Archives de catégorie : Méditation

sur un aspect de spiritualité : Christ, Vierge Marie, Église dans le monde…

Le discernement : se connaitre soi-même

Le discernement : se connaitre soi-même

Le Pape François a plaidé pour une meilleure connaissance de soi pour un bon discernement. «L’oubli de la présence de Dieu dans notre vie va de pair avec l’ignorance sur nous-mêmes», a assuré le Saint-Père lors de l’audience générale du mercredi 5 octobre.

 

PAPE FRANÇOIS

AUDIENCE GÉNÉRALE

Place Saint-Pierre
Mercredi 5 octobre 2022


Résumé de la catéchèse du Saint-Père :

Chers frères et sœurs,

Dans notre catéchèse passée, nous avons évoqué la prière comme un élément indispensable au discernement. Cependant, pour un bon discernement, il faut aussi une connaissance de soi. Nous ne savons pas discerner souvent, parce que nous ne nous connaissons pas suffisamment et ne savons pas non plus ce que nous voulons vraiment.

Pour se connaître il faut, faire un travail intérieur patient pour nous scruter, être capable de s’arrêter pour prendre conscience de notre façon de faire et des sentiments qui nous habitent, savoir distinguer les émotions et les facultés spirituelles. C’est ainsi seulement qu’il est possible de se rendre compte à quel point la vision que nous avons de nous-mêmes et de la réalité est parfois erronée.

Il est important dans vie spirituelle, à l’image de l’informatique, d’avoir ses “mots de passe”. Ce sont des paroles qui touchent le cœur et renvoient à ce à quoi nous sommes le plus sensibles. Le tentateur connaît bien ces mots-clés et il nous suggère souvent des choses désordonnées, présentées avec une importance excessive, qui nous laissent dans des sentiments de vide et de tristesse.

C’est pour cela qu’il est important de nous connaître, avec les “mots de passe” de notre cœur, afin de nous protéger et de savoir ce qui est vraiment important pour nous. L’examen de conscience est une aide car il nous permet d’apprendre à reconnaître ce qui comble vraiment le cœur. La prière et la connaissance de soi permettent à chacun de grandir dans la liberté et de trouver sa vraie place dans la vie.

_______________________________________

Catéchèse sur le discernement – 4. Les éléments du discernement. Se connaitre soi-même

Chers frères et sœurs, bonjour !

Nous poursuivons notre réflexion sur le thème du discernement. La dernière fois nous avons considéré la prière comme son élément indispensable, considérée comme familiarité et confiance en Dieu. La prière, non comme les perroquets. Non : la prière comme familiarité et confiance en Dieu ; la prière des enfants à leur Père ; la prière avec le cœur ouvert. Nous l’avons vu dans la dernière catéchèse.

Aujourd’hui, je voudrais, de manière presque complémentaire, souligner qu’un bon discernement demande aussi la connaissance de soi-même. Se connaître soi-même. Et ce n’est pas facile, hein ! En effet, cela implique nos facultés humaines : la mémoire, l’intellect, la volonté, l’affectivité. Souvent, nous ne savons pas discerner parce que nous ne nous connaissons pas suffisamment et ne savons pas non plus ce que nous voulons vraiment.

Vous avez souvent entendu : « Mais cette personne, pourquoi n’arrange-t-elle pas sa vie ? Jamais elle n’a su ce qu’elle voulait… ». Il y a des gens qui… Et puis oui, sa vie va comme ça, parce qu’elle ne sait pas non plus ce qu’elle veut. Sans aller à cet extrême, il nous arrive également de ne pas bien savoir ce que nous voulons, nous ne nous connaissons pas bien.

*

Les doutes spirituels et les crises de vocation sont souvent sous-tendus par un dialogue insuffisant entre la vie religieuse et notre dimension humaine, cognitive et affective. Un auteur de spiritualité notait combien beaucoup de difficultés sur le sujet du discernement renvoient à des problèmes d’une autre nature, qui doivent être reconnus et explorés.

