Archives de catégorie : prière

bénédiction Urbi et Orbi pour les personnes affectées par la pandémie

bénédiction Urbi et Orbi pour les personnes affectées par la pandémie

Le Pape François a présidé ce vendredi soir, depuis le parvis puis l’atrium de la basilique Saint-Pierre, un temps de prière marqué par l’écoute de la Parole de Dieu, suivi d’une homélie, par une adoration du Saint-Sacrement et une bénédiction Urbi et Orbi pour les personnes affectées par la pandémie actuelle de coronavirus.
Le Pape présentant le Saint-Sacrement pour la bénédiction Urbi et Orbi, sur le parvis de la basilique Saint-Pierre, entre le crucifix de saint Marcel et l'icône de la Vierge "Salus Populi Romani". (Vatican Media)
Le Pape présentant le Saint-Sacrement pour la bénédiction Urbi et Orbi, sur le parvis de la basilique Saint-Pierre, entre le crucifix de saint Marcel et l’icône de la Vierge « Salus Populi Romani ». (Vatican Media)

Cette cérémonie au format inédit s’est tenue dans une atmosphère de profonde gravité, quelques minutes après l’annonce du bilan humain de près d’un millier de morts pour cette seule journée en Italie, un chiffre aussi glaçant que la pluie et le froid qui balayaient la Place Saint-Pierre vide de tout pèlerin.

Après la proclamation de l’extrait de l’Évangile, tiré du 4e chapitre de saint Marc, le Pape François, abrité sous l’auvent habituellement utilisé pour les audiences générales et les messes en extérieur, a délivré une méditation mettant en relief les points communs entre la crise traversée par les disciples et celle vécue actuellement par une grande partie de la population mondiale, confrontée à une pandémie d’une ampleur inconnue dans l’histoire récente et aux effets sociaux et économiques dévastateurs.

«Depuis des semaines, la nuit semble tomber. D’épaisses ténèbres couvrent nos places, nos routes et nos villes ; elles se sont emparées de nos vies en remplissant tout d’un silence assourdissant et d’un vide désolant, qui paralyse tout sur son passage : cela se sent dans l’air, cela se ressent dans les gestes, les regards le disent. Nous nous retrouvons apeurés et perdus», a souligné le Pape.

«Comme les disciples de l’Évangile, nous avons été pris au dépourvu par une tempête inattendue et furieuse. Nous nous nous rendons compte que nous nous trouvons dans la même barque, tous fragiles et désorientés, mais en même temps tous importants et nécessaires, tous appelés à ramer ensemble, tous ayant besoin de nous réconforter mutuellement».

Tout comme les disciples, nous pouvons nous sentir «perdus» et surpris par l’attitude de Jésus dans cette scène de l’Évangile :  «Malgré tout le bruit, il dort serein, confiant dans le Père – c’est la seule fois où, dans l’Évangile, nous voyons Jésus dormir –. Puis, quand il est réveillé, après avoir calmé le vent et les eaux, il s’adresse aux disciples sur un ton de reproche : “Pourquoi êtes-vous si craintifs ? N’avez-vous pas encore la foi ?” (v. 40).»

Les disciples réagissent en adressant aussi un reproche à Jésus :  «“Maître, nous sommes perdus ; cela ne te fait rien ?” (v. 38). Ils pensent que Jésus se désintéresse d’eux, qu’il ne se soucie pas d’eux. Entre nous, dans nos familles, l’une des choses qui fait le plus mal, c’est quand nous nous entendons dire : “Tu ne te soucies pas de moi ?”. C’est une phrase qui blesse et déclenche des tempêtes dans le cœur. Cela aura aussi touché Jésus, car lui, plus que personne, tient à nous. En effet, une fois invoqué, il sauve ses disciples découragés.»

Une supplication au Seigneur pour guérir une humanité blessée

«La tempête démasque notre vulnérabilité et révèle ces sécurités, fausses et superflues, avec lesquelles nous avons construit nos agendas, nos projets, nos habitudes et priorités (…) avec des habitudes apparemment “salvatrices”, incapables de faire appel à nos racines et d’évoquer la mémoire de nos anciens, en nous privant ainsi de l’immunité nécessaire pour affronter l’adversité.»

S’adressant directement au Seigneur dans une supplication dramatique, seul devant une Place Saint-Pierre vide, sous la pluie et la pénombre, le Pape a évoqué les péchés de l’humanité.

