Archives de catégorie : prière

Neuvaine à Marie Reine – premier jour

Neuvaine à Marie, Reine des Cœurs, du monde et de l’univers

Du 14 au 22 août  – Fête de Marie Reine 

Introduction

Marie, c’est la Reine des cœurs, du monde et de l’univers, que nous allons prier pendant neuf jours. Jésus partage sa royauté universelle du ciel, avec celle qui a tout partagé avec lui sur la terre.

Voilà pourquoi Marie est Reine du ciel et de la terre. Dans les litanies de Lorette on l’appelle : Reine des Anges, Reine des Patriarches, Reine des Prophètes, Reine des Apôtres, Reine des Martyrs, Reine des Confesseurs, Reine des Vierges, Reine de tous les Saints, Reine conçue sans le péché originel, Reine élevée aux Cieux, Reine du très Saint Rosaire, Reine de la paix.

Nous vous proposons ces neuf jours de prières, pour redécouvrir pourquoi il est si important de prier Marie, en tant qu’associés de la Médaille Miraculeuse.

Premier jour de la neuvaine – Pourquoi une telle haine du démon envers Marie ?

Genèse 3, 1-6: « Le serpent était le plus rusé de tous les animaux des champs, que l’Éternel Dieu avait faits. Il dit à la femme: Dieu a-t-il réellement dit: Vous ne mangerez pas de tous les arbres du jardin? La femme répondit au serpent: Nous mangeons du fruit des arbres du jardin. Mais quant au fruit de l’arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit: Vous n’en mangerez pas et vous n’y toucherez pas, de peur que vous ne mouriez.

Alors le serpent dit à la femme: Vous ne mourrez pas; mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront, et que vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal. La femme vit que l’arbre était bon à manger et agréable à la vue, et qu’il était précieux pour ouvrir l’intelligence; elle prit de son fruit, et en mangea; elle en donna aussi à son mari, qui était auprès d’elle, et il en mangea. »

Marie, est la nouvelle Eve. Le serpent, Satan, hait la Bienheureuse Vierge Marie qu’il a, depuis l’origine, méprisée.

Depuis deux millénaires, il fait tout ce qui est en son pouvoir pour décourager sa dévotion et inculquer la haine à son égard.

Avez-vous remarqué que ce sont les dévotions et dogmes mariaux qui suscitent les plus fortes réactions chez ceux qui rejettent l’Église ?

Même certains catholiques sont embarrassés par la dévotion envers la Sainte Vierge, arguant le fait que nous ne devrions pas être trop extrêmes dans cette vénération.

Peut-être que, vous aussi, vous vous êtes déjà demandé pourquoi l’Église tient l’Immaculée en si haute estime. Pourquoi Dieu a-t-il choisi de l’utiliser dans son œuvre de rédemption. Pourquoi une telle haine de Satan envers la Vierge, et pourquoi devrions-nous être ses serviteurs dévoués ?

Seigneur, sois béni, car tu as donné à la Vierge Marie un cœur sage et docile pour qu’elle accomplisse parfaitement ta volonté ; un cœur nouveau et doux, où tu pourrais graver la loi de l’Alliance nouvelle ; un cœur simple et pur, pour qu’elle puisse concevoir ton Fils en sa virginité et te voir à jamais ; un cœur ferme et vigilant pour supporter sans faiblir l’épée de douleur et attendre avec foi la résurrection de ton Fils.

O Marie, ma Mère et ma Reine, je me donne entièrement à vous. Je vous consacre ma liberté, ma volonté, mon cœur et tout mon être sans réserve.

Mère très aimante, puisque je vous appartiens, je vous prie de me garder et de me protéger comme votre propre bien. Amen.

Prières quotidiennes (page 2)

Neuvaine pour l’Assomption – 7ème jour : La communion

Neuvaine pour l’Assomption – 7ème jour : La communion

Pentecôte
Pentecôte

Marie nous est présentée au Cénacle alors quelle préside, dans l’amour, à la prière pleine d’espérance des apôtres et des disciples. La présence de Marie est fondamentale pour la communion. Marie est là, dans les débuts missionnaires de l’Église, comme elle le fut dans les débuts de l’activité évangélisatrice de Jésus.

Il nous est bon de penser que Marie, la Mère de Jésus, appartient à cette communauté de disciples fidèles qui écoutent avec docilité la parole des apôtres et participent à leur Eucharistie.

Dans notre chemin d’espérance avec Marie, cette attitude de communion est fondamentale. Marie l’a vécue dans le silence, l’oraison et la croix. La communion exige le détachement et la mort ; elle exige la réconciliation et la rencontre ; elle exige, surtout, une entière fidélité à la Parole de Dieu.

Tout le mystère de Marie est un mystère de communion – entre le ciel et la terre, Dieu et l’homme, la contemplation et le service – parce que toute sa vie fut pure obéissance de foi à l’adorable volonté du Père. La fidélité de Marie rend possible la communion. La communion, au fond, est un mode concret de fidélité.

Oraison

Béni sois-tu, Seigneur Dieu !
La Vierge, comblée de grâce, a été pure disponibilité à ta Parole. Par son intercession, ouvre nos vies à Celui qui veut naître en nous comme Il est né un jour en elle, Marie, la Mère de ton Fils, le Christ notre Seigneur.

 

Neuvaine pour l’Assomption – 6ème jour : L’offrande

Neuvaine pour l’Assomption – 6ème jour : L’offrande

mise au tombeau
mise au tombeau

Nous contemplons Marie dans l’offrande de son Fils au Père. C’est le moment providentiellement fort dans lequel Marie l’a senti le plus sien : il est non seulement son Fils mais son Rédempteur. “Près de la Croix se tenait sa mère” (Jn 19, 25-27).

Marie comprend et vit le déchirement de l’offrande, mais aussi sa mystérieuse fécondité. Jamais Marie ne s’est sentie aussi seule : son Fils meurt ; mais jamais non plus, elle ne s’est sentie plus accompagnée et plus féconde ; l’Église naît. “Voici ton Fils” (l’Église, l’humanité).

Le monde ne peut vivre sans le Christ. “Dieu a tant aimé le monde qu’il lui a donné son Fils unique”. Le monde ne peut vivre maintenant sans “l’Église qui est son Corps”. Tout est, évidement, fruit de l’amour du Père ; mais tout est aussi fruit de la générosité sereine et forte, douloureuse et féconde de Marie, “l’offrante”.

Oraison

Tu as voulu, Seigneur, que la Mère de ton Fils, debout près de la croix, fût associée à ses souffrances ; accorde à ton Église de s’unir, elle aussi, à la passion du Christ, afin d’avoir part à sa résurrection. Par ton Fils, le Christ, notre Seigneur.