Cet auteur écrit : « J’en suis venu à la conviction que le plus grand obstacle au véritable discernement (et à une réelle croissance dans la prière) n’est pas la nature intangible de Dieu, mais le fait que nous ne nous connaissons pas suffisamment, et que nous ne voulons même pas nous connaître tels que nous sommes vraiment.

Nous nous cachons presque tous derrière un masque, non seulement devant les autres, mais aussi lorsque nous nous regardons dans le miroir » (TH. GREEN, Il grano e la zizzania, Rome, 1992, 25). Nous avons tous la tentation d’être masqués, même face à nous-mêmes.

L’oubli de la présence de Dieu dans notre vie va de pair avec l’ignorance sur nous-mêmes – ignorer Dieu et nous ignorer -, l’ignorance sur les caractéristiques de notre personnalité et sur nos désirs les plus profonds.

Se connaître soi-même n’est pas difficile, mais c’est fatigant : cela implique un patient travail d’introspection. Cela requiert la capacité de s’arrêter, de « désactiver le pilote automatique », pour prendre conscience de notre façon de faire, des sentiments qui nous habitent, des pensées récurrentes qui nous conditionnent, souvent à notre insu.

Cela exige également que nous fassions la distinction entre les émotions et les facultés spirituelles. « Je sens » n’est pas la même chose que « Je suis convaincu » ; « Je me sens de » n’est pas la même chose que « Je veux ». C’est ainsi seulement qu’il est possible de se rendre compte à quel point la vision que nous avons de nous-mêmes et de la réalité est parfois erronée.

S’en rendre compte est une grâce ! En effet, il arrive souvent que des croyances erronées sur la réalité, basées sur les expériences du passé, nous influencent fortement, limitant notre liberté de jouer pour ce qui compte vraiment dans notre vie.

*

À l’ère des technologies de l’information, nous savons combien il est important de connaître le mot de passe pour accéder aux programmes où se trouvent les informations les plus personnelles et les plus précieuses. Mais la vie spirituelle a aussi ses « mots de passe » : il y a des mots qui touchent le cœur parce qu’ils font référence à ce à quoi nous sommes le plus sensibles.

Le tentateur, c’est-à-dire le diable, connaît bien ces mots-clés, et il est important que nous les connaissions aussi, pour ne pas nous retrouver là où nous ne voulons pas être. La tentation ne suggère pas nécessairement de mauvaises choses, mais souvent des choses désordonnées, présentées avec une importance excessive.

Il nous hypnotise ainsi par l’appétit que ces choses suscitent en nous, des choses belles mais illusoires, qui ne peuvent pas tenir leurs promesses, et ainsi nous laissent à la fin avec un sentiment de vide et de tristesse. Ce sentiment de vide et de tristesse est le signe que nous avons [il dit : en allant] « pris » une voie qui n’était pas la bonne, qui nous a désorientés.

Il peut s’agir par exemple de diplômes, la carrière, les relations, toutes choses en soi louables, mais envers lesquelles, si nous ne sommes pas libres, nous risquons de nourrir des attentes irréelles, comme par exemple la confirmation de notre valeur.

Toi, par exemple, quand tu penses à des études que tu entreprends, y penses-tu seulement pour te promouvoir toi-même, pour ton propre intérêt, ou aussi pour servir la communauté ? Là, on peut voir quelle est l’intentionnalité de chacun d’entre nous. Les plus grandes souffrances proviennent souvent de ce malentendu, car aucune de ces choses ne peut être la garantie de notre dignité.

Pour cela, chers frères et sœurs, c’est important de nous connaitre, de se connaître, de connaître les mots de passe de notre cœur, ce à quoi nous sommes le plus sensibles, de se protéger de qui se présente avec des mots persuasifs pour nous manipuler, mais aussi de reconnaître ce qui est vraiment important pour nous, en le distinguant des modes du moment ou des slogans tape-à-l’œil et superficiels.