«Dans notre monde, que tu aimes plus que nous, nous sommes allés de l’avant à toute vitesse, en nous sentant forts et capables dans tous les domaines. Avides de gains, nous nous sommes laissé absorber par les choses et étourdir par la hâte. Nous ne nous sommes pas arrêtés face à tes rappels, nous ne nous sommes pas réveillés face à des guerres et à des injustices planétaires, nous n’avons pas écouté le cri des pauvres et de notre planète gravement malade. Nous avons continué notre route, imperturbables, en pensant rester toujours sains dans un monde malade. Maintenant, alors que nous sommes dans une mer agitée, nous t’implorons : “Réveille-toi Seigneur !”»

Le Carême, une chance pour réorienter sa vie

Ce temps de Carême est une occasion pour «réorienter la route de la vie vers toi, Seigneur, et vers les autres. Et nous pouvons voir de nombreux compagnons de voyage exemplaires qui, dans cette peur, ont réagi en donnant leur vie. C’est la force agissante de l’Esprit déversée et transformée en courageux et généreux dévouements. C’est la vie de l’Esprit capable de racheter, de valoriser et de montrer comment nos vies sont tissées et soutenues par des personnes ordinaires, souvent oubliées, qui ne font pas la une des journaux et des revues ni n’apparaissent dans les grands défilés du dernier show mais qui, sans aucun doute, sont en train d’écrire aujourd’hui les évènements décisifs de notre histoire : médecins, infirmiers et infirmières, employés de supermarchés, agents d’entretien, fournisseurs de soin à domicile, transporteurs, forces de l’ordre, volontaires, prêtres, religieuses et tant et tant d’autres qui ont compris que personne ne se sauve tout seul».

Saisir les opportunités de reconstruire du lien

Toujours attaché au soin du lien entre les générations, le Pape François s’est réjoui de voir des liens familiaux se retisser en ces temps de confinement : «Combien de pères, de mères, de grands-pères et de grands-mères, combien d’enseignants montrent à nos enfants, par des gestes simples et quotidiens, comment affronter et traverser une crise en réadaptant les habitudes, en levant les regards et en stimulant la prière ! Combien de personnes prient, offrent et intercèdent pour le bien de tous. La prière et le service discret : ce sont nos armes gagnantes !»

Le Pape a souligné que la force de Dieu consiste à «orienter vers le bien tout ce qui nous arrive, même les choses tristes. Il apporte la sérénité dans nos tempêtes, car avec Dieu la vie ne meurt jamais.» «Dans l’isolement où nous souffrons du manque d’affections et de rencontres, en faisant l’expérience du manque de beaucoup de choses, écoutons une fois encore l’annonce qui nous sauve : il est ressuscité et vit à nos côtés.»

Le Pape s’est enfin adressé à tous ceux qui l’écoutaient, non pas physiquement, mais par le biais de la radio, de la télévision et des médias numériques : «Chers frères et sœurs, de ce lieu, qui raconte la foi, solide comme le roc, de Pierre, je voudrais ce soir vous confier tous au Seigneur, par l’intercession de la Vierge, salut de son peuple, étoile de la mer dans la tempête. Que, de cette colonnade qui embrasse Rome et le monde, descende sur vous, comme une étreinte consolante, la bénédiction de Dieu. Seigneur, bénis le monde, donne la santé aux corps et le réconfort aux cœurs. Tu nous demandes de ne pas avoir peur. Mais notre foi est faible et nous sommes craintifs. Mais toi, Seigneur, ne nous laisse pas à la merci de la tempête. Redis encore : “N’ayez pas peur” (Mt 28, 5). Et nous, avec Pierre, “nous nous déchargeons sur toi de tous nos soucis, car tu prends soin de nous” (cf. 1P 5, 7). »

Adoration et bénédiction Urbi et Orbi avec le Saint-Sacrement

Le Saint-Père s’est rendu devant l’image de la Salus Populi Romani et le crucifix de Saint Marcel, dont l’exposition avait mis fin, en 1522, à la grande peste de Rome. François est ensuite entré dans l’atrium par la porte centrale de la basilique.

