi. Ce fut le fil conducteur de son activisme marial et il montre la foi de Marie qui était une foi difficile, passant par des ténèbres, par la souffrance, par des moments très dramatiques de sa vie.

Jean-Paul II et la Vierge de Fatima
Jean-Paul II et la Vierge de Fatima

Il s’est identifié à de tels moments de ténèbres mais aussi à ses lumières après le passage des ténèbres : il a montré avec insistance le lien indissoluble du Christ et de Marie à partir de son incarnation jusqu’au mystère de Pâques, la présence de Marie au pied de la croix.

En suivant ce chemin marial, il a également suivi les traces d’un autre saint, Maximilien Kolbe. Lors de son dernier pèlerinage à Lourdes, dramatique, le Pape pleurait devant la statue de la Vierge Marie, étant déjà diminué très physiquement. Il a vécu à la façon d’un martyr le passage qui précédait sa mort.