Souvent, ce qui est dit dans un programme à la télévision, dans certaines publicités, nous touche le cœur et nous fait emprunter cette direction sans liberté. Faites attention à cela : suis-je libre ou est-ce que je me laisse aller aux sentiments du moment, ou aux provocations du moment ?

*

Une aide à cet égard est l’examen de conscience, mais je ne parle pas de l’examen de conscience que nous faisons tous lorsque nous allons nous confesser, non. C’est-à-dire : « Mais j’ai péché en ceci, cela… ». Non. Examen de conscience général de la journée : que s’est-il passé dans mon cœur aujourd’hui ? « Tant de choses sont passées [se sont passées] … ».

Lesquelles ? Pourquoi ? Quelles traces ont-elles laissées dans le cœur ? Faire l’examen de conscience, c’est-à-dire la bonne habitude de relire dans le calme ce qui se passe dans notre journée, en apprenant à noter dans nos évaluations et nos choix ce à quoi nous accordons le plus d’importance, ce que nous cherchons et pourquoi, et ce que finalement nous avons trouvé.

Et surtout, en apprenant à reconnaître ce qui rassasie mon cœur. Qu’est-ce qui rassasie mon cœur ? Car seul le Seigneur peut nous donner la confirmation de ce que nous valons. Il nous le dit chaque jour de la croix : il est mort pour nous, pour nous montrer combien nous sommes précieux à ses yeux. Aucun obstacle ou échec ne peut empêcher [il dit : ta] sa tendre étreinte.

L’examen de conscience aide beaucoup, parce que nous voyons alors que notre cœur n’est pas une route [où] tout passe à notre insu. Non. Voir : Que s’est-il passé aujourd’hui ? Qu’est-ce qui est advenu ? Qu’est-ce qui m’a fait réagir ? Qu’est-ce qui m’a rendu triste ? Qu’est-ce qui m’a rendu joyeux ? Qu’est-ce qui était mauvais et ai-je fait du mal aux autres ?

Mais voir le parcours des sentiments, des attractions dans mon cœur durant la journée. N’oubliez pas hein ! L’autre jour, nous avons parlé de la prière ; aujourd’hui, nous parlons de la connaissance de soi-même.

*

La prière et la connaissance de soi-même nous permettent de grandir dans la liberté. Il s’agit de grandir dans la liberté ! Ce sont des éléments fondamentaux de l’existence chrétienne, des éléments précieux pour trouver sa place dans la vie. Merci.

Je salue cordialement les pèlerins de langue française en particulier les fidèles du diocèse de Metz et les jeunes du Collège Saint Joseph.

Frères et sœurs, en ce mois de prière pour les missions, apprenons à cultiver des moments de silence et de rencontre avec le Seigneur afin qu’il nous inspire les voies et moyens pour être toujours fidèles à notre vocation de disciples missionnaires.

Que Dieu vous bénisse !


Copyright © Dicastero per la Comunicazione – Libreria Editrice Vaticana

Texte présenté par l’Association de la Médaille Miraculeuse

MOIS DU ROSAIRE – jour 5 – explication de l’AVE MARIA suite

MOIS DU ROSAIRE – jour 5 – explication de l’AVE MARIA suite

mois du Rosaire 05
mois du Rosaire 05

Les louanges que nous donnons à la sainte Vierge se rapportent principalement a Dieu et sont l’expression de l’hommage que nous lui rendons pour le bienfait de l’incarnation. La pieuse femme dont il est parlé dans l’Évangile, s’écria en entendant la divine doctrine de Jésus-Christ : Bienheureux est le sein qui t’a porté ; bienheureuses les mamelles qui t »ont allaité.

Sou but principal était de louer le Fils. De même les louanges que nous adressons à Marie en récitant la Salutation angélique, se réfléchissent sur son divin Fils qui seul l’en a rendue digne ; aussi la Salutation angélique est-elle une excellente doxologie pour l’ineffable mystère de l’incarnation.