L’adoration du Saint-Sacrement exposé sur l’autel, enveloppé d’encens, précédait la supplication pour demander au Seigneur de sauver l’humanité «de tous les maux qui affligent l’humanité», «des maladies, des épidémies et de la peur du frère». Les derniers mots de la supplication ont évoqué le «désert» du Carême et l’horizon de Pâques : «ouvre-nous à l’espérance, Seigneur, si la douleur nous visite, si l’indifférence nous angoisse, si la mort nous anéantit».

Après la supplication, le rite de la bénédiction eucharistique Urbi et Orbi a suivi, à la ville et au monde. Le cardinal Angelo Comastri, archiprêtre de la basilique Saint-Pierre, a prononcé la formule pour la proclamation de l’indulgence.

Tous ceux qui ont reçu la bénédiction eucharistique également par la radio, la télévision et d’autres technologies de communication, mais aussi tous ceux qui se sont unis à cet évènement simplement dans la prière même sans accès aux médias, ont obtenu l’indulgence plénière dans la forme établie par l’Église.

 

 

prier pour surmonter la peur en ces temps difficiles

prier pour surmonter la peur en ces temps difficiles

Lors de la messe de ce jeudi 26 mars célébrée en la chapelle de la Maison Sainte-Marthe, le Pape François a eu une pensée particulière pour les personnes âgées seules, les travailleurs précaires et ceux qui exercent une fonction sociale qui les exposent au coronavirus. Dans son homélie, il a invité à déceler les idoles du cœur, souvent cachées. L’idolâtrie fait perdre tous les dons du Seigneur.

 

Le Saint-Père a introduit ainsi cette célébration eucharistique:

L'adoration du Veau d'or enluminure Petrus Comestor, Bible historiale, Meermanno Koninklijke Bibliotheek, La Haye MMW, 10 B 23
L’adoration du Veau d’or enluminure Petrus Comestor, Bible historiale, Meermanno Koninklijke Bibliotheek, La Haye MMW, 10 B 23

«En ces jours de tant de souffrance, il y a tellement de peur. La peur pour les personnes âgées, qui sont seules, dans les maisons de retraite, ou dans les hôpitaux, ou dans leurs maisons, et ne savent pas ce qui peut arriver. La peur des travailleurs sans emploi stable qui pensent à la façon de nourrir leurs enfants et voient venir la faim. La crainte de nombreuses personnes au service de la société qui, à l’heure actuelle, contribuent à faire vivre la société et peuvent attraper la maladie. Et aussi la peur – les peurs – de chacun d’entre nous: chacun sait ce qu’est la sienne. Prions le Seigneur de nous aider à avoir confiance, à tolérer et à surmonter nos craintes».

Dans son homélie, le Pape François a commenté la première lecture, issue du livre de l’Exode (Ex 32, 7-14), qui raconte l’histoire du veau d’or.

homélie :

«Dans la première lecture, il y a la scène de la mutinerie du peuple. Moïse s’est rendu sur la Montagne pour recevoir la Loi: Dieu la lui a donnée, en pierre, écrite par son doigt. Mais le peuple s’est ennuyé, il s’est rassemblé autour d’Aaron et a dit: « Ce Moïse, nous ne savons plus depuis un certain temps où il est, où il est parti, et nous sommes sans guide. Faites-nous un dieu pour nous aider à aller de l’avant ».

Et Aaron, – qui devint plus tard prêtre de Dieu, mais là il était un prêtre de la stupidité, des idoles -, dit : « Mais oui, donnez-moi tout l’or et l’argent que vous avez », et ils donnèrent tout et firent ce veau d’or. Dans le psaume, nous avons entendu la complainte de Dieu:

«À l’Horeb ils fabriquent un veau, ils adorent un objet en métal: ils échangeaient ce qui était leur gloire pour l’image d’un taureau, d’un ruminant». Et voici, en ce moment, où commence la lecture: «En ces jours-là, le Seigneur parla à Moïse: «Va, descends, car ton peuple s’est corrompu, lui que tu as fait monter du pays d’Égypte. Ils n’auront pas mis longtemps à s’écarter du chemin que je leur avais ordonné de suivre ! Ils se sont fait un veau en métal fondu et se sont prosternés devant lui. Ils lui ont offert des sacrifices en proclamant: “Israël, voici tes dieux, qui t’ont fait monter du pays d’Égypte.”».