Après avoir reconnu que Marie est bénie au-dessus de toutes les femmes, nous ajoutons : Le fruit de vos entrailles est béni ; mais il est béni dans un sens infiniment plus sublime que sa mère, étant le principe et la source de toutes les bénédictions, de celles qui sont dans Marie, comme de celles qui sont dans les autres créatures ; étant la fin à laquelle se rapportent tous les dons que sous louons et que nous admirons dans la sainte Vierge.

Jésus-Christ est béni par Dieu, par les Anges et par les hommes : par Dieu, comme son Fils bien-aimé qui lui est consubstantiel ; par les Anges, qui tiennent de lui leur être, la grâce et la gloire dont ils jouissent ; par les hommes, qu’il a sauvés et rachetés par son incarnation.

Nous ne pouvons penser aux maux infinis dont il nous a délivrés, aux peines et aux fatigues qu’il a souffertes pour nous, au prix dont il a payé notre rançon, aux biens inestimables qu’il nous a mérités, au bonheur éternel du ciel, à l’excès de sa bonté et de sa miséricorde, à sa majesté et à ses divines perfections.

Nous ne pouvons nous rappeler tous ces objets, sans regarder comme singulièrement bénie celle qui a donné à la terre cet adorable Sauveur; mais on ne doit faire aucune comparaison entre le Fils et la mère, parce que l’une est redevable à l’autre de sa grandeur et de sa gloire.

Nous ajoutons à cette doxologie le nom de Jésus, qui est un nom rempli d’une grâce et d’une douceur inexprimable ; un nom qui fait les délices et la consolation des âmes dans lesquelles règne la charité ; un nom qui est redoutable aux esprits de ténèbres, et qui mérite l’adoration de toutes les créatures; un nom auquel tout genou doit fléchir dans le ciel, sur la terre et dans les enfers, et qui inspire à tout ce qui existe les plus vifs sentiments de respect et de vénération.

La dernière partie de la Salutation angélique renferme une prière. Celle des Esprits bienheureux dans le ciel consiste principalement en des actes d’adoration, d’amour, de louanges et de reconnaissance. Unissons-nous à eux mais, nos misères et nos besoins étant extrêmes, nous ne devons nous présenter devant le Très-Haut qu’avec une humilité profonde, et un vif sentiment de notre faiblesse.

Ce sont ces dispositions qui sont comme l’âme de la prière. Dieu connaît toute la profondeur de nos plaies, et sa bonté infinie le porte à avoir compassion de nous ; mais sa colère s’allume lorsqu’il nous voit insensibles à nos propres maux.

Il veut quel nous fassions l’aveu de notre néant, que nous gémissions sur les désordres que le péché a causés dans notre âme, et que nous reconnaissions la dépendance absolue où nous sommes de sa miséricorde et de sa grâce.

Quand un pauvre nous demande l’aumône, ses besoins le rendent éloquent ; il n’omet rien pour exciter notre com passion ; il entre dans le détail le plus touchant de ses souffrances. Voilà le modèle que nous devons imiter lorsque nous prions.

Exposons à notre Père céleste notre pauvreté spirituelle ; représentons-lui nos divers besoins, afin de fléchir sa miséricorde. Conjurons-le de mettre lui-même dans nos cœurs les dispositions qu’il désire y voir, et de nous inspirer ce que nous devons lui dire dans la prière pour être exaucés.

Nous avons recours aux Anges et aux Saints, et nous leur demandons leur intercession ; mais nous nous adressons avec une confiance particulière à la sainte Vierge, comme au refuge des affligés et des pécheurs. Nous répétons son nom dans la récitation du chapelet, pour nous exciter au respect et à la dévotion envers elle.

Nous l’appelons mère de Dieu, pour marquer son éminente dignité, et pour animer notre confiance en sa protection. En effet, que n’obtiendra-t-elle pas d’un Dieu qui a daigné naître d’elle ? Nous rappelons en même temps qu’elle est aussi notre mère spirituelle, puisque nous sommes par adoption les frères et les cohéritiers de Jésus-Christ.