Une véritable apostasie ! Du Dieu vivant à l’idolâtrie. Ils n’avaient pas la patience d’attendre le retour de Moïse: ils voulaient quelque chose de nouveau, ils voulaient quelque chose, quelque chose de liturgique, quelque chose …

J’aimerais mentionner quelques éléments à ce sujet. Tout d’abord, cette nostalgie idolâtre du peuple: dans ce cas, il pensait aux idoles de l’Égypte, mais c’était la nostalgie de retourner aux idoles, de retourner au pire, ne sachant pas attendre le Dieu vivant. Cette nostalgie est une maladie, même la nôtre.

On commence à marcher avec l’enthousiasme d’être libre, mais ensuite les plaintes commencent: « Mais oui, c’est une période difficile, le désert, j’ai soif, je veux de l’eau, je veux de la viande … mais en Égypte nous avons mangé des oignons, de bonnes choses et ici il n’y a pas … ».

L’idolâtrie est toujours sélective: elle vous fait penser aux bonnes choses qu’elle vous donne mais ne vous fait pas voir les mauvaises. Dans ce cas, ils pensaient à la façon dont ils étaient à table, avec ces repas si bons qu’ils les aimaient tant, mais ils oubliaient que c’était la table de l’esclavage. L’idolâtrie est sélective.

Ensuite, autre chose: l’idolâtrie vous fait tout perdre. Aaron, pour être un veau, leur demanda : « Donnez-moi de l’or et de l’argent », mais c’était l’or et l’argent que l’Éternel leur avait donnés quand Il leur avait dit : « Demandez aux Égyptiens de l’or en prêt », et ils partirent avec eux. C’est un don du Seigneur, et avec le don du Seigneur, ils idolâtrent. Et c’est très mauvais.

Mais ce mécanisme nous arrive aussi: lorsque nous avons des attitudes qui nous conduisent à l’idolâtrie, nous sommes attachés à des choses qui nous aliènent de Dieu, parce que nous nous faisons un autre dieu et le faisons avec les dons que le Seigneur nous a donnés. Avec l’intelligence, avec la volonté, avec l’amour, avec le cœur … ce sont les dons du Seigneur que nous utilisons pour faire de l’idolâtrie.

Oui, certains d’entre vous peuvent me dire : « Mais je n’ai pas d’idoles à la maison. J’ai le Crucifix, l’image de Notre-Dame, qui ne sont pas des idoles… » – Non, non: dans votre cœur. Et la question que nous devrions nous poser aujourd’hui est la suivante: quelle est l’idole qu’il y a dans votre cœur, dans mon cœur. Cette sortie cachée où je me sens bien, qui m’éloigne du Dieu vivant.

Et nous avons aussi une attitude très intelligente avec l’idolâtrie: nous savons comment cacher les idoles, comme l’a fait Rachel lorsqu’elle a fui son père et les a cachées dans la selle du chameau et parmi ses vêtements. Nous aussi, parmi nos habits du cœur, nous avons caché beaucoup d’idoles.

La question que je voudrais poser aujourd’hui est la suivante  quelle est mon idole ? Mon idole de la mondanité … et de l’idolâtrie conduit aussi à la piété, car ceux-là  ne voulaient pas le veau d’or pour lui faire faire du cirque: non.

Mais pour le culte: « Ils se prosternèrent devant lui ». L’idolâtrie vous conduit à une religiosité erronée, en effet: bien souvent, la mondanité, qui est l’idolâtrie, vous fait changer la célébration d’un sacrement en une fête mondaine. Un exemple: je ne sais pas, je pense, pesons par exemple à une célébration de mariage.

Vous ne savez pas si c’est un sacrement où les jeunes mariés donnent vraiment tout et s’aiment devant Dieu et promettent d’être fidèles devant Dieu et ils reçoivent la grâce de Dieu, ou si c’est une exposition de mannequins, de la façon dont ils s’habillent les uns les autres… la mondanité. C’est une idolâtrie. C’est un exemple. Parce que l’idolâtrie ne s’arrête pas: elle continue toujours.

Aujourd’hui, voici la question que je voudrais poser à chacun d’entre nous: quelles sont mes idoles ? Chacun a la sienne. Quelles sont mes idoles, où je les cache. Et que le Seigneur ne nous trouve pas, à la fin de notre vie, en disant de chacun de nous: « Tu t’es perverti. Tu t’es écarté du chemin que je t’avais indiqué. Tu t’es prosterné devant une idole ».