Elle a pour nous une tendresse plus que maternelle ; comme elle surpasse toutes les créatures en charité, elle est beaucoup plus touchée de nos misères, et plus disposée à nous secourir, que ne peut l’être la mère dont nous avons reçu le jour.

En vain cependant nous flatterons-nous de mériter sa compassion, si nous ne mettons fin à nos désordres, et si nous ne cessons de rendre inutiles à notre égard les mérites du sang de son Fils. Ces paroles : sainte Marie, mère de Dieu, sont comme la préface de la prière dans laquelle nous la supplions d’intercéder pour nous.

Nous ne la prions point de nous donner la grâce, car nous savons qu’elle est un don de Dieu, et que lui seul peut nous la donner ; nous la conjurons seulement de demander la grâce pour nous à son Fils, et d’obtenir par son intercession que nos prières ne soient point rejetées. Nous prenons le titre de pécheurs, que nous méritons si justement, pour l’attendrir sur notre sort, et pour ressentir les effets de sa charité et de sa compassion.

Marie connaissant bien plus distinctement que les autres créatures le mal du péché, et les désordres qui en sont la suite, proportionne à cette connaissance sa charité pour nous : mais nous n’en devons pas moins en faire l’aveu avec une douleur sincère ; car la volonté qui conserve du rattachement pour le péché, provoque Dieu et tous ses Saints, qui aiment souverainement sa justice et sa gloire.

Comment donc des pécheurs impénitents osent-ils se présenter devant Dieu avec des mains encore teintes, pour ainsi dire, du sang adorable de son Fils qu’ils ont profané, et qu’ils continuent de fouler aux pieds ? Nom éprouverons la miséricorde divine et la charité de la ‘sainte Vierge, à proportion de la vivacité de notre componction.

Marie, en devenant mère de l’auteur de la miséricorde, a pris des entrailles de compassion pour les pécheurs ; ainsi, lorsque nous nous avouons pécheurs, nous exprimons suffisamment ce que nous demandons à Dieu ; savoir : un véritable repentir, la rémission de nos fautes, et la force de résister à toutes les tentations qui nous sollicitent au mal.

Nous demandons aussi les autres secours dont nous avons -besoin, toutes les vertus et surtout la charité. Quoique tous ces objets ne soient pas nommément exprimés, ils sont néanmoins compris dans notre prière. Quelle autre chose, en effet, pourrions-nous demander à Dieu par l’intercession de celle que l’auteur de la grâce a choisie pour sa mère ?

 Résolution.

Me perdons jamais de vue, en disant le chapelet, que nous sommes de pauvres pécheurs qui avons besoin d’être l’objet des miséricordes du Seigneur; présentons-nous comme tels aux pieds de la mère du Verbe incarné, de cette mère de miséricorde, notre espérance, notre vie, comme l’appelle l’Église, et implorons-la avec confiance, avec certitude d’en être secourus si nous sommes fidèles à entretenir en nous les sentiments de repentir qu’elle nous obtiendra de son divin Fils, si nous l’invoquons avec ferveur et dévotion.

 PRIÈRE

Ô très-sainte Marie ! Mère de Dieu, combien de fois n’ai-je pas offensé Dieu par mes péchés ? Déjà la sentence de la justice divine aurait peut-être été exécutée, si, touchée de compassion pour moi, vous ne l »aviez adoucie par votre intercession.

Ô Vierge sainte ! mille actions de grâces vous soient rendues ! c’en est fait, vous avez brisé la dureté, l’insensibilité de mon cœur ; vous avez gagné toute ma confiance ; je vous invoque comme l’enfant le plus tendrement attaché à sa mère ; ne permettez pas, ô ma tendre Mère ! que je me détourne jamais de vous, ni de Dieu qui, par votre entremise, me dispense chaque jour tant de miséricordieuses faveurs. Ainsi soit-il.