Demandons au Seigneur la grâce de connaître nos idoles. Et si nous ne pouvons pas les chasser, au moins de les garder dans un coin…»

Le Pape a conclu cette messe par un temps d’adoration et la  bénédiction eucharistique, en invitant les fidèles à faire la communion spirituelle.

Prière récitée par le Pape

« Je crois, mon Jésus, que tu es réellement présent au très Saint Sacrement de l’autel. Je t’aime par-dessus toute chose et je désire ardemment te recevoir dans mon âme. Puisque je suis incapable de Te recevoir de façon sacramentelle, entre au moins spirituellement dans mon cœur. Je T’embrasse comme si Tu y étais déjà et je m’unis entièrement à Toi. Ne permets jamais que je sois séparé de Toi. Ainsi soit-il.»

Avant que le Pape ne quitte la chapelle, dédiée au Saint-Esprit, l’antienne mariale Ave Regina Caelorum a été chantée.

prier pour les religieuses qui donnent leur vie pour aider les malades

Le Pape prie pour les religieuses qui donnent leur vie pour aider les malades

Le Pape a présidé ce matin à la Maison Sainte-Marthe la messe de la solennité de l’Annonciation du Seigneur, qui rappelle l’Incarnation de Dieu. En introduisant la messe il a adressé ses prières aux religieuses qui sont aux côtés des malades et des pauvres, surtout en cette période de pandémie de coronavirus.

 

Annonciation Vitrail Chartres
Annonciation Vitrail Chartres

«Aujourd’hui, en la fête de l’Incarnation du Seigneur, les Sœurs Filles de la Charité de Saint Vincent de Paul, qui ont servi au dispensaire de Sainte Marthe pendant 98 ans, sont ici à la messe, renouvelant leurs vœux avec leurs sœurs dans toutes les parties du monde. Je voudrais offrir la messe aujourd’hui pour elles, pour la Congrégation qui travaille toujours avec les malades, les plus pauvres, comme elle l’est ici depuis 98 ans, et pour toutes les sœurs qui travaillent en ce moment en prenant soin des malades et en risquant aussi leur vie et en donnant leur vie.»

Le Saint Père a fait place au grand Mystère de l’Incarnation en proclamant l’Évangile de Saint Luc proposé par cette solennité (Lc 1, 26-38).

«L’évangéliste Luc ne pouvait le savoir qu’à partir du récit de la Vierge. En l’écoutant, nous avons entendu la Vierge raconter ce mystère. Nous sommes devant le mystère. Le mieux que nous puissions faire maintenant est peut-être de relire ce passage, en pensant que c’est la Vierge qui l’a raconté.

En ce temps-là, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth, à une jeune fille vierge, accordée en mariage à un homme de la maison de David, appelé Joseph ; et le nom de la jeune fille était Marie. L’ange entra chez elle et dit : « Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi. »

À cette parole, elle fut toute bouleversée, et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation. L’ange lui dit alors : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus.

Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n’aura pas de fin. » Marie dit à l’ange : « Comment cela va-t-il se faire puisque je ne connais pas d’homme ? »

L’ange lui répondit : « L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c’est pourquoi celui qui va naître sera saint, il sera appelé Fils de Dieu. Or voici que, dans sa vieillesse, Élisabeth, ta parente, a conçu, elle aussi, un fils et en est à son sixième mois, alors qu’on l’appelait la femme stérile. Car rien n’est impossible à Dieu. »

Marie dit alors : « Voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta parole. » Alors l’ange la quitta.

C’est cela le mystère.

Le Pape a terminé la célébration par une adoration et une bénédiction eucharistique, nous invitant à faire la communion spirituelle.

Prière du Saint-Père

«À Tes pieds, ô mon Jésus, je me prosterne et je T’offre le repentir de mon cœur contrit qui demeure dans son néant et en Ta sainte présence. Je t’adore dans le Sacrement de Ton amour, l’ineffable Eucharistie. Je désire te recevoir dans la pauvre demeure que mon cœur t’offre. Dans l’attente du bonheur de la communion sacramentelle, je veux te posséder en esprit. Viens à moi, ô mon Jésus, que je vienne à Toi. Que Ton amour enflamme tout mon être, pour la vie et pour la mort. Je crois en toi, j’espère en toi, je t’aime. Ainsi soit-il.»