D’après le manuel de Liège 1847

MARIE PARTICIPE À LA VIE DE SON FILS

S’il peut sembler que les « mystères douloureux » ne nous montrent pas directement la Mère de Jésus — excepté les deux derniers, le chemin de la croix et la crucifixion — pourrait-on imaginer que Marie était spirituellement absente quand son Fils souf­frait si atrocement à Gethsémani, sous la flagella­tion et ensuite avec la couronne d’épines?

Puis les « mystères glorieux » sont également des mystères du Christ dans lesquels nous trouvons « la présence spirituelle » de Marie — et en premier lieu parmi tous, le mystère de la résurrection.

Parlant de l’ascension, la Sainte Écriture ne fait pas mention de la présence de Marie — mais comment aurait-elle pu ne pas être présente si, comme nous le lisons aussitôt après, elle se trouvait au Cénacle parmi les Apôtres qui peu auparavant avaient salué Jésus qui montait au Ciel? Marie se prépara avec eux à la venue du Saint-Esprit et elle participa à la Pentecô­te lors de sa Descente.

Saint Jean-Paul II – Osservatore Romano du 03-11-1981

MOIS DU ROSAIRE – jour 4 – explication de l’AVE MARIA

MOIS DU ROSAIRE – jour 4 – explication de l’AVE MARIA

mois du Rosaire 04
mois du Rosaire 04

Puisque l’Ave Maria se répète si fréquemment dans la récitation du chapelet, employons trois jours à nous pénétrer des sentiments que cette belle prière doit faire naître dans notre cœur, et des affections qui doivent en accompagner la récitation.

Nous y trouverons une source inépuisable de dévotion et de ferveur ; aussi ne pensons-nous nullement à présenter tous les sentiments, toutes les affections qu’excite la récitation de cette prière ; nous voulons seulement nous donner lieu de nous en former une idée par les paroles qu’elle a inspirées à quelques fervents serviteurs de Marie.

Quoique l’Ave Maria s’adresse à la sainte Vierge dont on implore l’intercession, cette prière a cependant pour premier objet de louer son divin Fils et de le remercier de son infinie miséricorde, qui a éclaté d’une manière si spéciale dans l’incarnation. Le Saint-Esprit est le principal auteur de cette prière.

Le commencement est composé des paroles de l’archange Gabriel, qui fut l’ambassadeur de l’adorable Trinité dans l’accomplissement du plus grand de tous les mystères ; viennent ensuite les paroles que sainte Élisabeth, inspirée par le ciel, adressa à la sainte Vierge ; la fin est une addition faite par l’Église. Cette dernière partie est une invocation à la sainte Vierge ; elle y est appelée Mère de Dieu d’après le concile général d’Éphèse.

Nous ajoutons à la Salutation angélique le nom de celle qui en est l’objet, ce nom étant propre à nous inspirer des sentiments de respect et de confiance. Ce nom, dit saint Jérôme, signifie dame et étoile de la mer.

Or, ces deux noms conviennent merveilleusement à celle qui est la reine du ciel, notre protectrice et notre étoile sur la mer orageuse du monde. D’autres femmes furent appelées Marie dans l’ancien Testament ; mais ce ne fut pas dans le même sens, ni avec la même signification.

Il est essentiel de faire attention à ces paroles de l’Évangéliste saint Luc : « Et le nom de la Vierge était Marie ». Ce nom, comme nous venons de le dire, est mystérieux. « Il est, dit saint Bernard, d’une telle vertu et d’une telle excellence, que les cieux tressaillent, que la terre se réjouit, que les Anges ne peuvent retenir leurs transports quand il est prononcé. »

Le même Père observe que la sainte Vierge est véritablement l’étoile sortie de Jacob, et placée au-dessus de cette mer redoutable pour nous éclairer par les mérites et par l’exemple de sa vie.

« Ô vous ! dit-il, qui êtes battus par les tempêtes de ce monde ; levez les yeux vers cet astre brillant, si vous ne voulez point être submergés par les flots. Si les vents des tentations s’élèvent, si vous tombez parmi les rochers des tribulations, regardez l’étoile, invoquez Marie. Si vous êtes tourmentés par les vagues de l’orgueil, de l’ambition, de la médisance, de la jalousie, jetez les yeux sur l’étoile, invoquez Marie.

Si vous commencez à tomber dans le gouffre de la mélancolie ou du désespoir, pensez à Marie. Ayez recours à elle dans les dangers, dans les détresses, dans les perplexités ; qu’elle ne sorte ni de votre bouche, ni de votre cœur. Avec elle, vous n’avez rien à craindre ; lorsqu’elle vous sert de guide, vous ne vous lassez jamais. »

Tels sont les sentiments que le nom de Marie doit sans cesse nous inspirer. Ces mots : Je vous salue, annoncent de notre part des sentiments de joie et de congratulation. L’Archange les adressa à la sainte Vierge, pour lui témoigner le respect dont il était pénétré.

Quoiqu’accoutumé à la gloire des Esprits bien heureux, il fut étonné de celle de Marie, qui était destinée à devenir la mère de Dieu ; et que toute la cour céleste ne pouvait considérer qu’avec ravissement. Apprenons de là avec quelle humilité des pécheurs comme nous doivent adresser à la sainte Vierge la même salutation.

Mais écoutons l’auteur de l’Imitation, Thomas à Kempis, paraphraser cette salutation : « Je m’approcherai de vous avec respect, avec dévotion et avec une humble confiance, lorsqu’il s’agira de vous offrir la salutation de l’Ange : je vous l’offre donc, la tête courbée par respect pour votre personne sacrée, et je désire que tous les Esprits célestes puissent la répéter pour moi cent mille fois, et beaucoup plus souvent.

Je ne connais rien de plus glorieux pour vous, ni de plus consolant pour nous. Que ceux qui aiment votre saint Nom écoutent, et se rendent attentifs. Les cieux se réjouissent et toute la terre doit être saisie d’étonnement quand je dis : Je vous salue, Marie. Le démon et l’enfer tremblent quand je répète : Je vous salue, Marie. La tristesse disparaît, et une joie nouvelle remplit mon âme, quand je dis : Je vous salue, Marie.

Telle est la douceur de cette salutation, qu’il n’y a point d’expressions capables de la peindre ; elle est dans le cœur trop profondément, pour que les paroles puissent la rendre. Je me prosterne donc de nouveau devant vous, ô la plus sainte des vierges ! pour vous dire : Je vous salue, Marie, pleine de grâces….

Qui me donnera de satisfaire le désir que j’ai de vous honorer de toutes les puissances de mon âme ? Puissent tous mes membres être changés en langues et en voix de feu, pour vous glorifier sans cesse.

O sainte Mère de Dieu ! prosterné en votre présence, pénétré d’une sincère dévotion de cœur et tout rempli de vénération pour votre nom, je vous présente la joie que vous causa la salutation qui vous fut adressée par l’archange Gabriel ; puissé-je répéter avec une bouche aussi pure que l’or, et avec une affection brûlante : Je vous salue, Marie, pleine de grâces, le Seigneur est avec vous ! »

Nous nous unissons aux sentiments de respect et de congratulation que l’Ange fit éclater, lorsque nous appelons la sainte Vierge pleine de grâces ! Sa dignité ne venait point du sang royal de David qui coulait dans ses veines, ni d’aucun autre avantage temporel, mais des dons extraordinaires par lesquels Dieu la distingua des autres créatures.

Destinée à devenir la mère de l’auteur de la grâce, elle fut comblée de toutes les faveurs dont est capable un être fini. « Elle fut remplie, selon Bède, de l’océan du Saint-Esprit qui se répandit sur elle. »

Elle dut être enrichie des trésors de la grâce à proportion de l’intimité des rapports qu’elle devait avoir avec celui qui en est le principe. C’est pour cela que l’Église lui applique ces paroles du cantique des cantiques : « Votre beauté est parfaite, il n’y a point de tache en vous. »

L’éloge de la sainte Vierge, renfermé dans les mots : « le Seigneur est avec vous », est une suite du précédent. Dieu, par son immensité et par sa toute-puissance, est avec toutes les créatures, parce que toutes les créatures sont par lui ce qu’elles sont ; mais il est bien plus intimement avec les justes, demeurant en eux par sa grâce, et leur faisant ressentir les plus précieux effets de sa bonté.

Quant à Marie, elle est véritablement pleine de grâces, et à ce titre élevée au-dessus de toutes les créatures ; elle a aussi une union plus intime avec Jésus-Christ dont elle est la mère.

L’amour dont elle brûle surpasse celui des Séraphins ; elle est par excellence lé tabernacle du Très-Haut, qui le comble spécialement des dons que produit une présence aussi extraordinaire, et qui déploie à son égard tous les trésors de sa munificence.

« Vous êtes bénie entre toutes les femmes », lui dirent l’Archange et sainte Élisabeth. C’est à bien juste titre qu’il est dit de Marie qu’elle est au-dessus de toutes les femmes, puisqu’elle a toujours été préservée de la moindre tache du péché, et qu’elle a été l’instrument dont Dieu s’est servi pour lever la malédiction dont le genre humain était chargé.

Lorsque Judith eut délivré Béthulie d’une destruction temporelle, Ozias, prince du peuple, lui dit : « Ô fille, vous êtes bénie au-dessus de toutes les femmes qui sont sur la face de la terre. » Le peuple la bénit tout d’une voix en disant : « Vous êtes la gloire de Jérusalem ; vous êtes la joie d’Israël ; vous êtes l’ornement de votre peuple. »

À combien plus forte raison devons-nous appliquer cet éloge à celle qui a enfanté l’auteur même de toutes les bénédictions célestes qui se répandent sur nous ? Marie pouvait donc dire d’elle-même avec justice : « Toutes les générations futures m’appelleront bienheureuse. »

 Résolution.

Prenons la résolution de bien comprendre, de bien méditer, et surtout de dire avec un cœur pur et dévoué à Marie, la belle prière qui lui est consacrée, afin qu’en prononçant les paroles qui la composent, nous soyons pénétrés des sentiments qui inondent le cœur de fidèles serviteurs, et dont la lecture de ce jour nous donne quelque idée. Oh ! que de charmes nous trouvons dans la récitation du chapelet si nous le disons animés du même respect, du même amour, de la même confiance.

 PRIÈRE

La grâce que je vous conjure, Vierge sainte, de m’obtenir de votre divin Fils, c’est de vous aimer, vous honorer, vous proclamer bienheureuse, parce que vous avez été pleine de grâces et que le Seigneur est avec vous ; telle est dorénavant mon occupation la plus agréable, car aucune autre n’est aussi propre à m’attirer votre bénédiction et le secours d’en haut. Ainsi soit-il !

D’après le manuel de Liége 1847

DIEU AVEC NOUS

Cette prière de Marie, ce rosaire est précisément cela, parce que dès le début il a été pénétré de la « logique du cœur ». La mère en effet est un cœur. Et la prière s’est formée dans ce cœur grâce à une expérience extraordinairement belle à laquelle elle a pris part: grâce au mystère de l’Incarnation.

Dieu a donné, il y a longtemps déjà, un tel signe: « Voici que la Vierge concevra un fils qu’elle appel­lera Emmanuel » (Is 7, 14). Emmanuel « qui si­gnifie Dieu avec nous » (Mt 1, 23). Avec nous et pour nous: « pour rassembler dans l’unité les en­fants de Dieu dispersés » (Jn 11, 52).
Saint Jean-Paul II – Osservatore Romano du 30-10-1979